27/09/2016

La vraie raison de l’augmentation continuelle des primes d’assurance-maladie (celle dont vous n’entendrez jamais parler)

Rituel immuable depuis que le souverain a décidé de la couverture obligatoire : celle des augmentations massives annoncées au temps des vendanges, aussi certaines que celles-ci. Berne impose, les caisses perçoivent, l’opacité continue de prévaloir, les autorités genevoises protestent et tempêtent, les citoyens passent à la caisse.

On invoque le vieillissement de la population (certes !), le prix d’une médecine de qualité à laquelle tout le monde est attaché (soit), et pourtant personne ne met le doigt sur le fond du problème.

Lire la suite

07:28 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

22/09/2016

Vous reprendrez bien un peu de Sarkhollande ?!...

Le scénario redouté se précise : il est fort probable que le choix donné aux électeurs français se résume in fine aux deux derniers présidents, dont à peu près plus personne ne veut. Avec cette particularité que tout se jouera au premier tour, comme en 2002, celui qui passera l’épaule se retrouvant dans un second tour forcément gagnant face à Marine Le Pen.

Mais comment comprendre que les Français puissent avoir à élire un des deux sortants en qui ils n’ont plus confiance et qu’ils ne souhaitent pas voir au pouvoir ? Food for thought tout de même !

Lire la suite

07:43 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

16/09/2016

Comprendre les risques psychosociaux

Notre époque se caractérise entre autres par le recul ou la disparition de nombreuses maladies (notamment infectieuses) et par le développement conjoint d'autres formes d'atteintes à la santé (maladies dites "de civilisation" ou dues aux conditions de vie). Parmi ces dernières, le lien entre les conditions de travail et l'état de santé a fait l'objet d'une attention toute particulière au cours des vingt dernières années.

Indépendamment des "maladies ou accidents" professionnels proprement dits, on a observé que des formes nouvelles mais très dures de souffrance sont apparues et tendent à se généraliser. La loi impose aux employeurs de veiller à la santé de leurs collaborateurs. Il est dès lors incontournable qu'une évaluation rigoureuse des conditions de travail soit conduite pour prévenir des dommages qui, lorsqu'ils se produisent, ont un impact potentiellement dramatiques sur la vie de celles et ceux qui les subissent... en plus d'occasionner des coûts importants.

Contrairement à ce que l’on a longtemps considéré, la santé n’est pas un état stable et en quelque sorte inerte signalé simplement par une absence de maladie. Il s’agit plutôt d’un état dynamique de bien-être suffisant (physique, psychologique et social) permettant à une personne de préserver son équilibre et de négocier les contraintes de sa vie en s’appuyant sur des ressources (internes et externes) adéquates [1].

Lire la suite

08:59 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

13/09/2016

Une organisation performante…

Tout n’est pas rose au pays du travail. Déshumanisation, procédurisation excessive, désorientation du management, démotivation ou résistance des équipes, perte de sens, durcissement des conditions ou de la charge de travail, on entend bien les multiples formes de la souffrance au travail.

Nommer les problèmes fait bien sûr sens. Une autre voie, de plus en plus empruntée, consiste plutôt à observer comment c’est lorsque cela fonctionne bien. Certaines entreprises et institutions dans ce paysage un peu sombre se singularisent par une créativité et une performance élevées avec des indicateurs de satisfaction au travail qui le sont tout autant…

Comment ces organisations font-elles ? Qu’est-ce qui les distingue et les caractérise ? Peut-on s’inspirer de leur fonctionnement pour restaurer la confiance et le confort des organisations en souffrance ? Petit tour d’horizon de leur spécificité à la lumière des recherches actuelles.

Lire la suite

17:18 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

07/09/2016

La beauté des intelligences multiples

Parmi les concepts les plus erronés et les plus ravageurs qui nous ont conditionnés au cours du temps figure la croyance en une seule forme d’intelligence. On pouvait dès lors prétendre la quantifier (avec le fameux test du QI), et ventiler les personnes au long d’une courbe de Gauss allant des franchement stupides aux exceptionnellement intelligents.

Fantasmagorie commode : il était possible de classer les individus selon ce modèle, gratifiant ceux qui correspondaient, promouvant ceux qui y performaient et écartant ceux qui y étaient insuffisants. L’école, à ce titre (et elle en garde de sérieux résidus) avait pour mission d’inculquer aux enfants et aux jeunes les connaissances ainsi que les modalités de pensée et d’expression correspondantes. En les évaluant soigneusement !

On a beaucoup progressé depuis, et des modélisations autrement pertinentes ont été proposées.


Lire la suite

16:55 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |