10 MYTHES URBAINS SUR LE CERVEAU, AUXQUELS VOUS AVEZ PEUT-ÊTRE CRU !

Imprimer

 

Les tâtonnements de la science ainsi que les raccourcis dûs à la vulgarisation de connaissances complexes ont conduit à ce que circulent de nombreuses idées fausses. Des cohortes d'intéressés ré-interprètent par ailleurs les informations scientifiques (vraies ou fausses) qui semblent apporter de l'eau à leur moulin... Des 10 affirmations suivantes, lesquelles pensiez-vous être vraies ?

  1. Vous pouvez attirer à vous ce que vous désirez en contrôlant vos pensées ("Loi de l'Attraction").

C'est un problème délicat : chaque sentiment et chaque émotion que nous vivons, comme chaque expérience psychologique, crée une réalité intérieure différente. Vous changez donc votre réalité lorsque vous entrez dans des états émotionnels différents, mais cela ne vous procurera jamais ce que vous voulez. Vos actions peuvent éventuellement vous conduire à ce que vous voulez ! Une déclaration plus précise serait : "Vos sentiments et vos humeurs - pas vos pensées ! - changent votre réalité intérieure, et cela influencera votre comportement dans le monde extérieur."

  1. Vous pouvez réguler vos émotions en contrôlant les réactions de votre amygdale.

L'amygdale est essentielle pour répondre aux menaces et aux plaisirs, cette structure participant en outre activement à la formation de la mémoire et au traitement de nos émotions. Pour atteindre vos objectifs et vos désirs, vous avez besoin de cette petite amande dans votre cerveau. Une déclaration plus précise serait : "Vous pouvez apprendre à réguler votre amygdale de façon à créer un meilleur équilibre émotionnel." La pratique à long-terme de la méditation peut en effet réduire le volume et la réactivité de l'amygdale.

  1. Si vous voulez être plus créatifs, développez votre cerveau droit !

Cette idée n'a jamais été vraie. C'était le titre d'un livre d'art et d'essai publié en 1979. Il y a quelques processus qui impliquent principalement l'hémisphère droit, mais en une fraction de seconde, l'autre hémisphère est stimulé. Chaque action ou expérience a une activité neuronale dispersée dans tout le cerveau. C'est ce qu'on appelle la connectivité fonctionnelle et structurelle (théorie des réseaux cérébraux). Certaines des personnes les plus performantes - en particulier les sociopathes qui dirigent de grandes entreprises - ont il est vrai une activité plus marquée du lobe préfrontal gauche. Une déclaration plus précise serait : "Si vous voulez mieux réussir, apprenez à réguler trois réseaux clés dans votre cerveau : celui de la planification et l'évaluation consciente (Central Executive Network), celui de l'imagination/rêverie/ créativité (Default Mode Network), et votre réseau d'empathie/intuition/conscience sociale (Salience Network) à travers une observation réflexive (Pleine Conscience)."

  1. Vous pouvez recâbler votre cerveau pour devenir plus intelligent.

Il y a deux choses qui ne vont vraiment pas avec cette phrase. D'abord, personne ne peut recâbler son cerveau. Les connexions neurales se forment et changent constamment (neuroplasticité). Deuxièmement, toute la notion d'intelligence a été remise en question par les milieux de la psychologie et des neurosciences. Une déclaration plus précise serait : Prenez conscience des multiples "intelligences" (émotionnelle, sociale, analytique, spatiale, visuelle, créative, intuitive, etc.) et découvrez vos forces et vos faiblesses.

  1. Les exercices et les jeux d'entraînement cérébral peuvent améliorer votre mémoire et votre cognition et prévenir les maladies liées à l'âge.

La FDA (Food and Drug Administration) a infligé de lourdes amendes à un grand nombre d'entreprises pour avoir fait des affirmations abusives en ce sens. Des études montrent que plusieurs des 14+ systèmes de mémoire peuvent être légèrement améliorés, mais en aucun cas d'une manière qui puisse faire une différence pratique dans votre vie. Une déclaration plus précise serait : "Devenir plus conscient de votre façon de penser et de vous souvenir peut réellement améliorer votre qualité de vie."

  1. Un slogan lu dans une publicité d'American Express : "La neuroplasticité est la capacité de l'esprit à changer le cerveau. Quand vous changez d'avis, vous changez de cerveau."

C'est une citation exacte, mais ils ont tout faux. L'esprit ne crée pas de neuroplasticité - c'est ce qui se passe tout le temps. L'esprit (soit vos processus de pensée conscients) peut changer un certain nombre de choses dans vos idées, sentiments et comportements grâce aux propriétés de la neuroplasticité. L'expression "Changez votre esprit, changez votre cerveau" était le titre d'un des livres à succès du Dr Daniel Amen. C'est une métaphore, que nous avons nous-mêmes utilisée dans nos conférences ! Une déclaration plus précise serait : "La neuroplasticité dans les lobes préfrontaux permet au flux constant de pensées, de sentiments et de créativité d'être manipulés par les processus conscients de votre esprit, se déroulant dans le cortex préfrontal dorsolatéral" (dites-le trois fois rapidement !).

  1. Il a été scientifiquement prouvé que certaines formes de méditation peuvent produire de nouveaux neurones dans votre cerveau

Presque vrai. Vous ne pouvez pas développer de nouveaux neurones dans votre cerveau (phénomène connu sous le nom de neuro-genèse) à l'exception de certaines petites zones dans vos centres d'apprentissage/mémoire, et qui ne peuvent pas être contrôlés par ce que vous faites ou pensez. 99,999% des 80 milliards de neurones ne se reproduisent pas (les cellules gliales le font !) mais ils peuvent mourir à cause du stress excessif... et du vieillissement. Cependant, toute nouvelle forme de pensée, de conscience ou de découverte entraînera l'apparition de nouveaux axones et dendrites qui s'étendent depuis le corps neuronal. Une déclaration plus précise serait : "La méditation semble en fait augmenter la densité axonale (qui est la substance blanche qui relie toutes les différentes zones du cerveau)."

  1. Certains souvenirs, surtout ceux qui sont traumatisants, sont exacts.

Les souvenirs ne sont jamais exacts. Le cerveau sélectionne les éléments clés et les intègre dans la mémoire à long terme. Quand vous vous souvenez d'eux, ils changent souvent sans que vous le sachiez ! Une déclaration plus précise serait : "Les souvenirs sont des vestiges partiels d'expériences émotionnelles qui peuvent être changés chaque fois qu'on s'en souvient. Les souvenirs traumatisants sont plus difficiles à changer."

------------------------------------------------

Les 5 énoncés suivants sont exacts :

  • Les études de scintigraphie cérébrale montrent que vous pouvez faire croître de nouveaux axones dans votre cerveau en augmentant le nombre d'expériences positives que vous vivez.
  • Vous pouvez changer différentes fonctions de votre cerveau en changeant de comportement. Changer un comportement habituel est difficile parce que sa répétition dans la durée renforce le réseau qui l'active.
  • Vous pouvez modifier à la fois la structure et la fonction de huit zones clés de votre cerveau par la pratique de la méditation. La présence à soi (Pleine Conscience) semble être la compétence #1 qui améliore la plupart des fonctions cérébrales, en particulier celles qui vous rendent heureux et performant.
  • Il y a des structures dans votre cerveau qui prennent 20-30 ans pour se développer; elles sont impliquées dans les processus cognitifs ainsi que la conscience relationnelle et sociale.
  • Après l'âge de 30 ou 40 ans, vos capacités cognitives diminuent graduellement. Mais beaucoup de gens peuvent maintenir bon nombre de ces compétences au sommet de leur forme au-delà de l'âge de quatre-vingt-dix ans.

------Retour aux fausses déclarations.

 

  1. La conscience et la mémoire cellulaires existent à la fois dans le corps et dans le cerveau.

Beaucoup de spéculations et d'hypothèses ont été suggérées, mais il n'y a aucune preuve à l'appui, pour une raison principale : les cellules nerveuses dans le corps sont à notre connaissance des dispositifs mécaniques conçus pour relayer des signaux sensoriels de et vers le cerveau. Eric Kandel a gagné le prix Nobel pour avoir prouvé que les neurones du cerveau sont incroyablement différents des autres cellules (un seul neurone d'une limace de mer peut apprendre de nouveaux comportements !) Il n'y a qu'une seule autre zone dans le corps qui a une certaine forme de propriétés "décisionnelles", et c'est votre intestin. Elle peut influencer différentes zones de votre cerveau lorsque vous mangez ou buvez mal. Le cœur en revanche n'a aucune propriété de conscience ou de sentiment : c'est un simple muscle actionné par le cerveau ! Une déclaration plus précise serait : "Seules des cellules spécifiques dans différentes parties de notre cerveau peuvent changer leur structure et présenter des propriétés d'apprentissage, de mémoire, d'émotion, de sentiments, de pensées et de conscience. Les cellules nerveuses de notre corps ne sont à notre connaissance que des messagers qui relaient les signaux des expériences sensorielles intérieures et extérieures."

  1. Il y a des preuves scientifiques que les pensées peuvent influencer d'autres personnes à distance.

La science peut ici laisser la porte ouverte à "quelque chose" qui se passe. Les trois premières études sur la prière d'intercession (faites par des chercheurs respectés) ont montré que oui, il semble y avoir une légère amélioration dans le rétablissement des gens lorsqu'on prie pour eux anonymement de loin. C'était excitant ! Mais trois autres études ont été réalisées (avec certains des mêmes chercheurs) : l'une n'a pas atteint le seuil statistique requis pour exclure le hasard, une autre n'a montré aucune amélioration, et la troisième a montré une aggravation des symptômes ! Conclusion : Nous ne pouvons pas dire oui, nous ne pouvons pas dire non.

Puis Dean Radin (journaliste scientifique, directeur de l'Institute of Noetic Sciences) a conduit une étude étonnante démontrant des changements dans les cristaux d'eau à l'intérieur de bouteilles scellées. Un groupe de personnes avait "l'intention" d'affecter l'eau. Un groupe indépendant a remarqué de petits changements dans la structure cristalline de l'eau. Cette expérience s'inscrit bien dans la vaste quantité de recherches sur les phénomènes parapsychologiques. Mais nous ne pouvons pas être sûrs qu'il s'agissait de l'effet des "pensées". Ça pourrait être autre chose. Nous laisserons Radin conclure : "Il se passe assurément quelque chose. Nous ne savons pas quoi, mais nous pouvons certainement spéculer sur ce que nous sommes en train de faire !"

Nous espérons que vous avez apprécié ces éclairages. Et pour ceux d'entre vous qui ne peuvent pas "croire" que ces 10 affirmations sont inexactes, permettez-nous de suggérer 3 raisons pour lesquelles vous ne nous "croyez" pas :

  1. L'esprit/cerveau est fasciné par les mystères et il inventera toujours des affirmations (vraies ou fausses) pour les expliquer. Les mythes urbains et les croyances métaphysiques existent depuis toujours et le cerveau d'une personne ne les contestera pas nécessairement à moins qu'ils n'interfèrent avec une autre croyance.
  2. Nos croyances servent aussi à nous donner un sentiment de sécurité et de sérénité. Elles ont une importante fonction identitaire et il est périlleux à ce titre de les remettre en question.
  3. C'est ce qu'on appelle le " préjugé de croyance " : notre cerveau rejettera toute idée - bonne ou mauvaise - qui contredit nos croyances, surtout lorsque ces croyances concernent la morale, la spiritualité ou la politique. Ces croyances sont profondément ancrées dans le cerveau de TOUT LE MONDE, le vôtre comme les nôtres.

Il y a une autre raison pour laquelle les gens croient des choses bizarres au sujet du cerveau : nous sommes fascinés par cet organe, alors quand quelque chose de vraiment épatant ou de différent provient des neurosciences, nous sommes plus susceptibles de croire que c'est vrai, même quand la science a été complètement inventée ! Nous avons donc ajouté une photo du cerveau à cet article, juste pour nous assurer que vous étiez plus susceptibles de nous croire !

 

Jean-Dominique Michel & Mark Robert Waldman

Lien permanent Catégories : Neurosciences

Les commentaires sont fermés.