• D'une pandémie affolante à une syndémie raisonnable

    Imprimer

     

    J'ai la grande joie de partager aujourd'hui deux nouveaux textes de Michel Rosenzweig, que je remercie de son accord à ce qu'ils soient re-publiés ici.

    Cette crise insensée aura au moins eu comme mérite de faire apparaître des voix proposant des perspectives riches et essentielles. Peu dans les médias établis, évidemment, qui sont eux-mêmes non seulement en plein naufrage professionnel et déontologique, mais encore dans ce qu'il faut bien appeler une véritable dérive pathogène.

    Cultivant l'entre-soi dans un mouvement d'auto-satisfaction assez sidérant, certains rédacteurs en chef romands pontifient à tout va et sans scrupules une justification assez lamentable de leur dérive.

    Stéphane Benoît-Godet (rédacteur en chef sur le départ du Temps) relevait qu'étant passé complètement à côté du phénomène des gilets jaunes, les rédactions étaient assez inquiètes de rater les motifs intéressants du Covid. C'est bon, ils peuvent arrêter de stresser : le ratage a été accompli dans des proportions qui fascinera les écoles de journalisme pour les siècles à venir !

    Dans le style on n'a rien vu, rien compris, participé en rien aux vrais débats qu'auraient dû soulever la gestion catastrophique de cette syndémie, ils auront réussi un acmé de ratage qui en deviendrait presque glorieux d'égarement.

    Comme la manipulation en cours finira bien par s'effondrer, restera la tache d'une presse démissionnaire et de pure connivence, inapte à poser les bonnes questions et encore moins de mener les bonnes enquêtes. Les acteurs en question n'auront pas bonne mine face à l'histoire.

    Dans le concert des voix intéressantes (qui se sont exprimées, donc, hors des canaux de désinformation et de propagande des médias) figure celle, délicate, acérée et tendre de Michel Rosenzweig. Ce philosophe et psychanalyste belge promène depuis des mois un regard lucide et désabusé (et pour cause !) sur le désastre en cours.

    Figurant au nombre des intervenants de Hold-Up, Rosenzweig y apporte la perspective de l’inconscient, aussi dans une dimension historique. Il rappelle ainsi souvent qu'il est difficile de ne pas être pessimiste quand on est de confession israélite et qu'on ne connaît que trop bien les ressorts de lâcheté et de malveillance tapis dans les méandres de l'âme humaine. Qui sont toujours à risque de ressortir comme des diables hors de leur boîte quand les conditions socio-historique y invitent. Une autre pierre dans le jardin des médias : depuis qu'ils ne savent plus guère que coller des étiquettes (procédé bien commode pour éviter de réfléchir), ils encouragent fortement et participent au premier chef à la violence mimétique.

    Je partage ici deux textes magnifiques : le premier porte un regard tendre et cru sur la victoire en cours des forces de la barbarie totalitaire. Elle n'est peut-être pas définitive, mais elle est à ce stade bien engagée. Si aucune des forfaitures qui se sont déroulées n'a soulevé d'opposition massive dans la population, c'est au fond que notre société est mûre pour un nouveau fascisme : renoncer à la démocratie, à ses principes, ses processus et ses valeurs -comme c'est le cas actuellement- est tout sauf anodin.

    Dans le second, il résume sa position (forcément complexe et nuancée donc incompréhensible pour certains directeurs de rédaction) sur la situation sanitaire et sur les hypothèses qu'on peut proposer pour l'éclairer.

    C'est donc sur une touche douce-amère -mais de toute beauté- que je publie ici l'avant-dernier billet de l'année écoulée. P... d'année en vérité !

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Recours contre le port du masque au CO à Genève

    Imprimer
     
    J'ai souvent exprimé ma conviction que le seul espoir de salut face au désastre en cours et à l'imbécile nocivité des décisions imposées à la population résidait dans le justice. Les "lois sanitaires" et les arrêtés de nos "autorités" sont largement anticonstitutionnels et illégaux, tout comme l'est l'imposition d'une dictature sanitaire par de petits potentats de la bureaucratie "médicale" et "scientifique" qui, en l'espèce, piétinent le droit,  les repères et les bonne pratiques en santé publique sur la base de modélisations qui relèvent plus de l'art de diseurs de bonne aventure que de la science.
     
    Et les lignes bougent : une importante décision judiciaire au Portugal vient (enfin!) d'invalider les tests PCR comme moyen d'évaluer la circulation du virus. En Allemagne, une plainte contre le fameux Pr Drosten fait trembler les gouvernements du monde entier, tant l'exploitation indue de ces tests, réalisés n'importe comment, est au cœur de l'emballement et de la panique justifiant les pires stupidités. En Autriche, une décision de la cour suprême vient de reconnaître l'illégalité de l'imposition du port du masque à l'école.
     
    Un groupe genevois (dont je fais partie) a pareillement saisi la justice en déposant un recours contre le port du masque au cycle d'orientation, mesure inutile, abusive, délétère pour la santé physique et psychique des adolescents.
     
    Cela fait des mois que je l'exprime : que des "autorités" osent faire violence à la population dans son ensemble (mais encore plus aux groupes plus fragiles) avec des mesures sans la moindre validité, tout en montrant un bilan catastrophique dans la gestion d'une épidémie qui aurait pu être assez aisément gérée, restera comme un symptôme de la dégénérescence de nos système politiques.
     
    Je partage ici l'action en cours ainsi que les considérations qui la motivent. Toutes les bonnes volontés souhaitant soutenir cette action sont bienvenues et reçues avec gratitude.
     
     
    Voici le message d’un groupe qui a déposé un recours contre le port du masque au CO à Genève.
    Nous sommes un groupe de personnes de tous les milieux confondus (avocats, médecins, thérapeutes de santé, parents de famille, etc.) qui s’interrogent sur *les conséquences du port du masque sur la santé de leurs enfants et la proportionnalité de ces mesures*.
     
    1) Nous soutenons la *PETITION* qui avait été lancée à ce sujet auparavant. Veuillez la signer et la partager:
     
     
    2) Nous avons fait *RECOURS* contre le port du masque pour les enfants de plus de 12 ans à Genève et avons *besoin de fonds* pour y arriver. Nous vous remercions d’avance de votre *contribution*. Le Paypal est au nom de l’avocat qui s’occupe du recours, à savoir Maître Johanna Sanz. Nous avons un délai au 30 décembre pour effectuer le versement au Tribunal: http://Paypal.me/recoursmasques
     
    3) Voici le lien de la *page Facebook RUME* pour plus de détails. Merci de la partager !
     
     
    Rejoignez ce mouvement et signez la pétition ! Merci de votre aide et de vos précieuses contributions.
     
    P.S. Depuis le dépôt du recours la cour suprême Autrichienne a rendu une décision favorable en jugeant que le port du masque à l’école obligatoire était illégal! Nous avons donc de l’espoir!

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les raisons, simples et claires, pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre la COVID-19

    Imprimer

    A n'en pas douter, c'est envers et contre tout Noël !

    Après le texte remarquable du Dr Frédéric Badel, qu'il m'a donné à publier hier sur ce blog, c'est aujourd'hui la contribution de mon confrère anthropologue Jacques Pollini, chercheur associé à l'Université Mc Gill de Montréal, que je reçois.

    Un texte franc, honnête, parlant, la parole d'un homme et d'un scientifique qui ne cède pas sur la nécessité de voir les choses comme elles sont.

    Comme cette question risque de se poser pour chacun d'entre nous, les avis autorisés (les vrais, pas ceux qui sont achetés ou le reflet d'un simple conformisme idéologique, fût-il "scientifique") comptent.

    Je partage donc avec vous sans modération cet énoncé de raison, de valeurs et de bon sens.

    (source image en-tête : Center for Disease Control, 19 décembre 2020).

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Vaccin génique : plainte pénale déposée en France !

    Imprimer

     

    Par un de ces chocs de dates qui rendent la vie cocasse, le Conseiller fédéral Alain Berset vient d'annoncer, tout fier, que le nouveau vaccin tant attendu venait d'être approuvé par Swissmedic et que la vaccination allait aussi pouvoir commencer dans notre belle Helvétie. Ajoutant avec aplomb : "le vaccin est efficace, et il est sûr". Ce qui ne fera jamais que deux mensonges d'état de plus puisque la vérité est que nous n'en savons fichtrement rien !

    On nous explique ainsi « en même temps » le plus sérieusement du monde qu'il n'y a aucune garantie à ce stade que le "vaccin" (en fait une thérapie génique)  protège de tomber malade ou d'être contagieux.

    Ah, voilà. Mais au fait, quel est alors l'intérêt d'un "vaccin" s'il ne protège ni la personne vaccinée ni les autres ?!

    M. Berset nous l'expliquera sans doute un jour en lisant la fiche préparée par Swissmedic. Laquelle officine, rappelons-le, engage une majorité de collaborateurs en conflit d’intérêts avec Big Pharma et touche du blé au passage de la Fondation Bill & Melinda Gates, ce qui est bien sûr normal et n’implique aucune perte d’indépendance, voyons !

    Je ne sais pas ce qu’il reste de conscience éthique, civique et politique dans le cerveau de nos parlementaires fédéraux, mais on est là dans un scandale absolu.

    Celles et ceux qui n’ont pas encore compris que la mise en échec de tous les traitements précocement efficaces contre le Covid-19 depuis mars, au prix de laisser mourir des milliers de personnes, avec le choas sociétal que nous subissons au prix de la ruine et du désespoir de millions de nos honnêtes concitoyennes et concitoyens n’avait selon toute vraisemblance pour finalité que le lucre de l’industrie pharmaco-vaccinale (désormais chroniquement criminelle dans ses agissements, comme en témoigne la liste sans fin des condamnations civiles et pénales dont elle s’accommode sans sourciller) auront quelques séances de rattrapage à faire une fois qu’ils seront revenus sur terre.

    Le fait est que nous avons été et restons à ce jour captifs d’un Hold-Up doublé d’une prise d’otages. Voici ce que m'a écrit en message privé un médecin, révolté comme tant de ses collègues par les dérives en cours :

    Je profite de ce courriel pour vous transmettre ce document officiel de la Confédération, librement accessible sur internet, qui illustre de manière on ne peut plus flagrante, le manque d’indépendance et l'état de déliquescence de nos autorités censées défendre en priorité les intérêts de la population.

    Cet accord conclu entre GAVI, qui est la branche vaccinale de la fondation Gates, et le conseil fédéral est scandaleux. Les dispositions et privilèges infondés contenues dans cet accord, octroie à Gavi la position d’état dans l’état. Avec de telles dispositions la Confédération n’est plus en capacité de faire respecter la moindre dispositions légales sur le territoire suisse tout en lui épargnant de s’acquitter de ces devoirs les plus élémentaires dans un état de droit.

    Je vous laisse prendre connaissance de ce document (à télécharger ici) qui, à mon sens, est probatoire. Il démontre le collusion entre nos autorités et certains grands sponsors de laboratoire privés.

    Ce manque d’indépendance du gouvernement explique, de fait, la ligne politique en matière vaccinale.

    Nous sommes au cœur du problème.

    Comment et sous quels motifs peut on octroyer un tel statut à des entités telles que GAVI?

    Cela devrait être dénoncé et peut-être attaqué par voie légale.

    Le peuple suisse est trahis par ses gouvernants.

     

    Imaginez par ailleurs qu’une naïve secrétaire d'état belge vient de divulguer par erreur (quelle idée !) le prix des différents « vaccins » (en fait thérapies géniques) mis sur le marché. Horreur ! les sbires et avocats de Big Pharma ont instantanément fait sonner du clairon contre la malheureuse : les accords sont secrets, les modalités (notamment financières) protégées par des clauses de confidentialité, et les peuples n’ont donc absolument pas à savoir comment ils sont en train de se faire rançonner pendant qu’on joue à la roulette russe avec leur santé.

    Nous vivons en démocratie disiez-vous ? Il faudra aussi reprendre votre copie : cela c’est l’ancien monde (si tant est que la démocratie ait jamais existé). Dans le nouveau normal, les pires magouilles des grandes industries mondiales sont protégées par le secret des affaires, la presse veille à ce qu’on ne pose jamais les vraies questions (elle rend tant qu’à faire le service -gratuit ?- de dénigrer et stigmatiser les opposants), les gouvernements gouvernent, les parlements brassent de l’air  en jouant des partitions dictées par les lobbies et le grand « Reset » (quasi-anagramme de Berset) nous est infligé sans que nous l’ayons aucunement choisi. Elle est pas belle la vie ?

    Pratiquement au même moment, donc, en France, Me Carlo Brusa porte plainte pénale contre X au nom de l’association Réaction-19 aux motifs des délits de :

    • Mise en danger de la vie d’autrui
    • Tromperie aggravée
    • Abus de faiblesse
    • Extorsion aggravée.

    Le dossier est habile et rigoureusement construit, il nomme ce qu’il y a à dire et nous révèle une réalité qui se trouve (évidemment) à des années-lumière des fadaises que nous raconte M. Berset.

    Le fait est qu’il s’agit d’une thérapie génique expérimentale, visant à nous transformer comme on transforme un vulgaire légume OGM !

    Le fait est que nous n’avons aucun recul sur ses risques et en particulier ses effets secondaires, qui ont l’air d’être inhabituellement élevés contrairement à l’affirmation fallacieuse de notre « ministre de la santé ».

    Le fait est qu’on a aucune idée à ce stade si cette thérapie génique a la moindre efficacité : on nous explique ainsi sans ambiguïté que même une fois vacciné, il faudra continuer à porter le masque et subir les mesures autoritaires !

    Le fait est que nos gouvernements ne font plus que suivre à la lettre l’agenda qui leur est dicté, sans disposer des données scientifiques nécessaires à évaluer de manière responsable l’efficacité ni la sécurité de cette thérapie génique.

    Bref, si vous trouvez qu’on dépasse les bornes et franchit toutes les barrières de sécurité et de probité, cela signifiera que vous aurez échappé à la propagande et à la désinformation mises en œuvre de manière massive depuis dix mois. Mais cela ne changera rien à l’affaire. Nous ne sommes plus en démocratie et le peuple n’a plus son mot à dire.

    Je partage avec vous le lien vers le dossier de plainte rédigé par Me Brusa. En félicitant celui-ci, ainsi que ses rares confrères et consœurs qui s’activent de part de d’autre de la frontière pour lutter contre la dérive monstrueuse dans laquelle nous sommes.

    Oser imposer de la sorte une thérapie génique à haut risque pour une maladie qu’on aurait très bien pu soigner et gérer sans dommages est une ignominie dont on comprend aussi qu’elle laisse les gens stupéfaits et perdus. L’unanimisme crasse des médias (en violation de leur déontologie, de leur intégrité et de leur honneur) aura convaincu la population que le vaccin était la seule porte de sortie au cauchemar que nous avons vécu.

    Ultime entourloupe (pour l’instant) d’une très très vilaine magouille.

     

    Retrouvez articles et contenus d'information sur le site Anthropo-logiques.org

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'interview-vérité d'un médecin qui ose parler

    Imprimer

     

    Attention, l'entretien que vous vous apprêtez à lire est de la BOMBE !

    Nous le devons au travail d'Amèle Debey qui, à la barre de son Impertinent Média, produit un travail de qualité, là où les médias "installés" se contentent le plus souvent de faire du 20 minutes amélioré (et encore, pas toujours !) en recopiant diligemment les dépêches d'agence et les communiqués de presse. Ou -comme l'émission Infrarouge de la RTS- osent faire passer ce qui a toutes les caractéristiques de conférences de presse pour des "débats" !

    Comparer aujourd'hui l'Impertinent, Bon pour la tête ou l'Antipresse avec les Heidi News, RTS, Le Temps ou même le Courrier est assurément cruel pour ces derniers.

    Ici, Amèle Debey envoie du lourd en questionnant avec pertinence le Dr Philippe Saegesser, médecin retraité, spécialiste en anesthésie qui a également œuvré en soins intensifs en tant que médecin chef dans plusieurs hôpitaux.

    Celui-ci (et c'est cela qui détonne autant) parle vrai. Il dit les choses avec l'intelligence de son métier et de sa personne, avec une liberté humble et sans provocation -mais sans la moindre complaisance- qu'on ne retrouve plus guère que chez les retraités ou les franc-tireurs. Je ne vais pas commenter par avance ses propos : il suffit de les lire pour entendre l'étendue et la gravité de la dérive dans laquelle nous sommes pris et à quel point cette parole libre paraît anachronique.

    Qu'aucun médecin ayant quelque autorité publique, qu'aucun professeur d'université n'ait osé en Suisse romande énoncer quoi que ce soit d'appprochant signe la déroute similaire des professionnels et des sachants. Il ne restera dans l'histoire qu'un grand silence emprunté et couard, dans un univers devenu asphyxiant de toute parole libre et -c'est bien le problème- de l'intégrité professionnelle.

    Place donc à l'intelligence et au débat d'idées digne de ce nom, en remerciant Amèle Debey de son autorisation à reproduire ici le début de ce remarquable (dans les différents sens du terme) entretien, avec un lien vers l'article intégral.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire