Votre cerveau a-t-il une personnalité ?

Imprimer

Nous ne sommes pas fans des tests de personnalité, et nous ne croyons pas non plus – du fait de la quantité de contradictions que l’on trouve dans la recherche - que les gens ont des traits de personnalité clairement définis. Aucun des tests en vogue ne montre de validité probante, et pour nous, essayer de vous étiqueter en fonction d’un type de personnalité (comme les fameux traits du modèle « Big Five » : Extraversion, Agréabilité, Ouverture à l'expérience, Névrosisme et Conscience professionnelle) est du même degré de pertinence que le faire à partir de votre signe astrologique… Il en va de même pour les archétypes jungiens : ils semblent plus relever de l’imagination que de réels « stéréotypes » psychologiques ou neurologiques.

C'est dans cet esprit que nous avons trouvé une étude fascinante, portant sur l’analyse par imagerie cérébrale de 818 volontaires identifiés avec les traits "Five-Factor" mentionnés ci-dessus. Absolument rien n’a été trouvé de significatif pour 4 des 5 traits, mais la Conscience professionnelle se démarquait avec une différence robuste !

La conscience est considérée comme ayant six facettes : Compétence, Ordre, Devoir, Effort de réussite, Autodiscipline et Délibération. Elle est également associée au contrôle des impulsions. Sur le plan comportemental, le manque de conscience professionnelle est associé à la difficulté ou à l'incapacité pour l'individu de se motiver à réaliser les tâches qu'il désire accomplir. Les personnes qui se distinguent par leur conscience professionnelle ont tendance à être mieux organisées ainsi qu’à à être plus fiables, plus motivées, à travailler plus dur et à avoir moins de comportements contre-productifs. Les personnes consciencieuses vivent par ailleurs plus longtemps et ont des relations plus saines.

Qu'observe-t-on dans le cerveau en lien avec ce trait ? On trouve en fait une très forte "connectivité" entre deux circuits neuronaux dont nous avons abondamment parlé: le circuit frontal/pariétal/antérieur-cingulaire (actif au sein des réseaux de Salience et Contrôle Exécutif) qui orchestre vos décisions et valeurs conscientes, et le Mode par défaut qui permet la rêverie et la résolution créative de problèmes. Voici bien ce qui nous paraît fascinant : les deux formes de méditation en pleine conscience dont nous parlons souvent - la conscience focalisée et l’attention ouverte (où vous regardez simplement vos pensées et sentiments flotter dans et hors de la conscience)- constituent à ce jour les seules stratégies éprouvées pour renforcer et intégrer fonctionnellement ces deux circuits neuronaux.

Conclusion : pratiquez ces deux formes de pleine conscience et vous deviendrez plus consciencieux, en vivant mieux vos sentiments et vos pensées au travail, dans vos relations et votre vie !

 

Jean-Dominique Michel & Mark Robert Waldman

 

PS : Toute forme d'étiquetage de la personnalité est à risque de faire plus de mal que de bien. En ce qui concerne l'esprit/cerveau humain, nous avons des centaines de sous-personnalités que nous pouvons explorer et solliciter au besoin, et qui peuvent être stimulées par différents états émotionnels. Les humeurs sont elles-mêmes « neuroplastiques »... et donc les « personnalités » doivent aussi refléter la neuroplasticité des circuits cognitifs/émotionnels qui régissent nos comportements et croyances.

 

Toschi N, Riccelli R, Indovina I, Terracciano A, Passamonti L., Functional connectome of the five-factor model of personality,  Personal N

Lien permanent Catégories : Neurosciences

Les commentaires sont fermés.