22/11/2016

Parole et discours en politique et ailleurs

La linguistique distingue à juste titre la parole du discours. Un discours consiste en un ensemble d’informations et d’idées que n’importe qui pourrait énoncer parce qu’il dépend d’une certaine manière de voir les choses et de les dire. Emanant d’un milieu, il est codifié dans sa forme comme dans le fond.

La parole en revanche est un acte personnel de communication, vivant, singulier, par lequel des idées prennent chair. La difficulté à passer du discours à la parole est la raison pour laquelle tant de haut dirigeants ou responsables politiques sont de piètres orateurs. Il leur est difficile sinon impossible de se dévoiler, de parler depuis leur sensibilité et leur humanité aussi bien qu’à partir de leur intellect.

Aucun d’entre nous n’aime se retrouver face à un orateur qui débite des discours prévisibles, comme on les trouverait rédigés dans une brochure, avec des expressions convenues. Nous ne pouvons résonner que confrontés à une parole vivante, qui nous étonne, nous conforte et nous bouscule, nous inspire, nous porte plus loin que ce que nous croyions penser ou savoir. Nous avons besoin de sentir qu’elle émane d’une personne, avec son tempérament, son histoire de vie, sa sensibilité, sa capacité de transmettre ce qui est important pour elle.

Lire la suite

15:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

15/11/2016

Du sens, siouplaît !

Parmi les errances de l'époque, il semble qu'une des plus dommageables et douloureuses est celle liée au manque de sens. Le mot possède cette jolie dualité en français d'indiquer aussi bien la signification que la direction. Et nul n'a besoin d'être grand prophète pour relever que nous sommes dans une sacrée déficience des deux actuellement!

Pourtant, la recherche indique que donner du sens est un élément fondamental de notre bien-être individuel et collectif. C'est même une des clés de la salutogenèse, cette aptitude pour une personne ou un groupe de stimuler ses forces de résilience et de santé, même dans des circonstances éprouvantes.

Mobiliser des ressources de sens permet aux personnes d'être plus sereines, équilibrées émotionnellement, confiantes en leurs propres ressources, et de coopérer mieux avec les autres.

Lire la suite

11:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/11/2016

Victoire de Trump "imprévisible" : oh really ?!...

Tout comme celui du Brexit, le résultat de l'élection présidentielle américaine prend les sondeurs et les analystes par surprise. Le phénomène n'est pas nouveau. L'échec de Lionel Jospin au premier tour en 2002 avait provoqué une même stupéfaction, et avait été précédé de la même incapacité à anticiper ou à sentir les lignes de force actives au sein du corps électoral.

Certes, l'incertitude est un principe à la fois du vivant et du monde physique. Toutefois, cette récurrence actuelle dans l'incapacité à comprendre les déterminations du collectif pose question. Au lendemain de l'élection, les médias américains osent se remettre en question de manière intéressante.

Lire la suite

08:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

09/11/2016

Trump : le choc, entre compétence symbolique, dominance simiesque et surdité

L'élection de Hillary Clinton ne devait faire aucun pli. S'étant imposée lors des débats télévisés face à un adversaire décrédibilisé par ses outrances, forte d'un large soutien ralliant des électorats déterminants (féminin et hispanique) jusqu'à des milieux traditionnellement républicains (grands journaux, milieux économiques et financiers),  Mme Clinton devait en toute logique voir tomber les Etats les uns après les autres dans son escarcelle.

Pourtant, certains observateurs avisés, comme le cinéaste Michael Moore,  signalaient qu'une certaine dynamique était à l’œuvre en-dessous du radar .

Quel que soit le résultat de l'élection (inconnu à l'heure où ce billet est rédigé), quelques premières pistes pour appréhender ce qui apparaît de toute manière comme un choc.

Lire la suite

06:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/11/2016

Des primes d'assurance maladie à 150 francs ?

Petit retour, car cela mérite qu'on enfonce le clou : la recherche scientifique montre que 60 à 70% des maladies pourraient être évitées par quelques ajustement simples du mode de vie. Et nous parlons ici aussi bien des "petites" maladies (grippes, bronchites, gastros, etc.) que des maladies graves ou chroniques. Et donc des deux tiers de nos primes d'assurance-maladie !

90% des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité, pourraient être évitées. 80% des cas de diabète. 30 à 50% des cancers. Etc.

Comment ? A partir de quatre petits principes tout simples touchant au mode de vie.

Vous ne le saviez pas ? Votre médecin ne vous l'a pas dit ? Les autorités restent muettes ? Vos journaux ne l'écrivent pas ? Ben oui...

Lire la suite

10:11 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |