15/11/2016

Du sens, siouplaît !

Parmi les errances de l'époque, il semble qu'une des plus dommageables et douloureuses est celle liée au manque de sens. Le mot possède cette jolie dualité en français d'indiquer aussi bien la signification que la direction. Et nul n'a besoin d'être grand prophète pour relever que nous sommes dans une sacrée déficience des deux actuellement!

Pourtant, la recherche indique que donner du sens est un élément fondamental de notre bien-être individuel et collectif. C'est même une des clés de la salutogenèse, cette aptitude pour une personne ou un groupe de stimuler ses forces de résilience et de santé, même dans des circonstances éprouvantes.

Mobiliser des ressources de sens permet aux personnes d'être plus sereines, équilibrées émotionnellement, confiantes en leurs propres ressources, et de coopérer mieux avec les autres.

Lire la suite

11:17 | Lien permanent | |  Facebook | | | |

11/11/2016

Victoire de Trump "imprévisible" : oh really ?!...

Tout comme celui du Brexit, le résultat de l'élection présidentielle américaine prend les sondeurs et les analystes par surprise. Le phénomène n'est pas nouveau. L'échec de Lionel Jospin au premier tour en 2002 avait provoqué une même stupéfaction, et avait été précédé de la même incapacité à anticiper ou à sentir les lignes de force actives au sein du corps électoral.

Certes, l'incertitude est un principe à la fois du vivant et du monde physique. Toutefois, cette récurrence actuelle dans l'incapacité à comprendre les déterminations du collectif pose question. Au lendemain de l'élection, les médias américains osent se remettre en question de manière intéressante.

Lire la suite

08:58 | Lien permanent | |  Facebook | | | |

09/11/2016

Trump : le choc, entre compétence symbolique, dominance simiesque et surdité

L'élection de Hillary Clinton ne devait faire aucun pli. S'étant imposée lors des débats télévisés face à un adversaire décrédibilisé par ses outrances, forte d'un large soutien ralliant des électorats déterminants (féminin et hispanique) jusqu'à des milieux traditionnellement républicains (grands journaux, milieux économiques et financiers),  Mme Clinton devait en toute logique voir tomber les Etats les uns après les autres dans son escarcelle.

Pourtant, certains observateurs avisés, comme le cinéaste Michael Moore,  signalaient qu'une certaine dynamique était à l’œuvre en-dessous du radar .

Quel que soit le résultat de l'élection (inconnu à l'heure où ce billet est rédigé), quelques premières pistes pour appréhender ce qui apparaît de toute manière comme un choc.

Lire la suite

06:25 | Lien permanent | |  Facebook | | | |

04/11/2016

Des primes d'assurance maladie à 150 francs ?

Petit retour, car cela mérite qu'on enfonce le clou : la recherche scientifique montre que 60 à 70% des maladies pourraient être évitées par quelques ajustement simples du mode de vie. Et nous parlons ici aussi bien des "petites" maladies (grippes, bronchites, gastros, etc.) que des maladies graves ou chroniques. Et donc des deux tiers de nos primes d'assurance-maladie !

90% des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité, pourraient être évitées. 80% des cas de diabète. 30 à 50% des cancers. Etc.

Comment ? A partir de quatre petits principes tout simples touchant au mode de vie.

Vous ne le saviez pas ? Votre médecin ne vous l'a pas dit ? Les autorités restent muettes ? Vos journaux ne l'écrivent pas ? Ben oui...

Lire la suite

10:11 | Lien permanent | |  Facebook | | | |

03/11/2016

L'écoute, arme fatale de la communication

La capacité d'écoute est la plus fortement corrélée avec une communication efficace, dans la vie professionnelle comme dans la vie privée.

Et c’est sans doute la plus largement déficiente : combien de personnes connaissez-vous autour de vous qui sont réellement capables de s’intéresser aux autres, de s’ouvrir dans une position d’écoute, sans filtrer, interpréter ou critiquer, sans se mettre tout de suite à penser à ce qu’ils diront dès que l’autre aura enfin fini de dire ce qu’il est en train de dire?

Se sentir écouté attentivement (ouvrant sur la possibilité d’être compris) est un de nos besoins les plus fondamentaux en tant qu’être humain. Lorsque nous sommes face à quelqu’un qui en est capable, nous ressentons naturellement un sentiment de confiance et de sécurité dans la relation ainsi que d’appréciation et de respect pour notre interlocuteur.

L’écoute active ne se contente pas de savoir recevoir (ce qui est déjà rare), mais propose par la validation, la reformulation, le questionnement ou le dialogue une possibilité de co-construire un chemin de compréhension et de relation.

Aussi étonnant ou paradoxal que cela puisse sembler, la compétence à écouter est la plus importante également pour tout orateur. Parce qu’il intervient toujours en relation, au sein d’un contexte, où un ensemble de choses sont dites et où de nombreux éléments « parlent ».

« Français, je vous ai compris ! » une interpellation historique du Général de Gaulle qui résume magnifiquement la force de ce concept. Vous voulez produire de l’effet ? Montrez et dites que vous avez compris ce qui occupe, préoccupe et inspire ceux à qui vous vous adressez, que cela vous intéresse, que vous vous engagez pleinement dans la rencontre avec la réalité de l’autre.

C’est à vrai dire la seule manière non négatrice ou abusive d’être en relation. C’est une posture d’une puissance immense. C’est une arme redoutable dont la sincérité et l’authenticité sont les munitions et la qualité relationnelle la cible. Dès que nous démontrons que nous savons écouter, un espace s'ouvre dans la relation qui conduit à ce que notre propre contribution soit à son tour plus facilement écoutée.

Bien des personnes pensent savoir écouter. Lors de formations en milieu professionnel, des systèmes de feed-back sont proposés pour permettre aux participants de prendre conscience de la réalité de leurs modalités d'écoute. Ainsi que des méthodes d'action pour développer et affiner une compétence irremplaçable.

12:27 | Lien permanent | |  Facebook | | | |