Au-delà du Covid ?!

Imprimer

Un autre entretien avec Michel Herren, docteur en philosophie pour aller, au-delà de la critique (une fois celle-ci posée), vers des perspectives d’amélioration systémique de nos dispositifs sanitaires, politiques et sociaux.

Pour celles et ceux qui ont envie de penser dans le respect, la nuance et l'engagement de valeurs authentiquement humanistes.

Michel Serres nous avait prévenu : "ceci n'est pas une crise, disait-il, c'est un changement de monde." Comment sortir de la logique de la disqualification et du mépris pour construire un monde plus digne de cette humanité que nous avons vocation à être, ensemble ?

Avec Michel Herren et Guillaume Laurent, nous dessinons quelques pistes possibles pour cette évolution à venir !

Lien vers la page d'accueil de Phusis.ch et l'entretien en vidéo :

https://phusis.ch/2020/05/05/jean-dominique-michel-partie-2-enseignements-dun-desastre-mai-2020/

Lien permanent Catégories : Santé, Société 12 commentaires

Commentaires

  • Merci pour ces interviews passionnantes et cette belle intelligence qui est la vôtre.

  • Merci infiniment, grâce à vous tout s'éclaire et je respire autrement....

  • Cher Monsieur,
    Vous faites œuvre de salubrité publique : on respire large en vous écoutant. Merci de votre bravoure, de votre honnêteté intellectuelle, qui vous fait honneur, de votre détermination sans faille, de votre plaisir manifeste à partager vos connaissances.
    Bien à vous,
    Hélène Bregani

  • Vous etiez anthropologue de la sante, vous voici philosophe et heraut de la bonne pensee anti-systeme. Chapeau!

  • Marc Schindler@ Vous écrivez dans votre blog d'abord un billet pour dégommer le prof Raoult, cet affreux. Ensuite pour dénoncer les chiens du régime. Et maintenant ce commentaire...
    Un peu de cohérence n'a jamais fait de mal à personne...

  • Cher Jean-Dominique
    Pour la première fois depuis 2 mois vous m'avez fait un nœud au cerveau avec le compliqué et le complexe.
    Ce faisant vous avez convoqué deux illustres maitres es sciences molles qui m'avaient interpellé pendant mes études d'ergonomie (entamées il y 7 ans à l'age de 50 ans). Mr De Saussure d'abord avec sa brillante théorie du signifiant/signifié qui démontrait que l'habillage de concepts par des mots travestissait de facto leur sens car les mots ont rarement les mêmes valeurs sémantiques chez deux interlocuteurs.
    ... bon on le savait depuis l'ancien testament, mais dit en bon français c'est plus scientifique
    https://spiritualland.org/Les%20Bibles%20Version%20Html/Bible%20-%20Version%20Chouraqui/Bereshit%20%20Genese.html
    Chapitre 2, Tour de Babel
    5. IHVH-Adonaï descend pour voir la ville et la tour
    qu’avaient bâties les fils du glébeux.
    6. IHVH-Adonaï dit: « Voici, un seul peuple, une seule lèvre pour tous !
    Cela, ils commencent à le faire. Maintenant rien n’empêchera pour eux
    tout ce qu’ils préméditeront de faire !
    7. Offrons, descendons et mêlons là leur lèvre
    afin que l’homme n’entende plus la lèvre de son compagnon. »
    8. IHVH-Adonaï les disperse de là sur les faces de toute la terre:
    ils cessent de bâtir la ville.

    Puis Mr Levy Strauss avec sa théorie des mythèmes, qui montre que partout les mêmes histoires s'écrivent avec des habillages différents

    Je n'ai donc réussi à dénouer ce nœud que vous m'aviez fait qu'en traduisant votre discours dans le langage de ma discipline (l'ergonomie) et remplacer "compliqué" par "théorique" et complexe par "réel...ou pratique", car notre métier à nous consiste a rendre intelligible aux théoriciens la complexité du réel pour que leurs systèmes fonctionnent sans mettre en péril la santé de leurs utilisateurs.

    Mais le plus grand péril que nous courrons dans cette vaste mission, c'est le mirage du solutionnisme. Vous serez sans doute d'accord sur le fait que les cerveaux des décideurs ne sont (biologiquement et psychologiquement) pas prêts a accepter des solutions toutes faites.
    Par contre, posez leur un problème que leur appétence pour la complexité est en capacité de résoudre, et ils vous produiront "une" solution qui ira dans "un" sens positif pour les acteurs concernés.

    Car comme dit le viel adage : un compliqué qui marche ira toujours plus loin qu'un complexe qui réfléchit ;-)

    Problématiser puis mettre en œuvre les conditions pratiques d'une co-construction des solutions sont les deux mamelles de la maïeutique ergonomique. C'est passionnant, mais épuisant et souvent frustrant car tous les lauriers retombent toujours sur d'autres têtes que la votre.

    Vous avez un don certain pour problématiser de manière intelligible (et factuelle !!!) la complexité du réelle. C'est l'étape indispensable avant d'entamer un processus de changement. Mais le changement attendu étant de nature sociétale, seul le champ politique aura la capacité de l'opérer (on a vu ce que donnait le "laissons faire les spécialistes, le marché, la société civile...).
    Et la j'avoue que je ne vois pas de méthode toute faite. Celle du jeu démocratique serait la "moins pire", encore faudrait-il pouvoir relancer de vrais controverses (pas un grand débat national géré comme une épreuve écrite de solutionnisme).
    Mais pour avoir des controverses il faut des gens prêts à porter des idées, et on dirait qu'à notre époque, cela n'attire plus les foules.

    Vous appeliez dans un précédent article à 'laisser la place aux jeunes'. Mais peut-être faudrait-il commencer par réveiller le libre-arbitre qui a été anesthésié par 40 années de "fin de l'histoire" sous le régnè de la pensée unique voire quantophrénique (De gaulejac, 1993) et recommencer à respirer au large ?

    Encore merci pour votre travail revigorant, vous faites œuvre de santé publique.

  • Juste une chose JeanDominique, vous parlez que quand on vient au monde on ne choisi pas ses parents, et que l'on ne choisi pas sa famille , je crois que vous faites une erreur, il n'y a rien de "scientifique " tout comme vos travaux d'après ce que vous dites de vous . Renseignez vous , c'est tellement plus merveilleux et l'humain devient vraiment une création beaucoup merveilleuse ! Jean Luc

  • Bonjour à l'auteur de ce blog et à ses lectrices et lecteurs,
    Vous pourriez être intéressé-es par la lecture de l'article ci-joint paru le 30 avril 2020 dans Le Vent se lève, journal en ligne. Le système de santé cubain tel que décrit dans cet article est une source d'inspiration.
    Bien à vous,
    Hélène Bregani

    https://lvsl.fr/covid-19-le-retour-en-grace-des-medecins-cubains/

  • Bonjour,
    Merci pour votre sagacité et l'effet quasi thérapeutique de vos propos dans cette ambiance délétère de confiscation généralisée du discours politico-médiatiaue légitime.
    je suis pour ma part enseignant chercheur (thèse sur les systèmes de croyances en enseignement).
    Je vois deux éléments catastrophiques majeurs :
    - l’évaluation par les pairs ;
    - le fait d'enseigner (et donc d'apprendre) la science aux élèves (et étudiants) comme un catéchisme.
    Les deux se conjuguent pour inhiber toute pensée critique et anesthésier les consciences.
    Marc Cizeron

  • Si l'on peut empêcher les "Ayatollahs" des idéologies ambiantes (écologie, libéralisme, collectivisme, nationalisme, communautarisme, globalisme, alter mondialisme, ... sans oublier les PC qui s'insurgent déjà de mon utilisation du mot "Ayatollah") de vouloir tirer la couverture à eux, nous avons une petite chance de mettre en lumière ce qui a "merdé grave" (J'avais oublié le purisme).

    Il semble (mais je peux me tromper - Flagellisme ?) qu'il existe un problème universel dans la gouvernance, au sein des états ou des organisations diverses et variées: L'absence de LOGICIENS dans les strates de décision. A voir le sourire malicieux des journalistes dénoncer les experts médicaux qui se sont étripés sur les plateaux de télévision, faisant semble d'ignorer la constance du phénomène (Pasteur vs Pouchet, Newton vs Leibniz, ...) on n'ose penser à l'ambiance de cabinets ministériels. En France, le président Jupitérien a cru pouvoir échapper à la controverse en endossant le rôle de Mars en son mois éponyme et s'est retrouvé Pluton peu convaincant.

    Ne serait-il pas temps d'essayer la logique couplée à une vraie démocratie (nous ne savons toujours pas si cette dernière est un bon système, faute de l'avoir jamais réellement expérimentée)?

    A l'heure de l'instantanéité de la diffusion des opinions de tout poil et des réseaux sociaux omniprésents, il semble naïf d'imaginer que l'élection de représentants par les citoyens pour les représenter dans une agora soit un exercice utile. Dans les régimes présidentiels ou les monarchies, le personnage au sommet de l'état suffit à la tâche de représentation des citoyens, au même titre qu'un homme/femme exceptionnel .le (mes respects au féminisme et à l'inclusive) peut représenter une nation, une région, une ville, une communauté.

    L'action politique et toutes les idéologies ont aujourd'hui un espace incroyable (cyber, média) pour s'affronter, s'enrichir et convaincre. Point besoin de les asseoir dans des hémicycles ou sur des ronds de cuir: La vérité est ailleurs. Chacun comprend que la nécessité d'élire des représentants procédait essentiellement de l'impossibilité matérielle de sonder et rassembler les opinions des électeurs. Dans notre monde hyper-connecté, cette limitation n'existe plus. Mais il faut absolument garder les courants politiques et toutes les idéologies.
    Est-il si disruptif d'imaginer que leurs tribuns soient rémunérés par les mécanismes qui permettent aujourd'hui à ces plates-formes d'engranger des sommes dissonantes et franchement trébuchantes ?

    Les "élus" seraient alors essentiellement issus d'un groupe de personnes ayant démontré une capacité de logique -tout comme l'hôte de ce blog- et auraient le rôle de courroie de transmission entre les opinions exprimées et la fonction publique (les exécutants). Un rôle de cadre -non technocrate- consistant à mettre en oeuvre les mesures nécessaires à la maximisation des positions consensuelles de la population et à la minimisation de leurs refus ?

    L'épisode Covid 19 géré dans ce cénacle aurait probablement eu un cours for différent de celui que nous observons et nous aurait épargné des non-sens absolus en logique de base, sans qu'aucune compétence autre qu'un peu de matière grise entre les 2 oreilles et derrière les yeux soit nécessaire pour les mettre en exergue. Ce que JDM fait inlassablement ...

  • Monsieur Michel, vous êtes un cachottier!

    Vous avez donné une interview à André Bercoff sur Sud-Radio. Pour ceux qui vous suivent:

    https://youtu.be/VSb2cWiU67g

  • Je vous remercie d'être ce que vous Etes : un homme qui ne se laisse pas asservir par des propos tant écrits qu'oraux !au vu de vos connaissances !!!
    Personnellement, même ma famille proche me repousse, me rejette !!!!
    Aussi mon merci va s'étendre sur mon site, dans la lettre que je vais écrire.
    Qui sème une carotte ne récolte pas une rose !!!
    A vous et à toutes celles et ceux qui ont le cœur empli de roses (non ogm) UN MERCI DU CŒUR !!!!

Les commentaires sont fermés.