29/03/2017

Booster la compétitivité de l'entreprise en réduisant les coûts ? Oui, en investissant dans la santé

Les organisations présentent certaines caractéristiques de la matière vivante : elles sont conçues, naissent, grandissent, évoluent et parfois disparaissent. Elles peuvent être en pleine santé ou tomber malades. Elles peuvent pétiller de créativité et d’allant, carburer à l’enthousiasme, s’installer dans la routine, perdre le sens de ce qu’elles sont, broyer du noir ou se mettre à dysfonctionner...


La décennie écoulée a connu une dégradation sensible des conditions de bien-être et de santé au travail. Les enquêtes révèlent une augmentation du stress chronique, tous secteurs d’activité confondus, avec son cortège de conséquences. Des phénomènes comme l’absentéisme ou le turn-over engendrent des coûts importants pour les entreprises, ainsi que pour la collectivité.

On voit par ailleurs apparaître des comportements et des formes de souffrance caractéristiques : burn-out, brown-out, présentéisme, harcèlement moral, workaholism , révélateurs d’un «malaise» dans le monde du travail.

La question se pose donc plus que jamais : comment aider les personnes, les groupes humains et les organisations à cultiver leur santé, à mieux coopérer et générer une performance durable ? La bonne nouvelle est que les données probantes affluent à mesure que progresse la recherche. Des modèles d’analyse et d’intervention validés scientifiquement sont disponibles,

On sait aujourd’hui avec une précision appréciable où se génèrent les sentiments de bien-être ou de mal-être au travail, ce qui les cause, ce qu’ils provoquent. Emerge donc une réelle possibilité de penser non seulement la santé dans l’entreprise mais encore la santé de l’entreprise.

Selon un évidence vérifiée : plus une organisation est saine et adéquate quant à ce qu’elle demande et propose à ses collaborateurs, plus elle se montre protectrice de leur santé. Plus à l’inverse elle sera en difficulté ou en souffrance dans ses fonctionnements, plus les atteintes seront lourdes et nombreuses.

La culture d’entreprise constitue en quelque sorte l’écosystème humain qui va déterminer le bien-être et la motivation de ses collaborateurs. D’une manière qui se reflète directement dans sa propre dynamique et sa performance.

La recherche montre que le retour sur investissement de programmes d'amélioration de la santé globale au travail est compris dans une fourchette allant de 5 à 40:1. Et qu'ils augmentent la productivité de l'entreprise dans une proportion pouvant aller jusqu'à 30%, tout en faisant baisser un ensemble de coûts.

Incroyable ? Non : scientifique.

Comment et pourquoi ? Vous trouverez toutes les données à ce sujet dans le livret "Santé globale et performance en entreprise",  à télécharger librement.

01:22 | Lien permanent | |  Facebook | | | |