Covid : assistons-nous à une soviétisation de la presse en Suisse ?

Imprimer

J'ai souvent eu l'occasion d'exprimer ma déception mais aussi ma préoccupation quant à la dérive observée dans le traitement par la presse suisse (RTS en tête) de l'épidémie de Covid et de sa gestion.

Alignement quasi-inconditionnel sur les positions des autorités, tri dans le recherche scientifique pour ne faire connaître que les article à charge ou à décharge d'une hypothèse, monopole de la parole attribué à un petite panel d'experts quel que soit le nombre d'analyses erronées qu'ils aient proférées au cours des mois, manipulations dans la présentation des données (ah, les fameux "cas" !) : franchement ceux à qui il reste un peu d'éthique journalistique ont de quoi attraper des boutons -et c'est bien le cas, ils nous le disent en privé.

De nombreux lecteurs me font par ailleurs parvenir les courriers de plainte qu'ils ont adressés à la RTS suite à telle ou telle émission, avec les réponses de leurs correspondants fleurant le meilleur fumet "langue de bois" des administrations les plus obtuses.

Parmi les dérives de cette institution, on a vu apparaître à l'occasion de la crise Covid l'acmé de la mauvaise foi et, dans ses principes, l'ébauche du totalitarisme : la psychiatrisation des opposants. Si le terme vous paraît fort, observez de plus près.

Se réfugiant bien sûr derrière les dépêches des agences qu'elle reprend désormais en copier-coller (pratique quand on veut continuer à licencier), la régie a multiplié les "analyses" du "profil psychologique" et "sociologique" des opposants.

Donnant la parole à des pseudo-experts sortis d'on ne sait où, elles s'en donnent à cœur joie pour dépeindre les personnes osant mettre en doute l'infaillibilité des autorités (même l'OMS, c'est dire !) comme au mieux des dérangés et au pire des criminels en puissance.

Vous croyez que j'exagère ? Lisez, regardez ou écoutez mieux !

M. Charles Pache, dont j'ai publié un remarquable article sur ce blog, a partagé avec moi un mail qu'il a adressé, suite à une émission relevant de cette scorie, à un journaliste de la RTS radio, Patrick Chaboudez, resté sans réponse. Je l'ai trouvé si pertinent (et à tel point d'intérêt public) que j'ai sollicité son autorisation de le publier ici, qu'il m'a fort aimablement et courageusement accordée.

Attachez vos ceintures : nous partons vers une dérive qui est l'amorce du totalitarisme contre lequel je mets en garde sur ces pages depuis des mois. D'aucuns ont beau jeu de moquer cette expression, arguant à juste titre qu'on est loin de vivre en dictature. Mais à négliger les signes avant-coureurs et les symptômes d'un pourrissement, on scie inévitablement la branche sur laquelle nous sommes collectivement assis.

Je le redis haut et fort : la RTS, média de service public que nous sommes contraints de financer, dérive vers des plis journalistiques indignes et inquiétants. On peut comme toujours s'en désintéresser dès lors qu'on n'est pas personnellement visé. Ou se bouger pour signifier que de tels plis ne sont pas acceptables, point.

Parce qu'il en va de la démocratie et donc de nos valeurs les plus fondamentales.

 

 

**********
Pluralité
**********
 
Cher Monsieur, 
 
Je me permets de vous rappeler une des bases de votre métier, qui figure pourtant bien dans la charte de déontologie de la RTS :
 
 
C'est quelque chose que vous semblez avoir totalement ignoré lors de cette émission :
 
Aucun opposant aux mesures en Suisse n'a été invité à s'exprimer, pourquoi ?
 
Cette émission est juste une triste succession de diabolisations par des 'experts'* de citoyens qui ont un esprit critique par rapport aux mesures prises par les différentes autorités, je me suis senti "mis en cause", selon le terme de votre charte, avec un vague sentiment d'avoir subi une atteinte à l'honneur ou de la diffamation. En Suisse le code pénal ne recommande pas ce genre de choses. Pénalement, on protège le droit de ne pas apparaître comme quelqu'un de méprisable. Alors oui, je n'ai pas été visé personnellement mais au final le résultat est le même. Des personnes qui auront entendu votre émission auront plus de chance d'avoir une réaction de rejet par rapport à des critiques des mesures et aux personnes qui les expriment. Cela relève quasiment d'une discrimination d'une grande partie de la population (voir sondage plus bas).
* pour moi ce sont eux les malades qui voient des conspirationnistes partout, bon c'est tout à leur intérêt vu qu'ils existent grâce à leurs propres exagérations alarmistes.
 
image.png
 
Parmi ceux qui pensent que les mesures ont été exagérées et l'ont exprimé publiquement se trouvent pourtant également énormément de personnalités de bonne réputation. En Suisse on peut citer  le Prof. Vernazza ou le Prof. Sornette. Il y en a beaucoup qui préfèrent ne pas s'exprimer publiquement vu le climat.
 
Même le ministre allemand de la santé a admis il y a une semaine que le confinement était une erreur et que la fermeture des écoles, des magasins et des restaurants avaient été des mesures exagérées : https://www.20min.ch/story/gesundheitsminister-sagt-corona-massnahmen-seien-uebertrieben-gewesen-101403914040
 
Même ZDF commence à laisser une tribune aux experts qui ne partagent pas l'avis des autorités : www.youtube.com/watch?v=QWfDWcpE5qo
 
Quand est-ce que la RTS acceptera d'avoir un vrai débat ?
 
Dans cet article du 20 Minuten, on voit un sondage qui montre que 58% des 32'000 lecteurs qui ont participé pensent que les mesures étaient exagérées en Suisse. Nous ne sommes pas une minorité, au contraire, nous sommes la majorité, même si beaucoup ne disent rien sous leur masque, ils n'en pensent pas moins. 
image.png
 
 
Un mouvement avec un manifeste a été créé en Suisse romande, www.tous.ch. Facebook et Google censurent nos posts et tentatives de créer des publicités. Nous ne faisons pourtant rien d'illégal et nous nous exprimons avec bienveillance. 
 
Je vous invite à lire un article que j'ai écrit la semaine passée et qui démontre que la létalité actuelle du corona est ridiculement basse et ne justifie pas les mesures actuelles (d'autant plus que si on compare les statistiques des cantons avec et sans obligation du port du masque, on observe aucune différence) :
 
Je vous invite à prendre en compte les histoires des personnes qui souffrent de cette situation au quotidien, sont mobbées, perdent leur emploi ou parfois préfèrent même ne plus vivre dans une telle société. Je connais plus de gens qui se sont suicidés pendant le confinement que de gens qui sont morts du covid. Et ma femme a perdu son emploi. Et ma fille a été mise hors de la crèche pour un nez qui coule sans autres symptômes. Voilà les vrais dégâts de cette gestion désastreuse et sans vision.
 
Je ne sais pas si vous avez vu passer cette information, mais 9 cas positifs sur 10 ne seraient en fait pas contagieux. J'attends toujours que la RTS en parle. Quand on sait qu'un seul cas positif peut signifier des centaines de mises en quarantaines, avec des conséquences pour les employés et leurs entreprises, je trouve ça grave : https://www.industrie-techno.com/article/les-tests-rt-pcr-du-covid-19-se-revelent-etre-de-tres-mauvais-tests-de-contagiosite.61389?fbclid=IwAR0t_V5lC2U95B5T9q6V6epVzwRVuM6vlmMLYk63fBp8QIdwVjrGBPwm_FU
 
En résumé, nous avons le droit de penser, nous avons le droit d'émettre des opinions, de faire des analyses, de critiquer sans devoir être mis au pilori pour ces pensées légitimes, nous vivons en démocratie. 
 
Et nous avons aussi le droit de passer à la RTS.
 
En tant que journaliste à la RTS, vous avez une grande responsabilité sociétale, ne la gâchez pas je vous en prie. J'espère que vous aurez l'occasion de bientôt équilibrer la pluralité, comme le dit votre charte, "sur une série d'émissions". 
 
Merci.
 
 
Charly Pache, en tant que lui-même
 
 
Post Scriptum : M. Pache m'a informé peu après la publication de ce blog avoir reçu un appel de M. Chaboudez avec qui il m'a indiqué avoir eu une conversation franche, ouverte et de qualité. J'en suis évidemment heureux. Je ne tire pas et ne tiens pas à tirer sur les journalistes, même si la ligne éditoriale de certains médias (en particulier la RTS) m'apparaît problématique au possible du fait d'un parti-pris systématique en faveur des thèses officielles, aussi erronées ou même absurdes puissent-elles être..
Ce qui n'empêche pas de nombreux professionnels de faire leur travail consciencieusement ou d'y aspirer. Et rien ne nous rapproche plus bien sûr que la possibilité d'en parler ouvertement.
Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.