15/11/2016

Du sens, siouplaît !

Parmi les errances de l'époque, il semble qu'une des plus dommageables et douloureuses est celle liée au manque de sens. Le mot possède cette jolie dualité en français d'indiquer aussi bien la signification que la direction. Et nul n'a besoin d'être grand prophète pour relever que nous sommes dans une sacrée déficience des deux actuellement!

Pourtant, la recherche indique que donner du sens est un élément fondamental de notre bien-être individuel et collectif. C'est même une des clés de la salutogenèse, cette aptitude pour une personne ou un groupe de stimuler ses forces de résilience et de santé, même dans des circonstances éprouvantes.

Mobiliser des ressources de sens permet aux personnes d'être plus sereines, équilibrées émotionnellement, confiantes en leurs propres ressources, et de coopérer mieux avec les autres.


Ainsi, au sein de l'Executive MBA Program de l'Université Loyola Marymount, une des meilleures business-schools américaine, l'exercice est proposé aux étudiants (pour l'essentiel des managers en activité) de consacrer un moment chaque matin peu après le réveil pour méditer sur les valeurs les plus importantes à leurs yeux.

Après une première phase d'inconfort (à quoi bon, c'est stupide, je perds mon temps, etc.) on observe un impact important sur les réponses neuroendocriniennes et psychologiques au stress dans le sens de les garder à un niveau minimal... Avec une motivation augmentée de vivre relations et activités en cohérence avec ces valeurs.

Les organisations (entreprises et institutions) qui consacrent du temps à parler des valeurs fondamentales et de la manière dont elles sont mises en œuvre ou en difficulté connaissent un avantage significatif de productivité et de qualité de vie au travail.

Bref, on a là un sacré "outil" pour reprendre souffle et hauteur, mais aussi libérer des ressources d'énergie et d'activité.

 

Aujourd'hui

Si l'on balaie du regard notre réalité, on voit deux difficultés : la première tient a la perte de sens. Dans les évolutions récentes, il y a en effet beaucoup d'éléments qui ne font pas ou trop peu sens. A quoi bon importer des tonnes de poulet bourré d'antibiotiques du Brésil et d'ailleurs en polluant tout au long du trajet à des prix empêchant nos propres agriculteurs de vivre décemment?

La mondialisation financiarisée a multiplié tous azimuts les bouleversements. Les secteurs d'activité ont été chamboulés, des galaxies de métier porteurs de savoir-faire et donateurs de dignité ont disparu, les tissus socio-économique et urbanistique ont été façonnés par des logiques mathématiques et financières, et l'humain souffre de ne plus y trouver sens.

La seconde difficulté tient à la perte du sens comme repère prioritaire même lorsqu'il est fort et présent. On a tellement le nez dans le guidon, on est tellement absorbé par le pragmatisme que tout temps consacré à remettre en valeur le sens en le parlant est considéré comme inutile ou stérile. Comme de la "philosophie" sans intérêt...

Pourtant, mettre en parole et en partage le sens de ce que l'on fait, le rappeler, le célébrer, est un des meilleurs producteur de liant groupal et requinque naturellement la motivation. Et du sens, heureusement, il y en a encore beaucoup. Nourrir, vêtir, permettre de communiquer, donner de la sécurité ou du plaisir, soigner, faciliter, informer, éduquer, permettre aux personnes de participer et de contribuer à des causes utiles, autant de bienfaits que le secteur privé met en œuvre aussi bien que le secteur public.

Lorsque cela est fait d'une manière qui rejoint des valeurs fondamentales largement partagées (comme l'intégrité, la fiabilité, l'honnêteté, le respect, la transparence, la cohérence, la sincérité, l'équité, etc...) nous avons un sacré cocktail vitaminé.

Nous sommes des êtres de valeurs et de sens, c'est inscrit au cœur de notre nature. Il pourrait faire sens d'en tenir compte ! Et c'est un immense enjeu sociétal aujourd'hui de nous inventer réellement un projet collectif qui en vaille la peine, pas juste une espèce de bastringue de survie et de divertissement pour nous voiler les couleurs de la morosité ou de la désespérance.

C'est là aussi où nous avons à attendre plus et mieux de nos politiques. Sauf à laisser le champ libre à ceux dont la colère et la haine sont le principal moteur... ce qui a hélas parfois bien du sens !

 

 

11:17 | Lien permanent | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.