10/07/2017

Savez-vous vraiment vous détendre ? Probablement pas !

lionello-delpiccolo-207616 - copie 2.jpg

Il s’agit d’un constat un peu étonnant : la plupart des gens ne savent simplement pas comment se relaxer! L’accélération du rythme de vie et la multiplication des sollicitations (surtout numériques) expose notre système nerveux à un bombardement de stimuli à peu près ininterrompu. Et il faudrait des petites pauses de quelques dizaines de secondes toutes les dizaines de minutes pour décharger la tension et se ré-équilibrer. Oui, mais comment ? 

Il y a en fait deux sortes de détente : physique et mentale. En ce qui concerne la tension mentale, plus de 120 études récentes confirment le constat un peu curieux que bâiller constitue le moyen le plus efficace et le plus rapide de “dé-stresser” votre cerveau.

Essayez : bâillez une dizaine de fois, maintenant, même si vous n’en avez pas particulièrement envie. Des bâillements simulés entraîneront rapidement de vrais bâillements. Observez comment chaque bâillement interrompt le flux des émotions et des pensées, vous établissant de manière délicieuse dans le moment présent.

Et en ce qui concerne le corps ?

A votre avis, quel est le meilleur moyen de vous relaxer physiquement? Nous parions que votre réponse sera erronée… La plupart des gens répondent de prendre une profonde inspiration, mais en fait cela augmente le stress dans votre corps et votre cerveau ! D’autres vous suggéreront de vous étirer, mais si vous le faites de la manière habituelle, vous n’entrerez pas vraiment dans un état de détente.

Pour le faire, vous avez à étirer différentes parties de votre corps au SUPER RALENTI. Vraiment très lentement. Essayez : effectuez une rotation de la tête de la manière dont vous le feriez normalement et comptez le temps que cela prend. Pour la plupart des gens, on arrive à environ cinq secondes, ce qui est à peu près 12 fois trop rapidement ! 

Essayez à nouveau, mais en prenant 60 bonnes secondes pour effectuer la rotation complète. Vous sentirez alors toutes sortes de petites sensations de tension à plein d’endroits que vous n’auriez même pas senties en vous étirant normalement. C’est cette conscience qui déclenche la réponse de relaxation du corps. N’est-ce pas intéressant ?! La détente physique dépend de la prise de conscience des tensions inconscientes que nous trimballons avec nous tout au long de la journée.

Essayez ensuite de bouger très lentement une autre partie de votre corps. Par exemple : prenez 60 secondes pour lever et baisser un bras. Observez si les sensations sont différentes entre le bras que vous venez de bouger et l’autre. Tournez-vous entièrement d’un côté, comme pour regarder derrière vous, à nouveau en 30 à 60 secondes. Pouvez-vous sentir à quel point les sensations sont maintenant plus intenses ?

En bougeant et en nous étirant trop rapidement, nous conservons et entretenons notre niveau de stress. Le stress nourrit l’anxiété, affecte l’estime de soi, et interfère avec notre vitalité. A long terme, il endommage sérieusement la santé, à tel point que l’Organisation Mondiale de la Santé le décrit comme l’ennemi public numéro 1 !

Alors accordez-vous de devenir des experts dans l’art de savoir réellement vous détendre en quelques dizaines de secondes ! Avec un peu de pratique, vous pourrez mettre votre cerveau sur « silence » et votre corps en mode « récupération » quasi-instantanément et à volonté !

Jean-Dominique Michel & Mark Robert Waldman

 

Sources :

Thompson SB, Yawning, fatigue, and cortisol: expanding the Thompson Cortisol Hypothesis, Med Hypotheses 2014 Oct;83(4):494-6

Walunski O, How yawning switches the default-mode network to the attentional network by activating the cerebrospinal fluid flow, Clin Anat. 2014 Mar;27(2):201-9

Mourya M, Mahajan AS, Singh NP, Jain AK, Effect of slow- and fast-breathing exercises on autonomic functions in patients with essential hypertension, J Altern Complement Med. 2009 Jul;15(7):711-7

Sze JA, Gyurak A, Yuan JW, Levenson RW, Coherence between emotional experience and physiology: does body awareness training have an impact? Emotion 2010 Dec;10(6):803-14

Crédit photo : Lionello DelPiccolo / Unsplash

15:19 Publié dans Neurosciences | Lien permanent | |  Facebook | | | |

28/06/2017

VOUS POURRIEZ BIEN ÊTRE PLUS HEUREUX QUE VOUS NE LE PENSEZ !

L’erreur la plus répandue –que nous commettons tous- est de croire que le contenu de nos pensées négatives –nos inquiétudes, nos peurs, nos doutes, etc.- sont vrais. Il n’en est rien ! Il s’agit pour l’essentiel (pour 90% d’entre elles) du produit du processus d’imagination créative que la nature a inscrit au cœur de notre fonctionnement neurologique.

En fait, pour chaque pensée négative qui nous afflige, nous faisons des centaines d’expériences positives, heure après heure… mais le cerveau ne s’y intéresse pas. Il n’enregistre pas –ou très peu- les expériences positives, alors qu’il est hautement sensible aux expériences négatives, même celles qui n’existent pas mais qui pourraient éventuellement exister… Et c’est bien là le cœur du problème : le cerveau humain confond les scénarii virtuels avec les événements réels. Et notre physiologie y répond avec fidélité, se sentant mal en conséquence de choses qui n’existent pas et n’existeront jamais !

Une suggestion : faites un arrêt sur image, ici et maintenant, et comptez combien de moments agréables vous avez vécus au cours de l’heure écoulée. Dénombrez ensuite le nombre réel d’événements désagréables ou douloureux qui se sont produits pendant ce laps de temps. Lorsque nous sommes pris dans les pensées négatives, nous ne voyons pas à quel point en fait nous allons bien. En prendre conscience stimule notre motivation à cultiver le bon et le beau dans nos vies !

Un petit bonus : Prenez un autre instant et observez combien de sensations agréables sont en train de se dérouler dans votre corps. Si vous ne sentez pas grand’ chose, continuez simplement à observer… elles sont bien là ! Ce petit exercice est une bonne manière d’entraîner notre conscience à être plus heureuse. Habituellement, nous négligeons les sensations agréables de notre corps au quotidien et ne donnons de l’attention qu’à nos petites douleurs et tensions. Ce qui nous rend anxieux !

 

Jean-Dominique Michel & Mark Robert Waldman

09:56 Publié dans Neurosciences | Lien permanent | |  Facebook | | | |

09/06/2017

Le traitement "M"

Il s’agit d’une des stratégies les plus efficaces pour réduire l’anxiété, la douleur, le stress préopératoire, la dépression, l’hypertension artérielle et différents symptômes neurologiques ! Un indice : la réponse commence avec la lettre M. Et non, il ne s’agit ni de la médecine ni de la marijuana, mais cela améliore le sommeil, la mémoire, la capacité d’apprentissage, l’humeur et la qualité de vie en général. Les effets sont modérés mais systématiquement supérieurs à ceux du placebo et possiblement équivalents à ceux d’une psychothérapie classique. Et nous disposons de 50 méta-analyses à son sujet, couvrant plus de 1'000 recherches différentes. Quel est ce secret ? La musique !

Une suggestion : choisissez votre musique préférée comme fond sonore quand vous travaillez, quand vous voulez vous détendre ou quand vous vous sentez tendus. Vous sentez-vous au trente-sixième sous-sol ou frustré ? Réfléchissez à votre situation en dansant sur une musique pleine de peps. Avez-vous besoin de vous apaiser ? Jouez une musique lente et douce, en évitant toutefois les tonalités mineures qui éveillent la mélancolie. A ce sujet, écouter de la musique triste lorsque nous sommes tristes… est une bonne idée ! La recherche montre que cela aide le balancier émotionnel à repartir vers la neutralité, une fois que ce sentiment a été pleinement éprouvé.

 

Jean-Dominique Michel & Mark Robert Waldman

09:27 Publié dans Neurosciences | Lien permanent | |  Facebook | | | |

06/06/2017

COMBIEN FAUT-IL DE NEURONES POUR CHANGER UNE AMPOULE ?

Réponse : les 80 milliards qui habitent votre boîte crânienne ne suffisent pas ! Vous avez également besoin de 80 milliards de cellules gliales ! 80 milliards est la nouvelle estimation du nombre de chacune de ces catégories de cellules.

C’est plutôt trash : un neuroscientifique a mis des cerveaux dans un mixer, les a réduits en purée (les différentes parties du cerveau ont des densités de neurones différentes) et a compté différents échantillons ! Mais en plus de neurones, le cerveau est constitué de cellules gliales qui réparent les neurones endommagés et recyclent les neurotransmetteurs.

Ces auxiliaires ont aussi une « conscience » propre, ils déambulent pour se rendre utiles et aider les neurones qui eux-mêmes remuent, se déplacent, étirent et rétractent axones et dendrites dans un ballet étonnant comme vous pouvez le contempler ici :

 https://www.youtube.com/watch?v=4TwluFDtvvY

et ici une vue des cellules gliales réparant et réapprovisionnant les neurones. Epatant,  non ?

https://www.youtube.com/watch?v=MinvSz4LaXs&index=4&a...

09:37 Publié dans Neurosciences | Lien permanent | |  Facebook | | | |

02/06/2017

BURN-OUT ET EPUISEMENT PROFESSIONNEL : une pratique de prévention validée scientifiquement

Le burn-out professionnel est devenu un problème de santé majeur à l’échelle mondiale, avec une prévalence particulièrement élevée chez les soignants et les entrepreneurs. Offrir des stratégies basées sur des données probantes (evidence-based) présente de nombreux avantages sur les recettes et conseils « de bon sens » que l’on trouve en abondance dans la littérature et sur les blogs.

Une stratégie ou une technique n’est considérée comme scientifiquement valide que si elle peut être testée en théorie ET dans la pratique, en conclusion d’une étude bien construite, vérifiée par des pairs. C’est la raison pour laquelle bien des formes de thérapie populaire ou empirique sont regardées avec scepticisme par la communauté scientifique. Certes,  scepticisme ne veux pas dire rejet : cela signifie simplement qu’il n’est pas possible de savoir si une pratique, un service ou un produit a une efficacité propre ou relève simplement de l’effet placebo.

Par exemple, au cours de la seconde moitié du XXème siècle, il était impossible d’évaluer l’effet de la prière et la méditation sur la santé parce que leur théorie sous-jacente reposait sur des notions théologiques ou métaphysiques (p.ex. Dieu, le karma, la loi de l’attraction, l’énergie spirituelle, etc.) dont est impossible de prouver l’existence ou l’inexistence. Mais grâce aux recherches en imagerie cérébrale réalisées par Newberg, Waldman, Davidson et d’autres, nous disposons maintenant de données fiables indiquant que les pratiques de conscience contemplatives (religieuses ou non-religieuses) ont un effet stabilisateur sur le cerveau et améliorent ses performances.

Lire la suite

11:13 Publié dans Neurosciences | Lien permanent | |  Facebook | | | |