Appel du Collectif soignant pour une politique sanitaire COVID-19 juste, éclairée, et proportionnée.

Imprimer

 

Les décisions arbitraires et portant atteinte de plus en plus gravement aux libertés (ainsi qu'au bon sens) se multiplient.

Heureusement, des médecins sortent du bois en appelant à une sortie d'urgence de cette spirale sécuritaire démesurée... avec la cohorte de dommages et dégâts qu'elle provoque.

Dernière ignominie en date : la décision des autorités genevoises d'imposer le port du masque aux professionnel-le-s dans tous les jardins d'enfants et structures de la petite enfance.

Ces fonctionnaires et politiciens qui nous gouvernent conservent-ils une miette de compréhension des besoins affectifs, relationnels et sociaux des êtres humains, en particulier des plus jeunes et des plus âgés ?!!

Le Dr Louis Fouché, médecin anesthésiste - réanimateur, a eu l'amabilité de me faire parvenir l'appel qu'il a rédigé récemment au motif qu'il m'y cite. Bien au-delà de ce détail, c'est tout le reste qui compte dans cette prise de parole courageuse, intelligente et nécessaire.

Il l'a lancée dans le cadre du Collectif soignant pour une politique sanitaire COVID-19 juste, éclairée, et proportionnée, qui appelle à un regroupement des bonnes volontés pour organiser la résistance aux dérives toxiques en cours. Concluant avec élégance son appel de la manière suivante :

Merci à tous ceux qui voudront nous rejoindre pour que l’AP-HM se réveille du mirage et agisse.

Merci à tous ceux qui ne sont pas d'accord et qui voudront renouveler l’espace du débat pour une discussion courtoise et constructive.

Le site du Collectif contient différentes suggestions d'actions possibles à chaque personne qui voudrait faire sa part (lien en fin d'article).

Je reproduis également ici le modèle de lettre à un chef d'établissement scolaire, les enseignants étant eux aussi non seulement brutalisés mais encore mis en position de devenir brutalisants dans le cadre de directives de plus en plus aberrantes.

Au fond c'est toujours le même motif dont il s'agit : comment être intelligemment  prudents en évitant de prendre des mesures de contrainte sanitairement douteuses tout en étant lourdement attentatoires à la dignité et aux libertés fondamentales ?

Le Collectif énonçant ainsi sa raison d'être :

  • Sortir nos décisionnaires et nos concitoyens de la peur.
  • Infléchir la politique sanitaire locale et générale Covid vers des décisions plus éclairées, plus justes, plus proportionnées.
  • Rouvrir l’espace du débat démocratique et scientifique sur la politique sanitaire COVID.
 

Merci au Dr Fouché et au Collectif soignant pour cette proposition sans langue de bois ni circonvolutions inutiles... et puissent nos dirigeant(e)s un jour prochain retrouver la raison !

Sachant qu'il est aussi de notre responsabilité de les confronter à la réalité de leurs dérives pour les aider ou au besoin les contraindre démocratiquement à en revenir.

 

 

APPEL

 

Bonjour à tous,

A quoi joue le gouvernement ? A quoi jouent les médias ?
A quoi jouent les médecins ?

Quand réagissons-nous ?

Je lance ici un appel aux médecins, pharmaciens, soignants et administratifs de l’AP-HM de bonne volonté.

Il faut arrêter l’instauration et la pérennisation de lois d’exception liberticides.

Depuis quand le gouvernement se donne-t-il le droit de décider de ce que les médecins peuvent prescrire ?

Pourquoi les gens doivent-ils encore porter un masque aujourd’hui ? Pourquoi leur interdisait-on d’en acheter quand c’était utile ?

Pourquoi les pharmaciens n’ont pas eu le droit de vendre des masques quand c’était utile ?

Ce sont désormais  les supermarchés qui le peuvent avec la complicité de l’État et de ses forces de répression ?

Ceux qui constatent l’écart croissant entre le réel et la narration médiatique et politique se doivent de réagir.

Ceux qui savent lire et interpréter sans peur des courbes épidémiques se doivent de parler en masse et de ne pas laisser seul l’IHU dans cette bataille.

Il n’y a pas de seconde vague.

Nous ne sommes depuis bien longtemps plus en situation épidémique selon les définitions habituelles des standards d’épidémie pour la grippe (plus de 150 cas/j/100000 hbts).

Cette définition a été changée tout bonnement pour la Covid dans un but qui nous échappe.

Le réel est remplacé par une narration douteuse. Les « informations » diffusées par les médias sont désormais décorrélées de la réalité sanitaire.

Les courbes épidémiques sont interprétées de manière fallacieuse.

L’État aurait-il modifié les seuils épidémiques habituels pour maintenir un discours alarmiste et justifier des restrictions de liberté ?

Les nouveaux cas sont bénins.

Ils sont à la hausse du fait de l’incrémentation du nombre des tests.

C’est très rassurant quant à la bénignité de l’infection au final.

Nous n’avons pas constaté en avril le dénominateur des cas totaux faute de pouvoir tester comme le bon sens nous le recommandait.

Aujourd’hui nous testons de manière quasi systématique sans rapport avec une quelconque symptomatologie.

Nous trouvons simplement ce que nous nous sommes interdits de voir en Mars,  Avril et en Mai : le dénominateur et la foule des cas bénins.

Tous les partisans de la thèse de l’immunité collective devraient s’en réjouir.

Les hospitalisations en réanimation, les hospitalisations et les décès ne font que baisser tendanciellement !

Nous nous devons de sortir des polarisations politiques qu’on a voulu infliger au débat.

Nous devons retourner à des arguments de bon sens : médicaux en premier, scientifiques en second.

Merci à Jean François Toussaint, à Alexandra Henrion Caude, à Jean Dominique Michel, à Didier Raoult, à Philippe Parola, à Jean Christophe Lagier, à Christian Perronne et à tous les autres héros que j’oublie.

La Science, la médecine et la politique sont ternies de tant de conflits d’intérêt et de corruptions.

Le « Nous » de nos concitoyens va mal. Nous devons réinformer et réouvrir l’espace du dialogue et du débat quand il se ferme.

Il y a aujourd’hui plus de morts quotidiens de suicide que de COVID.

Les soignants doivent réagir.

Nous devons libérer nos concitoyens. Veiller à leur santé. Nous avons tous prêtés serment ! 

Chaque jour, il meurt en moyenne en France 1671 personnes selon Santé publique France.

419 personnes de maladies cardio vasculaires /  460 de cancers / 110 morts de maladies respiratoires / 27 de suicides / 10 morts d’accidents de la route /

Pour la covid-19 : Sur les 15 premiers jours d’Août une moyenne de 8.3 morts hospitaliers /jour.

Je ne compte pas les morts en Epadh puisque nous ne savons de quoi ils sont morts. Vous constaterez avec le sourire que du 1er au 15 Aout, 10 personnes auraient d’ailleurs ressuscitées selon le cumul des morts en Epadh.

Nous sommes devenus fous ?!

Merci à tous ceux qui voudront nous rejoindre pour que l’AP-HM se réveille du mirage et agisse.

Merci à tous ceux qui ne sont pas d'accord et qui voudront renouveler l’espace du débat pour une discussion courtoise et constructive.

Bien confraternellement,

 

Dr Louis Fouché, médecin anesthésiste - réanimateur.

 

 

LETTRE-TYPE à un directeur ou un directrice d’Établissement scolaire

Le 25/08/2020
 
Madame la directrice, Bonjour, 
 
Je vous envoie cette article de France Soir qui dit mieux que je ne saurais le faire toute l'étrangeté et l'incohérence de cette histoire de masques à l'école.
 
Je vous écris avec deux casquettes. Celle de parent et celle de médecin réanimateur.
 
En tant que parent, je suis choqué et triste pour nos enfants.
 
L'isolement dans des cerceaux est une torture. Il sépare nos enfants qui ont besoin de rencontre et de vie sociale. Les masques interdisent une vie de relation nécessaire à un enseignement de qualité. Ces pratiques les maintiennent dans l'angoisse et la suspicion de l'autre.
 
En tant que soignant, les directives sur les masques pour les enfants sont inutiles inapplicables et toxiques.
 
Les enfants ne sont ni malades, ni vecteurs ni réservoirs. L'épidémiologie montre qu'il n'y a plus de cas grave, ni de cas réanimatoires. Ces deux affirmations sont abondamment sourcées.
 
La réalité est que si vous voulez appliquer les directives sur le masque, il faut changer les masques toutes les 4h au plus. Il faut jeter les masques usagés dans des poubelles DASRI. Il faut laver les masques tissus toutes les 4h. Tout cela est infaisable pour une école. C'est une imposture alors qu'ils se retrouvent au parc pour jouer juste après la cloche....
 
L'article de France Soir réunit de grand nombre de sources et conteste les positions opposées.
 
Je souhaite et je prie pour que l'enseignement catholique, et Saint Michel en particulier mette tout son discernement dans ses discussions avec ses tutelles, et pense avant tout au bien-être des enfants et aux effets secondaires des mesures sanitaires. Si c'est contre la peur qu'il faut lutter, aucun masque n'y suffira.
 
Nous avons signé un appel et formé un collectif médical à Marseille pour résister à la distance croissante entre la réalité et la narration médiatique et politique.
 
Nous sommes en quelques jours plus de 40 médecins.
 
Notre raison d'être est la suivante:
 
  • Sortir nos décisionnaires et nos concitoyens de la peur.
  • Infléchir la politique sanitaire locale et générale Covid vers des décisions plus éclairées, plus justes, plus proportionnées.
  • Rouvrir l’espace du débat démocratique et scientifique sur la politique sanitaire COVID.
 
Je vous propose d'oser interpeller le rectorat, le diocèse, les syndicats d'enseignants et enfin les parents d'élèves.  
 
Je suis prêt à venir réinformer les enseignants et enseignantes, les parents d'élèves, les tutelles. 
 
Merci d'avance pour ce que vous ferez pour protéger nos enfants de cette folie.
 
Dr Louis Fouché,
pour le Collectif soignant pour une politique sanitaire COVID-19 juste, éclairée, et proportionnée

 

 

 

 

https://colibris-wiki.org/collectifCovid/?PagePrincipale

Lien permanent Catégories : Santé, Société 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.