HCQ : et pourtant elle soigne...

Imprimer

Les lectrices et lecteurs fidèles de ce blog connaissent l'invraisemblable flot de turpitudes ayant conduit à une mesure sans précédent dans l'histoire de la médecine : la prohibition, déguisée derrière divers prétextes tous plus fallacieux les uns que les autres, d'un médicament efficace contre le Covid-19 !

Bien sûr, l'émergence d'une conviction solide traverse inévitablement une phase de confusion où semblent abonder les données contradictoires. D'où l'importance de ne pas sauter aux conclusions, de garder du recul et un regard critique envers nos intuitions ou préférences, et d'éplucher soigneusement les études pour en évaluer la solidité, la pertinence et même souvent la probité.

John Ioannidis l'avait révélé en 2005 dans son fameux article, ici souvent cité : il faut tolérer l'incertitude temporaire liée à cette phase de données contradictoires avant de voir apparaître une "evidence".

Le débat scientifique et les multiples aléas de l'expérimentation sont une chose. La production délibérée d'études-bidon, dont la fonction est de brouiller les pistes à dessein, en est une autre.

Seule la piste souvent évoquée ici du délire collectif permet de comprendre l'angle mort invraisemblable des autorités scientifiques et politiques face à une des plus grandes manipulations de tous les temps.

Souvenons-nous en : l'annonce par l'IHU de Marseille de résultats positifs corroborant ceux précédemment trouvés par des équipes chinoises et coréennes aura enclenché une des plus formidables (mais aussi terrifiantes) entreprises de désinformation contemporaine. Avec la complicité active des revues médicales, des hôpitaux et des universités (beaucoup des nôtres auront participé allègrement à cette fumisterie).

Parmi les étapes "historiques" de ce scandale, retraçons les plus saillantes :

D'abord, en avril et en mai, l’affirmation invraisemblable que l'HCQ (un des remèdes au profil de sécurité les plus solides de toute la pharmacopée) présentait (soudain) des risques cardiovasculaires qui devaient conduire à l'éviter à tout prix. Ce soufflé fétide est retombé depuis, mais quiconque n'a pas la mémoire trop courte se souviendra que la presse (suisse, belge et française) a répercuté bruyamment et sans recul ni discernement cette énormité. Matraquée avec une telle insistance qu'aujourd'hui encore, nombre de baudauds, de médecins et de professeurs des universités restent convaincus de cette billevesée.

En fait, la science a parlé : l'HCQ s'avère en fait même cardio-protectrice contre le Covid-19 ! N'attendez-pas un erratum ou encore moins un mea culpa de la part du Temps, de la RST ou des HUG. Non, ce gente de choses n'existe pas chez ces gens-là.

Ensuite, nous eûmes droit à l'affirmation absurde (et sur ce blog maintes fois dénoncée) que seuls des essais randomisés en double-aveugle pouvaient apporter une réponse solide à la question de l'efficacité thérapeutique de l'HCQ contre la Covid. C'est faux et archi-faux, c'est même un grossier mensonge contredit par la littérature scientifique, il n'empêche que des "autorités" comme le Pr Axel Kahn en France ou Anthony Fauci aux États-Unis se sont empressés de le colporter partout où ils passaient, suivis par un cortège de ministres et de professeurs.

Ensuite, nous eûmes droit à une volée d'études falsifiées, truquées, bidouillées de manière tellement grossière qu'un certain nombre d'entre elles, publiées dans les "meilleures revues" (comme The Lancet, le BMJ, le NEJM ou le JAMA) ont du être rétractées ou se sont fait complètement démonter. Leur malfacture n'est pas la moindre énigme de l'histoire : la production d'études scientifiques truquées qui défendent les intérêts des industries polluantes est vieille comme l'industrie du tabac. Ici -était-ce du fait de l'urgence ?- la médiocrité extrême de cette production n'aura pas fait illusion très longtemps. Suffisamment tout de même pour paraître dans des revues "à comité de lecture" et convaincre la foule habituelle des médecins, politiques et profs d'uni pas très regardants ou calés en épistémologie !

L'une d'entre elles (la fameuse étude Mehra publiée dans The Lancet) aura même fourni le prétexte à l'OMS pour interrompre toutes les études cliniques (en RCT) impliquant l'HCQ, comme au gouvernement français de verrouiller à triple tour l'armoire à pharmacie. La révélation de la fraude ne conduisant pas ces instances à revenir en arrière, faut pas pousser on imagine.

Ennuyeux peut-être puisque l'étude Discovery, ainsi interrompue, était elle aussi en train de suggérer une efficacité de l'HCQ et d'elle seule !

Ensuite, comme il est naturel que ce soit le cas, nous avons eu une longue suite de publications, observationnelles pour la plupart, provenant d'un grand nombre de pays, et dont la régularité à confirmer l'efficacité de l'HCQ, tant en prescription précoce que tardive, contre le Covid. Avec une moyenne de réduction sur les hospitalisations et la mortalité de 25 à 65%.

Non pas un remède-miracle donc (personne ne l'a jamais sérieusement prétendu à part les caricaturistes de la presse) mais un remède susceptible de rendre d'immenses services et de sauver de nombreuses vies.

Notre système de santé -corrompu comme on le sait- aura lui choisi (bien au-dessus des autorités de chaque pays, ce ne sont plus elles qui décident depuis longtemps) d'abattre l'espoir généré par les données convaincantes de l'HCQ au profit du très lucratif Remdesivir, inefficace et toxique. Dans le plus beau cas d'école du "deux poids deux mesures" l'ANSM en France, Swissmedic en Helvétie et l'Agence européenne du médicament auront acheté pour plus d'un milliard d'euros de ce produit foireux... en prohibant son concurrent efficace et bon marché.

Pour comprendre cette dynamique crapuleuse, il suffit de consulter les registres d'arrosage du laboratoire en question (Gilead, désormais associé à Astrazeneca pour la mise au point d'un vaccin...) par exemple dans notre pays.

Les liens d’intérêts sont aujourd'hui inévitables du fait du modèle de financement de la recherche. Par contre, que celles et ceux qui sont dans cette situation (comme la Pre Calmy aux HUG et tant d'autres) ne s'abstiennent pas d'intervenir sur des sujets impliquant les intérêt d'un de leur financeurs, ni ne les mentionnent publiquement, relève bel et bien de la faute grave.

En France, le Pr Perronne a souligné que les décisions iniques prise par le "Conseil scientifique" sur cette question sont illégales du fait de l'absence de récusation des membres au bénéfice de tels conflits d'intérêts (la quasi-totalité du Conseil !)

Seulement voilà : aujourd'hui, les autorités sont à bien des égards des "autorités-voyous", les médias sont à bien des égards des "médias-voyous" et les facultés de médecine et hôpitaux ont des fonctionnements systémiques de cet ordre.

C'est dire si nous ne sommes pas sortis de l'auberge.

Si ce n'est que la vérité finit toujours par sortir et que la gravité du scandale en question est telle qu'une fin pénale est bel et bien à prévoir pour un ensemble d'acteurs de cette sinistre histoire.

Car les données sont là, aujourd'hui incontestables : les données probantes penchent très fortement en faveur de l'HCQ -en combinaison avec l'azithromycine- comme traitement de référence du Covid-19.

Celles et ceux qui ont mis ce constat en échec par une somme de manœuvres déloyales et parfois mensongères devront tôt ou tard en répondre.

Pour éclairer les lectrices et lecteurs de ce blog, je reproduis ici une excellente analyse du Dr Gérard Maudrux (publiée sur son blog du Quotidien du médecin), qui se présente ainsi lui-même :

Dans une première vie chirurgien urologue libéral à Grenoble, Gérard Maudrux a présidé pendant 18 ans et jusqu’à la fin de 2015 la Caisse autonome de retraite des médecins de France, la CARMF. Il tourne la page avec un seul regret : avoir encore des choses à dire, une vision non conformiste du système de santé à présenter. Car ses idées (il a fondé Action santé pour lutter contre la loi Evin en 1991, il veut bloquer la fuite en avant des charges, est favorable à une retraite à la carte…), le Dr Maudrux les a toujours défendues le verbe haut, au besoin seul contre tous. C’est ce qu’il se propose de continuer à faire à travers ce blog iconoclaste.

Ah oui, les dernière péripéties encore : Olivier Véran continue de poursuivre de sa haine l'IHU de Marseille et on apprend que Sanofi (le labo qui produit en France le Plaquénil) subit maintenant des pressions pour cesser de le leur livrer. Jusqu'où ira la bassesse de ce ministre, désormais dans le collimateur de la Cour de justice de la République ?!

Quand on sait que des milliers de vies sont en jeu et que le gouvernement français vient de ré-autoriser la prescription facilité du Rivotril (un euthanasiant) pour les maisons de retraite, on voit que ce scandale relève bel et bien du domaine criminel.

 

Chloroquine : le plus grand scandale sanitaire (français) du siècle ?

Le verdict de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament vient de tomber : pas d’ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation) pour l’hydroxychloroquine, en réponse au Pr Raoult qui en avait fait la demande. Fin du débat ? Pas sûr, au contraire. Va-t-il déboucher sur le plus grand scandale sanitaire que la France ait connu ? 

« A ce jour, les données disponibles, très hétérogènes et inégales, ne permettent pas de présager d’un bénéfice de l’hydroxychloroquine, seule ou en association, pour le traitement ou la prévention de la maladie Covid-19 », argumente l’ANSM. De quelles données dispose-t-elle ? J’ai l’impression que ce ne sont pas les mêmes que tout le monde (hormis celles diffusées par la presse française qui n’aura pas été neutre dans cette affaire). 

Cela fait un moment que je voulais faire une synthèse de toutes les publications contradictoires sur HCQ depuis 8 mois, afin de voir quelle tendance on pouvait en tirer en les additionnant, le doute étant semé de toutes parts. En m’y attelant, je constate que d’autres l’ont fait, je vais donc m’en inspirer. 

PHASE PRÉCOCE : ZÉRO ÉTUDE MONTRANT L’INEFFICACITÉ

Tout d’abord un petit rappel : Il y a 2 phases dans la maladie : la phase de développement du virus, avant la constitution des défenses naturelles, sur laquelle peuvent agir les virucides, en tuant ou freinant le virus, puis la phase des effets secondaires, inflammatoires, respiratoires et vasculaires, qui font la gravité de la maladie, et sur lesquelles les virucides n’ont aucun effet.

Première constatation, et non des moindres : combien d’études démontrent l’inefficacité de HCQ en phase précoce et uniquement précoce ? En France ? Zéro. Ailleurs, idem à ma connaissance. Qui peut m’en donner ? Or c’est dans cette indication que l’ATU a été demandée, sur quelle base l’ANSM a-t-elle pu se prononcer en l’absence de ces publications ? 

En France, 3 études ont été faites en phase précoce, et toutes trois sont à l’opposé des déclarations de l’ANSM : celle de l’IHU de Marseille, bientôt 9 000 cas, celle interdite de 800 cas des médecins libéraux (« laissez les prescrire »), et Hycovid d’Angers. Les deux premières sont critiquées par des puristes où la méthode prime sur le résultat, ignorant l’observation de soignants de terrain au profit de statisticiens. Et pourtant 9 000 cas, mortalité de 0,5%, à comparer au groupe placebo de 1 million de contaminés avec une mortalité de 3,4% (bien abaissée grâce aux larges tests, passant de 20% à 3,4%, alors qu’elle a toujours été stable à Marseille sur la même période). Vu le nombre dans chaque cohorte, la qualité des groupes doit être statistiquement homogène selon la loi des grands nombres, plus fiable que le tirage au sort.

En ce qui concerne Hycovid, ce devait être une étude portant sur 1 300 cas, randomisée en double aveugle, conduite par le CHU d’Angers avec 36 autres établissements. Critères : efficacité jugée sur le nombre de passages en réanimation, chez des sujets à risques, présentant au moins une comorbidité (obésité, HTA, Diabète, besoin d’oxygène). But affiché de l’étude : mettre fin à la polémique. Raté pour ce premier objectif, vu la suite des évènements : seulement 250 cas inclus, du fait de l’arrêt prématuré de l’étude, dont les raisons ne sont pas claires : ni accident, ni inefficacité. Certains évoquent l’affaire du Lancetgate et l’attitude de l’OMS, mais le Lancet date du 22 mai, (rétracté le 5 juin), le dernier patient inclus du 21 mai, et l’OMS a repris le 3 juin et continué jusqu’au 4 juillet. Fausses explications. La baisse de l’épidémie et la difficulté de recruter (on dit que les patients venaient pour HCQ, mais refusaient le tirage au sort) est plus crédible, mais il y a aussi l’attitude de l’ANSM qui a eu une grande influence pour fermer l’étude le 9 juin.

Ceci étant dit, les résultats, promis pour fin juin, début juillet, ont été mis en ligne sous pression le 19 octobre : réduction de 50% de la mortalité à 28 jours. Conclusion : « statistiquement non significatif lié à la taille restreinte de la cohorte de patients » ! Je vous laisse juges de cette conclusion faite pour rester dans le politiquement correct. Par ailleurs 0 décès ou intubation dans le groupe HCQ + AZI, certes ce groupe de 10 patients est trop faible, mais quand il y a 3 décès sur 11 patients dans le groupe placebo correspondant, cela pose quand même question aux médecins, pas aux statisticiens !

Ainsi sur notre territoire, 3 études et seulement 3 études en phase précoce, qui vont toutes trois dans le même sens d’une efficacité certaine, et aucune étude ne prouvant le contraire, alors que les détracteurs sont nombreux, mais impuissants à prouver ce qu’ils avancent par autre chose que des paroles. On peut y ajouter une quatrième, avec des fuites, (non vérifiables pour le moment, mais non contredites),  concernant Discovery qui montrent également les mêmes résultats, tous aussi tronqués par un arrêt prématuré inexpliqué.

Qu’en est-il, pour les autres publications mondiales ? J’ai trouvé deux méta analyses, l’une portant sur 147 études, l’autre sur 118, que j’ai retenu, car plus claire. Les conclusions pour la partie précoce, avec 19 publications, sont sans appel : « Le traitement précoce est le plus efficace, avec 100% des études rapportant un effet positif et une réduction estimée de 63% de l’effet mesuré (décès, hospitalisation, etc.) à l’aide d’une méta-analyse à effets aléatoires, RR 0,37 [0,30-0,47] ». Moyenne des études : 63% d’effets positifs et zéro étude avec effets négatifs.

Et un petit graphique de l’école de médecine de Yale pour terminer :

Maintenant les autres études, plus ou moins précoces :

ETUDES A CHARGE

Déjà en avril je m’étonnais d’un certain parti pris des autorités et de la presse « On tergiverse sur la qualité despublications au lieu de savoir s’il faut traiter ou non. Il y a eu une première publication favorable en février sur 100cas, dans 10 centres (Wuhan, Jingzhou, Guangzhou, Pékin, Shangai, Chongqing, Ningbo). Réponse de nos experts : pasrandomisé. Ensuite ils nous sortent une étude sans effet, randomisée début mars de luniversité de Zhejiang, 15 traités,15 placebo, excusez du peu, nombre non significatif. Rebelote en Chine fin mars, 62 patients, cette fois randomisée (2 x31, mais ils nont plus beaucoup de patients à traiter). Après 5 jours, 80% améliorés chez les traités, 55% chez les nontraités. Réponse des détracteurs : ce nest pas une publication, mais une prépublication, qui par ailleurs ne correspondpas à la déclaration préalable obligatoire ! »

Ensuite, c’est le grand n’importe quoi : cette étude, vantée par notre ministre auprès des parlementaires, où l’on administrait HCQ aux cas les plus graves chez des grabataires, telle une extrême onction, pour démontrer l’inefficacité. Et puis Mehra et The Lancet, vaste escroquerie intellectuelle, tout autant vantée par le Ministre, l’ANSM, l’OMS, conduisant à l’arrêt de nombre d’études. Il y avait pourtant une phrase dans cette étude qui aurait dû les interpeller, indépendamment du reste : « Nevertheless, a cause-and-effect relationship between drug therapy and survival should not be inferred. These data do not apply to the use of any treatment regimen used in the ambulatory, out-of-hospital setting. » En clair : ces constatations ne s’appliquent pas aux patients traités en ambulatoire, en dehors de l’hôpital. Le Lancet s’est rétracté, avec excuses, pas nos responsables. 

La presse française et nos responsables, ministres et ANSM en tête n’ont porté d’attention qu’à ces études, se gardant bien de nous informer sur la centaine d’autres études plus sérieuses.

ETUDES FAVORABLES

Que dire de l’étude brésilienne d’avril, 636 patients, 412 traités, 224 non, 3 fois plus d’hospitalisés dans le second groupe. Que dire de cette étude multicentrique italienne, 3451 patients dans 33 centres, 76,3% ont reçu HCQ, réduction de moitié de la mortalité. En juin c’est la Fondation Henri Ford qui possède de nombreux hôpitaux, et qui a traité dans 6 deses hôpitaux à Detroit 2541 patient avec HCQ+AZI, le taux de décès est diminué de 71%, aucun effet secondaire. Toujours en juin, c’est une autre étude, dans 8 hôpitaux de New York, 6493 patients dont 3708 hospitalisés, avec encore division par 2 du nombre de décès, toujours sans effets secondaires. Là c’est en Arabie Saoudite, 7892 patients positifs confirmés par PCR dans 238  établissements en ambulatoire : 1 critère : l’hospitalisation dans les 28 jours. Résultat : moitié moins dans le groupe HCQ. Encore aux Pays-Bas, 1064 patients dans 14 hôpitaux, avec réduction de 53% d’admissions en soins intensifs. En Italie, autre étude multicentrique, 3451 patients dans 33 centres, 76% avec HCQ, le reste sans, taux de mortalité divisé par 2. Belgique, 8075 patients hospitalisés, 4542 avec HCQ, 3533 sans, mortalité premier groupe 17,7%, dans le second 27,1%, soit 70% de plus. Toutes ces études multicentriques (il y en a d’autres), sont une garantie contre la manipulation d’une seule équipe.

Une des dernière étude chinoise d’août, 2882 patients hospitalisés et graves, 278 sous HCQ, dont 48 état critique. Mortalité 3 fois supérieure dans le groupe sans. Et en Espagne, première étude sur 1645 hospitalisés : « nous constatons que le risque de décès était significativement plus faible pour les patients traités par azithromycine, prednisone et, en particulier hydroxychloroquine.», et seconde étude sur 502 patients (dont 85% avec pneumonie) conclut à « une réduction du fardeau de la pression hospitalière avec moins de patients graves ». 0 décès. Et pour terminer, cerise sur le gâteau, une publication du 20 août du seul hôpital de l’île de La Réunion (France) sur164 hospitalisés pour Covid : « Malgré le profil de risque des patients atteints de pneumonie hypoxémique sévère, le taux de mortalité était de 0%, Cela peut être dû au pack de soins utilisé dans notre hôpital (hospitalisation précoce, traitement par HCQ / AZT et / ou corticostéroïdes, assistance respiratoire non invasive, etc.). »

 

SYNTHESE

Qu’en est-il de la synthèse des méta analyses, sur plus de 100 publications et qui excluent les publications douteuses ?  Elles confirment toutes l’efficacité significative à tous les stades, moins que dans la phase précoce. Les auteurs trouvent que les résultats, toutes études confondues sont mitigés, mais ils signalent quand même que 68% montrent des effets positifs. Ils constatent également que : « les études négatives entrent principalement dans les catégories suivantes : elles montrent des preuves de confusion non ajustée significative, y compris la confusion par indication ; l’utilisation est extrêmement tardive ; ou ils utilisent une dose trop élevée. » Nous l’avons constaté depuis des mois dans les seules études publiées en France, avec les cas les plus graves volontairement mis dans le groupe HCQ, moyennes d’âges plus jeunes, surdosages, prescriptions « in extremis »,…

 

ETUDES RANDOMISÉES

En ce qui concerne les seules études randomisées, les résultats sont superposables aux non randomisées, avec une constatation amusante des auteurs, dont la logique humaine ne plaira pas aux défenseurs de la randomisation : 87,5% des études prospectives rapportent des effets positifs, contre 69,8% des études rétrospectives. Les auteurs seraient ils influencé par leurs convictions dans leurs études rétrospectives ? « Même avec le petit nombre d’ECR à ce jour, il existe une forte indication d’efficacité. En excluant le traitement tardif, 100% des ECR à ce jour rapportent des résultats positifs ». Les auteurs en concluent que si ces études randomisées sont très précieuses et minimisent les biais potentiels, elles ne sont ni nécessaires ni suffisantes, et constatent que des études observationnelles bien conçues ne surestiment pas systématiquement l’ampleur des effets du traitement par rapport aux études randomisées. En clair : tous les médecins qui ne randomisent pas ne sont pas des menteurs.

 

ETUDES PROPHYLACTIQUES

.

Ils ont également analysé des études sur la prophylaxie, avec 74% de positives. La logique voudrait que les résultats soient les mêmes qu’en phase précoce, mais les auteurs signalent que les séries négatives se retrouve chez les porteurs de maladies auto-immunes (traitées au long terme par HCQ), pathologies qui ne font pas forcément bon ménage avec le Covid.

 

Tous les détails, la méthodologie et les sources sur https://hcqmeta.com  Pour les détails voir surtout en annexes 1)Méthodes et résultats, et 2)Analyses avec exclusions. Voir également d’autres méta analyses : https://c19study.com(149 études), https://hcqtrial.com (80 études), Sans oublier les méta analyses de l’IHU de Marseille. Quand on élimine les études discutables, trafiquées, non relues par d’autres, toutes concordent pour démontrer l’efficacité de HCQ en phase précoce, mais aussi plus tardive, et ont les mêmes chiffres. Il y en a d’autres, mais plus elles sont réduites, plus elles peuvent être tendancieuses. En France, nos élites ne retiennent que quelques études manipulées.

 

Par ailleurs, je n’ai pas creusé sur un point bien signalé par l’IHU de Marseille : la diminution de la charge virale, également étudié dans quelques articles étrangers. Qui dit moins de virus dit moins contaminant et moins longtemps, donc moins d’extension de l’épidémie.

Autre point, la France est un pays extraordinaire, cela semble être un des rares où, selon les autorités, la molécule d’HCQ a muté. C’est une chose classique chez les virus, qui peuvent devenir plus ou moins virulents, mais une première concernant une molécule médicamenteuse. Inoffensive pendant 70 ans, voilà qu’elle est devenue dangereuse, perturbant le facteur bénéfice/risque à l’origine de la décision de l’ANSM.

CONCLUSION

Au vu des études françaises et mondiales, il est indéniable que l’Hydroxychloroquine a un effet sur le/la COVID-19. Plus la prescription est précoce, plus elle est efficace, passant de 100% à 60-70% d’effets positifs. De manière surprenante, il n’y aurait, qu’en France que cela ne marche pas.

Concernant ces effets positifs, les plus mesurables et indiscutables sont l’hospitalisation et le décès, réduits de 50% dans toutes le méta analyses. Le problème de la France est l’accès à l’hospitalisation, en voilà une solution facile et peu coûteuse, que les autorités se comportant comme les singes de la mythologie bouddhiste, ne veulent ni voir, ni entendre, ni discuter, attitude qui va coûter cher en vies et PIB.

Dans ce contexte, la dernière décision de l’ANSM n’a rien de médicale, il faut en chercher ailleurs les raisons. Il semble également que comme beaucoup, elle ne lise que la presse grand public qui se précipite sur les articles à charge et ignore les autres. Les auteurs de l’analyse, que j’ai largement utilisée, ont constaté qu’il n’y avait pas qu’en France qu’existait ce problème. Ainsi ils font remarquer que le New York Times, n’a jamais publié que des articles montrant l’inefficacité, aucun ne montrant le contraire. Il faut sans doute chercher l’explication dans les sponsors du journal. Partout il y a plus d’article montrant l’efficacité (discutée) du Remdesivir, que de HCQ, alors qu’il n’y a qu’une étude qui le dit pour le premier, et plus de 100 pour le second…

HCQ n’est peut-être pas la panacée, elle n’a pas 100% d’effets positifs comme certains traitements indiscutables, et même si elle ne soulage que 30% des patients au lieu de 60% comme le montrent les études, en l’absence d’autres traitements, c’est toujours ça de gagné, et au moins 10 000 vies. Sans compter l’effet placebo, comme dans tout médicament, qui peut tranquilliser l’esprit et soulager, rassurer nombre de concitoyens (voir mon article), car dans cette affaire, n’oublions pas qu’il n’y a pas que le Covid, il y a aussi des patients, et des concitoyens inquiets d’une absence ou d’un refus de traitement.

Pratiquement tous les pays au monde, soit conseillent HCQ (comparez leur mortalité/hab avec la nôtre, c’est 10 fois moins), soit sont neutres, mais dans tous les cas laissent les médecins faire leur métier. Le malheur, c’est que chez nous, ce sont les politiques et les hauts fonctionnaires qui soignent, pas les médecins. Le titre de l’article d’un médecin américain publié dans Covexit m’interpelle : « Chose truth and chose life ». Pourquoi ? Parce que nous sommes à l’opposé : « choisissez le mensonge et choisissez la mort. »

Article original : https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/10/25/chloroquine-le-plus-grand-scandale-sanitaire-francais-du-siecle/

Lien permanent 17 commentaires

Commentaires

  • Bravo et merci pour tout ce que vous faites!

  • Merci pour cet article très fouillé et bien documenté. Je vous suggère aussi le site c19study.com - vous le connaissez peut-être déjà - qui passe également en revue d'autres thérapies, y compris la vitamine D.
    Le verdict est sans appel.
    Je mène le même combat que vous depuis février (à une échelle certes bien plus modeste) et j'admire votre courage car je sais à quel point il n'est pas facile de se lancer - et surtout de tenir sur la durée - dans une telle entreprise.
    On a l'impression d'avoir beau énumérer des arguments articulés, documentés et vérifiés, personne n'écoute, si ce n'est pour ressortir le discours prêt-à-penser du complotisme ou, plus dernièrement, du “rassurisme".
    Certains ont la chance d'avoir un entourage compréhensif et stimulant, et de compter sur le soutien d'amis sur la même longueur d'onde.
    Je suis pour ma part dans un désert. Je me demande souvent par quel autre bout empoigner ce bâton bien ingrat de pèlerin (solitaire par définition, on dirait) afin d'observer ne serait-ce qu'une ébauche de prise de conscience.
    La désobéissance civile? Elle exige le nombre.
    La voie parlementaire ? Nos élus dorment et/ou sont aussi hypnotisés.
    Les référendums ? La plupart n'aboutissent pas...
    Certes, il y a un ras-le-bol croissant et désormais perceptible. Cependant je n'ai pas l'impression qu'il soit le fruit d'une réflexion, davantage plutôt une incompréhension grégaire devant cette escalade de mesures kafkaïennes - mais sans aucune remise en question du socle tout entier sur lequel repose une politique mensongère, criminelle et irresponsable depuis 9 mois, en Suisse et ailleurs.
    Et puis de toute façon, malgré le ras-le-bol, la ligne rouge ne cesse d'être déplacée. A l'image de la fenêtre d'Overton, on est passé en quelques mois de l'inacceptable au désirable (de quoi s'agit-il ? de soumission, bien sûr). Le monde que Huxley avait anticipé.
    Peut-être que la vérité sortira un jour. Mais à quel prix ? Un énormissime gâchis planétaire, sans doute irréparable.

  • Merci, merci de votre determination à denoncer la folie des nouveaux ayatollahs..Le complotisme ne serait il pas à chercher parmi eux ??
    Merci encore pour ce bol d'air pur que vous apportez à tous ceux qui doutent..

  • Vous auriez pu mentionner l'étude "Solidarités" publiée par l'OMS qui démontre l'inefficacité du Remdesivir.
    Et l'objection de Gilead.
    Il est intéressant d'observer que lorsqu'on tape "Remedesivir" sur le site de l'OMS on ne trouve qu'une incidence liée à Ebola et publiée en janvier 2019.

  • Il est aussi étonnant d'entendre une responsable de l'OMS affirmer qu'il n'y a pas de seconde vague. Et parfaitement incompréhensible que les autorités qui se sont appuyées sur les études de l'OMS jusqu'à ce jour n'en tiennent soudainement plus compte.
    https://covidinfos.org/2020/10/14/aucune-seconde-vague-nest-en-cours-assure-loms/

  • Bonjour...
    Juste quelques lignes pour vous adresser, comme la plupart d'entre nous qui vous suivez avec délectation à chacun de vos articles et qui nous permet de garder la tête au dessus de ce marasme planétaire, ...
    Mille mercis...
    Un lien, histoire de permettre à celles et ceux qui n'auraient pas eu la chance de voir ce reportage très bien construit sur cette pandémie de 68/69...dont personne ne se souvient ! Une similitude troublante de ce qui est en train de nous passer dessus avec une politique de santé bien différente !
    Pour info, je suis nfirmier intérimaire, ayant participé a la première vague a la Salpêtrière...et juste histoire de rire un peu..."pas de prime 1500€ pour les personnels intérimaire !"
    Le mépris de ce gouvernement n'a pas de prix !
    Re sollicité pour cette "deuxième" vague, j'ai refusé de me faire complice de cette arnaque orchestrée et je préfère me consacré à ma famille !
    Au plaisir de vous lire de nouveau.
    Pierre, Finistère, France.

  • concernant la gravité de la deuxième vague en Belgique par rapport à la première .
    J'ai choisi deux jours avec plus ou moins le même nombre de personnes à l'hôpital
    -le 30 mars on avait 4897 personnes à l'hôpital ( dont 1021 en USI ) et 170 décès
    -le 25 octobre on avait 4827 personnes à l'hôpital ( dont 757 en USI et 85 décès
    Conclusion ;il va y avoir plus de personnes en même temps à l'hôpital lors de la deuxième vague , mais elle semble
    provoquer des problèmes moins graves .
    IL semble que pour le moment en Belgique la mortalité ( toutes causes confondues ) reste normale .
    Concernant la Suède , très mauvais élève en mars-avril , très bon en septembre-octobre . A suivre ....
    A quand un task force europénne où les expsrts qui ont des avis opposés pouraient de parler .
    Le consensus scientifique prend du temps et passe par une période de débats parfois tendus .
    Faire l'impasse sur ces débats c'est se priver de l'intelligencec collective

  • Re ..j'ai oublié le lien !
    https://youtu.be/pT7qSGXyDWY
    Bien à vous.

  • Bonjour, et merci pour votre travail.

    Je ne sais pas si vous l'aviez remarqué, mais une nouvelle loi antiterrorisme a été votée au parlement suisse - en même temps que la loi covid-19.

    Voici sa définition d'un terroriste:
    "Par terroriste potentiel, on entend une personne dont on présume sur la base d’indices concrets et actuels qu’elle mènera des activités terroristes.
    Par activités terroristes, on entend les actions destinées à influencer ou à modifier l’ordre étatique et susceptibles d’être réalisées ou favorisées par des infractions graves ou la menace de telles infractions ou par la propagation de la crainte."

    "Influencer ou modifier l'ordre étatique (...) par la propagation de la crainte."

    Cette loi pourrait certes dangereusement concerner les lanceurs d'alerte... mais également,
    touts ces sociopathes de la task force et leurs déclarations anxiogènes, avec la complicité des médias qui les relaient en continu (mention spéciale à la rts, doublement subventionnée), sans fondement scientifique valide.
    Si un avocat nous lit, je serais ravie d'avoir son opinion.

    Bon courage à tous, prenez soin de vous !

  • super article

  • Bonjour et merci infiniment pour tous vos articles qui m'aident considérablement à traverser cette période insensée.

  • Comme plusieurs, je vous dis merci de m'éclairer dans la brume. Je vous lis avec appétit depuis des mois, du fond de ma campagne québécoise où si peu de gens remettent en question les décisions de l'État.

  • Il serait absurde d' interdire un médicament parfaitement sûr, et seul qui puisse marcher, pour la seule raison qu' on ne serait pas certain qu' il marche: Donc ceux qui interdisent l' HCQ le font parce qu' ils sont certains qu' ele marche. What else?

  • Chacun appréciera:

    https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/medizin-und-forschung/heilmittel/covid19_vo_2.html#-1481834305

    A-t-on des criminels au sein e l'OFSP et de SWissmedic?

  • Bonjour,
    on n'arrête pas un virus.
    On ne fait pas la guerre à un virus !
    Je viens d'avoir un rhume Qui est responsable ?...Quelle bêtise bâtie sur la trouille !
    J'ai vécu en Afrique Centrale : j'ai pris de la Nivaquine (chloroquine) pendant 2 ans : il n'y avait pas d'effet secondaire à l'époque (1987) ?? Moi, je n'en ai pas eu. Par contre ça soigne la palu, heureusement sinon je serai peut-être mort.
    Au fait oui, nous sommes pour le moment mortels, ne l'oublions pas : la mort fait partie de la vie et n'est en aucun cas une exception. .. Avis aux peureux.
    Merci à JD Michel et consors qui nous aident à tenir le coup

  • "Vous auriez pu mentionner l'étude "Solidarités" publiée par l'OMS qui démontre l'inefficacité du Remdesivir." (Pierre Jenni)


    Après cet épisode, l'OMS pourra se pencher sur l'AZT, l'autre "médicament" que le Good Dr Fauci a bien promu pour éradiquer l'autre virus hallucinogène et garantir les revenus de certaines bourses pharmaceutiques et banquières.

    https://www.nytimes.com/1995/09/17/us/experts-to-review-azt-role-as-the-chief-drug-for-hiv.html

    https://www.kff.org/hivaids/fact-sheet/u-s-federal-funding-for-hivaids-trends-over-time/

    Federal funding for HIV has increased significantly over the course of the epidemic, rising from just a few hundred thousand in FY 1982 to more than $34.8 billion in FY 2019, for combined domestic and global efforts.

  • Il est évident que les laboratoires pharmaceutiques ont trouvés là, l'opportunité de se faire de l'argent au détriment de la santé (voire de la survie ) des personnes atteintes par la COVID 19. Même si l'HCD n'est pas le traitement miracle pour se débarrasser de ce virus, au nom de quoi en a t'on interdit la commercialisation et son utilisation en phase initiale et au nom du sacro saint principe de précaution, puisque des témoignages factuels (Mylène de MONGEOT) ont affirmés que des patients pris suffisamment tôt et pourtant pratiquement condamnés, ont été sauvés?

Les commentaires sont fermés.