Covid : le Blues des Toubibs

Imprimer

 

Je ne sais pas si nos gouvernants ont la moindre idée du dépit et de l'indignation qu'ils sont en train de provoquer au sein d'une population qui ne demandait qu'à les suivre et à leur faire confiance.

Hélas ! à force de compromissions, de désinformation, de contre-vérités et de propagande, ils sont en train de rompre ce contrat de confiance.

La crise du Covid fait apparaître les multiples dérives structurelles, intellectuelles et éthiques qui ont pris corps dans la réalité sanitaire depuis bien longtemps. Et ont présidé à leurs prises de décision erronées. Avec pour conséquence d'avoir transformé ce qui devait être une banale épidémie en véritable crise sanitaire.

Avec des centaines de morts évitables au passage. Triste. Et bien tabou encore comme constat dans notre verte Helvétie semble-t-il... Plus pour longtemps : la vérité finit toujours par être révélée.

Comme je l'ai abondamment souligné (leur silence parle) les médecins de ville, privés du droit de soigner le Covid avec le seul traitement efficace connu (adopté dans une quarantaine de pays qui tous ont une mortalité inférieure à la nôtre, dont la Corée du Sud, second pays à l'avoir adopté) se taisent.

Malgré la violation inique de leurs droits, garantis par les lois sur la santé. Violation à laquelle nos gouvernants ne semble même pas comprendre qu'il puisse y avoir quelque chose à redire...

par Jean-Dominique Michel, MSc anthropologie de la santé et expert en santé publique, Genève.

 

C'est toutefois un silence à savoir écouter, car, croyez-moi d'après les messages que je reçois par dizaines, les médecins n'en pensent pas moins. Et il serait bon mais aussi essentiel que ce qu'ils expriment de leur malaise, de leur mal-être et même de leur dégoût revienne aux oreilles (mais en ont-ils ?) de nos et de leurs dirigeants.

Pour la faire apprécier à sa juste mesure, je me contente ici de donner la parole (anonymement pour ne pas les exposer) à plusieurs de celles et ceux qui m'ont écrit.

Le constat ? Oui, comme disait Hamlet, il y a  "quelque chose de pourri au Royaume du Danemark."

Peut-être les responsables du Canton, des HUG mais aussi de l'AMG et de la FMH pourraient-ils méditer sur la parole de ceux qu'ils sont sensés défendre pour le bien et la santé de la population. Et qui se sentent aujourd'hui blessés et atteints dans leurs valeurs et leur dignité,  avec un sentiment d'amertume voire -le mot a été employé, lisez : de trahison.

Plutôt que de me faire le porte-parole ou l'interprète de ces femmes et hommes médecins empêchés de soigner leurs patients contre le Covid, violentés au regard du serment qu'ils ont prêté, je préfère simplement leur donner la parole. En toute compassion et cohérence de valeurs avec ce qu'ils expriment.

 

"Merci pour votre magnifique interview qui a tout excellemment résumé. Je l’ai distribué à autant de personnes que je pouvais et ils sont tous du même avis que moi. Voici un SMS d’une amie infirmière aux HUG: « Merci. Enfin quelqu’un qui tient la route et qui  dit les choses. »

Un autre ami (assureur lui!) : « Superbe interview et très honnête pour une fois avec la liberté de pensée de plus vérifiée scientifiquement à contrario de notre état qui nous lobotomise depuis des semaines...»

Bref vous nous faites du bien.

Quand vous avez évoqué la peur de médecins praticiens ça m’a réveillé une autre colère contre laquelle on ne peut rien non plus: je pense que vous savez que pour pouvoir avoir le droit de prescrire nous sommes obligés d’assister à des congrès afin d’obtenir un nombre défini de points/an. Le plus grand d’entre eux est le « Quadrimed » annuel à Montana.

Cela part d’une bonne intention étant donné que les médecins doivent être en permanence mis au courant des nouveautés scientifiques. Or maintenant on peut accéder à absolument tout sur le net. Donc aller à ces congrès c’est tout simplement cautionner le marketing agressif des labos qui nous flattent en nous offrant des « Post-it » et surtout une perte de temps

Ajouté à cela la surveillance fascisante des médecins par les « Assurances ». Les directives parfois incohérentes des directions médicales (comme pour le SASRS-Cov2) etc. Nous passons 20% de notre temps à faire de la paperasse et une bonne partie du reste à avoir peur de ne pas transgresser.

Non seulement nous n’avons aucune autorité, mais nous somme devenus des esclaves de l’hyperconsommation et employés non rémunérés des labos pharmaceutiques.

Je sais que mon cri et celui de mes confrères ne sera pas entendu car nous avons peur c’est vrai, rien de plus. Et on se dit qu’on gagne assez pour vivre dans un monde où c’est déjà bien d’avoir un travail. Mais je vous assure, et je parle au nom de beaucoup de médecins, le plaisir n’y est plus.

Pour certains on attend la retraite avec impatience ne serait-ce que pour en finir avec cette complicité involontaire avec ces absurdités dont la cerise sur le gâteau a été la crise du COVID-19 cette année."

 

"J'imagine que vous devez être submergé de courrier et ne vais donc pas faire trop long. Je suis médecin-généraliste à Genève, atterrée de voir les décisions absurdes et sans fondements scientifiques de nos autorités, de voir les sommes dépensées pour finalement des résultats désastreux pour la santé publique, le risque (la certitude aujourd'hui) que ces mesures vont entraîner une bascule dans la précarité pour beaucoup, avec les conséquences sanitaires et humaines inévitables qui vont s'ensuivre et surtout l'incompréhension de constater que mes collègues font une confiance aveugle à nos autorités, alors que nos compétences à interpréter les études (et les chiffres de nos voisins européens) devraient nous révolter tous. Aussi votre blog est un immense baume au cœur: enfin quelqu'un a gardé la raison et dénonce les inepties et dérives de ce système. Vous avez raison de demander où sont les voix des médecins aujourd'hui. Mais la liberté de soigner a été réprimée: il y a quelques semaines nous avons été menacés d'un retrait de notre droit de pratique si nous continuions à soigner des patients non-urgents, difficile de poursuivre notre activité dans ces conditions, nous avons donc pliés, encore sous le choc de lire ces lignes dignes d'une dictature.

Encore merci pour vos blogs."

 

"Je vous remercie pour la qualité de vos articles, pour votre courage à dire ce qui se passe, et j’espère que votre réflexion permettra d’ouvrir les yeux de suffisamment de personnes pour remettre en cause cette soumission aux laboratoires pharmaceutiques et toute la corruption qu’elle entraîne, ce vaste business qui ne connaît ni morale ni pitié. 

Je viens de lire votre dernier article, toujours excellent, très percutant."

 

"Félicitations pour votre remarquable travail !

Sachez que vous jouissez d’un très grand soutien dans la communauté médicale.

Nous nous renvoyons entre chirurgiens chacune de vos brillantes interventions, telles des coups de scalpel dans l’EBM et Big Pharma, et les diffusons dans nos réseaux respectifs."

 

"Bonjour, je suis pédopsychiatre français, et je partage totalement vos analyses que je répercute autant qu'il m'est possible de le faire et en particulier vers des journalistes nationaux dont certains connus. Également vers des responsables politiques. Mais il est très difficile de les convaincre, étant pratiquement tous pris dans ce que vous appelez une "dramaturgie collective hallucinée" et que je dénomme moins joliment un délire collectif, ou au moins un emballement médiatique sub-délirant. Bien cordialement, et encore merci de votre finesse d'analyse."

 

"J’ai lu votre texte et bien entendu signé la pétition, par ailleurs je transmets et vais transmettre. Mes respects et sincères félicitations pour votre plume ! Quel travail bien fait, BRAVO !

J’espère que nous aurons le succès escompté avec un changement d’attitude de nos autorités et le retour à la normal du point de vue du fonctionnement général grâce au traitement. Mais tout comme en France, des enquêtes parlementaires, voir pénales devront à mon avis être diligentées pour comprendre ce qui s’est passé et prendre des mesures, afin de rendre impossible à l’avenir pareille désinformation et sabotage, pour ne pas dire trahison."

 

"Je voulais vous dire combien j'ai apprécié la lecture de votre texte. Il faudrait rappeler aux plus jeunes que la médecine n'est pas une science, mais un art, et que le médecin doit être, avant tout, un thérapeute. Mais hélas, nous sommes cernés... Je suis médecin généraliste, professeur de physiopathologie, à la retraite."

 

"Je partage pleinement votre vision du monde politique, médical, spirituel, humain à un point étrange pour moi. 

Merci de nous donner la parole. Oui je suis outrée, anéantie et dégoûtée par nos politiques (ça fait longtemps étant franco-suisse…) et par nos politiques professionnels. Et c’est une découverte pour moi qui ne vis en suisse que depuis 10 ans. SVM? FMH?..aux abonnés absents. Médecin cantonal? Il écrit dans ce français fédéral incompréhensible. ONU? OMS? CICR? Europe de Maastricht?…pourquoi diable est-ce que je paye des impôts?? des cotisations professionnelles? des cotisations à tout un tas de sociétés « savantes »….oui l’envie de raccrocher est bien là.

Passée cette amertume, je me dis fort logiquement que le salut ne peut venir que de nous, le peuple. Celui qui peut encore lire, réfléchir, penser, discuter et expérimenter. Cela fait longtemps que je ne crois plus qu’à ce que je peux expérimenter par moi-même.

Alors merci encore pour votre blog, vos articles, votre courage car, oui, il en faut beaucoup. Vous risquez sans doute de vous attirer le ressentiment de gens puissants.

J’espère que nous serons alors toujours aussi nombreux à vous soutenir si tel devait être le cas.

Je souhaite vous remercier vivement pour toutes vos publications, votre engagement et votre travail. 

Vous lire est comme un bain de jouvence!"

 

"Je tenais à vous féliciter pour votre Blog que j'ai découvert au décours de mes lectures sur le COVID-19.... et je suis très contente de lire que vous ou que nous partageons les mêmes points de vue... tout ce qui se passe au sujet de la pseudoscience et pseudos spécialistes autour des mesures sanitaires liées au COVID 19 est tellement affligeant, que je me demande si c'est un rêve, une mauvaise blague, ou un cauchemars....

En ce qui concerne le débat sur l'hydroxychloroquine et le protocole du Prof- Raoult, je pleure quand j'entends que des effets secondaires minimes doivent être testés en double aveugle dans CE contexte pandémique, alors qu'au mieux les gens ne meurent pas, et au pire, ils seraient peut-être quand même morts, je me dis que beaucoup, n'ont pas compris "le principe de précaution", ni même "que l'on n'apprends pas à nager quand on se noie, mais qu'on est juste content d'attraper une bouée qu'on nous jette, même si on peut "boire une petite tasse" en attrapant la bouée" !

Je me demande au final si ces spécialistes que j'entends à la TV lisent les articles scientifiques. S'ils les ont lu, et qu'ils en font ce qu'ils en font, alors j'entrevois ce que cela signifie ou alors ce que cela cache... NO COMMENT... Bref... je me demande si je suis sur la même planète que certains, mais je pense que vous également !

Bonnes Pâques ! il fait beau... Même si on doit rester confiné... Mais comme dit un ami "il vaut mieux être un confiné, qu'un con fini "... Tout est dit !"

 

"Tout d'abord, je me présente : je suis pharmacien Docteure en chimie thérapeutique, spécialisée en recherche et développement pharmaceutique, notamment en recherche clinique, et basée en France.

Je me permets de vous contacter à propos de votre article "Covid-19 : fin de patrie ?!" publié le 18 mars 2020 dans votre blog "Anthropo-logiques". En effet, cet article a particulièrement attiré mon attention ainsi que celle du rédacteur en chef adjoint de notre journal pour sa grande valeur intellectuelle abordant le conflit du Corona virus avec toutes ses contradictions, que ce soit au niveau politique, anthropologique, scientifique ou médical, en toute objectivité et transparence, mais également en style et avec beaucoup d'élégance linguistique. "

 

"Bonjour Je connais votre blog depuis peu. Dans votre article d’aujourd’hui vous citez la recommandation éditée par les HUG concernant l’usage de la chloroquine.

Je viens donc de lire leur recommandation, et là les bras m’en tombent car je viens aussi de lire la 1ere publication de D. Raoult concernant 26 patients. Ce que dit HUG n’est pas du tout la même chose: ils parlent de 14 patients ayant réellement pris la chloroquine, D. Raoult dit “20 patients” l’ayant effectivement prise avec une réduction significative de la charge virale, ce d’autant plus que les signes d’infection respiratoire basse ou haute étaient présents, comparativement aux sujets asymptomatiques.

Comment peut-t-on vouloir critiquer une étude et mentir aussi honteusement? Je suis aussi choqué que vous et voulait le partager. Merci pour votre travail"

 

"Je vous félicite d'avoir le courage de vos opinions. J'ai travaillé 9 mois aux HUG et ai compris beaucoup de choses. Mais en fait qui êtes vous ?"

 

" En tant que médecin expert judiciaire (spécialisé dans les erreurs médicales)j’apprécie énormément la précision de vos articles, pour la cible et pour la forme, vous êtes une plume incisive et un excellent bretteur.

Dans le dernier article de blog reçu vous faites une excellente description du principe décrit par Henri Laborit dans « l’éloge de la fuite». Il serait intéressant d’avoir votre opinion des options pour les décideurs quand ils seront dans l’impasse. Merci de continuer."

 

"Je suis médecin généraliste belge retraitée et j'ai encore beaucoup de contacts avec des anciens patient(e)s. La situation dans beaucoup de maisons de repos belges est dramatique à ce moment. J'ai eu un mail d'une infirmière (30 ans) qui travaille dans un hôpital. Son service est presque fermé et elle va aider volontairement dans une maison de repos avec beaucoup de patients Covid-19. Il n'ont pas assez de matériel de protection. Alors ces jeunes dames ont une tenue de protection pour 8 heures de travail ! Elles ne peuvent ni boire, ni manger, ni aller aux toilettes pendant 8 heures ! Elles demandent de pouvoir changer de tenue après 4 heures, mais c'est impossible ! J'ai mis un message sur le site de la télévision flamande, mais pas de réaction jusqu'à maintenant.  

Je suis très contente avec votre blog et je partage vos articles avec des amis. Ne pensez pas que vous êtes en train de radoter quand vous revenez sur les mêmes sujets ! Nous avons besoin de vos analyses !"

 

"Merci encore une fois pour ce billet qui nous apporte un peu de lumière
et de fraîcheur. Bon courage à vous."

 

"Permettez-moi de vous féliciter chaleureusement pour votre excellent texte. Je suis infectiologue, membre de l'académie nationale de médecine, ancien chef de service à l'hôpital.

J'ai beaucoup de mal à faire entendre ma voix considérée comme beaucoup trop optimiste.

J'adhère à 100% à tous vos propos. Je suis intimement persuadé que vous avez totalement raison. Merci cela me conforter dans mon analyse et mes convictions, pour mieux me défendre sur les multiples médias qui m'interrogent.

Nous aurons du travail en fin et après l’épidémie . Beaucoup de mes collègues, silencieux, pensent comme nous dans le milieu médical, infectiologique,et académique. Pour le moment soyons citoyens, donc parfaitement disciplinés et obéissants. Après il faudra voir comment à plusieurs nous exprimer. Les futures épidémies inévitables devront être gérées différemment. Je serai ravi de rester en contact avec vous."

 

"J’aime vous lire. Pour votre prochaine chronique je vous suggère de parler de Gilead et de sa stratégie pour promouvoir le remdesivir par l’intermédiaire de personnes comme Lacombe et Yazdanpanah Ceux qui le connaissent bien disent que Raoult est très fort dans deux domaines : les maladies infectieuses et la corruption médicale."

 

"Je suis un microbiologiste affligé par le niveau de mauvaise foi de mes collègues férus de méthodologie. Votre article que m'a fait passer une de mes amies m'a mis de bonne humeur ce matin. Vraiment je vous remercie pour cette analyse d'une finesse et d'une intelligence rares qui contrastent avec le faible niveau de ce qu'on peut entendre sur les plateaux de télévision ou dans la presse en général.

Vraiment il n'y a rien à rajouter, nous faisons tous ici le même constat sur nos collègues qui font de merveilleuses études randomisées pour monter que le nouvel antibiotique B au coût de traitement journalier à 300 euros est équivalent à l'antibiotique A au coût de traitement journalier à 10 euros (études de non-infériorité, ils ne cherchent même pas à démontrer que c'est meilleur.)

En tous cas merci pour votre billet sur votre blog."

 

"Un grand merci pour votre éclairage et du bon sens qu’il en dégage Médecin généraliste intervenant en gériatrie et soins palliatifs à l’hôpital, je me reconnaît parfaitement dans vos propos et finalement dans le sentiment d’être en résistance."

 

"Cher Monsieur, Je tombe par hasard sur votre blog. Depuis plusieurs jours, voire des semaines maintenant, nous sommes scandalisés avec quelques amis médecins de la tournure des événements. Nous pensons exactement comme vous en nous appuyant sur les mêmes arguments. Je me demande s’il n’y a pas moyen d’agir."

 

"Bonjour monsieur Michel Je cautionne tout à fait votre article dans le blog de la tribune de Genève intitulé anthropo-logiques. Je n'ai pas votre faculté d'analyse en virologie et en méthodologie , mais je suis medecin de campagne dans le sud -ouest de la France et reçoit actuellement avec mes associés nos patients suspects dans une salle d'examen COVID dédiée et sécurisée auto-équipée par notre cabinet car la dotation d'état est actuellement sur notre territoire de 18 masques FFP2 par semaine et par médecin...et une paire surlunettes plastique .le reste est notre équipement propre : blouses textiles personnelles , charlottes papiers et surblouses données par un restaurateur , reste de masques donné par la population locale ..et nous nous prétendons en France 5eme puissance mondiale et donneuse de leçons. Je cautionne donc tout à fait l'association dépistage de masse confinement des infectés et traitement par plaquenil et azithromycine. Nos gouvernements devront s'expliquer sur cette imprévoyance et ce fiasco économique et sanitaire. Merci encore pour cet article, continuez."

 

"Nous portons à votre connaissance la création du collectif "Laissons les médecins prescrire."

 

"Bonjour, une amie présidente de santé environnement pour ma région m’a permis de découvrir votre blog. C’est un vrai bonheur de vous lire et de partager vos idées. Je suis médecin en fin de carrière hospitalière sur Thonon les bains et très impliqué dans la défense de l'environnement et la sensibilisation des professionnels de santé à ces enjeux qui nous touchent depuis longtemps et qui explosent aujourd'hui. Ce virus est-il révolutionnaire ? c'est la question que posait le patron de Mediapart  Edwy Plenel. Je le pense mais a une condition, au moins une ...celle de résister au choc qui suivra épidémie. J’entends le choc comme l'exprime Naomi Klein ou la population épuisée après ces semaines de stress sera manipulée par des décideurs qui font le choix du pouvoir et d’économie ultra libérale. Saurons-nous faire face ? j'en suis sur si nous sommes capables de faire ensemble. Alerter sur les enjeux de demain, c'est votre rôle et celui des ONG de l'environnement qui devront prendre position, aider à ce pas supplémentaire de chacun qui nous fait passer de la prise de conscience a l'engagement. Merci pour vos synthèses et votre objectivité."

 

"Je vous ai découvert depuis seulement quelques jours, un peu par hasard et je me permets de profiter de l'opportunité que vous offrez à vos lecteurs pour vous écrire ces quelques mots.

J'étais (et suis toujours) à la recherche d'informations, d'analyses (hors de France où je réside), de points de vues divers, en dehors des médias français. Je cherche, un peu partout, sur la planète que j'ai beaucoup sillonnée à certaines époques de ma carrière (en Suisse, aux CHUV et HUG aussi).

Microbiologiste de formation, devant cette pandémie, je retrouve mes réflexes de chercheur (voilà plus de 30 ans!) et j'essaie modestement de recouper, décortiquer, analyser, ce que je trouve pour m'en forger une idée que je jugerai suffisamment satisfaisante pour apaiser ma soif (ce qui reste bien subjectif j'en conviens).

Hélas, les combats de coqs de nos experts sont pitoyables, surtout devant nos morts qui ne sont guère plus qu'un "nombre" au journal de 20h et le dénigrement franchouillard de notre infectiologue marseillais, pourtant mondialement reconnu en dehors de l'hexagone, en dit long sur l'état de notre démocratie.

J'ai été, entre autres, enchanté de lire votre témoignage précis et courageux, sur votre épisode Covid-19 ponctué par son heureux dénouement choloroquiné. Comme je ne désespère pas complètement de mes semblables, je traque les signes de possibles avancées de preuves du "protocole marseillais" en France.

Je vous partage donc 2 articles récents qui me semblent enfin porteurs d'espoir (mesuré) et que vous n'avez pas forcément vu ni cherché.

1- Des essais cliniques, l'étude Coverage qui se rapproche au plus près du protocole marseillais, sont en cours de démarrage à Bordeaux dans le but de maintenir les patients à domicile et de leur éviter une hospitalisation (voir par exemple ici: https://www.20minutes.fr/societe/2762151-20200416-coronavirus-bordeaux-chu-lance-premier-essai-clinique-ambulatoire-france).

2- Le témoignage de la pratique quotidienne d'un autre spécialiste français (Pr Christian Perronne à Garches) pour lequel je garde une certaine affection puisqu'il m'avait soigné au début des années 2000. J'étais rentré malade d'Asie, en plein épisode de SARS et il s'était avéré que j'avais en fait contracté la dengue. Son expérience (que vous pourrez trouver ici https://www.nexus.fr/actualite/entretien/perronne-hydroxychloroquine/), pleine de bon sens, est simplement édifiante.

Je vous souhaite un bon complet rétablissement, un excellent weekend et une plume toujours aussi agile."

"Bravo pour votre blog.
Veuillez trouver ci joint un papier qui vient de sortir sur la pertinence de la prescription d’hydroxyhloroquine.
Un vrai scandale ce qui se passe à la tête de l'état..."

 

"Microbiologiste à la retraite, je partage entièrement votre point de vue. Les microorganismes à l’origine de la vie n’ont pas fini de nous en remontrer."

 

"Je viens de lire votre article "hydroxychloroquine comment la mauvaise science est devenue une religion". C'est magistral, tout est dit et tellement vrai. Je vous remercie pour ce moment de fraicheur intellectuelle."

 

"Je tiens à vous remercier pour le travail que vous fournissez chaque jour afin de nous tenir informer, au travers de vos investigations et de vos analyses, de l’évolution du Covid 19 et des différentes positions de nos gouvernants respectifs.

Etant un néophyte dans le milieu médical, j’ai donc bien du mal à me faire une opinion au travers du flot d’informations (ou de désinformations) des experts présents sur les chaines d’informations continues françaises.

Votre blog m’a permis d’avoir une source de données contradictoires afin que je puisse me forger une conviction sur l’usage ou pas du traitement préconisé par le  Pr Raoult et je vous en suis très reconnaissant. Aussi, J’ai partagé, autant que possible, vos articles sur les réseaux sociaux.

Dans ces temps difficile, faire marcher son bon sens, son intuition et donc par conséquent son cerveau au travers d’informations croisées est selon moi indispensable, car nous sommes en permanence sous le choc de quelque chose (terrorisme, catastrophes naturelles, guerres….) et on nous livre du prêt à penser aux travers des médias traditionnels.

Donc encore merci et si je peux vous aider en quoi que ce soit à mon modeste niveau n’hésitez pas."

"Je me permets de vous adresser ce message pour vous remercier.

Nous (une amie et consœur médecin de 20 ans mon ainée et moi) avions depuis plusieurs années des réflexions allant dans le même sens que vous mais sans trouver de réel écho dans le marasme d'internet (mais en toute honnêteté peut être n'avions-nous pas vraiment cherché non plus).

Vous avoir lu nous a relancé dans nos réflexions en se demandant, au fond, si le roman de Robin Cook "prescription mortelle"  n'est pas plus proche de la réalité que ce que son statut de roman peut spontanément lui accorder.

En terme d'actualité, nous sommes effarées de la communication qui vient d'être effectuée par le collège national des généralistes enseignants. Vous en avez probablement déjà pris connaissance mais au cas où, la voici ci-dessous.

Au-delà du contenu global, plusieurs formulations nous font sortir de nos gonds avec, en filigrane, la question de fond suivante: y aura t-il encore une place pour notre réflexion dans la médecine du futur?


Si nous associons à cela la décision toute récente du gouvernement de ne donner l'autorisation de prescription de Plaquenil qu'aux médecins hospitaliers, ne devons-nous pas nous rendre à l'évidence que la machine est déjà suffisamment hors de contrôle pour ne plus laisser un seul espoir de libre arbitre?
Nous attendons avec impatience vos prochains articles."

 

"Je suis médecin ORL et avec tous nos confrères médecins partageons votre analyse
Merci encore pour tout ! Vos propos sont limpides et justes nous sommes encore au moyen âge.

Bravo encore pour votre courage intellectuel ! Vous lire a été un réel soutien psychologique."

 

"Un grand Bravo pour votre long article sur la mauvaise science devenue religion.

Une clarté au scalpel. Discernement des valeurs. Puissiez-vous un jour être entendu, avec changements concrets à la clef...

Pour cela il faudra nous unir et nous organiser nombreux."

 

 

 

"Je tiens simplement à vous remercier pour votre blog, que je trouve très bien réfléchi.

Je suis heureuse d’avoir trouvé une source qui me permet de prendre du recul sur "l'hallucination collective" que nous vivons. Merci encore."

 

"Félicitations pour ton blog que je diffuse autour de moi comme un virus bienfaisant…

C’est un des bons côtés de cette période compliquée."

 

"Je viens de lire votre remarquable article d'hier "Hydroxychloroquine : comment la mauvaise science est devenue une religion.". Je vous en remercie.
En tant que chercheuse, je pressentais cette situation mais n'en avais jamais lu une telle synthèse."

 

"Je suis une médecin italienne et j’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article sur la pandémie Covid-19.

Ce que vous dites m’a beaucoup touché car c’est exactement ce que je me disais mais je n’arrivais pas à me faire un discours assez cohérent et solide pour le partager, et comme vous le dites, de ces temps c’est aussi difficile de s’opposer à cette apparente certitude collective, sans passer pour complotante ou le subversive."

 

"Article Evidence-based Medecine

Superbe article ! Bravo et merci !"

 

"J'ai eu l'immense plaisir de lire, et relire, votre brillant et très exhaustif article sur le Covid-19.

C'est l'analyse la plus complète, pertinente et percutante que j'aie pu lire. Il a été une révélation et une bouffée d'air frais pour moi - malgré les propos graves et les situations indécentes qu'il révèle - dans la morosité ambiante de ces temps où l'on nous assomme d'info-intox anxiogènes qui sèment la panique et font perdre les raisons.

Je suis particulièrement en révolte en découvrant les dessous de la gestion de cette crise sanitaire. Et d'autant plus concernée que je me préoccupe fortement de la santé mentale des gens, actuelle et surtout post-virus."

"Je suis pédiatre à Marseille et comme pour H1N1 j’ai suivi attentivement cette épidémie.

J’ai vu toutes les erreurs et très vite j’ai adhéré aux explications du Pr Raoult. J’ai eu envie de lui envoyer mes encouragements.

Merci pour votre article éclairant et courageux. Bravo pour toute votre analyse."

 

"Je voulais simplement ce matin vous dire avec quel intérêt j’ai lu votre blog, enfin un peu de raison dans ce monde de fous."

 

"Je viens de lire avec attention votre passionnant article du 18 mars et je tenais à vous dire merci !

Je suis gynécologue extrahospitalière en Belgique et ce que vous écrivez résonne parfaitement avec ce que je pressentais. Restons calmes (…)

La Belgique étant un petit pays, elle suit souvent l’avis de sa grande sœur la France. Bien que notre système de santé publique soit fort bon, il a été détricoté ces dernières années par nos politiques. À ce jour, nous sommes comme nos voisins en pénurie de masques, blouses chirurgicales et gel hydroalcoolique et ne testons que les grands malades, ce qui est une idée géniale, comme vous l’avez souligné. C’est d’ailleurs à coup de dons privés qu’un de nos hôpitaux publics a acheté 6 respirateurs…

Quoi qu’il en soit, je partage dès maintenant votre article auprès de mes consœurs et confrères et vous dit, comme aux autres : soyez prudent…en traversant les rues."

 

"Pensez-vous que des plaintes pour mise en danger de la vie seront instruites par des tribunaux ?"

 

"Merci monsieur pour votre article qui synthétise et met en forme les publications et interview trouvés ici et là depuis dix jours (en se dégageant des médias mainstream.)

Votre travail est apaisant et plein d'espoir. De ma place de citoyenne et de professionnelle de la santé mentale, il a aussi le mérite de clarifier le sentiment d'ambiguïté et de confusion dans lequel nous mettent les doubles messages des autorités malheureusement énoncés en permanence. 

Un grand merci donc pour cet article que je vais largement relayer !"

 

"Merci pour votre blog qui vient soutenir une position que je défends aussi pour ma modeste part, je suis médecin anesthésiste retraitée lyonnaise. Et j’essaie de faire preuve de bon sens : quand on a un médicament qui a fait ses preuves que l’on connaît bien et qui est pour l’instant le seul, pourquoi traîner autant les pieds pour le prescrire et brandir des effets secondaires faussement dramatiques en cette période d’urgence ? Même le témoignage fort à propos de P. Douste-Blazy professeur en cardiologie est raillé par certains petits chefs parisiens ....

Je pense aussi comme vous le dites que le « comité scientifique » de notre chef de guerre est tout simplement à la botte de lobbies pharmaceutiques, de même que nombre de patrons parisiens qui dénigrent les résultats du Pr Raoult- sans en avoir pris connaissance. Ceci ajouté à une querelle d’école !

Les gens de bon sens et libres d’esprit ne sont pas dupes veux-je croire.

Merci pour votre article que je relaye largement parmi mes confrères et amis."

 

"En tant que virologue ayant consacré 50 ans de ma vie à étudier les VIRUS, j'adhère à 98% à votre analyse.

Inutile d'étaler mon cv vous pouvez regarder sur Google ou Pubmed (h index de 70) ; j’ai créé en partant de zéro le département de virologie humaine d’une des principales universités françaises, donné des cours et conférences aux USA,  Canada, Chili  Argentine, Espagne etc. et collaboré et publié avec trois prix Nobel.

Je n'en fais pas gloire mais ce fut intéressant 

Oui on est tombés sur la tête, et on a oublié que tout est vanité car les médias, les politiques et lesdits experts vous matraquent avec des idées et des chiffres particulièrement anxiogènes, chaque jour qui passe.

Par exemple, les tests RT PCR on les a utilisés des 1997 au labo et ils sont d'une grande simplicité et fiabilité. 

Alors pourquoi dire qu’ils sont compliqués et chers (cf interview des hautes autorités de l'état Français) ; certains journalistes disent qu'ils sont peu fiables alors qu'ils sont utilisés depuis 15 années pour mesurer la charge virale chez les personnes HIV+. A ce titre l’Allemagne et la Corée les utilisent à grande échelle contrairement à la France (…)

Pourquoi tous ces mensonges et non-sens qui sont générateurs de chaos ? Car détruire est facile, alors que reconstruire est de fait synonyme de patience et longueur de temps font mieux...

Les bras m’en tombent car on approche du phénomène de glissement qui donne un pronostic fort négatif.

Bon courage pour la suite"

Lien permanent Catégories : Santé, Société 17 commentaires

Commentaires

  • TESTS. Faisables. Voilà une question à laquelle doit répondre Berset, qui impose un plan de déconfinement, sans tests aux salariés:

    "Par exemple, les tests RT PCR on les a utilisés des 1997 au labo et ils sont d'une grande simplicité et fiabilité.

    Alors pourquoi dire qu’ils sont compliqués et chers (cf interview des hautes autorités de l'état Français) ; certains journalistes disent qu'ils sont peu fiables alors qu'ils sont utilisés depuis 15 années pour mesurer la charge virale chez les personnes HIV+. A ce titre l’Allemagne et la Corée les utilisent à grande échelle contrairement à la France (…)*

  • On ne va plus s'exciter, ça sert pas à grand chose. Donc, on va calmement attendre la fin du "gros temps"; et ensuite on fera le bilan et les comptes... On ne va rien classer du tout. Et les barons qui plastronnent et endorment nos autorités, rendront les comptes qu'ils devront !

    On a pas les masques, on a pas les gants, on a pas le gel, mais on a les avocats, et ce ne sont pas des rigolos !

  • Cher monsieur Michel, je vous suis depuis plusieurs années, et j'ai toujours trouvé vos différentes interventions "grinçantes" super intéressantes, notamment dans l'émission TTC de la RTS. Mais pourquoi ne vous donnent -ils plus la parole? C'est en ce moment que nous avons besoin d'entendre des personnes qui ont un grand sens de l'analyse et surtout qui ne soit pas intéressés comme la plupart des intervenants qui paraissent dans les médias à longueur de journée. Devrons nous reprendre les fourches et les faucilles pour nous faire entendre ? Un grand merci de tout ce que vous faites et de l'excellence de vos articles

  • Les errances de nos gouvernants sont impressionnantes, quand il n y a pas de masques : les masques sont inutiles, quand il va y en avoir en nombre ils deviennent obligatoires, quand il n'y a pas de tests les tests ne sont pas fiables, quand ils deviennent vraiment nécessaires , ils deviennent plus fiables. Les réponses de ces hommes d'état sont uniquement dictés en fonction des moyens et éloignés de la réalité des besoins. C'est terrible...

  • Bonjour Jean Dominique,
    merci encore de votre entretien video, éclairant, que je diffuse dans toute la mesure de mes moyens., et de réouvrir les commentaires, Puis-je vous interroger sur ce que vous pensez de l'affirmation par l'EHESP, qui court les réseaux et qui va d'évidence contre ce que vous pensez des conséquences du confinement à la française, et qui à grand renfort de modélisation épidémiologique chiffre l'effet de ce confinement à un minimum de 60'000 vies sauvées, non compte tenu des morts en Ehpad et à domicile, et pour le seul mois allant du 19 mars au 19 avril ? Je me permets de vous renvoyer à ma propre analyse du rapport en question sous https://bit.ly/2Y3ePr6 et de vous demander votre opinion sur les raisonnements qui y sont tenus.
    Merci d'avance et tenez bon.

  • Médecin à la retraite depuis 5 ans, je suis en plein accord avec tout ce que vous écrivez, et très heureux de constater que de nombreux confrères partagent votre opinion.
    Continuez !!!
    Dr Philippe Colin

  • Merci infiniment Monsieur pour cet article qui me rassure, moi qui osais dès le debut dire que le bon-sens aurait dû être maître à bord,pour résumer. Mais je ne suis ni scientifique ni chercheuse estampillée, seulement musicienne, et donc ignare en matiere de santé, et j ai essuyé autour de moi des remarques assez cyniques. Auxquelles je me rejouis aujourd'hui de pouvoir renvoyer votre raisonnement brillant.Nicole. De France

  • Merci infiniment Monsieur pour cet article qui me rassure, moi qui osais dès le debut dire que le bon-sens aurait dû être maître à bord,pour résumer. Mais je ne suis ni scientifique ni chercheuse estampillée, seulement musicienne, et donc ignare en matiere de santé, et j ai essuyé autour de moi des remarques assez cyniques. Auxquelles je me rejouis aujourd'hui de pouvoir renvoyer votre raisonnement brillant.Nicole. De France

  • Je me permets de m’insérer dans vos commentaires, quoique n’étant ni médecin, ni virologue, ni malade du covid, ni même accompagnante d’un quelconque mourant, mais simple citoyenne qui se permet d’oser penser. Pas de masques, pas de tests, je crois que c’est bien plus grave que ça, que ces pénuries ne sont qu’un glaçon qui cachent un iceberg.

    Dès le début, quand j’ai vu ce qui se passait en chine, avec la mise en « confinement » (lorsque vous n’avez même plus le droit de sortir sur votre balcon, que votre porte est fermée de l’extérieur, moi j’appelle ça emprisonnement) j’ai brâmé « c’est pas une crise sanitaire, c’est une crise politique ». On m’a répondu que j’exagérais. Le chiffre des morts est tombé : en gros 4 000, et plus de 50 000 000 de personnes enfermées chez elles, absolument terrorisées, désinfectant jusqu’à leurs chaussures (qui, à part le fétichiste de la chaussure, lèche ses semelles ?????) Pendant ce temps, diverses personnes, journalistes et autres « disparaissaient » dans un silence bien pratique.
    Et la contagion de la terreur s’est propagée. Alors j’ai cherché, et j’ai lu. Beaucoup. En virologie, en biologie, en histoire, en sociologie, en psychiatrie. Donc, Didier Raoult, qui depuis le début avait un discours logique, clair, cohérent, humain m’a plu. Et ses résultats aussi !

    Par contre, je suis assez déçue par le nombre de décès évités. Moi, j’avais parié qu’on trouverait 80 000 : quatre fois plus que le nombre de morts admis. Cette étude m’a fait mourir de rire : c’est une suite d’extrapolations qu’aucun fait vérifié ne vient établir. C’est randomisé, comme étude ?
    Quand vrais historiens et vrais statisticiens se pencheront-ils sur les morts du confinement ? Les AVC, les crises cardiaques, les morts des contagions intra-muros, les morts de solitude, les morts de l’angoisse d’être malade, les morts de l’angoisse du chômage, les morts du sentiment d’être inutile, les morts de voir leur petit commerce condamné etc etc. Et les plus riches qui s’enrichissent et les pouvoirs qui s’affermissent. L’histoire renseigne sur ces conséquences-là.
    Quand les scientifiques et les historiens se pencheront-ils sur les morts de la politique de santé ? Enfin, pas très difficile : quand on n’est pas soigné, 2% de morts, quand on est soigné, 0,5% en gros, quatre fois moins... Je fais cadeau à l’OMS, au FMI, aux Sanofi, aux agences de santé les morts de l’état de l’hôpital.

    On ferme les marchés parce que les gens manipulent la marchandise. Ah ? vous tripotez la viande et les fromages, vous, au marché ? Les vendeurs ne se rebellent pas, ils aménagent. On ferme quand même, comme tous les commerces « non essentiels ». Carrefour, Auchan sont essentiels. On y trouve les jouets du marchand de jouets, les journaux du marchand de journaux, les graines du grainetier, etc. Donc, les journaux sont essentiels à Leclerc, mais pas chez le marchand. C’est sanitaire ou économique ? Les marchés sont fermés, mais on tripote tous les emballages qu’on veut, on crachouille ad libitum sur les tomates, pas de souci, quand c’est à Intermarché, où par ailleurs on a condamné le vrac, parce que c’est pas propre le vrac. Crise sanitaire, vraiment ?

    En attendant en Europe comme en Chine, bien des contestations qui montaient sont confinées, et le peuple des petites gens, assommé de terreur et de tristesse se tait, et qui sait peut-être pour assez de temps pour qu’on arrive à mettre en place assez de mesures de traçage. Le grondement sourd qui sortait des foules ne s’entend plus.

    La première des libertés, c’est la sécurité, nous a-t-on chanté sur tous les tons, tout en faisant marcher à fond les usines d’armement et cette traîtresse aide au développement. Non, la première des libertés, c’est la liberté, et oserai-je le dire, en sanglotant les morts du bataclan, la liberté de 65 millions de citoyens vaut le décès de 500 d’entre eux. Ils sont vraiment morts pour rien si nous y perdons la liberté.
    La première des libertés, c’est la santé, commence-t-on à nous chanter, tout en empêchant les médecins de soigner, les curieux de chercher, les amoureux de s’embrasser, les enfants de danser. Ben non, la première des libertés, c’est la liberté. Ma mère, 86 ans, assez autonome et riche pour ne pas être en hépad, mais ayant subi une mastectomie il y a 3 ans et survécu l’an dernier à une pancréatite aigüe sévère, le clame. «M’enfin, puisque c’est moi qui suis à risque, foutez-moi la paix. Je suis assez grande pour choisir ma mort»

    En tout cas, moi, simple citoyenne, je ne prendrai AUCUNE consultation en télémédecine, je ne dirai rien de mes bobos à AUCUN robot, parce je suis une vieille cloche, je veux qu’un médecin touche là où j’ai mal, me regarde pour de vrai plutôt que ses écrans. Et que si je dois avoir ce genre de médecine qui ne m’écoute ni ne me croit (et les marchands de médicaments qui ne croient pas ce que disent les patients sont nombreux), je ne me soignerai contre rien. Si je souffre trop, je me mettrai à la culture de plantes textiles, et voilà.
    J’avais moyennement confiance en la médecine « moderne », mais j’ai lu et vérifié des heures et des heures au cours de ces deux derniers mois de chômage le passé des politiques de santé des pays « aidés », à propos des expérimentations, des politiques de natalité, du sida etc. Je n’ai plus du tout confiance.
    Mais ce que j’ai bien du mal à comprendre, c’est pourquoi tant de médecins généralistes « de base » qui n’ont aucun conflit d’intérêt marchent à tous ces mensonges. Pourquoi sommes-nous si peu nombreux à regarder la carte du Covid en Afrique, à prendre sa calculette, et à faire le prorata du nombre de mort/population/mesures sanitaires/mesures d’aide/contrepartie aux mesures d’aide/. C’est éloquent.
    Pourquoi diantre tant de médecins acceptent-ils de ne pas soigner les gens ? Je ne comprends pas.
    Au pire, il pourrait bien y avoir une explosion de lupus ou de rhumatisme, non ? Au pire, hein, parce que l’atteinte au secret médical y est, non, quand on justifie son ordonnance, et l’atteinte à la liberté de soigner, et à la liberté d’être informé et soigné côté patient. Mais ça passe. Je ne comprends pas.

    Comment peut-on avoir confiance en un corps « médical » qui affirme que rien ne sert d’aider un corps à résister aux maladies et aux virus en le préparant en lui donnant ce qui lui manque pour que son système immunitaire soit équilibré ? Sur la planète entière, pendant des siècles et des siècles, de l’Oural à la Patagonie, les tradimédecins aidaient la population à passer les périodes compliquées. Tous des idiots, que des charlatans ? et les guéris : des mythomanes ou des complices, vraiment ? Tous ? Quand la prévention passe par des choses fournies par Dame Nature et notre bon sens, et le savoir partagé, elle est stupide et inutile, quand elle passe par un scanner, 15 analyses diverses et Boiron, c'est bien?
    Je suis vraiment désolée, mais mon regard envers les médecins en tant que corps a changé. Avant, j’avais confiance, de prime abord, et il me fallait un discours peu clair ou bêtement autoritaire pour la retirer à un praticien bien précis. Maintenant, j’ai peur que cela ne devienne le contraire. Que je n’aie pas confiance d’abord. Que je vous regarde tous sous le nez en me demandant « t’es combien béni oui-oui, toi ? Quand Véran énonce des absurdités, jusqu’où le suis-tu ? » Epuisant. Effrayant. Désolée pour vous qui faites sans doute partie de ces médecins qui veulent soigner.
    Mais je crois que peut-être que ça va finir par sortir que c’était possible de faire autrement, que c’était possible de savoir. Les français après avoir retiré leur confiance aux politiques, aux enseignants, aux policiers, gardaient confiance en vous, je crois. Il faut que vous protestiez, et pas seulement parce que vous avez été traités comme de la merde, parce qu’on vous a empêché de soigner. Parce qu’on vous a obligés de fouler aux pieds ce magnifique serment que vous avez tous prêté. Hurlez, vraiment, je vous en supplie, parce qu’on ne pardonne pas aux parjures qui ne se repentent pas.

  • Je suis pédiatre. Les parents m'ont demandé parfois s'ils devaient prendre l'hydroxychloroquine et l'azithromycine.
    Il y a beaucoup de désinformation, ces traitements n'ont pas fait la preuve de leur efficacité. Les données du Prof Raoult montrent qu'il a la même mortalité pour l'âge qu'ailleurs, ni plus ni moins. Et une étude américaine au VA montre d'avantage de décès sous hydroxychloroquine pour les patients Covid.
    On aimerait bien que ce traitement marche, mais il n'y a pas de quoi le croire. Il est donc lamentable, en tant qu'expert en santé publique, de prétendre que des vies auraient pu être sauvées si les généralistes avaient donné de l'hydroxychloroquine à tout le monde. C'est irresponsable de conclure sans avoir des données fiables.

  • Nous avons déjà des données. Sont-elles fiables? Probablement plus que certains aimeraient à le faire croire.

    https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/


    Que pourrait-on opposer comme arguments à ce résumé de la réussite des traitements utilisés à l'IHU Méditerranée infection.
    Vu le nombre de patients traités à l'AP-HM et à l'IHU-MI, statistiquement, il y a de très fortes chances que la représentation des populations soient quasiment identiques dans les deux cas.

  • Bonjour,
    J'ai visionné hier soir votre dernière interview et souhaite vous remercier chaleureusement de me redonner espoir en l'humanité. Depuis le début de cette folie, je dis à mes enfants que je ne dois par être normale. En effet, tout ce que je vois et entend ne me semble pas vrai, comme vous le dites bien mieux, confrontées au réel les choses ne sont pas comme on nous l'assène.
    Je ne suis spécialiste de rien mais je lutte pour que mon esprit critique soit toujours au travail.
    Bon continuation et si je puis vous être utile en quoi que soit ce sera volontiers.

  • Bonjour
    Je suis virologue en retraite. Après plus de 30 ans dans un labo de Virologie de chu, j ai l impression de vivre dans un monde que je ne connais pas! Un monde où le pragmatisme a disparu et où tout le monde se croit medecin, virologue, journaliste ...Émet des opinions.. totalement fausses dans des pays où les gens sont devenus moutons de panurge
    Je suis enfin rassurée en vous lisant : enfin !

  • Merci beaucoup pour vos commentaires. J ai également écouté votre interview qui m a confirmé tout ce que je pensais mais m as également appris beaucoup de choses.

    J habite les États Unis et je suis également ce qu il se passe en france . J ai juste une question : si ce virus n est pas plus mortel que la grippe, alors pourquoi les hôpitaux sont-ils tout à coup à ce point submergés?

  • Merci ! J'ai découvert votre interview qui m'a fait un bien fou, et du coup votre blog, que je vais suivre attentivement.( ainsi que vos e-books ) Enfin de l'intelligence, de la rationnalité, de la vraie science ( celle qui se remet en cause en permanence ), dans un discours clair, pédagogique, humble et lumineux. Votre regard et votre sourire bienveillant disent votre humanité et votre amour de la vie en son vrai sens. J'ai la chance de vivre au fond d'une belle campagne française peu habitée et un peu moins polluée, en communion avec la nature, j'évite au possible notre société destructrice, et la découverte de personnes telles que vous me fait chaud au coeur.

  • Je tiens aussi à vous remercier de vos paroles si bien étoffées, et qui ressortent dans le fatras d'informations qui nous submergent, sans que personne dans lea profession de journaliste ne semble remettre en question la nausée qu'ils provoquent.personnellement, j'aurais du mal à continuer dans ce métier à leur place!Infirmière en maison de retraite, nous avons bien géré la situation, et ce bon établissement à dimension familiale s'en sort sans un seul cas,ni dépressions chez les personnes âgées ni les soignants.
    Evitons, je pense d'écouter les informations, carrément, je n'ai pas la télé, mais reçois par whats'ap des sujets, dont le votre, fort intéressant, les relations purgeant dans le fouillis, écrémant, de façon à ce qu'il ne reste que les choses frappantes, par leur mensonge ou leur sagesse.Je vous encourage à continuer à parler, nous vous entendons, et nous, c'est beaucoup de monde!!!

  • Je vous remercie Monsieur Michel pour votre communication sur la crise actuelle. C'est un vrai bol d'oxygène et de raisonnement clair dans l'epais brouillard mediatico-politique mondial qui empoisonne notre vie et tente jour après jour de camoufler les erreurs des politiques et des scientifiques officiels, des centaines de chefs de services médicaux ou médiatiques dont on nous claque le titre ronflant à la figure pour continuer à justifier notre nouveau statut de confiné suspect..
    J'espère que bientôt la vérité éclatera aussi bien en France qu'ailleurs dans le monde.
    Satyameva Jayate ! proclamaient les constituants de la plus grande démocratie parlementaire du monde, Dans quel état l'Inde va t elle se retrouver elle aussi à l'issue de ce confinement ! Combien de morts de faim ? Vous n'en parlez pas expressément dans votre intervention. Peut être l'etudierez vous aussi ?
    En tous cas vous nous rassurez intellectuellement sur la situation en cours, vous rééquilibrez positivement la conscience souffrante de nos concitoyens..

Les commentaires sont fermés.