Petit quizz « complotiste » pour rédacteurs en chef romands

Imprimer

La presse romande va mal. C’est une triste évidence et elle-même le dit. Au point de demander une aide financière aux autorités.

L’idée en elle-même est recevable, et même sans doute bonne. Elle le serait encore plus si nos différents organes de presse écrite et audiovisuelle s’étaient montrés un tant soit peu capables de jouer leur rôle de contre-pouvoir depuis le début de la crise du Covid. Ce qui -sacré euphémisme- n’a pas été le cas.

Mes articles de blog (qui s’essayaient dans ce registre déserté par les médias) ont fait un boucan qui m’a même valu d’être traité de « complotiste » par le rédac’ en chef de 24h !

Pourtant je l’ai écrit à maintes reprises, je ne fais que diligemment mon travail de me documenter auprès des meilleurs infectiologues et épidémiologistes des maladies infectieuses (dont je ne suis pas).

Et quand on prend la peine d’écouter ce qu’ils disent, ô surprise, on entend des perspectives et des analyses qui n’ont rien à voir avec ce que les autorités et les médias nous servent en boucle depuis deux mois.

On me traite donc de mauvais esprit (bâillement) mais sans pousser la contradiction jusqu’à aller consulter les sources que je mentionne diligemment au long de mes articles. Un clic de plus doit parfois être celui de trop pour certains journalistes, terrassés par un grand état de fatigue j’imagine... l’effet du confinement peut-être ?!

 

Malsain

Tout ceci nous laisse avec un bizarre sentiment. Même Le Temps, journal prestigieux et longtemps crédible, vient de méchamment rater une marche avec son numéro spécial « anti-complot » de samedi dernier. Contrairement à M. Claude Ansermoz, les journalistes du Temps semblent savoir lire puisqu’ils ne m’ont pas inclus dans la liste des complotistes à dénoncer. Mais je me demande si je suis vraiment le seul à être ressorti de la lecture de ce numéro avec un sentiment de nausée.

Jeter en pâture à son lectorat des personnes, citées nommément, stigmatisées sous cette étiquette fait penser à des moments tragiques et ignobles de notre passé. C’est le point de départ de toutes les stigmatisations, celles du racisme, de l’homophobie, de l’antisémitisme, du sexisme, celle à l’origine de toutes les discriminations -et de toutes les violences.

Une jeune femme en particulier figurait dans le lot (la charrette ?), Mme Ema Krusi. Je ne connais pas cette personne hors du fait qu’elle soit connue sur la place de Genève, et d’avoir découvert récemment que nous avions une amie commune. Je ne connais pas ses opinions sur la Covid, la santé ou quoi que ce soit d’autre.

Mais quand je vois la manière dont Le Temps la désigne à l’opprobre général, j’ai envie de rappeler qu’il existe une chose qui s’appelle la liberté d’opinion. Et que montrer du doigt une personne pour ses convictions ou ses idées (dès lors qu’elles ne relèvent pas d’une norme pénale comme l’incitation à la haine) est gravement indigne de la profession. Point.

Ce n’est assurément pas ainsi que la presse locale peut retrouver un semblant de lustre.

 

Petite pédagogie pratique

Ces messieurs-dames ayant l’air passablement perdus dans leurs repères pour certains, et franchement ignorants pour d’autres, j’ai eu envie de leur proposer un petit « quizz « complotiste » maison. La pédagogie contemporaine insiste sur l’importance de mettre du jeu et du plaisir dans les apprentissages, aussi ce format se prêtera-t-il fort heureusement je l’espère à l’exercice -et même à un véritable petit cours de rattrapage pour les mauvais élèves et les distraits.

 

Quizz « QUI A DIT ?... » (une seule réponse par question) :

 

1. « La plupart des études scientifiques sont erronées, et elles le sont parce que les scientifiques s'intéressent au financement et à leurs carrières plutôt qu'à la vérité. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Dr Richard Smith, ancien rédacteur en chef du British Medical Journal

 

2. « L'endémicité apparente des mauvais comportements en matière de recherche est alarmante. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Dr Richard Horton, ancien rédacteur en chef de The Lancet

 

3. « Nous pensons que l'acceptation aveugle par l'EBM des "preuves" produites par l'industrie revient à laisser les politiciens compter leurs propres votes. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Article de référence dans le Journal of Evaluation in Clinical Practice

 

4. « Pourquoi la plupart des résultats de recherche scientifique publiés sont faux. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Pr John Ioannidis, article publié dans PLoS (Public Library of Sciences) Medicine

 

5. « Il n'est tout simplement plus possible de croire une grande partie des recherches cliniques qui sont publiées, ni de se fier au jugement de médecins de confiance ou à des directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à cette conclusion, à laquelle je suis parvenu lentement et à contrecœur au cours de mes deux décennies de travail de rédactrice en chef. »

a) Pr Didier Raoult

b) Dr Marcia Angeli, ancienne rédactrice en chef du New England Journal of Medicine

c) Jean-Dominique Michel

 

6. « L’industrie pharmaceutique trahit systématiquement ses responsabilités à l’égard de la population et des institutions. Les grandes firmes se sont de plus en plus focalisées sur le marketing, bien plus que sur la recherche, et elles exercent une influence omniprésente et persistante, non seulement sur la médecine et la recherche, mais sur les patients, les médias, les administrations, les agences de régulation et les politiques. (...) Elle s’est infiltrée dans tout le système, à tous les niveaux. C’est elle qui définit les programmes et la pratique médicale. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Rapport de la Chambre des Communes du Royaume-Uni

  

7. « Au cours des 35 dernières années, les patients ont souffert d'une épidémie largement cachée d'effets secondaires de médicaments qui ont généralement peu de bénéfices compensatoires. L'industrie pharmaceutique a corrompu la pratique de la médecine par son influence sur le développement des médicaments, la manière dont ils sont testés et la création de connaissances médicales »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Centre d’éthique de l’Université de Harvard

 

8. « La satisfaction des besoins des entreprises pharmaceutiques a pris le pas sur la satisfaction des besoins des patients. Si cette corruption des intentions réglementaires n'est pas inversée, la situation continuera à se détériorer. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Centre d’éthique de l’Université de Harvard

 

9. « Aujourd'hui, les objectifs de la politique pharmaceutique et de la pratique médicale sont souvent sapés par la corruption institutionnelle - c'est-à-dire des pratiques répandues ou systémiques, généralement légales, qui sapent les objectifs ou l'intégrité d'une institution.  Nous verrons que les objectifs propres de l'industrie pharmaceutique sont souvent pervertis.  En outre, le financement des campagnes électorales et du lobbying par l'industrie pharmaceutique fausse le processus législatif qui définit la politique pharmaceutique. »

a) Journal of Law, Medicine and Ethics, Vol. 41, p, 544, 2013 & Suffolk University Law School Research Paper No. 13-25

b) Pr Didier Raoult

c) Jean-Dominique Michel

 

10. « Il est en effet effrayant de voir combien de similitudes il y a entre cette industrie et la mafia. La mafia gagne des sommes d'argent obscènes, tout comme cette industrie. Les effets secondaires du crime organisé sont des meurtres et des morts, et les effets secondaires sont les mêmes dans cette industrie. La mafia corrompt les politiciens et autres, tout comme l'industrie du médicament... »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Dr Richard Smith, ancien rédacteur en chef du British Medical Journal

 

 11. « Il est clair (…) que l'industrie pharmaceutique fait un travail biaisé de diffusion des données probantes - être surpris par cela serait absurde - que ce soit par le biais de la publicité, des représentants de médicaments, de l'écriture fantôme, de la dissimulation de données, de la corruption des gens ou de la mise en place de programmes éducatifs pour les médecins. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Pr Ben Goldacre, Nuttfield College, Oxford et auteur de Bad Pharma: How Drug Companies Mislead Doctors and Harm Patients

 

12. « La conclusion de l’enquête de ce jour amène, elle, à une conclusion on ne peut plus claire : dire que l’hydroxychloroquine constitue un médicament dangereux et que cela justifie sa mise à l’écart dans le traitement du Covid constitue une exagération tellement importante de la réalité qu’elle s’apparente à un mensonge d’État que le professeur Raoult est parfaitement fondé à dénoncer comme tel. »

a) Pr Didier Raoult

b) Jean-Dominique Michel

c) Laurent Mucchielli, Sociologue, directeur de recherches au CNRS (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie)

 

(Réponses en bas de blog).

Devoir supplémentaire pour celles et ceux ayant plus de trois mauvaises réponses : trouver où ces citations figurent dans les innombrables, interminables et indigestes articles de ce blog (pouah !)

 

Et on se réjouit par avance de voir Le Temps et 24h filer ventre à terre pour dénoncer ces très vilains « complotistes », maintenant qu’il savent où trouver les pires d’entre eux…

 

 

 

 

Les bonnes réponses sont :

1.c ; 2.c ; 3.c ; 4.c ; 5.b ; 6.c ; 7.c ; 8.c ; 9.a ; 10.c ; 11.c ; 12.c ;

 

 

Lien permanent Catégories : Santé, Société 25 commentaires

Commentaires

  • Curieux comme la Suisse fait tout comme la France, bien calée sur elle. Non... en Suisse on ne vous a pas imposé de vous "auto-attester" pour sortir de votre domicile ; en France nous étions à la fois confinés et "confinants", subtilité bien perverse à l'image même de nos dirigeants-qui-s'amusent.

    Mais attendez voir, ce n'est qu'un avant-goût de ce qui va arriver encore, un avant-sale-goût.


    Merci de tenir bon la barre et le cap de votre côté, M. Michel.

  • Bonjour,
    Je me suis bien régalée à lire vos excellents billets, marrants de surcroît, au fil des jours de confinement.
    Je suis heureuse que vous ayez échappé à la morbidité ambiante. Cela aurait été une grande perte pour l'humanité.
    Je vous remercie de savoir damer le pion à tous ces piliers des pouvoirs si arrogants (et incompétents).
    Meilleures salutations et très longue vie à vous !

  • Je vais diffuser votre quizz comme j'ai déjà diffusé certaines de vos publications.... Je pleurerais bien mais à quoi bon ?

    Si vous ne l'avez jamais lu, je vous recommande la série Fortune de France qu'avait écrit Robert Merle et qui raconte de façon magnifiquement romancée, la vie de médecins entre le XVème et le XVII ème siècle. Dans le deuxième tome "En nos vertes années", il cite (c'est une réalité historique) un médecin de l'école de médecine de Montpellier qui dit "Je préfère me tromper avec Galien qu'avoir raison avec Vésale". Je pense que certains de nos scientifiques actuels sont dans la même lignée....

    Bon courage et merci

  • Merci pour vos analyses. Pourriez-vous investiguer sur le nombre de mort de la grippe en Suisse et en Europe . En France il y aurait eu moins de 50 décès au lieu des 10 à 15 000 attendu. La question est : a-t-on eu une année exceptionnelle ou compté les morts comme victimes du Covid. Merci

  • La question posée par Miguel s'impose. Personne dans la presse mainstream, celle d'Anserrmoz, n'a parlé du moindre mort de la grippe...
    En fait, bien évidemment, le ou la Covid19 (les Académiciens ont toujours en tête des problèmes très importants...) a éliminé les futures victimes de la grippe. Mais les thuriféraires largement payés du Remsévir ne vont pas vous le dire, et la presse d'Ansermoz fera comme d'hab, elle obéira aux ordres...

  • On savait tout cela sur les études biaisées etc. On l'apprend pendant les études universitaires.
    S'adresser aux "meilleurs" épidémiologistes ne veut pas dire s'adresser seulement à ceux qui confirment vos opinions. Pas de conclusion hâtive sur les données svp.
    Acceptez l'incertitude ;)

  • L'Afrique nous montrerait-elle la voie ?

    https://www.france24.com/fr/20200514-covid-19-le-burundi-expulse-le-repr%C3%A9sentant-de-l-oms

  • Vous devriez contacter le site "Vu du Droit" qui partage vos idées! Avec le génial Régis de Castelnau! Salutations

  • Bonjour
    1/3 de vos références sont "ancien ou ancienne" rédacteur ou rédactrice. S'agit-il d'un statut indispensable pour dénouer la langue ? :-) Merci pour vos lumières.

  • Bonjour,

    J'ai déjà partagé par mail et sur Linkedin certaines de vos publications. Je ferai de même avec celle-ci. Je suis également intéressée par la question de Miguel et de Géo. Le nombre officiel de décès dus à la grippe m'intrigue.

    Un grand bravo à ce que vous faites.
    Bien à vous.

  • Bonjour,

    Un grand merci pour votre travail de qualité. Je suis le blog depuis le retentissant article du 18 mars qui m'a parlé tout de suite et qui m'a bien rassuré. Cela a conforté mon opinion. Vous évoquiez un règlement de comptes devant les tribunaux en France dans une de vos vidéos, mais malheureusement, comme pour le sang contaminé ou Tchernobyl, on aura le verdict dans 25 ans avec un "responsable mais pas coupable". C'est malheureusement écrit. Et en attendant, les irresponsables et coupables sont toujours là. Avec la presse à leurs bottes. Votre parole libre fait donc le plus grand bien. Ne vous arrêtez surtout pas.

    Au plaisir de vous lire.

  • Non au tests non au vaccin non à la puce non à la 5 G non à l’isolement

  • Hier j'ai découvert un nouveau vocable grâce à la RTS qui relatait les tentatives de manifestations contre les mesures "sanitaires": les coronasceptiques! Evidemment, sous la plume du journaliste ce n'était pas un compliment. Haro sur quiconque ose penser, réfléchir, douter!

  • Le 19:30 nous a bien rappelé que douter des bonnes intentions de Bill Gates était déjà complotiste. Merci les apparatchiks de la pensée unique.

  • Si, comme le prétend le Prof. Ioannidis que vous citez,  la plupart des résultats de recherche scientifique publiés sont faux, on a le droit de douter des résultats des recherches scientifiques du Prof Raoult.
    Tous les pays dirigés par ceux qui prétendaient comme le prof. Raoult, que la Covid-19 ne nécessitait pas de précautions particulières, ont dus se résoudre à instaurer un confinement et enregistrent un bilan de victimes plus lourd pour avoir pris des mesures trop tardivement.
    La chloroquinine a été testée ailleurs qu'à Marseille et n'a fait aucune différence par rapport aux patients sous placebo.

  • Bonjour,

    A l’occasion et si vous l’estimez nécessaire, pouvez-vous me répondre brièvement à propos de cette argumentation de heidi news (en lien) qui démonte votre discours? Qu’en pensez-vous? Je me retrouve face à deux argumentations solides citant d’éminents scientifiques sans parvenir à me déterminer.
    Merci et meilleures salutations!

  • "Selon un sondage effectué auprès de 6.227 médecins à travers le monde, l’hydroxychloroquine serait le meilleur traitement à adopter contre le coronavirus."

    https://www.medias24.com/sondage-mondial-l-hydroxychloroquine-meilleur-traitement-contre-le-covid-19-9236.html

    Qui ment ? Qui cherche à discréditer l'utilisation de l'HCQ? La chaîne YouTube des HUG fait, à sa manière, le même genre de travail pour discréditer le traitement.

    Je dis ça, je ne dis rien d'autres.

  • M. Vuilliomenet,
    L'article que vous citez date du 7 avril. Soit de plus d'un mois.
    Depuis cette date, le milieu médical a fait des progrès et des études plus poussées ont été effectuées pour vérifier l'efficacité réelle de l'HCQ dans des conditions de tests parfaitement neutres.
    Le milieu médical est en majorité honnête et n'a aucun intérêt à discréditer un médicament s'il est efficace pour combattre le Covid-19. Imaginez le ridicule et le fiasco politique qui s'abattrait sur les États-Unis s'ils abandonnaient un médicament qui sauverait des vies en Chine ou en France et qui serait refusé aux Américains.
    Et bien suite à ces études, les Américains ont abandonné le traitement à l'HCQ et cherchent dans d'autres directions. Et ils ne sont pas les seuls à abandonner l'HCQ pour traiter les cas graves de Covid-19.

  • "Jeter en pâture à son lectorat des personnes, citées nommément, stigmatisées sous cette étiquette fait penser à des moments tragiques et ignobles de notre passé. C’est le point de départ de toutes les stigmatisations, celles du racisme, de l’homophobie, de l’antisémitisme, du sexisme, celle à l’origine de toutes les discriminations -et de toutes les violences."

    Bravo Monsieur, un très grand BRAVO. Ce que vous dites est tellement vrai et nous montre à quel point tous ces bienpensants moralisateurs et donneurs de leçons ont une indignation à géométrie variable. Ces mêmes personnes qui à longeur d'année tentent de nous culpabiliser et voient le mal partout sont les premières à stigmatiser les autres et à les trainer dans la boue dès qu'ils se permettent de ne pas penser selon la doxa du politiquement correct. Et la RTS tout comme la très grande majorité de nos journaux utiisent ces méthodes fascisantes. Et dire qu'on doit payer la taxe Billag pour ça et que désormais on soutient ce genre de presse avec l'argent public comme dans le canton de Vaud! Une HONTE!

    Comme le disait si bien Churchill: "Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes antifascistes."

    A ce sujet les deux très courtes vidéos suivantes du Prof. Jordan Peterson devraient vous plaire:

    https://www.prageru.com/presenter/jordan-peterson/

  • Juste pour info, le Pr Raoult n'a jamais, oh grand jamais, proposé l'HCQ lorsque tout allait mal. Encore une fois, il faut être d'une malhonnêteté crasse pour persiter à dire qu'il fallait utiliser l'HCQ quand tout allait mal. Bien au contraire, le Pr Raoult préconise l'HCQ en combinaison avec l'azithromycine. D'autres ont proposé de rajouter du zinc pour ses propriétés immunisantes. Il n'empêche que le traitement à l'HCQ utilisé par ces médecins semble avoir marché et qu'il y ait d'autres traitements qui marchent également ne pose aucun problème. Ce qui pose problème, c'est la malhonnêteté de certains mandarins qui apparemment ne pratiquent plus et sont devenus les globe-trotteur de la TV.

    Le Pr Raoult a donc proposé de traiter très tôt avec l'HCQ et bizarrement, les HUG, l'Hôpital universitaire de Bâle et l'Institut tropical et de santé publique suisse lancent le premier essai clinique en Suisse pour étudier l'impact de deux thérapies prophylactiques contre le COVID-19. Et devinez quelle substance nous retrouvons? L'hydroxychloroquine du Pr RAoult. C'est ballot, non?

    https://www.hug-ge.ch/coronavirus-maladie-covid-19/recherche-sur-impact-traitements-preventifs-contre


    Pour comprendre cette dérive de la médecine, il faut remonter assez loin comme l'a expliqué Sloboodan Despot sur Sud Radio dans un débat avec André Bercoff:

    https://youtu.be/VWMilewAGLs

    C'est quand même édifiant de voir qu'aujourd'hui, la résolution des problèmes est faites avec des tableaux excel.

  • @Alain Provist

    Bonjour, vous écrivez "Et ils ne sont pas les seuls à abandonner l'HCQ pour traiter les cas graves de Covid-19". Ils sont mêmes stupides d'avoir commencé. Pour ceux qui se documentent un peu, le lambda y arrive, il est inquiétant que le scientifique qui prend en charge la santé des gens n'y arriverait pas. Je disais donc pour celui qui se documente, la maladie à 4 phases : avant, contamination, premiers symptômes, détresse respiratoire. Le milieu scientifique compétent SAIT que dans la dernière phase, il n'y a pratiquement plus de virus et que le problème est de gérer la réponse immunitaire. La CHK a un petit effet de régulation de la réponse immunitaire mais ce n'est pas soin cœur de métier.

    De là, pas besoin d'être grand clerc pour s'imaginer qu'un anti-viral ne sert pas à grand chose. D'ailleurs le remdesivir ne fait pas mieux (on se demande dans quoi il marche d'ailleurs) et le kaletra n'a jamais marché. Donc c'était une décision débile (sinon de pouvoir écrire des articles pour expliquer que cela ne marche pas.) il faut le donner dès que le test est positif (choix de réduire au max la charge virale) ou, au pire, dès les premiers symptômes (choix de traiter le malade). donner de L'HCK en détresse respiratoire c'est conseiller d’arrêter de fumer comme seul traitement lors d'un cancer du poumon qui se métastase.

    La question qui se pose est quand traiter ? Est-ce que l'on traite en préventif tout le monde ? est-ce qu'on ne traite que les positifs ? A quel stade du positif ? dès le test ? premiers sypmtomes légers ? symptômes un peu plus sévères ? est-ce qu'on attend la détresse respiratoire ? Je n'ai pas de réponse en population générale, et je ne veux pas me prendre la tête à décider puisque je ne suis pas payé pour cela. Nous payons très cher des gens pour le faire : leurs décisions ont causé 35 000 morts en france. A mon avis, on les paient bien trop. Trouver la meilleure décision entre positifs, symptômes légers et symptômes plus forts est ce qui a besoin d'une VRAIE étude randomisée sur 100 000 personnes (bien que l'étude brésilienne donne un début d'indice). Attendre la détresse respiratoire pour traiter est un crime.

    A titre personnel, si je commence à avoir des symptômes, je prendrais HCQ+AZT, même si je dois dévaliser, à main armée, une pharmacie pour les avoir. C'est MON choix de patient de choisir mon traitement.

    Et la torsade de pointe, fantasme des scribouilleurs... et bien je prends le risque.

  • Bonjour

    Deux précisions à apporter à votre impeccable quizz.

    - Le Dr Richard Horton est toujours rédacteur en chef du Lancet.

    - L'ancienne rédactrice en chef du NEJM, le Dr Marcia Angell, a écrit un livre sur la corruption dans la recherche médicale et les méthodes des firmes pharmaceutiques pour biaiser les études et vendre toujours plus de traitements. "The Truth About the Drug Companies", étrangement non traduit en français.
    https://www.goodreads.com/book/show/5057.The_Truth_about_the_Drug_Companies


    Merci pour votre travail !

  • Salut !
    dans l'ouvrage paru il y a peu "Anatomie d’une crise sanitaire – Covid-19", J.D. Michel analyse la crise dans divers pays, mais n’évoque pas TAIWAN.
    Il eût été intéressant de connaitre son point de vue et l'analyse qu'il fait des décisions et des dispositions prises par ce pays.

  • Jeudi matin, un grand spécialiste selon la RTS, anthropologue de la médecine - donc un collègue de J-D Michel - enseignant à l'IUED (dont j'ai depuis trente ans toujours pensé le plus grand mal) nous dit au sujet de l'Afrique que si elle a bien résisté au Covid, c'est que le confinement a bien été respecté. Je n'ai de ma vie jamais entendu qqch d'aussi franchement à côté de la plaque...
    Ce grand spécialiste est bien entendu un grand de chez MSF, donc responsable en première ligne de la délocalisation de l'industrie pharmaceutique en Asie... (mais ça il ne l'a pas trop dit).

  • Bonjour. Attentif à votre position si bien exprimée et duement référencée, je suis frappé par la virulence et ľunanimité (ľuniformité) de la réaction que votre parole sucite. Ľorthodoxie des "sachants" est bien défendue.
    Un clivage idéologique profond apparait clairement.
    La santé, la médecine, la science... le sens, sont attaqués de façon holistique (tout azimuts) par une idéologie matérialiste, simpliste et mortifère, sous caution intellectuelle et scientifique. Ce n'est pas nouveau, ça s'est sérieusement aggravé, avec en coulisse des intérêts financiers collossaux, des complicités politiques vénales et des idiots utiles en foules hurlantes.
    Votre voix trouve une écoute toute acquise au constat que vous exposez fort bien., bien au delà du Covid (au diable les académies et les impostures)... providentiel.

Les commentaires sont fermés.