Le confinement : arme de destruction massive ?!

Imprimer

La lettre ouverte que vous trouverez plus bas, envoyée au FBI par des avocats, des députés, un général de brigade de l'armée de l'air US, un spécialiste du renseignement militaire et un médecin m’a fait un drôle d’effet !

Cela faisait en effet quelque temps que je voyais passer des informations troublantes et de toute évidence solides pour certaines d’entre elles sur une possible implication délibérée de la Chine dans la gestion désastreuse du Covid en Occident, mais dans un domaine qui est trop éloigné de ma propre expertise pour que je sache vraiment quoi en faire, à titre personnel, dans le cours de ma propre compréhension ou en ce qui concerne ce blog.

 

Je restais cependant avec un dilemme, tenant à l’anormalité extrême de la situation que nous vivons. J’ai conscience de me répéter, mais tout de même : tous les connaisseurs du domaine savent ou devraient savoir qu’il y a quelque chose de profondément pourri dans cette crise sanitaire.

Nous avions des plans pandémie soigneusement élaborés, prévus pour pouvoir faire face (vous le lirez dans la lettre qui suit) à une ou à des épidémies bien plus destructrices que ne l’a été en réalité le Covid-19.

Or au lieu d’appliquer les trains de mesures sensées et efficaces qui avaient été prévues, on a mis en échec tout ce qui pouvait fonctionner pour imposer des mesures absurdes qu'on savait être inutiles pour y avoir renoncé (comme le Dr Gérard Delépine l’a rappelé hier su ce blog) depuis plus de deux siècles.

Le confinement en particulier est non seulement une absurdité, mais une arme de destruction massive ! A nouveau, ceci est connu depuis deux siècles et demi : cette mesure extrême ne permet pas de ralentir une épidémie tout en causant des dommages collatéraux au moins dix fois pires que ce qu’elle cherche en vain à éviter.

Comment diable a-t-on pu, wordwide, adopter une politique sanitaire basée sur cette absurdité anachronique et barbare ? Comment et pourquoi les gouvernements ont-ils renoncé non seulement à des réponses médicales et sanitaires protectrices de la santé de la population, mais se sont-elles encore entêtées dans l’erreur en combattant férocement tout ce qui aurait pu être utile et efficace ? Pourquoi ont-ils renoncé à évaluer scientifiquement les stratégies mises en œuvre ? Et pourquoi, maintenant que l’on a la confirmation évidente (si besoin était !) qu’il ne faut surtout pas confiner, maintenant que les meilleures universités le démontrent, que l’OMS l’a publiquement reconnu, que les pays qui l’ont évité témoignent de résultats qui ne sont en rien pires que les autres, pourquoi continue-t-on envers et contre tout -comme le fait actuellement le Conseil fédéral- à martyriser la population ?

Certes, il est difficile (et dans doute encore plus pour un politicien actuel) de reconnaître ses erreurs. Certes, la stupidité (selon la formule de Michel Rocard) peut beaucoup expliquer. Certes, la peur des poursuites pénales peut-elle avoir mis nos autorités en mode « cover your ass » maximal et principe de précaution totalitaire.

Certes (et j’en suis un des bons experts contemporains) il y a une corruption systémique qui fait rage dans le domaine de la santé comme (mais encore plus que) dans d’autres. Le précédent de H1N1 a montré par exemple comment l’industrie pharmaco-vaccinale pouvait profiter d'une crise pour prendre la main sur les gouvernements et réaliser des profits crapuleux et obscènes au détriment du bien public.

Certes, l’évolution techno-numérique met certaines entreprises archi-dominantes (comme les GAFAM) dans des positions abusives et dangereuses pour la démocratie, a fortiori quand elles s’arrogent un pouvoir de police de la pensée et de censure.

(A ce sujet, petit aparté personnel, je viens de choper trente jours de cachot supplémentaires sur Facebook pour avoir re-publié l’article d’un médecin publié sur le blog d’un chercheur au CNRS ! Il suffit que le contenu, légal et intellectuellement irréprochable, déplaise aux sbires de Mark Z. pour que la liberté d’expression soit violentée dans l’indifférence générale des soi-disant « progressistes ». Dormez, braves gens !)

Mais malgré ce faisceau d’intérêts surpuissants, il manque toujours quelque chose à l’équation !

 

Je recevais depuis plusieurs semaines des messages de mon réseau d’informateurs montrant que la Chine devait jouer un rôle plus important qu’initialement imaginé. Si l’on se place dans une optique de « cherche à qui le crime profite », c’est évident que les grands gagnants de ce désastre sont les GAFAM (précisément) et le Parti Communiste Chinois qui assiste sans le moindre doute possible avec gourmandise à l’effondrement de l’Occident, ravi de pouvoir intensifier sa razzia sur nos économies en lambeaux avec le pouvoir d'achat d'une Mme Gates ou Mme Bezos au moment des soldes.

Suivant de loin la plainte de Fuellmisch et associés en Allemagne, je sais que la plainte qu'ils ont déposée a pour qualification le crime contre l’humanité. L’équipe en question n’incitant pas vraiment au ricanement, avec à leur tableau de chasse des mastodontes comme la Deutsche Bank et Volkswagen.

Je sais aussi qu’il y a des éléments (notamment temporels et relationnels) extrêmement troublants autour de cette affaire. Et que l’Allemagne en particulier (avec le Pr Drosten et le gouvernement Meckel) est de plus en plus sur la sellette. Singulier retournement de situation !

J’avais -assez naturellement- encensé Drosten pour avoir si vite mis en ordre de bataille les capacités de testing de nos voisins, avec au moins deux mois d’avance sur la Suisse, la Belgique et la France. Cette louange paraissait naturelle puisque la séquence « dépister les personnes malades – les soigner – et les isoler le temps pendant lequel elles sont infectieuses » constitue le B.A.-BA de la réponse sanitaire à une épidémie.

Mais voilà : comme vous le lirez plus bas, à cet élément positif s’associent aujourd’hui de lourds éléments problématiques qui font que je ne souhaiterais à personne de marcher dans les chaussures de Drosten à la fin février 2021.

 

Aussi quand j’ai découvert grâce à un lecteur (que je remercie de ce signalement) la lettre ouverte que je publie plus bas, c’est avec intérêt et vite avec vertige que j’en ai pris connaissance.

D’abord, quand vous lisez une interpellation adressée au FBI par un groupe composé d’avocats, de parlementaires, de médecins, mais aussi d’experts en renseignement et d’un général à la retraite de l’US Air Force au sujet de la gestion du Covid, il y a à l’évidence de quoi tendre l’oreille.

La suite envoie du lourd !

Avec un client pas facile… Nous nous sommes un peu commodément résignés en Occident à composer de manière en apparence juteuse mais surtout bien hypocrite avec la puissante Chine.

Un pays qui est une dictature féroce, asservit sa population, teste des monstruosités (comme le clonage humain ou la surveillance de masse au profit d’un système de crédit social), pratique l’assassinat à large échelle -y compris d’enfants- à des fins de trafic d’organes et emprisonne des millions de ses habitants pour produire à bon marché les colifichets sans lesquels nous redoutons aujourd’hui en Occident de ne plus savoir vivre.

Un état fasciste donc pour parler français. Et extraordinairement bien introduit et influent dans nos sociétés décadentes. Esquisser la réalité de l’infiltration de nos chaînes de commandements entrepreneuriales, institutionnelles et gouvernementales a bel et bien de quoi flanquer le vertige.

Avec là aussi des singularités : qui se souvient par exemple de la décision choquante, révoltante même du Conseil fédéral de laisser des agents du Parti communiste chinois surveiller à leur guise ou soumettre à interrogatoire leurs ressortissants ou dissidents dans notre pays ? Une ignominie qui devrait faire honte aux pseudo-démocrates qui nous gouvernent et bradent notre souveraineté comme notre état de droit.

On connaît les compromissions passées de notre pays avec l’Allemagne nazie, avec les dictatures sud-américaines d’extrême droite ou avec la CIA (affaire Crypto). Faut-il ajouter maintenant la complicité active avec la Chine ?

Ce que la lettre ouverte suggère, c’est que la vague de panique mondiale et d’imposition de mesures absurdes et destructrices a bel et bien été orchestrée par le PCC. Certes, c’est une affirmation qui peut à ce stade paraître audacieuse.

MAIS :

  1. Il est évidemment dans la nature d’une dictature fasciste de chercher à mettre à genoux les « démocraties ».
  2. Elle dispose de la combinaison rêvée de moyens massif et de l’absence de scrupules et de freins.
  3. Nos autorités brutalisent, maltraitent, tyrannisent contre tout bon sens et toute science leur population. En s’acharnant à mentir, elles imposent envers et contre tout des politiques destructrices dont il est évident qu’elles vont systématiquement à l’encontre de l’intérêt de la population et détruisent notre société, notre culture, notre économie et notre démocratie.

N'ayant pas de raison de croire en la bienveillance du PCC chinois plus qu'en celle de nos industries mafieuses et de nos lâches gouvernements, les contours de cette convergence d'intérêts m'intéresse et me questionne.

Cela surprendra peut-être, mais je n’ai pas d’opinion sur ce qui suit. A nouveau, son contenu m’éloigne trop de mon domaine de compétence, hormis le constat -évident- que le confinement comme réponse sanitaire est une absurdité qui ne fait pas partie des stratégies ayant jamais été recommandées.

Et en voyant et entendant le Conseil fédéral continuer à imposer des mesures de destruction massive alors que la science a montré qu’il fallait absolument les éviter, à le voir écraser par exemple les restaurateurs comme une colonne de tanks frappés de l’étoile rouge de Mao roulant sur les manifestants de la place Tien an Men, oui, j’ai des doutes.

Il y a quelque chose de plus que ce que nous croyons savoir, et cela a un parfum totalitaire trop évident pour tromper qui que ce soit d’autre que les socialistes ventripotents et les gauchistes dénonciateurs de complotistes.

La bonne nouvelle est que nous aurons la réponse bientôt : les actions judiciaires vont assurément nous apporter des réponses.

En attendant, entre Big Pharma, Bill Gates, l’OMS et la dictature chinoise, il y a des motifs troublants auxquels on peut déjà s’intéresser…

 

 

---------------------------------------------------------------

La fraude au verrouillage mondial du Parti communiste chinois

Demande d'enquête fédérale accélérée sur la fraude scientifique dans les politiques de santé publique COVID19

Texte original : cliquez ici. Traduit de l'américain par Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé

 

 

À :

Federal Bureau of Investigation

935 Pennsylvania Avenue NW

Washington, D.C. 20535

CC :

Service de sécurité du Royaume-Uni (MI5) ;
Organisation australienne du renseignement de sécurité ;
Service canadien du renseignement de sécurité ;
Bundesnachrichtendienst ;
Département américain de la justice

De :

Michael P. Senger, avocat

Stacey A. Rudin, avocate

Dr. Clare Craig FRCPath, médecin pathologiste consultant

Robert Spalding, brigadier de l'armée de l'air américaine à la retraite

Randy Hillier, député provincial de Lanark, Frontenac et Kingston

Francis Hoar, Avocat

Sanjeev Sabhlok, PhD, ancien commissaire dans un gouvernement d'État indien

Brian O'Shea, directeur général, Centurion Intelligence Partners

Maajid Nawaz, activiste, auteur et diffuseur

Simon Dolan, chef d'entreprise et entrepreneur

Cette lettre ouverte peut être téléchargée en anglais au format PDF sur le site Scribd.

 

 

Nous écrivons cette lettre pour demander qu'une enquête fédérale soit lancée et/ou accélérée concernant le débat scientifique sur les décisions politiques majeures pendant la crise COVID-19. Au cours de nos travaux, nous avons identifié des questions de nature potentiellement criminelle et nous pensons que cette enquête est nécessaire pour s'assurer que les intérêts de la population ont été correctement représentés par ceux qui promeuvent certaines politiques en matière de pandémie.

En temps de crise, les citoyens se tournent naturellement vers les conseils de ceux qu'ils perçoivent comme des experts. Au début de l'année 2020, le public s'est tourné vers les conseils des autorités scientifiques lorsqu'il a été confronté à une apparente épidémie virale. Peu après, la plupart des nations ont suivi les conseils d'éminents scientifiques et ont mis en place des restrictions communément appelées verrouillage ("lockdown"). Bien que les politiques varient d'une juridiction à l'autre, elles impliquent généralement des restrictions sur les rassemblements et les déplacements ainsi que la fermeture d'écoles, d'entreprises et de lieux publics, inspirées de celles imposées par le Parti communiste chinois (PCC) dans la province du Hubei. L'intervention des autorités fédérales dotées de pouvoirs de police peut être nécessaire pour s'assurer que ceux qui ont promu ces politiques de fermeture l'ont fait de bonne foi.

Cette lettre est destinée à attirer l'attention des autorités fédérales d'Australie, du Canada, d'Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis (les "Nations") sur de multiples points de preuve concernant l'origine et le précédent historique des mesures de confinement ; la littérature scientifique et le débat qui les sous-tend ; la provenance et la qualité des principaux protocoles et modèles de test COVID-19 ; les motivations, les préjugés et les qualifications de certains partisans importants du confinement ; et la source des communications publiques entourant ces politiques.

 

  1. Les mesures de verrouillage prises sur l'ordre de Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois, ont été propagées par l'Organisation mondiale de la santé dans la politique mondiale, sans analyse ni logique

Les partisans du bouclage ont souvent justifié leurs politiques en les comparant aux mesures prises pour lutter contre la pandémie de grippe espagnole un siècle auparavant [1]. Mais un examen réaliste des efforts d'atténuation en réponse à la grippe espagnole révèle que rien qui s'apparente de près ou de loin à des mesures de confinement n'a jamais été imposé. Selon les termes du juge William S. Stickman, statuant dans l'affaire Cnty. of Butler v. Wolf [2], citant les travaux d'éminents historiens :

Bien que ce pays [les États-Unis] ait été confronté à de nombreuses épidémies et pandémies et que les gouvernements des États et des collectivités locales aient eu recours à diverses interventions pour y faire face, il n'y a jamais eu auparavant de confinement de populations entières - encore moins pour des périodes longues et indéterminées...[3] Alors que, sans aucun doute, les États et les collectivités locales ont restreint certaines activités pendant une période limitée pour atténuer la grippe espagnole, il n'existe aucune trace d'un quelconque confinement de population en réponse à cette maladie ou à toute autre dans notre histoire.

Non seulement les mesures de confinement sont sans précédent dans l'histoire des États-Unis en réponse à une épidémie ou une pandémie antérieure, mais elles ne sont pas mentionnées dans les récentes directives des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Le juge Stickman poursuit :

En effet, même pour une pandémie de "très haute gravité" (définie comme comparable à la grippe espagnole), les lignes directrices prévoient seulement que "le CDC recommande l'isolement volontaire des personnes malades à domicile" et que "le CDC pourrait recommander la mise en quarantaine volontaire à domicile des membres exposés de la famille dans les zones où la nouvelle grippe circule". Id., p. 32, tableau 10 (soulignement ajouté). On est très loin d'un confinement à l'échelle de l'État... [4]

Le fait est que les mesures de confinement imposées à travers les États-Unis au début de 2020 en réponse à la pandémie COVID-19 sont sans précédent dans l'histoire du Commonwealth et de notre pays. Elles n'ont jamais été utilisées en réponse à aucune autre maladie dans notre histoire. Elles n'ont pas été recommandés par le CDC. Elles étaient inconnues du peuple de ce pays jusqu'à cette année. Il semble que l'imposition de mesures de confinement à Wuhan et dans d'autres régions de Chine - une nation qui n'est pas limitée par le souci des libertés civiles et des normes constitutionnelles - a déclenché un effet domino où un pays, et un État, après l'autre, ont imposé des mesures draconiennes et jusqu'alors inexplorées à leurs citoyens (c'est nous qui soulignons).

L'intuition du juge Stickman concernant l'histoire réelle des fermetures est conforme à l'opinion des plus grands spécialistes des maladies infectieuses. Donald Henderson, l'homme largement crédité de l'éradication de la variole, a écrit en 2006 : "L'expérience a montré que les communautés confrontées à des épidémies ou à d'autres événements indésirables réagissent le mieux et avec le moins d'anxiété lorsque le fonctionnement social normal de la communauté est le moins perturbé"[5]. À notre connaissance, aucun scientifique n'a jamais soutenu publiquement l'imposition de lockdown avant que Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), n'autorise personnellement le "lockdown sans précédent de Wuhan et d'autres villes à partir du 23 janvier" [6].

Le secrétaire général Xi est peut-être mieux connu pour la punition de plus d'un million de fonctionnaires du PCC pour "corruption"[7] l'élimination de la limitation des mandats dans la constitution chinoise [8] et, bien sûr, la rééducation et le "confinement" [9] de plus d'un million de musulmans ouïgours et d'autres minorités "infectées par l'extrémisme" [10] dans les régions du Xinjiang et du Tibet, conformément à la politique hybride de santé publique et de sécurité du PCC : le fangkong - la même politique qui a inspiré à Xi la fermeture de la province du Hubei. Le secrétaire général Xi a affirmé par la suite qu'il avait donné ces instructions au Comité permanent du Politburo du PCC le 7 janvier 2020 [12], mais ses instructions n'ont jamais été révélées. Le chef d'entreprise chinois Ren Zhiqiang a été condamné à 18 ans de prison [13] pour une lettre ouverte dans laquelle il demandait que les instructions de Xi soient rendues publiques. [14]

 

Lorsque le verrouillage de la province du Hubei a commencé, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait remarquer que "tenter de contenir une ville de 11 millions d'habitants est une nouveauté scientifique... Le verrouillage de 11 millions d'habitants est sans précédent dans l'histoire de la santé publique..." [15] Les observateurs des droits de l'homme ont également exprimé leurs préoccupations. [16]  Mais ces préoccupations n'ont pas empêché l'OMS de louer avec effusion la réponse "sans précédent" du PCC quelques jours seulement après le début du blocage, et bien avant qu'il n'ait produit des résultats : "Le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom, a ajouté qu'il était personnellement "très impressionné et encouragé par la connaissance détaillée de l'épidémie par le président [Xi Jinping]" et a félicité le lendemain la Chine pour "avoir établi une nouvelle norme en matière de réponse à l'épidémie" [18].

En février 2020, le CCP avait commencé à signaler une baisse exponentielle des cas de COVID-19. Dans son rapport de février, l'OMS s'est montrée rhapsodique sur le triomphe de la Chine :

Le secrétaire général Xi Jinping a personnellement dirigé et déployé le travail de prévention et de contrôle ... L'utilisation intransigeante et rigoureuse par la Chine de mesures non pharmaceutiques pour contenir la transmission du virus COVID-19 dans de multiples contextes fournit des enseignements essentiels pour la réponse mondiale" [19] (c'est nous qui soulignons).

Peu après, l'OMS a tenu une conférence de presse au cours de laquelle le directeur général adjoint Bruce Aylward - qui a ensuite interrompu une interview en direct lorsqu'on lui a demandé de reconnaître Taïwan [20] - a déclaré à la presse : "Ce que la Chine a démontré, c'est que vous devez le faire. Si vous le faites, vous pouvez sauver des vies et prévenir des milliers de cas de ce qui est une maladie très difficile" [21] (c'est nous qui soulignons). Deux jours plus tard, dans une interview pour la télévision centrale chinoise (CCTV), Aylward l'a dit sans détour : "Copiez la réponse de la Chine à COVID-19" [22] (c'est nous qui soulignons).

Les recommandations de l'OMS sont remarquables pour deux raisons. Premièrement, la conclusion de l'OMS dans son rapport de février, selon laquelle cette "réponse de santé publique plutôt unique et sans précédent en Chine a permis d'inverser la tendance à l'augmentation des cas"[23], illustre le caractère fallacieux des mesures post hoc, ergo propter hoc. S'il était possible qu'une courbe plus "plate" à Wuhan puisse être attribuée au blocage du PCC, il était au moins tout aussi probable que Wuhan ait simplement été témoin du cours naturel de ce "nouvel" agent pathogène. Il aurait dû être évident que la simple mise en place d'une politique "sans précédent dans l'histoire de la santé publique" ne signifiait pas automatiquement qu'elle était efficace - surtout si l'on considère que les propres orientations de l'OMS pour 2019 concernant la grippe pandémique ne recommandaient en aucun cas la fermeture des frontières, la recherche de contacts en masse ou la mise en quarantaine, même des "personnes exposées". [24]

En outre, l'OMS n'a même pas tenu compte de la situation économique, de la démographie, ni même du nombre de cas COVID-19 dans les autres pays - qui étaient très peu nombreux dans la plupart des pays du monde - avant de dire au monde entier qu'il fallait "faire cela" [25] Cette conclusion du principal organisme de santé publique du monde était, au mieux, une négligence criminelle. [26]

Le verrouillage est une politique de Xi Jinping, et on ne saurait trop insister sur l'importance de ce fait. L'idée d'enfermer un État ou un pays tout entier et de fermer de force ses entreprises et ses lieux publics n'a jamais été envisagée, ni discutée, ni mise en œuvre dans aucune littérature sur la pandémie jusqu'à ce que le secrétaire général Xi le fasse en janvier 2020. Les verrouillages n'ont jamais été testés avant 2020 et n'ont jamais été mis à l'essai avant 2020, même sur une base théorique. L'idée du "lockdown" a été introduite dans l'histoire de l'humanité sur ordre du Secrétaire général Xi ; autrement, elle ne serait jamais entrée dans l'imaginaire collectif de l'humanité. Chaque fois que quelqu'un approuve un verrouillage pour une durée quelconque, même de quelques minutes, il approuve une politique de Xi Jinping. Le reste de cette lettre concerne la manière dont les mesures de confinement ont été intégrées dans la politique mondiale de lutte contre la pandémie.

 

  1. L'institution la plus influente pour les modèles Covid-19, qui se décrit elle-même comme "le meilleur partenaire universitaire de la Chine en Occident", a été de loin le modélisateur de Covid-19 le plus alarmiste et le plus inexact

En février 2020, une équipe de l'Imperial College de Londres dirigée par le physicien Neil Ferguson a réalisé un modèle informatique qui a joué un rôle démesuré dans la justification des fermetures de la plupart des pays. L'Imperial College a prévu un certain nombre de résultats potentiels, notamment que, d'ici octobre 2020, plus de 500’000 personnes en Grande-Bretagne et 2,2 millions de personnes aux États-Unis mourraient des suites du COVID-19, et a recommandé des mois de mesures strictes de distanciation sociale pour empêcher ce résultat.

Le modèle prévoyait également que les États-Unis pourraient subir jusqu'à un million de décès même avec des directives de "distanciation sociale renforcée", y compris la "protection des personnes âgées". [29] En réalité, à la fin du mois d'octobre, selon le CDC et le Service national de santé (NHS) du Royaume-Uni, environ 230’000 décès [30] aux États-Unis et 37’000 décès [31] au Royaume-Uni avaient été attribués à la COVID-19 (bien que les décès dus à toutes les autres causes principales - y compris les maladies cardiaques, le cancer et la grippe - aient mystérieusement diminué [32] ce qui indique que même ces faibles chiffres du CDC et du NHS sont largement surestimés).

Une étude menée par des chercheurs de l'UCLA et de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) a comparé la précision des modèles de diverses institutions prédisant la mortalité par COVID-19. Sur toutes les périodes, les modèles produits par l'Imperial College ont été mesurés pour avoir des taux d'erreur bien plus élevés que les autres - toujours du côté de l'erreur, car trop élevés :

Les erreurs médianes absolues en pourcentage sur 12 semaines (EMAP), reflétant les modèles produits en juillet et août, allaient de 22,4% pour le modèle SIK-J Alpha, à 79,9% pour le modèle Impérial... Les modèles Delphi et LANL de juillet ont sous-estimé la mortalité, avec des erreurs médianes en pourcentage de -5.6 % et -8,3 % à 6 semaines respectivement, tandis que le modèle Impérial avait tendance à surestimer (+47,7 %), et les autres modèles étaient relativement non biaisés...

Le modèle Impérial avait des erreurs plus importantes, environ 5 fois plus élevées que les autres modèles à 6 semaines. Cela semble être largement dû à la tendance susmentionnée à surestimer la mortalité. À douze semaines, les valeurs de l'EMCP étaient les plus faibles pour le modèle IHME-MS-SEIR (23,7 %), tandis que le modèle impérial avait l'EMCP le plus élevé (98,8 %) ... Dans les modèles les plus courants, l'EMCP à six semaines pour l'ensemble des modèles était de 7,2 %.

L'imprécision de l'Imperial College se poursuit sans relâche. En octobre 2020, son modèle prévoyait que le Royaume-Uni connaîtrait 2’000 décès par jour à la mi-décembre. En fait, le nombre de décès par jour au Royaume-Uni n'a jamais atteint 400, selon le NH. [35]

Cinq ans plus tôt, le 21 octobre 2015, le secrétaire général Xi s'était rendu personnellement à l'Imperial College de Londres pour l'annonce d'"une série de nouvelles collaborations entre le Royaume-Uni et la Chine en matière d'éducation et de recherche", notamment dans les domaines de la nanotechnologie, de la bio-ingénierie... et de la santé publique [36]. Il s'agissait du seul voyage que Xi ait jamais effectué au Royaume-Uni en tant que secrétaire général ; le voyage n'a duré que quatre jours et n'a concerné qu'une seule université : Imperial College, London. Dans un discours accueillant le Secrétaire général Xi et son épouse, Peng Liyuan, ambassadrice de bonne volonté auprès de l'OMS, la présidente de l'Imperial College, Alice Gast, s'est adressée au Chancelier de l'Échiquier :

Monsieur le Chancelier, vous avez dit que vous vouliez faire du Royaume-Uni "le meilleur partenaire de la Chine en Occident". L'Imperial College de Londres s'efforce d'être justement cela, le meilleur partenaire universitaire de la Chine en Occident... En tant que premier partenaire de recherche de la Chine au Royaume-Uni, les universitaires et les étudiants de l'Imperial bénéficient d'une collaboration quotidienne. [38] (c'est nous qui soulignons)

En 2019, Gast est devenu membre du Conseil d'AI du Forum économique mondial, notamment pro-Chine[39]  aux côtés de l'expert chinois en AI et de l’entrepreneur en capital-risque Kai-Fu Lee, et à ce jour, l'Imperial College continue de s'afficher comme "le premier collaborateur universitaire du Royaume-Uni avec les institutions de recherche chinoises" [40].

En mars 2020, l'Imperial College a produit un rapport intitulé "Preuve du succès initial de la Chine qui s'est retirée de la politique de distanciation sociale COVID-19 après avoir réussi à la contenir", qui conclut :

Pour la première fois depuis le début de l'épidémie, aucun nouveau cas confirmé causé par une transmission locale en Chine n'a été signalé pendant cinq jours consécutifs jusqu'au 23 mars 2020. Cela indique que les mesures de distanciation sociale adoptées en Chine ont permis de contrôler le COVID-19 dans ce pays... après une très forte distanciation sociale qui a permis de contenir l'épidémie, la Chine a réussi à sortir, dans une certaine mesure, de sa politique stricte de distanciation sociale. [41]

L'Imperial College n'avait aucun moyen de savoir si cela était vrai - le fait de ne pas découvrir des cas ne signifie pas qu'ils n'existent pas, en particulier avec un virus qui est fatal à presque personne sauf aux plus vulnérables, et un régime avec une longue histoire de fraude - et sa conclusion contredisait directement celle de la communauté du renseignement américain à peu près au même moment où la Chine avait intentionnellement déformé les chiffres de ses coronavirus. [42]  Dans une interview accordée en décembre, Neil Ferguson a rappelé comment la Chine avait inspiré ses recommandations de verrouillage au Groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) du Royaume-Uni :

Je pense que la perception des gens de ce qui est possible en termes de contrôle a changé de façon assez spectaculaire entre janvier et mars... C'est un État communiste à parti unique, avons-nous dit. Nous ne pouvions pas nous en tirer en Europe, nous pensions... Et puis l'Italie l'a fait. Et nous avons réalisé que nous pouvions... Si la Chine ne l'avait pas fait, l'année aurait été très différente. [43]

Dans une période de panique, il est naturel que le public se concentre sur les pires résultats possibles. Ainsi, une institution prestigieuse produisant des modèles particulièrement alarmistes peut avoir un impact démesuré sur le discours politique. Dans ce cas, l'institution en question a non seulement commis une erreur constante et flagrante dans une seule direction - la "tendance à surestimer la mortalité" - mais a également entretenu une relation particulière avec la Chine en tant que "meilleur partenaire universitaire de l'Occident".

 

  1. Recommandations mortelles pour la ventilation mécanique précoce venue de Chine

Au début du mois de mars 2020, l'OMS a publié des documents d'orientation à l'intention des prestataires de soins de santé sur le COVID-19. [44] Ce document recommande de passer rapidement à la ventilation mécanique comme intervention précoce pour le traitement des patients atteints de COVID-19, ce qui constitue un changement par rapport à l'expérience passée lors d'épidémies de virus respiratoires. [45] Ce faisant, ils ont cité les orientations présentées par des articles de revues chinoises, qui ont publié en janvier et février des documents affirmant que le "consensus des experts chinois" préconisait la "ventilation mécanique invasive" comme "premier choix" pour les personnes souffrant de détresse respiratoire modérée à sévère [46] en partie pour protéger le personnel médical. Comme l'a rapporté plus tard le Wall Street Journal :

Au printemps dernier, les médecins ont mis les patients sous respirateur en partie pour limiter la contagion, à une époque où l'on ne savait pas encore très bien comment le virus se propageait, alors que les masques et les blouses de protection étaient rares. Les médecins auraient pu utiliser d'autres types d'appareils de soutien respiratoire qui ne nécessitent pas de sédation risquée, mais les premiers rapports suggèrent que les patients qui les utilisent pourraient pulvériser des quantités dangereuses de virus dans l'air, a déclaré Theodore Iwashyna, un médecin de soins intensifs de l'Université du Michigan et des hôpitaux du Département des affaires des vétérans à Ann Arbor, Michigan.

À l'époque, a-t-il dit, les médecins et les infirmières craignaient que le virus ne se propage dans les hôpitaux. "Nous intubions les patients malades très tôt. Non pas pour le bénéfice des patients, mais pour contrôler l'épidémie et sauver d'autres patients", a déclaré le Dr Iwashyna, "c'était terrible" [47] (c'est nous qui soulignons).

À New York et dans d'autres villes, l'utilisation précoce et fréquente des ventilateurs est devenue un thème fréquent, et elle a eu des conséquences dévastatrices pour les patients [48]. Le 31 mars 2020, le Dr Cameron Kyle-Sidell, qui s'occupait de patients en soins intensifs dans l'un des hôpitaux les plus touchés de New York, a tiré la sonnette d'alarme sur la question des ventilateurs dans une vidéo largement diffusée :

Nous fonctionnons selon un paradigme médical qui est faux... Je crains que ce traitement malavisé n'entraîne d'énormes dégâts pour un grand nombre de personnes dans un très court laps de temps... Je ne connais pas la réponse finale à cette maladie, mais je suis certain que ce n'est pas un ventilateur... Cette méthode, qui est largement adoptée en ce moment même dans tous les hôpitaux du pays... fait en fait plus de mal que de bien. [49]

Une interview de Reuters en avril avec des dizaines de spécialistes médicaux a clairement montré que la surutilisation des ventilateurs mécaniques était devenue un problème mondial : "Beaucoup ont souligné les risques liés à l'utilisation trop précoce ou trop fréquente des types de ventilateurs les plus invasifs - les ventilateurs mécaniques - ou à leur utilisation par des non-spécialistes sans formation adéquate dans des hôpitaux débordés" [50].

En mai 2020, la communauté médicale savait que l'utilisation précoce d'un ventilateur faisait mal, et non pas aidait, aux patients atteints de COVID-19, et que des mesures moins invasives étaient en fait très efficaces pour aider les patients à se rétablir [51]. Une étude menée à New York a révélé un taux de mortalité de 97,2 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans qui ont reçu une ventilation mécanique [52] Les directives relatives aux ventilateurs "d'action précoce" que l'OMS a distribuées dans le monde ont tué des milliers de patients innocents ; l'OMS a obtenu ces directives de la Chine.

 

  1. Les protocoles de test PCR, prédominants dans le monde et extrêmement imprécis, sont basés sur des séquences de génome théoriques incomplètes fournies par la Chine

Les virologues Victor Corman et Christian Drosten ont dirigé la création exceptionnellement rapide du premier test PCR COVID-19 (le "protocole Corman-Drosten") [53] ; c'est maintenant le protocole de test le plus couramment utilisé dans le monde pour détecter le virus du SRAS-CoV-2 qui peut, dans certains cas, conduire à la maladie COVID-19. (Comme nous le verrons plus loin, la Cour d'appel de Lisbonne a conclu que ce test PCR produisait jusqu'à 97 % de faux positifs). Corman et Drosten ont reçu les séquences in silico (théoriques) du génome utilisées pour créer leur protocole PCR par des scientifiques chinois dont Yong-Zhen Zhang et Shi Zhengli, directeur de l'Institut de virologie de Wuhan [54]. (Ces séquences du génome ont ensuite été publiées sur le site Virological.org, un site de dépôt en libre accès, le 10 janvier 2020). Le protocole Corman-Drosten a été soumis à l'OMS le 13 janvier [55] huit jours avant la date à laquelle il a été soumis au journal médical Eurosurveillance pour "examen par les pairs" [56].

L'OMS a publié le protocole Corman-Drosten le 21 janvier, le jour même où il a été soumis à Eurosurveillance [57]. Drosten siège au conseil d'administration d'Eurosurveillance, ce qui constitue un conflit d'intérêts. [58] Le protocole Corman-Drosten a été accepté [59] par Eurosurveillance le lendemain, le 22 janvier (le jour même où l'OMS a confirmé la transmission interhumaine) [60], un délai extraordinairement court ; l'examen par les pairs pour les revues scientifiques est un processus intensif qui nécessite la désignation d'examinateurs externes et l'intervention de ceux-ci, ce qui prend généralement des semaines, voire des mois.

Sur l'ensemble des 1’595 publications d'Eurosurveillance depuis 2015, aucun autre article de recherche n'a été examiné et accepté en moins de 20 jours. [61] Le processus d'évaluation par les pairs d'Eurosurveillance exige également une déclaration de l'auteur selon laquelle il n'existe aucun conflit d'intérêt, ce qui était, dans ce cas, une fausse déclaration.[61] Ce délai extraordinairement court a rendu impossible la publication de tout autre protocole PCR avant le protocole Corman-Drosten, qui a été publié sur PubMed le 23 janvier[63] ce qui lui a donné un précieux avantage de "pionnier" et lui a permis de devenir le protocole PCR prédominant dans le monde.

Le biologiste moléculaire Pieter Borger et son équipe ont soumis une demande de rétractation pour le protocole PCR Corman-Drosten. Selon le rapport de Borger, le protocole du test PCR de Corman-Drosten contient de multiples erreurs fatales. [64] Le problème le plus flagrant est le fait qu'au moment où le protocole a été soumis, il n'y avait aucune bonne raison de croire qu'un test PCR généralisé serait même nécessaire :

Les auteurs présentent le contexte de leur travail scientifique ainsi :

L'épidémie actuelle du nouveau coronavirus (2019-nCoV) récemment apparu pose un défi aux laboratoires de santé publique car les isolats du virus ne sont pas disponibles alors qu'il est de plus en plus évident que l'épidémie est plus étendue qu'on ne le pensait initialement et que la propagation internationale par les voyageurs se produit déjà.

Selon BBC News [65] et Google Statistics [66] il y a eu 6 décès dans le monde le 21 janvier 2020 - le jour où le manuscrit a été soumis. Pourquoi les auteurs ont-ils supposé un défi pour les laboratoires de santé publique alors qu'il n'y avait pas de preuves substantielles à ce moment-là pour indiquer que l'épidémie était plus étendue qu'on ne le pensait initialement ? (c'est nous qui soulignons)

Le rapport de Borger poursuit en précisant dix défauts majeurs du protocole Corman-Drosten, le plus grand problème étant le fait que l'ensemble du test est basé sur des séquences in silico (théoriques) fournies par la Chine :

La première et principale question est que le nouveau Coronavirus SARS-CoV-2 (dans la publication nommée 2019-nCoV et en février 2020 nommée SARS-CoV-2 par un consortium international d'experts en virus) est basé sur des séquences in silico, fournies par un laboratoire en Chine [67] car à l'époque, ni le matériel de contrôle du SARS-CoV-2 infectieux ("vivant") ou inactivé, ni l'ARN génomique isolé du virus n'étaient disponibles pour les auteurs. À ce jour, aucune validation n'a été effectuée par l'auteur sur la base de virus SRAS-CoV-2 isolés ou de leur ARN complet.

En outre, les amorces d'amplification et de séquençage du protocole de Drosten sont incomplètes et non spécifiques ; les concentrations d'amorces sont quatre à cinq fois trop élevées ; la teneur en GC (force de connexion) est beaucoup trop faible ; la différence de température de recuit dans les paires d'amorces est jusqu'à cinq fois trop élevée ; les produits PCR n'ont pas été validés au niveau moléculaire, ce qui rend le test inutile en tant qu'outil de diagnostic spécifique pour identifier le CoV-2 du SRAS ; et - étant donné que le protocole a été accepté pour publication juste un jour après avoir été soumis à Eurosurveillance - il n'a évidemment jamais fait l'objet d'un examen significatif par des pairs.

Le protocole PCR de Corman et Drosten a donc tout lieu d'être frauduleux.

En juin, une étude évaluée par des pairs a été publiée, comparant la précision des protocoles du test PCR COVID-19 à la liste restreinte recommandée par l'OMS. Le protocole PCR développé par le CDC (le protocole N2 du CDC américain) [68] - également basé sur des séquences de génome in silico fournies par la Chine - n'a guère mieux réussi que le protocole Corman-Drosten :

Les tests E Charité [Corman-Drosten] et N2 US CDC ont donné des résultats positifs pour tous les échantillons, y compris les échantillons négatifs et les contrôles négatifs (eau). [69]

Ensemble, ces deux protocoles PCR représentent la grande majorité des tests PCR COVID-19 réalisés dans les Nations. [70]  Ils s'appuient tous deux sur des séquences in silico provenant de Chine, et produisent tous deux des résultats extrêmement imprécis, les tests étant positifs pour tous les échantillons, y compris les échantillons négatifs et l'eau ordinaire.

 

  1. Les protocoles de test PCR prédominants et excessifs sont venus de Chine

Conformément aux recommandations de l'OMS et d'autres autorités de santé publique, d'innombrables laboratoires ont effectué des tests PCR de masse pour détecter le virus du SRAS-CoV-2. Le concept de "seuils de cycle d’amplification" est fondamental pour les tests PCR [71]. Le test PCR amplifie la matière génétique virale par cycles ; moins de cycles sont nécessaires, plus la quantité de virus, ou charge virale, dans l'échantillon est importante. Plus la charge virale est importante, plus le patient est susceptible d'être contagieux. Ainsi, plus le seuil du cycle PCR est élevé, plus la quantité de charge virale nécessaire pour déclencher un test PCR positif est faible.

Si le seuil du cycle PCR indiquant un "positif" est fixé trop haut, un résultat positif peut même ne pas indiquer une quantité significative de particules virales vivantes. Comme le Dr Anthony Fauci l'a mentionné dans une interview de juillet 2020, un seuil de cycle de 35 ou plus ne devrait pas être considéré comme un résultat positif :

Ce qui est en train de devenir une sorte de norme... si vous atteignez un seuil de cycle de 35 ou plus... les chances que cela se reproduise sont minuscules... Donc, je pense que si quelqu'un arrive avec 37, 38, voire 36, vous devez dire, vous savez, ce ne sont que des nucléotides morts, point. [72] (c'est moi qui souligne).

Le 19 mars 2020, l'OMS a publié ses orientations en cours sur les tests de laboratoire pour COVID-19. [73] Les orientations de l'OMS ne contenaient que trois études sur les seuils du cycle PCR. Ces trois études [74] proviennent de Chine et utilisent des seuils de cycle allant de 37 à 40 : "Une valeur seuil de cycle (valeur Ct) inférieure à 37 a été définie comme un test positif, et une valeur Ct de 40 ou plus a été définie comme un test négatif".[75]

Comme le décrit le New York Times, la plupart des laboratoires et des fabricants des États-Unis fixent désormais leur seuil de coupure pour un test PCR positif de 37 à 40 cycles : "La plupart des tests fixent la limite à 40, quelques-uns à 37. Cela signifie que vous êtes positif pour le coronavirus si le processus de test a nécessité jusqu'à 40 cycles, ou 37, pour détecter le virus"[76] à 37 cycles, tout ARN ou ADN viral aura été amplifié plus de 68 milliards de fois, et à 40 cycles, il aura été amplifié plus de 500 milliards de fois.

Les médecins interrogés par le New York Times ont convenu avec le Dr Fauci que tout ce qui dépasse les seuils de 35 cycles est trop sensible. "Un seuil plus raisonnable serait de 30 à 35", a déclaré Juliet Morrison, virologiste à l'UC Riverside. Le Dr Michael Mina, épidémiologiste à l'école de santé publique T.H. Chan de Harvard, a déclaré qu'il fixerait le chiffre à 30, voire moins. En utilisant les normes de test actuelles avec des seuils de 37 à 40 cycles :

Dans trois séries de données de tests comprenant des seuils de cycle, compilées par les autorités du Massachusetts, de New York et du Nevada, jusqu'à 90 % des personnes testées positives ne portaient pratiquement pas de virus, selon une étude du Times... Au Massachusetts, de 85 à 90 % des personnes testées positives en juillet avec un seuil de cycle de 40 auraient été considérées comme négatives si le seuil était de 30 cycles, a déclaré le Dr Mina. Je dirais qu'aucune de ces personnes ne devrait être détectée, pas une seule", a-t-il déclaré. [77] (c'est nous qui soulignons).

Dans un arrêt récent, la Cour d'appel de Lisbonne a conclu : "Au vu des preuves scientifiques actuelles, ce test s'avère incapable de déterminer au-delà du doute raisonnable que cette positivité correspond, en fait, à l'infection d'une personne par le virus du SRAS-CoV-2» [78], les deux raisons les plus importantes étant, selon les juges, que "la fiabilité du test dépend du nombre de cycles utilisés" et que "la fiabilité du test dépend de la charge virale présente". [79]

La Cour a cité une étude menée par "certains des plus grands spécialistes européens et mondiaux", qui montre que si une personne est testée positive pour COVID-19 à un seuil de cycle de 35 ou plus, la probabilité que cette personne soit effectivement infectée est inférieure à 3 %, et que "la probabilité de ... recevoir un faux positif est de 97 % ou plus". [80]

Pour résumer, sur la base des orientations publiées par l'OMS citant trois études réalisées en Chine, les laboratoires et les fabricants des États-Unis et de nombreux autres pays utilisent un seuil de cycle PCR de 37 à 40 pour les tests PCR COVID-19 qui ont été créés en utilisant des séquences de génome in silico fournies par un laboratoire en Chine, en vertu desquels le nombre de cas positifs COVID-19 a été gonflé de dix à trente fois. [81]

 

  1. Des études montrant une transmission asymptomatique significative, seule base scientifique pour le verrouillage des individus en bonne santé, sont venues de Chine

Le concept scientifique de "propagation asymptomatique" sous-tend la politique de "verrouillage". Selon l'OMS, "les premières données en provenance de Chine suggéraient que les personnes ne présentant pas de symptômes pouvaient infecter d'autres personnes". [82] Cette idée de propagation asymptomatique a été reprise dans le rapport de l'OMS de février. [83] Selon ce concept, des individus en bonne santé ou des "propagateurs silencieux" pourraient être responsables d'un nombre important de transmissions du SRAS-CoV-2. [84] L'idée d'arrêter la propagation asymptomatique s'écarte considérablement des orientations et de l'expérience de santé publique en vigueur lors des précédentes pandémies de virus respiratoires. [85]

Le concept de propagation asymptomatique significative a été considéré comme une caractéristique nouvelle et unique du SRAS-CoV-2 sur la base de plusieurs études réalisées en Chine. Plusieurs études menées dans d'autres pays n'ont pas permis de mettre en évidence une quelconque transmission du CoV-2 du SRAS par des individus asymptomatiques. [86] [87]

Un article de l'Université McGill a conclu que "la transmission pendant la période asymptomatique a été documentée dans de nombreuses études", mais chacune de ces études a été menée en Chine ; lorsque des études menées en dehors de la Chine ont tenté de reproduire ces résultats, elles ont échoué. [88] Une étude italienne a conclu que deux personnes asymptomatiques dont le test était positif avaient été infectées par deux autres personnes asymptomatiques, mais cette conclusion était basée sur 2’800 tests PCR ; étant donné le taux de faux positifs évoqué ci-dessus, la conclusion est douteuse. [89] Une étude influente du Brunei Darussalam a constaté une importante propagation asymptomatique [90], mais ses conclusions sont considérablement affaiblies par une mauvaise définition de cas ; ses deux conclusions de propagation asymptomatique étaient celles d'une jeune fille sans symptômes qui aurait transmis le SRAS-CoV-2 à son professeur qui avait "une légère toux un jour", et d'un père qui est resté asymptomatique mais dont la femme a brièvement eu le nez qui coule et dont le bébé a également eu une légère toux un jour. [91]

Une étude allemande co-écrite par Christian Drosten a affirmé avoir trouvé "la transmission de l'infection à 2019-nCoV à partir d'un contact asymptomatique en Allemagne" [92], mais les chercheurs n'ont pas réellement parlé à la femme avant de publier l'article, et les fonctionnaires ont confirmé plus tard qu'elle avait effectivement des symptômes pendant son séjour en Allemagne. [93]

En l'absence de ce concept de propagation asymptomatique significative, il n'y a aucun argument scientifique pour enfermer les personnes en bonne santé. Ce concept de transmission asymptomatique significative du SRAS-CoV-2, et les études qui l'étayent, viennent de Chine.

 

  1. Le PCC s'est engagé dans une campagne de propagande précoce, large, systématique et mondiale pour promouvoir sa réponse au verrouillage

Après avoir conclu que le blocage du PCC avait "inversé l'escalade des cas" en Chine, l'OMS n'a pas été la seule à implorer le monde de "copier la réponse de la Chine à COVID-19". Le même jour où le PCC a verrouillé la province du Hubei, des vidéos de Wuhan ont commencé à inonder les sites internationaux de médias sociaux tels que Facebook, Twitter et YouTube - tous bloqués en Chine - prétendant montrer les horreurs de l'épidémie de Wuhan et la gravité de son verrouillage, dans des scènes assimilées à Zombieland et The Walking Dead. Les comptes rendus officiels chinois ont largement partagé l'image d'une aile d'hôpital censée avoir été construite en un jour, mais qui montrait en fait un appartement situé à 600 miles de là. [95]

Puis, à partir de mars 2020, le monde entier a été bombardé de propagande vantant les vertus de l'approche autoritaire de la Chine. [96] Les médias d'État chinois ont acheté de nombreuses publicités sur Facebook [97] pour faire connaître la réponse de la Chine à la pandémie (toutes ces publicités ont été diffusées sans l'avertissement politique requis par Facebook), et ont commencé à décrire à tort l'"immunité collective" - le point final inévitable de toute épidémie, soit par une immunité acquise naturellement [98] soit par la vaccination - comme une "stratégie" violant les "droits de l'homme".[ 99] Selon le quotidien chinois Global Times, la Suède est devenue la cible principale de la campagne de propagande du PCC [100] :

Les analystes et les net-citoyens chinois doutent de l'immunité de groupe et la qualifient de violation des droits de l'homme, citant la mortalité élevée dans le pays par rapport aux autres pays d'Europe du Nord. "Les soi-disant droits de l'homme, la démocratie, la liberté vont dans la mauvaise direction en Suède, et les pays qui sont extrêmement irresponsables ne méritent pas d'être les amis de la Chine ..." [101]

C'était, bien sûr, avant que l'OMS n'adopte la stratégie audacieuse et contradictoire consistant à tenter de réécrire en bloc la définition historique de l'immunité collective. Pas plus tard qu'en juin 2020, la définition de l'OMS de l'immunité collective incluait à juste titre "l'immunité développée par une infection antérieure" - mais le 15 octobre 2020, l'OMS a effectivement effacé de son site web la longue histoire de l'immunité acquise naturellement :

L'immunité collective, également appelée "immunité des populations", est un concept utilisé pour la vaccination, dans lequel une population peut être protégée contre un certain virus si un seuil de vaccination est atteint.

L'immunité collective est obtenue en protégeant les personnes contre un virus, et non pas en les exposant à celui-ci [102] (soulignement ajouté).

Le porte-parole officiel de la Chine, Hua Chunying, a publié une vidéo d'une fillette de 7 ans récitant l'importance d'une stricte distanciation sociale entre les enfants. Simultanément, des centaines de milliers de messages clandestins sur les médias sociaux, qui ont ensuite été signalés comme étant parrainés par l'État, ont exprimé leur admiration pour le verrouillage de la Chine et ont souhaité que les gouvernements du monde entier les imitent, tout en dénigrant les gouvernements et les dirigeants du monde qui n'ont pas suivi le mouvement ; [104] les gouvernements, y compris, mais sans s'y limiter : Nigeria, [105] Ghana, [106] Afrique du Sud, [107] Namibie, [108] Kenya, [109] France, [110] Espagne, [111] Colombie, [112] Brésil, [113] Argentine, [114] Canada, [115] Australie, [116] Inde, [117] Allemagne, [118] Royaume-Uni, [119] et États-Unis. [120] Non seulement cette citoyenneté mondiale est très pauvre, mais surtout à la lumière de la science douteuse évoquée plus haut, il convient de se demander si ces posts dans les médias sociaux avaient pour but de vulgariser le verrouillage comme une fin en soi. [121]

Lorsque l'Italie est devenue le premier pays hors de Chine à verrouiller son territoire, des experts chinois sont arrivés le 12 mars et deux jours plus tard ont conseillé un verrouillage plus strict : "Le 19 mars, ils ont répété que l'isolement de l'Italie n'était "pas assez strict". "Ici à Milan, la zone la plus touchée par COVID-19, il n'y a pas de confinement très strict ... Nous avons besoin que chaque citoyen soit impliqué dans la lutte contre COVID-19 et suive cette politique". [123]

La société chinoise DJI a fait don de drones à 22 États américains pour aider à faire respecter les règles de verrouillage. Le 7 juillet, le directeur du FBI, Christopher Wray, a révélé que le PCC avait même contacté spécifiquement des hommes politiques locaux pour approuver sa réponse à la pandémie :

Nous avons entendu de la part de fonctionnaires fédéraux, étatiques et même locaux que les diplomates chinois réclament avec insistance un soutien à la Chine dans sa gestion de la crise COVID-19. Oui, cela se produit à la fois au niveau fédéral et au niveau des États. Il n'y a pas si longtemps, nous avons eu un sénateur d'État à qui il a même été demandé récemment de présenter une résolution soutenant la réponse de la Chine à la pandémie. [126]

La Chine détient des participations financières dans pratiquement tous les grands médias. En ce qui concerne les questions complexes comme le verrouillage, l'influence de la Chine peut collectivement faire basculer ces entités médiatiques dans une direction dangereuse, par exemple en encourageant les pays à copier la réponse de la Chine à COVID-19.[128] Le PCC a façonné les récits scientifiques des médias en promouvant constamment le mensonge selon lequel "la Chine contrôlait le virus" [129], ce qui est, bien sûr, un mensonge éhonté. Néanmoins, en encourageant les publications grand public à répéter le mensonge selon lequel "la Chine contrôlait le virus", le PCC a normalisé ce mensonge et a fait en sorte que ses données falsifiées restent partie intégrante du discours scientifique. Entre-temps, le PCC a commencé à surveiller de près les publications universitaires chinoises sur COVID-19. [132]

L'importance de la campagne de propagande mondiale de verrouillage de la Chine réside dans l'intention qui la sous-tend. Alors que les problèmes scientifiques décrits ci-dessus - négligence criminelle de l'OMS, modèles de mortalité alarmistes, tests PCR douteux et mauvaises études sur la transmission asymptomatique - pourraient théoriquement être attribués à l'incompétence, la propagande du PCC est une preuve de délibération. Une science bâclée peut être une honte professionnelle, mais ce n'est ni un crime ni un échec moral. La possibilité de corruption et de fraude, en revanche, est une autre affaire.

 

  1. De nombreux scientifiques éminents en faveur de l'immobilisation montrent un parti pris évident en faveur de la Chine

Non seulement les verrouillages ont été blanchis dans la science avec un manque choquant de débat scientifique, mais de nombreux scientifiques ont fait preuve d'une déférence inhabituelle envers la Chine en évaluant la poursuite des politiques de verrouillage. Ces scientifiques n'ont cessé de faire l'éloge de la Chine, et beaucoup d'entre eux semblent fonctionner sur l'hypothèse que la Chine a, en fait, éliminé les cas nationaux de COVID-19 comme le prétend le PCC, alors qu'en fait cette affirmation est un mensonge, comme le confirme la communauté du renseignement. Il va sans dire que la promotion de décisions politiques publiques majeures basées sur cette hypothèse erronée peut avoir des conséquences dévastatrices.

Dans une interview accordée en mai 2020 à la Télévision centrale chinoise, Richard Horton, rédacteur en chef de l'éminente revue médicale The Lancet, a fait l'éloge des mesures de verrouillage de la Chine :

C'était non seulement la bonne chose à faire, mais cela a également montré aux autres pays comment ils devaient réagir face à une menace aussi grave. Je pense donc qu’il y beaucoup de choses pour lesquelles nous avons à remercier la Chine... [134]

En juillet, Horton a réitéré sa gratitude envers la Chine, en tweetant : "En effet. La Chine ne doit pas être "blâmée". À mon avis, nous devrions remercier les scientifiques et les professionnels de la santé chinois pour leur engagement incroyablement désintéressé dans la lutte contre cette épidémie. Ils méritent notre gratitude inconditionnelle". [135] Et en août, Horton a encore doublé la mise dans un article à gorge déployée qui avait étonnamment peu à voir avec la santé :

Le "siècle de l'humiliation", au cours duquel la Chine était dominée par un Occident à l'esprit colonial et le Japon, n'a pris fin qu'avec la victoire communiste dans la guerre civile en 1949... Tous les dirigeants chinois contemporains, y compris Xi Jinping, ont considéré qu'il leur incombait de protéger la sécurité territoriale gagnée par Mao et la sécurité économique obtenue par Deng. [136]

Le 8 octobre, le Lancet a publié un avis favorable sur la réponse de la Chine à la pandémie. Cet article a été accueilli avec beaucoup d'éloges par Chen Weihua, chef du bureau européen du China Daily  [137] :

Malgré l'ignorance de nombreux Occidentaux, cet article de The Lancet est un puissant témoignage de la réussite de la réponse chinoise à la pandémie. Je déteste lire les articles de ces journalistes paparazzi qui sont experts en filage mais qui ont peu de connaissances scientifiques. [138]

Des scientifiques chinois ont ensuite soumis un article à The Lancet, arguant que le SRAS-CoV-2 était originaire de l'Inde, au milieu des escarmouches frontalières en cours avec l'Inde. Quelques semaines plus tard, cependant, la ligne du parti a encore changé en raison des tensions économiques avec l'Australie, et le Global Times a affirmé que le coronavirus pouvait provenir d'Australie. [140]

William A. Haseltine, président du conseil d'administration du Sommet de la santé États-Unis-Chine depuis 2015, a également réservé de grands éloges à la Chine. En octobre 2020, le China Daily a publié un article d'Haseltine dans lequel il reprenait la ligne du parti du PCC sur la Suède, reprochant au pays d'avoir choisi de "renoncer à l'enfermement" et de fonder sa stratégie sur "l'immunité collective", pour laquelle il affirme à tort que les taux d'infection et de mortalité par COVID-19 en Suède sont parmi les plus élevés du monde :

Mais fonder une stratégie de réponse à une pandémie sur l'hypothèse que l'immunité collective est inévitable - vaccin ou pas - revient à offrir au virus une voie de moindre résistance. Ce fut le cas en Suède, où les décideurs politiques ont décidé de renoncer aux fermetures d'entreprises et aux fermetures de commerces au profit de conseils plus indulgents sur le port du masque et la distanciation sociale. Il n'est pas surprenant que les taux d'infection et de mortalité liés au COVID-19 en Suède aient été parmi les plus élevés au monde. [141]

Au début de la pandémie, le 25 mars, M. Haseltine a également fait l'éloge des mesures prises par la Chine, contrairement aux États-Unis, dont la plupart n'avaient pas encore imposé de mesures de confinement : "Les mesures prises par les États-Unis pour contrôler le Covid-19 sont bien inférieures à ce qui a été fait en Chine, selon @JNBPage dans @WSJ - http://ow.ly/BS5R50yVDV2. Pour plus de détails, voir l'interview d'un Américain en quarantaine à Shanghai - http://ow.ly/nz3050yVDXO." [142] Plus loin, Haseltine poursuit : "Deux mois de confinement dans la province de Hubei en Chine ont été levés, bien que Wuhan reste en quarantaine jusqu'au 8 avril. C'est un moment important, qui témoigne de l'efficacité des mesures de confinement ». [143] Haseltine a de nouveau fait l'éloge de la Chine le 20 mai : "Il est possible d'éliminer le Covid sans médicaments ou vaccins efficaces. C'est ainsi qu'ils l'ont fait à Wuhan, en Chine." [144]

Le 4 juin, Haseltine a de nouveau comparé négativement les États-Unis à la Chine : "Les mesures que la Chine a prises pour protéger sa population par le biais de tests et de suivi sont vraiment impressionnantes. Les États-Unis, en revanche, échouent." [145] Et de nouveau le 15 septembre : "Les États-Unis ont-ils fait [sic] tout leur possible pour contrôler Covid-19 ? Le Covid peut être contenu sans vaccin ou médicament. La Chine n'a pratiquement plus de nouvelles infections. ACCESS Health et le @RockefellerFdn ont étudié comment ils y sont parvenus grâce à l'utilisation des technologies numériques. http://ow.ly/I4Ch50BrEpJ. " [146]

Tom Frieden, ancien directeur du CDC, est un autre éminent défenseur du verrouillage de la COVID-19. En 2015, "Frieden a fait l'éloge du partenariat de santé publique entre la Chine et les États-Unis", selon le Global Times. En 2017, Frieden s'est joint à la Chine pour soutenir Tedros Adhanom en tant que directeur de l'OMS plutôt que David Nabarro, éminemment qualifié, du Royaume-Uni : "Tedros est un excellent choix pour diriger l'OMS. Il a réussi en Éthiopie, en réalisant des progrès remarquables en matière de santé..." [148] Au contraire, comme on le savait alors, Tedros avait aidé le régime éthiopien à couvrir trois épidémies de choléra lorsqu'il était ministre de la santé publique. En tant que membre éminent du Front populaire de libération du Tigré (TPLF), désigné comme organisation terroriste par les États-Unis dans les années 1990, Tedros "a été un décideur crucial en ce qui concerne les actions des services de sécurité qui incluaient des meurtres." [149] Il a été "personnellement responsable de la répression brutale du peuple Amhara, en utilisant l'argent de l'aide de manière sélective pour l'affamer et lui refuser l'accès aux services de base" - des crimes de guerre pour lesquels des accusations de génocide ont récemment été déposées contre lui devant la Cour pénale internationale de La Haye. [150]

Frieden a beaucoup voyagé en Chine en 2018 et 2019 pour des collaborations en matière de santé publique, et il a fait l'éloge de la Chine depuis le début de la crise COVID-19. Frieden a fait l'éloge de la réponse de la Chine dès le début, écrivant pour CNN le 25 février : "L'extraordinaire cordon de Chine de la province du Hubei et d'autres régions a donné au monde au moins un mois de temps pour se préparer" [152] : "Le monde peut apprendre beaucoup de la Chine en arrêtant COVID-19." [153]

Le 17 mars, Frieden a exhorté les États-Unis à imiter l'expansion de la capacité hospitalière de la Chine : "Lorsque @voxdotcom a publié ce message hier, j'ai pensé que les hôpitaux pourraient avoir besoin de tripler leurs lits et leurs ventilateurs pour les patients atteints de maladies pulmonaires avec #COVID19. Maintenant, les données suggèrent que nous pourrions avoir besoin de 10 fois plus. La Chine a construit des hôpitaux de 1K lits en 8 jours, une action urgente est nécessaire aux États-Unis maintenant" [154].

Le 1er avril, Frieden a tweeté trois fois les mêmes mots, faisant l'éloge de la Chine et exhortant les États-Unis à accélérer leur réponse : "Je suis en colère. Des amis et des voisins malades et mourants. 2.9 : jours L'action de Wuhan a acheté la Chine : https://bit.ly/3bCxFJg. 2,9 : nombre de MOIS gaspillés par les États-Unis à ne pas renforcer la protection des travailleurs de la santé, les soins intensifs, les tests, la recherche des contacts, l'isolement, la quarantaine. Feuille de route : https://bit.ly/2R3RtgW." [155]

En août, Frieden a fait l'éloge de la Chine à plusieurs reprises, contrastant son "succès" avec celui des États-Unis. Le 10 août : "Pendant ce temps en Chine. Ils déclarent qu'ils peuvent maintenant faire 4,8 millions de tests PCR par jour. Les écoles ouvrent et restent ouvertes. Le port du masque est, le cas échéant, presque universel. La semaine dernière, ils ont eu une moyenne de 34 cas/jour. Le 15 août : "Cette réflexion d'un enseignant américain à Chengdu - où les fermetures Covid ont été strictement appliquées - examine les nuances de la vie en Chine et comment le pays a pu écraser la courbe." [157] Et le 16 août : "Réflexions sur les foules énormes et démasquées lors des festivals à Wuhan ! C'est la récompense pour avoir écrasé la courbe - on revient à une réalité proche de celle de la période pré-Covid. Mais ce n'est probablement pas un objectif raisonnable pour la plupart des endroits, où le contrôle de l'agitation est le meilleur scénario réaliste." [158] Et le 18 août : "La Chine a signalé un taux de cas inférieur à 1/5 000e des États-Unis". Il nous est possible de contrôler Covid également si les Américains travaillent ensemble et soutiennent pleinement la santé publique." [159]

Si ces personnes sont uniques dans leur parti pris pro-Chine et pro-blocage, en tant que scientifiques, elles sont loin d'être les seules à avoir des liens apparents avec le PCC. En juin, le National Institutes of Health (NIH) a révélé que 189 de ses boursiers avaient reçu des fonds non divulgués de gouvernements étrangers. [160] Dans 93% des cas, dont celui de Charles Lieber, directeur du département de chimie de Harvard, les fonds non divulgués provenaient de Chine. [161] Les co-fondateurs de CanSino Biologics, une société chinoise de vaccins collaborant avec le Canada, se sont avérés être des membres du plan "Mille talents" du PCC visant à coopérer et à encourager les scientifiques à transférer leurs recherches et leurs connaissances en Chine.[160] Selon le Harvard Crimson, le plus grand don de l'histoire de la Chan School of Public Health de Harvard est venu en partie d'un "pion du PCC", un "supporter d'un gouvernement responsable de crises humanitaires importantes" par le biais d'une série de sociétés écrans, dont la plus importante a été citée dans les Panama Papers. [163]

Il n'y a rien d'immoral ou d'illégal à avoir simplement tort. Mais étant donné l'ampleur des décisions prises pendant la crise COVID-19, si même une poignée de scientifiques influents sont incités à soutenir les mesures de confinement sans tenir compte des données ou des résultats réels, cela peut avoir un impact démesuré sur l'opinion publique et la politique.

 

  1. De nombreux autres partisans influents du verrouillage sont malheureusement peu qualifiés pour conseiller les dirigeants mondiaux en matière de politique de lutte contre la pandémie et font souvent preuve d'un parti pris pro-chinois manifeste

En plus des nombreux scientifiques ayant des liens avec la Chine, un certain nombre de personnes terriblement peu qualifiées se sont présentées au public et aux politiciens comme des experts en matière d'épidémiologie et de confinement de COVID-19, alors qu'en fait leurs antécédents révèlent qu'ils n'ont pas cette expertise. Nombre d'entre eux ont également fait preuve d'une déférence inhabituelle envers la Chine.

Le 25 janvier 2020, Eric Feigl-Ding, un épidémiologiste du département de nutrition de Harvard ayant peu d'expérience dans le domaine des maladies infectieuses, a écrit : "SAINTE MÈRE DE DIEU, le nouveau coronavirus est un 3,8 !!! Quelle est cette valeur de R0 reproductif ? Il est mauvais au niveau d’une pandémie thermonucléaire."[164] Ce fut le premier d'une série de tweets alarmistes douteux, mais largement diffusés, de Ding, jusqu'alors inconnu, grâce auxquels il gagna des centaines de milliers d'adeptes sur Twitter et devint l'un des principaux défenseurs des mesures de contrainte strictes face au COVID-19, malgré son manque évident de qualifications. [165]

Ding est un ancien des Global Shapers du Forum économique mondial, un groupe de jeunes qui considère Taiwan comme une partie de la Grande Chine [166] et qui a fait campagne pendant la crise COVID-19 pour partager "leurs expériences personnelles de lutte contre le coronavirus dans leurs villes et d'adaptation à une nouvelle normalité." [167] Son énorme suivi sur Twitter a irrité nombre de ses collègues, ce qui a incité l'éminent épidémiologiste de Harvard le Pr Mark Lipsitch à le dénoncer comme un charlatan : "OK, beaucoup de gens pensent qu'il s'agit d'une querelle intra-muros. Dans le sens où nous travaillons à @CCDD_HSPH depuis une décennie et à @HarvardEpi depuis 25 ans pour établir l'épidémiologie des maladies infectieuses comme un domaine d'excellence & nous n'aimons pas qu'un charlatan exploite une connexion ténue pour faire de l'auto-promotion, oui." [168]

Angela Rasmussen, virologue de Columbia, a approuvé l'évaluation du Dr Lipsitch : "Eric Feigl-Ding est un charlatan. Si le Dr Lipsitch semble condescendant, c'est parce que l'EFD a maintes fois revendiqué une expertise qu'il n'a pas afin d'attirer l'attention. Il fait du sensationnalisme dans les données et distribue carrément de la désinformation. Il est nuisible à la santé publique et je dédaigne cela aussi." [169]

Ces dénonciations des docteurs Rasmussen et Lipsitch sont dignes d'intérêt dans la mesure où tous deux ont soutenu un verrouillage limité et critiqué les scientifiques et les commentateurs tant pro qu’anti-verrouillage. Cependant, leurs dénonciations de Ding n'ont pas ralenti sa campagne sur Twitter, et il a continué à se présenter dans une tenue portée par un médecin, complètement inappropriée à son passé de nutritionniste. [170]

Tomas Pueyo est un ingénieur et MBA sans formation en santé ou en épidémiologie qui est devenu soudainement célèbre pour un article du 10 mars sur le site d'auto-publication Medium intitulé "Coronavirus" : Why You Must Act Now", dans lequel il implorait les dirigeants du monde entier de mettre en place un verrouillage sur le modèle chinois pour contrer la hausse des cas de COVID-19. "Le nombre total de cas a augmenté de façon exponentielle jusqu'à ce que la Chine le maîtrise. Mais ensuite, il y a eu des fuites à l'extérieur, et maintenant c'est une pandémie que personne ne peut arrêter"[171] (c'est nous qui soulignons).

L'article de Pueyo est rapidement devenu viral et a été partagé des centaines de milliers de fois, y compris par de nombreuses célébrités. Après que l'article soit devenu viral, Pueyo est parti en tournée pour conseiller les législateurs de l'État sur la mise en place de mesures de verrouillage. [173]

Non seulement Pueyo n'était pas qualifié pour envoyer ce type de conseils épidémiologiques aux dirigeants mondiaux, mais l'article de Pueyo du 10 mars contient un certain nombre de signaux d'alarme. Tout d'abord, Pueyo qualifie à plusieurs reprises le coronavirus de "pandémie". Cependant, au 10 mars, l'OMS n'avait pas encore déclaré que le coronavirus était une pandémie [174], et selon l'article, les cas représentaient moins de 0,0015 % de la population mondiale. Dans l'article, Pueyo poursuit en implorant les dirigeants :

Mais dans 2 à 4 semaines, lorsque le monde entier sera bouclé, lorsque les quelques précieux jours de distanciation sociale que vous aurez permis auront sauvé des vies, les gens ne vous critiqueront plus : Ils vous remercieront d'avoir pris la bonne décision (c'est nous qui soulignons).

Non seulement le coronavirus n'était pas encore une pandémie, mais en date du 10 mars, il y avait moins de 200 cas dans l'ensemble du monde en développement en dehors de la Chine. Pueyo n'avait aucune raison valable de qualifier le coronavirus de pandémie, aucune raison valable de croire que le monde entier serait en quarantaine dans deux à quatre semaines et, surtout, aucune raison valable de conseiller aux dirigeants du monde de se mettre en quarantaine.

Le 19 mars, Pueyo a publié un autre article intitulé "Le marteau et la danse", qui est à nouveau devenu viral, expliquant la stratégie décrite par Pueyo comme "le marteau" - des mesures de confinement rapides et agressives en cas d'épidémie - suivies de "la danse" - traçage, surveillance et mesures de quarantaine. [175]

Le 22 mars, trois jours après la publication de "Le marteau et la danse" de Pueyo, un document stratégique du ministère fédéral allemand de l'intérieur (BMI) intitulé "Comment gérer le COVID-19" (plus tard surnommé "le document de la panique") a été secrètement distribué aux membres du parlement allemand et aux dirigeants de certains médias - ce document a joué un rôle démesuré en encourageant le gouvernement allemand à mettre en place un verrouillage national en mars 2020. Après que le BMI ait refusé de rendre public le "Panic Paper" en vertu de la loi sur la liberté d'information, il a été divulgué par le FragDenStaat, un site de lanceur d’alerte. [177]

Bien qu'il ait été publié trois jours seulement après l'article de Pueyo, le Panic Paper s'est fortement appuyé sur le travail de Pueyo, qualifiant la stratégie de verrouillage et de surveillance intermittents de "Marteau et danse" sans citer Pueyo. Le terme "Hammer and Dance" n'a pas d'histoire en épidémiologie - Tomas Pueyo l'a inventé pour son article du 19 mars. [178]

Otto Kölbl est l'un des auteurs du Panic Paper. Depuis 2007, Kölbl "étudie le développement socio-économique en Chine et (comparativement) dans d'autres pays en développement, ainsi que leur présentation dans les médias occidentaux."[180] De 2005 à 2006, il a été professeur de langues à l'Université polytechnique du Nord-Ouest à Xi'an, en Chine. Il dirige maintenant son propre blog appelé "rainbowbuilders.org" dans lequel il a qualifié Hong Kong de "parasite"[181] et fait l'éloge du développement exemplaire du Tibet par la Chine. Comme Pueyo, Kölbl est extraordinairement peu qualifié pour conseiller les dirigeants mondiaux sur tout aspect de l'épidémiologie, de l'infectiologie ou de la santé publique, domaines dans lesquels il n'a aucune expérience.

Maximilian Mayer est un autre co-auteur du Panic Paper. [183] Mayer a enseigné à l'université de Nottingham à Ningbo en Chine et à l'université de Tongji à Shanghai, et a été chercheur à l'université Renmin de Pékin. Ses recherches portent sur la politique étrangère et énergétique de la Chine, la politique climatique et les relations internationales, et il a dirigé la publication de Rethinking the Silk-Road : China's Belt and Road Initiative and Emerging Eurasian Relations. Depuis, il est retourné à l'université de Bonn en tant que professeur junior de relations internationales. Comme Pueyo et Kölbl, Mayer n'a aucune qualification apparente en épidémiologie, en infectiologie ou en santé publique, domaines dans lesquels il a conseillé les dirigeants allemands par le biais du Panic Paper.

Dès la première date possible, le physicien Yaneer Bar-Yam a exhorté le monde entier à adopter la stratégie consistant à tenter d'éliminer entièrement le COVID-19, comme la Chine l'aurait fait par l'adoption de mesures strictes de distanciation sociale. Le 2 février, Bar-Yam a fait l'éloge de la construction supposée rapide d'un hôpital par la Chine. [187] Le 28 février, Bar-Yam a cité le rapport de l'OMS sur sa mission conjointe en Chine, qui a mis le monde en quarantaine : "L'utilisation rigoureuse et sans compromis par la Chine de mesures non pharmaceutiques pour contenir la transmission du virus COVID-19 dans de multiples contextes fournit des leçons vitales pour la réponse mondiale" [188] Le même jour, Bar-Yam a poursuivi : "Nous devrions tous reconnaître et remercier la Chine pour sa réponse agressive au coronavirus de Wuhan". En février, Bar-Yam a lancé le site web www.endcoronavirus.org, qui a été rapidement traduit en 17 langues, exhortant les pays du monde entier à mettre en place des mesures de confinement à la manière de Wuhan. [190]

Bar-Yam a passé la majeure partie de l'année à admirer les mesures de verrouillage de la Chine - y compris le verrouillage meurtrier du PCC dans le Xinjiang - et à promouvoir l'utilisation des données chinoises malgré les allégations de fraude. Le 18 juillet, Bar-Yam a fait l'éloge du verrouillage de la Chine dans le Xinjiang en temps de guerre : "17 nouvelles affaires, fermer la ville. Ne lui donnez pas une chance. Coronavirus chinois : l’état de guerre déclaré pour Urumqi dans le Xinjiang." [191] Ce même verrouillage a simultanément suscité une incroyable inquiétude parmi les observateurs et les militants des droits de l'homme en raison des actes de génocide concomitants du PCC dans le Xinjiang contre les musulmans ouïgours et d'autres minorités turques. [192]

Le 8 mars, Bar-Yam a défendu les données de la Chine, contrairement aux États-Unis : "En fait, les chiffres des États-Unis sont sous-estimés en raison du nombre limité de tests. Cela est connu. Beaucoup ont dit que les chiffres en Chine sont sous-déclarés, personne n'a montré de preuves. Bar-Yam a réitéré ce sentiment le 14 mars : "Les spéculations sur les problèmes de données en Chine sont des projections." [194] Le 29 mars, Bar-Yam a encouragé les États-Unis à imiter la Chine : "Nous avons besoin d'une restriction beaucoup plus large."  Et le 3 août, Bar-Yam a félicité la Chine : "Réaction réussie à l'épidémie : l'activité manufacturière de la Chine explose en juillet." [196]

En période de crise, les citoyens font confiance aux experts pour les grandes décisions politiques. Pour les individus, se présenter au public et à leurs dirigeants comme des experts dans une crise alors qu'ils n'ont pas les qualifications nécessaires est déjà assez mauvais ; s'ils sont d'une manière ou d'une autre contre-incités à le faire, c'est bien pire.

 

  1. Plusieurs hauts responsables de la santé nationale parmi les nations sont terriblement peu qualifiés et font preuve d'un parti pris manifeste en faveur de la Chine

La ministre de la santé du Canada, Patty Hajdu, n'a aucune formation apparente en infectiologie ou en épidémiologie, sa seule expérience en santé publique étant dans le domaine de la toxicomanie et de la prévention des blessures. L'admiration de Patty Hajdu pour la Chine remonte à un certain temps, en 2014, comme elle l'a conseillé : "Ne croyez pas tout ce que vous lisez. L'histoire du coucher de soleil en Chine est de la pure propagande", partageant un article soutenant que les histoires de la Chine diffusant un coucher de soleil à Pékin étaient fausses. [198] Hajdu a d'abord reçu les éloges du porte-parole chinois à l'étranger Hua Chunying au début du mois de février 2020 pour avoir refusé d'interdire les voyages en provenance de Chine : "Le Canada estime que l'interdiction d'entrée n'a aucun fondement, ce qui contraste fortement avec les comportements des États-Unis." [199]

En avril, Hajdu a défendu les données relatives aux cas de COVID-19 annoncées par la Chine : "Rien n'indique que les données provenant de la Chine en termes de taux de mortalité et d'infection aient été falsifiées de quelque manière que ce soit." [200] Lorsqu'un journaliste a souligné un rapport des services de renseignement américains affirmant le contraire, Hajdu l’a réprimandé : "Je dirais que votre question alimente les théories de conspiration que beaucoup de gens perpétuent sur Internet." [201] Après cet échange de début avril, Hajdu a été excorié dans la presse canadienne pour avoir "effectivement essayé de blâmer ses propres citoyens sur la conduite d'un régime habituellement oppressif et mensonger." [202] Mais Hajdu a ignoré ces commentaires et a remis cela en moins d’un mois, louant les "efforts historiques d'endiguement" de la Chine. [203]

Hajdu a continué en septembre, gagnant une fois de plus la reconnaissance de la télévision d’état chinoise (CGTN) pour avoir défendu la Chine : "très tôt, la Chine a alerté l'Organisation mondiale de la santé sur l'émergence d'un nouveau coronavirus et a également partagé le séquençage du gène, ce qui a permis aux pays de pouvoir produire rapidement des tests pour pouvoir le détecter dans leur propre pays." [204] Pour cela, Chen Weihua, chef du bureau du China Daily EU, a fait l'éloge de Hajdu : "Le ministre canadien de la santé Hajdu est un modèle. Elle est une déception pour ces journalistes paparazzi et ces semeurs de peur." [205].

Hajdu a même reçu un clin d'œil spécial du ministère chinois des affaires étrangères : "Nous avons remarqué des rapports pertinents et applaudissons les remarques objectives et justes du ministre canadien de la santé." [206]

Comme l'a souligné le commentateur Spencer Fernando, "Propaganda Patty ... semble être l'une des seules personnes sur Terre qui croit réellement les chiffres officiels du virus chinois." [207] Apparemment impénitente, Hajdu a de nouveau dénigré au parlement canadien le commentaire d’un journaliste qui remettait en question les données, faisant ainsi écho à ses sentiments d'avril : "Monsieur le Président, savez-vous ce qui va aider la vie des Canadiens ? Si le député d'en face et le chef de l'opposition empêchent leurs députés de partager des nouvelles fausses et dangereuses comme le député de Lethridge et le député de Carleton, ils resteront concentrés sur le sauvetage de la vie des Canadiens au lieu de répandre des théories de conspiration." [208]

Matt Hancock est un ancien économiste et fonctionnaire qui n'avait que peu ou pas d'expérience dans le domaine de la santé publique ou des sciences naturelles avant de devenir ministre de la santé du Royaume-Uni. Avant la COVID-19, Hancock aurait montré peu d'intérêt pour son rôle : "Pour lui, il s'agit de se promouvoir et de s'en servir comme tremplin vers son prochain emploi", a déclaré un autre chef du National Health Service. "La technologie est le seul domaine dans lequel il a laissé sa marque... Mais sa conviction que la technologie peut résoudre de nombreuses difficultés du NHS l'avait conduit à être ridiculisé par des personnes dont il a besoin pour le respecter." [209]

Hancock s'est particulièrement intéressé à l'adoption des technologies chinoises, en rencontrant Kai-Fu Lee, PDG de la société de capital-risque chinoise Sinovation Ventures, en janvier 2018 [210] (En 2019, Kai-Fu Lee a rejoint le Conseil d'AI du Forum économique mondial avec la présidente de l'Imperial College, Alice Gast). En septembre 2018, Hancock a dirigé une "délégation d'hommes d'affaires britanniques parlant des technologies de la santé en Chine" [212] : "Je suis en Chine cette semaine pour envisager une collaboration avec nos homologues chinois afin d'exploiter la puissance des technologies et de l'innovation dans les soins de santé." [213] 

En avril 2020, la Commission nationale chinoise de la santé a signalé que M. Hancock et son homologue chinois, Ma Xioawei, s'étaient entretenus au téléphone pour discuter d'une future collaboration pendant la crise COVID-19 : "Trois semaines plus tard, la CGTN a rapporté que Hancock et Ma avaient organisé une réunion numérique de hauts responsables de la santé de Chine et du Royaume-Uni afin d'accroître la coopération dans le cadre de la pandémie COVID-19 et au-delà, notamment en discutant de " stratégies de levée de l'isolement." [214] 

Hancock a déclaré qu'il appréciait la coopération entre les deux nations jusqu'à présent dans leur réponse commune à l'épidémie, et a exprimé la volonté du Royaume-Uni de renforcer la coopération antiépidémique avec la Chine et d'utiliser les accords de prévention et de contrôle de l'épidémie comme une occasion d'approfondir la coopération bilatérale en matière de santé et de santé mondiale... Ils ont tenu des discussions approfondies sur des sujets tels que les stratégies de levée du verrouillage et ont réitéré leur volonté de renforcer le partage d'expérience et la coopération technique pour protéger conjointement les populations des deux pays. [215] (c'est nous qui soulignons)

Pendant la crise COVID-19, Christian Drosten a assumé le rôle de responsable de la santé le plus influent d'Allemagne, bien qu'en tant que virologue, il ait peu d'expérience en épidémiologie, en infectiologie ou en santé publique. Le rôle central de Christian Drosten dans la création du test PCR COVID-19, d'une précision extrême, a déjà été évoqué. [216] Dans une conférence de presse du 14 mai, Drosten y a fait référence en parlant de : "ce concept du "marteau et de danse" dans le cadre de la recherche sur la pandémie", mais ce n'est pas vrai - comme nous l'avons vu plus haut, le terme n'a pas d'histoire, il a été inventé par Tomas Pueyo le 19 mars.

Daniel Andrews, Premier ministre de Victoria, en Australie, emploie plusieurs conseillers ayant des liens avec le PCC et qui ont participé à ses politiques strictes en matière de pandémie. Danny Pearson, le député qui a dirigé les négociations pour le compte d'Andrews, a loué la façon dont la Chine a géré le coronavirus. Nancy Yang, collaboratrice de longue date d'Andrews, a suivi un cours de propagande dans une académie de haut niveau du PCC et a contribué à la diffusion de la désinformation sur COVID-19 au début de la crise. Marty Mei, le conseiller principal de Yang et Andrews pour la Chine, est membre du Conseil de la communauté chinoise d'Australie, la principale organisation du Front uni dans le Victoria. Deux hauts responsables d'organisations liées à l'opération d'influence étrangère du Parti communiste chinois, Arthur Wu et Su Junxi, ont été choisis comme "ambassadeurs de la communauté" COVID-19 dans le gouvernement d'Andrews. [220]

Andrews avait auparavant signé l'initiative "Belt and Road" de Xi Jinping sans consulter le Premier ministre Scott Morrison, ce qui lui a valu une réprimande publique. Des documents internes obtenus en vertu de la loi sur la liberté de l'information montrent que M. Andrews a sollicité l'argent et l'expertise d'entreprises publiques chinoises lors de son voyage en Chine en octobre 2019, avec la promesse de "faciliter" leur accès à Victoria et de "collaborer" aux plus grands projets de l'État. L'État de Victoria, a-t-il déclaré, deviendrait "la porte d'entrée de la Chine en Australie." [222]

En août 2020, la ville de Melbourne, dans l'État de Victoria, est devenue la première ville australienne à mettre en œuvre la phase 4 de l'interdiction d'accès - les restrictions les plus strictes, avec des couvre-feux et des amendes sévères. [223]

 

  1. Les principaux partisans du bouclage se sont montrés inhabituellement indifférents aux conséquences dévastatrices de leurs politiques

Outre leur parti pris en faveur de la Chine, les partisans du verrouillage se sont montrés étrangement obstinés dans leur soutien à ces politiques, continuant à promouvoir des mesures économiquement et socialement destructrices apparemment sans se soucier de leurs terrifiantes conséquences dans le monde réel ; tragiquement, ces conséquences ne sont que trop réelles.

Les données du site web yelp.com ont montré que plus de 60 % des fermetures d'entreprises pendant la crise COVID-19 sont désormais permanentes, ce qui représente plus de 97 000 entreprises perdues aux États-Unis. [224] Le chômage aux États-Unis a atteint 14,7 % et les routes sont bloquées par des milliers de véhicules qui attendent leur tour dans les banques alimentaires. Près de 5 % de la population du Royaume-Uni a souffert de la faim pendant les trois premières semaines de fermeture. [227]

Une enquête a révélé que 22 % des Canadiens connaissaient des niveaux d'anxiété élevés, soit quatre fois plus qu'avant la crise COVID-19, tandis que le nombre de personnes déclarant des symptômes de dépression a doublé pour atteindre 13 %. Plus de 40 États américains ont signalé une augmentation de la mortalité liée aux opioïdes. [228] Et, selon le CDC, malgré les tests PCR de masse et le nombre énorme de faux positifs, au moins 100’947 décès supplémentaires en 2020 n'étaient pas du tout liés à la COVID-19. [230]

Bien qu'ils soient peu exposés au virus lui-même, les jeunes portent une part disproportionnée du fardeau du confinement. Plus de sept adultes sur dix âgés de 18 à 23 ans ont déclaré avoir des symptômes communs de dépression. Le CDC a révélé que les jeunes adultes âgés de 25 à 44 ans ont connu la plus forte augmentation du nombre de décès "excédentaires" par rapport aux années précédentes, soit un bond étonnant de 26,5 % [232], alors qu'ils représentaient moins de 3 % des décès dus à la COVID-19. Cette augmentation a littéralement dépassé l'augmentation de la surmortalité des Américains plus âgés, qui sont beaucoup plus exposés au risque de décès par COVID-19. Étant donné que les jeunes sont très peu exposés au risque de décès dû à la COVID-19 - les 20-49 ans ont 99,98 % de chances de survivre au virus, selon les données des CDC - cette augmentation choquante du nombre de décès est largement attribuable aux décès de "désespoir", autrement dit, aux décès dus au confinement. [233]

Les suicides ont atteint des niveaux sans précédent dans le monde entier. "Nous n'avons jamais vu de tels chiffres en si peu de temps", a déclaré le Dr Mike de Boisblanc, de Walnut Creek. "Septembre 2020 a été le mois le plus élevé jamais vu de patients suicidaires admis dans notre centre médical", a déclaré le Dr Kia Carter, directeur médical de la psychiatrie à l'hôpital pour enfants de Cook. [235] Au Japon, les statistiques gouvernementales montrent que le suicide a fait plus de victimes en octobre que le Covid-19 sur l'ensemble de l'année à ce jour. [236]

Et, bien qu'ils ne soient pratiquement pas menacés par COVID-19, ce sont les enfants qui ont le plus souffert des fermetures. Près d'un enfant sur quatre vivant sous COVID-19, restrictions sociales et fermetures d'écoles sont confrontés à des sentiments d'anxiété, et beaucoup risquent de connaître une détresse psychologique durable. Dans des enquêtes récentes menées par Save the Children auprès d'enfants et de parents aux États-Unis, en Allemagne, en Finlande, en Espagne et au Royaume-Uni, jusqu'à 65 % des enfants ont souffert d'un sentiment d'isolement. [238]

La santé et le développement intellectuel des enfants ont régressé. Certains, qui étaient formés à la propreté avant le confinement, sont retournés aux couches, et d'autres ont oublié les chiffres de base ou comment utiliser un couteau et une fourchette. Selon l'université du Wisconsin, pendant la crise COVID-19, les enfants américains de plus de dix ans ont réduit de moitié leur activité physique. Les écarts de réussite se sont creusés, et les progrès en matière d'alphabétisation précoce ont diminué. Selon le CDC, la proportion de visites d'urgence liées à la santé mentale pour les enfants âgés de 5 à 11 ans et de 12 à 17 ans a augmenté d'environ 24 % et 31 % respectivement. [241] Et, plus horrible encore, une étude a révélé une augmentation de 1493 % de l'incidence des traumatismes crâniens abusifs chez les enfants au cours du premier mois de confinement au Royaume-Uni. [243].

Ce ne sont pas des chiffres dans des statistiques. Ce sont des amis, des voisins et des citoyens dont les vies ont été inutilement détruites par les politiques gouvernementales. Mais si ces statistiques parmi les nations peuvent être horribles, elles ne sont rien en comparaison de la souffrance de millions de personnes dans le monde en développement, plongées dans la famine et la pauvreté à cause de nos blocages. Les autocraties sont devenues plus oppressives, et les démocraties ont pris des caractéristiques autocratiques. En Inde, des millions de travailleurs bloqués ont perdu leurs moyens de subsistance et se sont exilés vers des villages éloignés. En Afrique du Sud, les lignes de ravitaillement s'étendaient sur des kilomètres. En Arabie Saoudite, les migrants mis en quarantaine ont été laissés pour mort. "Les gardes se contentent de jeter les corps à l'arrière comme si c'était des ordures." [247]

Les Nations unies ont mis en garde contre une "famine aux proportions bibliques" avec 265 millions de personnes "marchant littéralement au bord de la famine." [248], et ont estimé plus tard que la crise avait "poussé 150 millions d'enfants supplémentaires dans une pauvreté multidimensionnelle - privés d'éducation, de santé, de logement, de nutrition, d'assainissement ou d'eau." [249] Tout cela pour un virus dont les données examinées par les pairs de l'OMS [250] révèlent maintenant un taux de mortalité par infection de 0,23% - 0,05% chez les moins de 70 ans - et qui, selon l'OMS, pourrait avoir déjà infecté une personne sur dix dans le monde en octobre. [251]

Selon le Fonds monétaire international, l'économie d'un seul pays du G20 a connu une croissance en 2020 : la Chine. [252]

Le fait que les partisans du verrouillage ne veuillent pas reconnaître ces faits ne les rend pas moins réels. Les souffrances causées par ces politiques ne peuvent pas être effacées, mais elles peuvent au moins être évitées à l'avenir, et la justice peut être obtenue si ces politiques ont été imposées de mauvaise foi.

En vertu du Pacte des Nations unies relatif aux droits civils et politiques, il incombe à tout gouvernement qui impose des mesures de lutte contre une maladie d'utiliser les "moyens les moins restrictifs" disponibles pour atteindre efficacement l'objectif de santé publique. Avec les exemples de la Suède, de la Floride, du Dakota du Sud, du Belarus et d'autres pays qui ont déployé avec succès des moyens beaucoup moins restrictifs que les zones de confinement de la Chine pour gérer COVID-19 - sans entraîner une surmortalité ou des résultats pires que ceux des zones de confinement - il est difficile de comprendre comment le moindre gouvernement peut continuer à imposer ces mesures en toute bonne foi.

 

CONCLUSION

Au XXe siècle, le terme totalitaire est né pour décrire certains régimes qui ont utilisé la technologie moderne pour contrôler tous les aspects de la vie des citoyens, les liant à l'État en brisant tous les liens sociaux préexistants. L'un de ces régimes était l'Union soviétique, et les experts s'accordent de plus en plus à dire que la Chine d'aujourd'hui est également totalitaire. Les régimes totalitaires utilisent tous les moyens possibles pour monopoliser le pouvoir de façon pathologique. Bien qu'ils offrent une qualité de vie exceptionnellement faible à leurs citoyens, les États totalitaires sont des organismes politiques avancés, qui dépassent leur poids en géopolitique grâce à leur capacité inégalée à garder des secrets et à exécuter des opérations complexes - l'exemple type étant le réarmement clandestin de l'Allemagne dans les années 1930. Dans les méandres de la géopolitique, le lion sous-estime le serpent à ses propres risques et périls, et avec les blocages, le PCC semble avoir livré au monde une bonne dose d'huile de serpent.

On peut pardonner aux agences de renseignement et aux scientifiques d'avoir négligé la fraude au verrouillage du PCC. Les concepts scientifiques impliqués sont suffisamment complexes pour échapper aux responsables de la défense [255], tandis que les implications géopolitiques du virage de la Chine vers le totalitarisme sont certainement assez alambiquées pour avoir trompé les scientifiques.

Tout au long de l'année 2020, les mesures de verrouillage ont été assez populaires, mais cette popularité est trompeuse. Pour le grand public, l'idée que quiconque puisse accepter une quelconque incitation extérieure pour soutenir des politiques aussi dévastatrices tout en sachant qu'elles sont inefficaces - en ruinant inutilement des millions de familles et en privant des millions d'enfants d'éducation et de nourriture - est tout simplement trop sombre. Ainsi, le public soutient les mesures de verrouillage parce que l'alternative - qu'elles auraient pu être mises en œuvre sans raison valable - est une possibilité trop mauvaise pour que la plupart des gens l'envisagent. Mais ceux qui connaissent l'histoire savent que d'autres personnes ayant des références superficiellement excellentes ont fait encore pire pour encore moins de résultat.

De plus, la plupart des citoyens pensent que si la science derrière les verrouillages était falsifiée, les agences de renseignement le ferait savoir et arrêteraient les coupables. Pour des raisons évidentes, ceux qui travaillent dans les agences de renseignement n'ont pas le luxe d'une telle complaisance. Étant donné la gravité des décisions prises, nous ne pouvons pas ignorer la possibilité que toute la "science" des fermetures COVID-19 soit une fraude d'une ampleur sans précédent, délibérément promulguée par le Parti communiste chinois et ses collaborateurs pour appauvrir les nations qui l'ont mise en œuvre.

 

La présente lettre doit être interprétée uniquement comme une recommandation visant à ce que les questions susmentionnées fassent l'objet d'une enquête par les autorités chargées de l'application de la loi en tant que question de sécurité nationale. Il ne s'agit pas d'une plainte pénale officielle, et ces faits n'indiquent pas nécessairement qu'un crime a pu être commis par une personne qui y est nommée, une détermination qui ne peut être faite que par les autorités légales appropriées.

Respectueusement soumis ce 10e jour de janvier 2021, par :

Michael P. Senger, avocat

Stacey A. Rudin, avocate

Dr. Clare Craig FRCPath, médecin pathologiste consultant

Robert Spalding, brigadier de l'armée de l'air américaine à la retraite

Randy Hillier, député provincial de Lanark, Frontenac et Kingston

Francis Hoar, Avocat

Sanjeev Sabhlok, PhD, ancien commissaire dans un gouvernement d'État indien

Brian O'Shea, directeur général, Centurion Intelligence Partners

Maajid Nawaz, activiste, auteur et diffuseur

Simon Dolan, chef d'entreprise et entrepreneur

 

Télécharger le texte en français au format pdf : cliquez ici.

 

[1] E.g., Emily Badger and Quoctrung Bui, Cities That Went All In on Social Distancing in 1918 Emerged Stronger for It, N.Y. Times, Apr. 3, 2020, https://www.nytimes.com/interactive/2020/04/03/upshot/coronavirus-cities-social-distancing-better-employment.html.

[2] Civil Action №2:20-cv-677 (W.D. Pa. May. 28, 2020), https://casetext.com/case/cnty-of-butler-v-wolf-1.

[3] Citing Howard Markel et al., Nonpharmaceutical Interventions Implemented by US Cities During the 1918–1919 Influenza Pandemic, 298 JAMA 644, 647 (2007). The total duration of nonpharmaceutical interventions imposed by state and local mandate for Philadelphia and Pittsburgh were 51 and 53 days, respectively. Id. at 647, Table 1. This length was, generally, representative of the duration of interventions in most cities. Id. Seattle had the longest period of restrictions, nationwide, at 168 days from start to finish. See also Greg Ip, New Thinking on Covid Lockdowns: They’re Overly Blunt and Costly, WALL ST. J., Aug. 24, 2020 (“Prior to Covid-19, lockdowns weren’t part of the standard epidemic tool kit, which was primarily designed with flu in mind. During the 1918–1919 flu pandemic, some American cities closed schools, churches and theaters, banned large gatherings and funerals and restricted store hours. But none imposed stay-at-home orders or closed all nonessential businesses. No such measures were imposed during the 1957 flu pandemic, the next-deadliest one; even schools stayed open.”).

[4] Citing Noreen Quails et al., Community Mitigation Guidelines to Prevent Pandemic Influenza, United States, 2017 (Sonja A. Rasmussen et al. eds., 2017).

[5] Thomas V. Inglesby, Jennifer B. Nuzzo, Tara O’toole, and D. A. Henderson, Disease Mitigation Measures in the Control of Pandemic Influenza, Biosecurity and Bioterrorism: Biodefense Strategy, Practice, and Science Vol. 4 №4, 2006, http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.552.1109&rep=rep1&type=pdf.

[6] Amy Qin, China’s Leader, Under Fire, Says He Led Coronavirus Fight Early On, N.Y. Times, Feb. 15, 2020, https://www.nytimes.com/2020/02/15/world/asia/xi-china-coronavirus.html.

[7] Choi Chi-yuk, Xi Jinping’s anti-graft drive has caught so many officials that Beijing’s elite prison is running out of cells, Feb. 14, 2018, South China Morning Post, https://www.scmp.com/news/china/policies-politics/article/2133251/xi-jinpings-anti-graft-drive-has-caught-so-many.

[8] Tom Phillips, ‘Dictator for life’: Xi Jinping’s power grab condemned as step towards tyranny, Feb. 26, 2018, The Guardian, https://www.theguardian.com/world/2018/feb/26/xi-jinping-china-presidential-limit-scrap-dictator-for-life.

[9] Austin Ramzy and Chris Buckley, ‘Absolutely No Mercy’: Leaked Files Expose How China Organized Mass Detentions of Muslims, N.Y. Times, Nov. 16, 2019, https://www.nytimes.com/interactive/2019/11/16/world/asia/china-xinjiang-documents.html.

[10] Tanner Greer, China’s Plans to Win Control of the Global Order, Tablet Magazine, May 17, 2020, https://www.tabletmag.com/sections/news/articles/china-plans-global-order.

[11] Sheena Chestnut Greitens and Julian Gewirtz, China’s Troubling Vision for the Future of Public Health, Foreign Affairs, Jul. 10, 2020, https://www.foreignaffairs.com/articles/china/2020-07-10/chinas-troubling-vision-future-public-health.

[12] Amy Qin, China’s Leader, Under Fire, Says He Led Coronavirus Fight Early On, N.Y. Times, Feb. 15, 2020, https://www.nytimes.com/2020/02/15/world/asia/xi-china-coronavirus.html.

[13] Chris Buckley, China’s ‘Big Cannon’ Blasted Xi. Now He’s Been Jailed for 18 Years, N.Y. Times, Sep. 22, 2020, https://www.nytimes.com/2020/09/22/world/asia/china-ren-zhiqiang-tycoon.html.

[14] Josh Rudolph, Translation: Essay by Missing Property Tycoon Ren Zhiqiang, China Digital Times, Mar. 13, 2020, https://chinadigitaltimes.net/2020/03/translation-essay-by-missing-property-tycoon-ren-zhiqiang/.

[15] Sinéad Baker, China extended its Wuhan coronavirus quarantine to 2 more cities, cutting off 19 million people in an unprecedented effort to stop the outbreak, Business Insider, Jan. 23, 2020, https://www.businessinsider.com/china-wuhan-coronavirus-quarantine-extended-cities-cut-off-2020-1.

[16] E.g., Frances Eve, China’s reaction to the coronavirus outbreak violates human rights, The Guardian, Feb. 2, 2020, https://www.theguardian.com/world/2020/feb/02/chinas-reaction-to-the-coronavirus-outbreak-violates-human-rights; Michael Levenson, Scale of China’s Wuhan Shutdown Is Believed to Be Without Precedent, N.Y. Times, Jan. 22, 2020, https://www.nytimes.com/2020/01/22/world/asia/coronavirus-quarantines-history.html.

[17] World Health Organization, Statement on the second meeting of the International Health Regulations (2005) Emergency Committee regarding the outbreak of novel coronavirus (2019-nCoV), Jan. 30, 2020, https://www.who.int/news/item/30-01-2020-statement-on-the-second-meeting-of-the-international-health-regulations-(2005)-emergency-committee-regarding-the-outbreak-of-novel-coronavirus-(2019-ncov).

[18] World Health Organization, WHO Director-General’s statement on IHR Emergency Committee on Novel Coronavirus (2019-nCoV), Jan. 30, 2020, https://www.who.int/dg/speeches/detail/who-director-general-s-statement-on-ihr-emergency-committee-on-novel-coronavirus-(2019-ncov).

[19] World Health Organization, Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), Feb. 16–24, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf.

[20] Tom Grundy, Video: Top WHO doctor Bruce Aylward ends video call after journalist asks about Taiwan’s status, Hong Kong Free Press, Mar. 29, 2020, https://hongkongfp.com/2020/03/29/video-top-doctor-bruce-aylward-pretends-not-hear-journalists-taiwan-questions-ends-video-call/; In April, Canada’s parliament summoned Aylward for questioning, but the WHO has forbidden him from testifying. Steven Chase, MPs vote to summon key WHO adviser after global body refuses to let him testify, The Globe and Mail, Apr. 30, 2020, https://www.theglobeandmail.com/canada/article-mps-vote-to-summon-key-who-adviser-after-global-body-refuses-to-let/; True North, WHO forbids Canadian official from testifying before health committee, Aug. 19, 2020, https://tnc.news/2020/08/19/who-forbids-canadian-official-from-testifying-before-health-committee/.

[21] World Health Organization, Subject: Press Conference of WHO-China Joint Mission on COVID-19, Feb. 24, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/transcripts/joint-mission-press-conference-script-english-final.pdf?sfvrsn=51c90b9e_2.

[22] Daniel Harries, ‘Copy China’s response to COVID-19,’ WHO expert urges rest of the world, CGTN, Feb. 26, 2020, https://newseu.cgtn.com/news/2020-02-26/-Copy-China-s-response-to-COVID-19-WHO-expert-urges--OnNfwORI3u/index.html.

[23] World Health Organization, Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), Feb. 16–24, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf.

[24] World Health Organization, Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza, 2019, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/329438/9789241516839-eng.pdf?ua=1.

[25] World Health Organization, Subject: Press Conference of WHO-China Joint Mission on COVID-19, Feb. 24, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/transcripts/joint-mission-press-conference-script-english-final.pdf?sfvrsn=51c90b9e_2.

[26] Stacey Rudin, What’s Behind The WHO’s Lockdown Mixed-Messaging, American Institute for Economic Research, Oct. 14, 2020, https://www.aier.org/article/whats-behind-the-whos-lockdown-mixed-messaging/.

[27] Noreen Quails et al., Community Mitigation Guidelines to Prevent Pandemic Influenza, United States, 2017 (Sonja A. Rasmussen et al. eds., 2017), https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/66/rr/rr6601a1.htm.

[28] Neil M Ferguson et al., Report 9: Impact of non-pharmaceutical interventions (NPIs) to reduce COVID-19 mortality and healthcare demand, Imperial College COVID-19 Response Team, Mar. 16, 2020, https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/sph/ide/gida-fellowships/Imperial-College-COVID19-NPI-modelling-16-03-2020.pdf.

[29] Neil M Ferguson et al., Report 12: The Global Impact of COVID-19 and Strategies for Mitigation and Suppression, Imperial College COVID-19 Response Team, Mar. 16, 2020, https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/mrc-gida/2020-03-26-COVID19-Report-12.pdf.

[30] Centers for Disease Control and Prevention, Provisional Death Counts for Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), https://www.cdc.gov/nchs/nvss/vsrr/covid19/index.htm.

[31] National Health Service, COVID-19 Daily Deaths, https://www.england.nhs.uk/statistics/statistical-work-areas/covid-19-daily-deaths/.

[32] Yanni Gu, A closer look at U.S. deaths due to COVID-19, Johns Hopkins News-Letter, Nov. 22, 2020, https://web.archive.org/web/20201122214034/https://www.jhunewsletter.com/article/2020/11/a-closer-look-at-u-s-deaths-due-to-covid-19.

[33] Joseph Friedman et al., Predictive performance of international COVID-19 mortality forecasting models, Nov. 19, 2020, https://doi.org/10.1101/2020.07.13.20151233.

[34] Scientific Advisory Group for Emergencies, SPI-M-O: Long term winter scenarios preparatory working analysis, Oct. 31, 2020, https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/938967/201031_SPI-M_preparatory_analysis_long_term_scenarios.pdf.

[35] National Health Service, COVID-19 Daily Deaths, https://www.england.nhs.uk/statistics/statistical-work-areas/covid-19-daily-deaths/.

[36] Andrew Scheuber, Chinese President sees UK-China academic partnerships at Imperial, Imperial College London, Oct. 21, 2015, https://www.imperial.ac.uk/news/168497/chinese-president-sees-uk-china-academic-partnerships/.

[37] Wikipedia, 2015 Xi Jinping visit to the United Kingdom, https://en.wikipedia.org/wiki/2015_Xi_Jinping_visit_to_the_United_Kingdom.

[38] Andrew Scheuber, Chinese President sees UK-China academic partnerships at Imperial, Imperial College London, Oct. 21, 2015, https://www.imperial.ac.uk/news/168497/chinese-president-sees-uk-china-academic-partnerships/.

[39] Peter S. Goodman, In Era of Trump, China’s President Champions Economic Globalization, N.Y. Times, Jan. 17, 2017, https://www.nytimes.com/2017/01/17/business/dealbook/world-economic-forum-davos-china-xi-globalization.html; see also Aya Velázquez, China Und Der Great Reset, Demokratischer Widerstand, Nov. 27, 2020, https://demokratischerwiderstand.de/artikel/158/china-und-der-great-resetWeitere.

[40] David Lee, World Economic Forum Establishes “A.I. Council” Co-chaired by Chinese AI Expert Kai-Fu Lee, Pandaily, Jan. 24, 2019, https://pandaily.com/world-economic-forum-establishes-artificial-intelligence-council/; Imperial College London, China and Imperial, https://web.archive.org/web/20201231155935/https://www.imperial.ac.uk/about/introducing-imperial/global-imperial/east-asia/china/.

[41] Neil M Ferguson and Steven Riley et al., Report 11 — Evidence of initial success for China exiting COVID-19 social distancing policy after achieving containment, Imperial College COVID-19 Response Team, Mar. 24, 2020, https://www.imperial.ac.uk/mrc-global-infectious-disease-analysis/covid-19/report-11-china-exiting-social-distancing/.

[42] Sonam Sheth and Isaac Scher, The US intelligence community has reportedly concluded that China intentionally misrepresented its coronavirus numbers, Business Insider, Apr. 1, 2020, https://www.businessinsider.com/us-intelligence-found-china-misrepresented-coronavirus-stats-report-2020-4.

[43] Tom Whipple, Professor Neil Ferguson: People don’t agree with lockdown and try to undermine the scientists, The Times of London, Dec. 25, 2020, https://www.thetimes.co.uk/article/people-don-t-agree-with-lockdown-and-try-to-undermine-the-scientists-gnms7mp98.

[44] World Health Organization, Clinical management of severe acute respiratory infection (SARI) when COVID-19 disease is suspected, Mar. 13, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/clinical-management-of-novel-cov.pdf.

[45] Philippe Rola et al., Rethinking the early intubation paradigm of COVID-19: time to change gears?, Clin Exp Emerg Med Vol. 7(2), Jun. 10, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7348679/.

[46] Fujun Peng et al., Management and Treatment of COVID-19: The Chinese Experience, Can J Cardiol Vol. 36(6), Apt. 17, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7162773/.

[47] Melanie Evans, Hospitals Retreat From Early Covid Treatment and Return to Basics, Wall Street Journal, Dec. 20, 2020, https://www.wsj.com/articles/hospitals-retreat-from-early-covid-treatment-and-return-to-basics-11608491436.

[48] Jordan Schachtel, ‘First Choice’: How China and the WHO created mass ventilator hysteria, Sep. 30, 2020, https://jordanschachtel.substack.com/p/first-choice-how-china-and-the-who.

[49] Cameron Kyle-Sidell, From NYC ICU: Does Covid-19 Really Cause ARDS??!!, YouTube, Mar. 31, 2020, https://www.youtube.com/watch?v=k9GYTc53r2o&feature=youtu.be.

[50] Silvia Aloisi et al., Special Report: As virus advances, doctors rethink rush to ventilate, Reuters, Apr. 23, 2020, https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-ventilators-specia/as-virus-advances-doctors-rethink-rush-to-ventilate-idUSKCN2251PE.

[51] Sharon Begley, With ventilators running out, doctors say the machines are overused for Covid-19, Stat, Apr. 8, 2020, https://www.statnews.com/2020/04/08/doctors-say-ventilators-overused-for-covid-19/.

[52] Safiya Richardson, MD, MPH, et al., Presenting Characteristics, Comorbidities, and Outcomes Among 5700 Patients Hospitalized With COVID-19 in the New York City Area, JAMA 2020 323(20), Apr. 22, 2020, https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2765184.

[53] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, World Health Organization, Jan. 17, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/protocol-v2-1.pdf.

[54] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, Eurosurveillance European Communicable Disease Bulletin Vol. 25(3), Jan. 23, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6988269/.

[55] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, World Health Organization, Jan. 13, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/protocol-v2-1.pdf.

[56] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, Eurosurveillance European Communicable Disease Bulletin Vol. 25(3), Jan. 23, 2020, https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.3.2000045.

[57] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, World Health Organization, Jan. 17, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/protocol-v2-1.pdf.

[58] Eurosurveillane, Editorial Board, https://web.archive.org/web/20201224033649/https://www.eurosurveillance.org/board.

[59] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, Eurosurveillance European Communicable Disease Bulletin Vol. 25(3), Jan. 23, 2020, https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.3.2000045.

[60] World Health Organization, Archived: WHO Timeline — COVID-19, Apr. 27, 2020, https://www.who.int/news/item/27-04-2020-who-timeline---covid-19.

[61] @waukema, Twitter, Nov. 30, 2020, https://twitter.com/waukema/status/1333612453561831428.

[62] Eurosurveillane, Evaluation and review process, https://www.eurosurveillance.org/evaluation.

[63] Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, Eurosurveillance European Communicable Disease Bulletin Vol. 25(3), Jan. 23, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6988269/.

[64] Pieter Borger et al., External peer review of the RTPCR test to detect SARS-CoV-2 reveals 10 major scientific flaws at the molecular and methodological level: consequences for false positive results, Nov. 27, 2020, https://cormandrostenreview.com/report/.

[65] Citing New China virus: Warning against cover-up as number of cases jumps, BBC, Jan. 21, 2020, https://www.bbc.com/news/world-asia-china-51185836.

[66] Citing Google Analytics — COVID19-deaths worldwide, https://archive.is/PpqEE.

[67] Citing Victor Corman and Christian Drosten et al., Diagnostic detection of 2019-nCoV by real-time RT-PCR, Eurosurveillance European Communicable Disease Bulletin Vol. 25(3), Jan. 23, 2020, https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.3.2000045.

[68] Centers for Disease Control and Prevention Division of Viral Diseases, CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel, Feb. 4, 2020, http://web.archive.org/web/20200227050956/https://www.fda.gov/media/134922/download.

[69] Sibyle Etievant et al., Performance Assessment of SARS-CoV-2 PCR Assays Developed by WHO Referral Laboratories. J Clin Med Vol. 9(6), Jun. 16, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7355678/.

[70] World Health Organization, Summary table of available protocols in this document, http://web.archive.org/web/20200909015002/https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/whoinhouseassays.pdf.

[71] World Health Organization, Laboratory testing for coronavirus disease (COVID-19) in suspected human cases, Mar. 19, 2020, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331501/WHO-COVID-19-laboratory-2020.5-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y.

[72] Daniel Payne, In little noticed July interview, Fauci warned that widely used COVID tests may pick up ‘dead’ virus, Just the News, Dec. 10, 2020, https://justthenews.com/politics-policy/coronavirus/newly-surfaced-video-july-fauci-tests-dead-virus.

[73] World Health Organization, Laboratory testing for coronavirus disease (COVID-19) in suspected human cases, Mar. 19, 2020, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331501/WHO-COVID-19-laboratory-2020.5-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y.

[74] Qun Li et al., Early Transmission Dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus-Infected Pneumonia, N Engl J Med Vol. 382(13), Jan. 29, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7121484/; Clinical Characteristics of Coronavirus Disease 2019 in China, N Engl J Med Vol. 382, Feb. 28, 2020, https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa2002032; Wei Zhang et al., Molecular and serological investigation of 2019-nCoV infected patients: implication of multiple shedding routes, Emerg Microbes Infect Vol. 9(1), Feb. 17, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7048229/.

[75] Qun Li et al., Early Transmission Dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus-Infected Pneumonia, N Engl J Med Vol. 382(13), Jan. 29, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7121484/.

[76] Apoorva Mandavilli, Your Coronavirus Test Is Positive. Maybe It Shouldn’t Be., N.Y. Times, Aug. 29, 2020, https://www.nytimes.com/2020/08/29/health/coronavirus-testing.html.

[77] Id.

[78] Natasha Donn, Judges in Portugal highlight “more than debatable” reliability of Covid tests, Portugal Resident, Nov. 20, 2020, https://www.portugalresident.com/judges-in-portugal-highlight-more-than-debatable-reliability-of-covid-tests/.

[79] Court of Appeal of Lisbon, judgment of 11–11–2020 in Proceedings №1783/20.7T8PDL.L1–3, https://translate.google.com/translate?hl=&sl=pt&tl=en&u=http%3A%2F%2Fwww.dgsi.pt%2Fjtrl.nsf%2F33182fc732316039802565fa00497eec%2F79d6ba338dcbe5e28025861f003e7b30.

[80] Id.

[81] Id.

[82] World Health Organization, Transmission of SARS-CoV-2: implications for infection prevention precautions, Jul. 9, 2020, https://www.who.int/news-room/commentaries/detail/transmission-of-sars-cov-2-implications-for-infection-prevention-precautions.

[83] World Health Organization, Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), Feb. 16–24, 2020, https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf.

[84] Pien Huang, What We Know About The Silent Spreaders Of COVID-19, NPR, Apr. 13, 2020, https://www.npr.org/sections/goatsandsoda/2020/04/13/831883560/can-a-coronavirus-patient-who-isnt-showing-symptoms-infect-others.

[85] Noreen Quails et al., Community Mitigation Guidelines to Prevent Pandemic Influenza, United States, 2017 (Sonja A. Rasmussen et al. eds., 2017), https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/66/rr/rr6601a1.htm.

[86] World Health Organization, Transmission of SARS-CoV-2: implications for infection prevention precautions, Jul. 9, 2020, https://www.who.int/news-room/commentaries/detail/transmission-of-sars-cov-2-implications-for-infection-prevention-precautions; Lei Luo et al., Modes of contact and risk of transmission in COVID-19 among close contacts, Mar. 26, 2020, https://doi.org/10.1101/2020.03.24.20042606; Lei Huang et al., Rapid asymptomatic transmission of COVID-19 during the incubation period demonstrating strong infectivity in a cluster of youngsters aged 16–23 years outside Wuhan and characteristics of young patients with COVID-19: A prospective contact-tracing study, J Infect Vol. 80(6), Apr. 10, 2020, https://doi.org/10.1016/j.jinf.2020.03.006; Quan-Xin Long et al., Clinical and immunological assessment of asymptomatic SARS-CoV-2 infections, Nat Med Vol. 26, Jun. 18, 2020, https://doi.org/10.1038/s41591-020-0965-6.

[87] Hao-Yuan Cheng, MD, MSc et al., Contact Tracing Assessment of COVID-19 Transmission Dynamics in Taiwan and Risk at Different Exposure Periods Before and After Symptom Onset, JAMA Intern Med Vol. 180(9), May 1, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7195694/; Shin Young Park et al., Coronavirus Disease Outbreak in Call Center, South Korea, Emerg Infect Dis Vol. 26(8), Apr. 23, 2020, https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/8/20-1274_article.

[88] Mercedes Yanes-Lane et al., Proportion of asymptomatic infection among COVID-19 positive persons and their transmission potential: A systematic review and meta-analysis, PLoS One, Nov. 3, 2020, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0241536.

[89] Enrico Lavezzo et al., Suppression of a SARS-CoV-2 outbreak in the Italian municipality of Vo’, Nature Vol. 584, Jun. 30, 2020, https://www.nature.com/articles/s41586-020-2488-1.

[90] Liling Chaw et al., Analysis of SARS-CoV-2 Transmission in Different Settings, Brunei, Emerg Infect Dis Vol. 26(11), Oct. 9, 2020, https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/11/20-2263_article.

[91] Justin Wong et al., Asymptomatic transmission of SARSCoV2 and implications for mass gatherings, Influenza Other Respir Viruses Vol. 14(5), May 30, 2020, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7300701/.

[92] Christian Drosten, M.D. et al., Transmission of 2019-nCoV Infection from an Asymptomatic Contact in Germany, N Engl J Med Vol. 382, Jan. 30, 2020, https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMc2001468.

[93] Kai Kupferschmidt, Study claiming new coronavirus can be transmitted by people without symptoms was flawed, Science, Feb. 3, 2020, https://www.sciencemag.org/news/2020/02/paper-non-symptomatic-patient-transmitting-coronavirus-wrong.

[94] Brendan McFadden, Coronavirus: Infected people seen ‘dead in streets’ in Chinese city dubbed ‘zombieland’, Daily Mirror, Jan. 24, 2020, https://www.mirror.co.uk/news/world-news/infected-people-seen-dead-streets-21347952; Simon Osborne, ‘Like Walking Dead’ Coronavirus hell as corpses litter hospitals while people drop dead, Daily Express, Jan. 24, 2020, https://www.express.co.uk/news/world/1232931/coronavirus-outbreak-wuhan-hospital-footage-corpses-corridors-china; Li Yuan, A Generation Grows Up in China Without Google, Facebook or Twitter, N.Y. Times, Aug. 6, 2018, https://www.nytimes.com/2018/08/06/technology/china-generation-blocked-internet.html.

[95] Jane Lytvynenko, Chinese State Media Spread A False Image Of A Hospital For Coronavirus Patients In Wuhan, BuzzFeed News, Jan. 27, 2020, https://www.buzzfeednews.com/article/janelytvynenko/china-state-media-false-coronavirus-hospital-image.

[96] Raymond Zhong et al., Behind China’s Twitter Campaign, a Murky Supporting Chorus, N.Y. Times, Jun. 8, 2020, https://www.nytimes.com/2020/06/08/technology/china-twitter-disinformation.html.

[97] Laurence Dodds, China floods Facebook with undeclared coronavirus propaganda ads blaming Trump, Daily Telegraph, Apr. 5, 2020, https://www.telegraph.co.uk/technology/2020/04/05/china-floods-facebook-instagram-undeclared-coronavirus-propaganda/.

[98] World Health Organization, Coronavirus disease (COVID-19): Serology, Jun. 9, 2020, https://web.archive.org/web/20201105013101/https://www.who.int/news-room/q-a-detail/coronavirus-disease-covid-19-serology; Wikipedia, Herd Immunity, https://web.archive.org/web/20201230030556/https://en.wikipedia.org/wiki/Herd_immunity.

[99] @HuXijin_GT, Twitter, Mar. 14, 2020, https://twitter.com/HuXijin_GT/status/1238864397713305600.

[100] David Hutt, Sweden-China ties grow ever icier over Hong Kong and coronavirus, Nikkei Asia, Jun. 11, 2020, https://asia.nikkei.com/Politics/International-relations/Sweden-China-ties-grow-ever-icier-over-Hong-Kong-and-coronavirus.

[101] Leng Shumei, Sweden’s herd immunity strategy coldblooded, indifferent: netizens, Global Times, Apr. 25, 2020, https://www.globaltimes.cn/content/1186720.shtml.

[102] World Health Organization, Coronavirus disease (COVID-19): Herd immunity, lockdowns and COVID-19, Oct. 15, 2020, https://web.archive.org/web/20201214195732/https://www.who.int/news-room/q-a-detail/herd-immunity-lockdowns-and-covid-19; contra World Health Organization, Coronavirus disease (COVID-19): Serology, Jun. 9, 2020, https://web.archive.org/web/20201105013101/https://www.who.int/news-room/q-a-detail/coronavirus-disease-covid-19-serology.

[103] @SpokespersonCHN, Twitter, Apr. 5, 2020, https://twitter.com/SpokespersonCHN/status/1246665952139198464.

[104] Raymond Zhong et al., Behind China’s Twitter Campaign, a Murky Supporting Chorus, N.Y. Times, Jun. 8, 2020, https://www.nytimes.com/2020/06/08/technology/china-twitter-disinformation.html.

[105] @Mr_Zaheed, Twitter, Mar. 16, 2020, https://twitter.com/Mr_Zaheed/status/1239494611497889795?s=20.

[106] @PolySarkcess, Twitter, Mar. 18, 2020, https://twitter.com/PolySarkcess/status/1240209649024016384.

[107] @SipheleleQalaba, Twitter, Mar. 22, 2020, https://twitter.com/SipheleleQalaba/status/1241634533176377344.

[108] @jaysibalatani, Twitter, Mar. 15, 2020, https://twitter.com/jaysibalatani/status/1239363614722621446?s=20.

[109] @King_Mindu, Twitter, Mar. 14, 2020, https://twitter.com/King_Mindu/status/1238765666053865473?s=20.

[110] @LDNSOM, Twitter, Mar. 15, 2020, https://twitter.com/LDNSOM/status/1239127435532255232?s=20.

[111] @juanitoalimagna, Twitter, Mar. 15, 2020, https://twitter.com/juanitoalimagna/status/1239154669743738881?s=20.

[112] @chez_art, Twitter, Mar. 15, 2020, https://twitter.com/chez_art/status/1239224144308420609?s=20.

[113] @dedeteodoro, Twitter, Mar. 14, 2020, https://twitter.com/dedeteodoro/status/1238914168251723779.

[114] @Loukasz_, Twitter, Mar. 19, 2020, https://twitter.com/Loukasz_/status/1240811202214875136.

[115] @yycjfl_yycguy, Twitter, Mar. 13, 2020, https://twitter.com/yycjfl_yycguy/status/1238481375356784640?s=20.

[116] @cxrdelias, Twitter, Mar. 16, 2020, https://twitter.com/cxrdelias/status/1239520104687099904?s=20.

[117] @DheerajShah_, Twitter, Mar. 15, 2020, https://twitter.com/DheerajShah_/status/1239202305976619009?s=2.

[118] @dirkregido, Twitter, Mar. 13, 2020, https://twitter.com/dirkregido/status/1238566874503413760?s=20.

[119] @DeanTweets_, Twitter, Mar. 25, 2020, https://twitter.com/DeanTweets_/status/1242829376447746049.

[120] @MoToTheMO94, Twitter, Mar. 16, 2020, https://twitter.com/MoToTheMO94/status/1239729692325773312.

[121] Michael P. Senger, China’s Global Lockdown Propaganda Campaign, Tablet, Sep. 15, 2020, https://www.tabletmag.com/sections/news/articles/china-covid-lockdown-propaganda.

[122] Huffington Post, “Ci sono ancora troppe persone per strada e comportamenti da migliorare”, Mar. 14, 2020, https://www.huffingtonpost.it/entry/ci-sono-ancora-troppe-persone-per-strada-e-comportamenti-da-migliorare_it_5e6cc3b5c5b6dda30fc9dcd0.

[123] James Patterson, Italy Coronavirus Lockdown ‘Not Enough,’ Says China, Healthcare Staff Stop Counting Bodies, Int’l Bus. Times, Mar. 20, 2020, https://www.ibtimes.com/italy-coronavirus-lockdown-not-enough-says-china-healthcare-staff-stop-counting-2943402.

[124] Zachary Evans, Chinese Company Suspected of Spying on U.S. Citizens Donates Police Drones to 22 States, Nat’l Review, Apr. 20, 2020, https://www.nationalreview.com/news/chinese-company-suspected-of-spying-on-u-s-citizens-donates-police-drones-to-22-states/.

[125] Bureau of Industry and Security, Addition of Entities to the Entity List, Revision of Entry on the Entity List, and Removal of Entities from the Entity List, U.S. Dep’t of Commerce, 15 CFR 744 Docket №201215–0347, Dec. 22, 2020, https://public-inspection.federalregister.gov/2020-28031.pdf.

[126] Christopher Wray, The Threat Posed by the Chinese Government and the Chinese Communist Party to the Economic and National Security of the United States, FBI, Jul. 7, 2020, https://www.fbi.gov/news/speeches/the-threat-posed-by-the-chinese-government-and-the-chinese-communist-party-to-the-economic-and-national-security-of-the-united-states.

[127] Chrissy Clark, A Rundown Of Major U.S. Corporate Media’s Business Ties To China, The Federalist, May 4, 2020, https://thefederalist.com/2020/05/04/has-china-compromised-every-major-mainstream-media-entity/.

[128] Donald G. McNeil Jr., To Take On the Coronavirus, Go Medieval on It, N.Y. Times, Feb. 28, 2020, https://www.nytimes.com/2020/02/28/sunday-review/coronavirus-quarantine.html; Gerry Shih, Locked down in Beijing, I watched China beat back the coronavirus, Wash. Post, Mar. 16, 2020, https://www.washingtonpost.com/world/asia_pacific/locked-down-in-beijing-i-watched-china-beat-back-the-coronavirus/2020/03/16/f839d686-6727-11ea-b199-3a9799c54512_story.html; David Brennan, Should Trump Copy China’s Aggressive Coronavirus Strategy?, Newsweek, Mar. 12, 2020, https://www.newsweek.com/should-donald-trump-copy-china-aggressive-coronavirus-strategy-covid-19-outbreak-1491909.

[129] Peter Hessler, How China Controlled the Coronavirus, New Yorker, Aug. 10, 2020, https://www.newyorker.com/magazine/2020/08/17/how-china-controlled-the-coronavirus.

[130] Keith Naughton, Coronavirus: It’s time to get real about the misleading data, The Hill, Apr. 1, 2020, https://thehill.com/opinion/technology/490541-coronavirus-its-time-to-get-real-about-the-misleading-data.

[131] Kaylee McGhee White, Don’t trust China’s coronavirus numbers, Wash. Exam’r, Mar. 30, 2020, https://www.washingtonexaminer.com/opinion/dont-trust-chinas-coronavirus-numbers; Michael Meyer-Resende, How reliable is WHO coronavirus data?, EU Observer, Mar. 19, 2020, https://euobserver.com/opinion/147776.

[132] Stephanie Kirchgaessner et al., China clamping down on coronavirus research, deleted pages suggest, The Guardian, Apr. 11, 2020, https://www.theguardian.com/world/2020/apr/11/china-clamping-down-on-coronavirus-research-deleted-pages-suggest.

[133] Sonam Sheth and Isaac Scher, The US intelligence community has reportedly concluded that China intentionally misrepresented its coronavirus numbers, Business Insider, Apr. 1, 2020, https://www.businessinsider.com/us-intelligence-found-china-misrepresented-coronavirus-stats-report-2020-4.

[134] Global Times, China shows world the right way for pandemic response: The Lancet chief editor, May 2, 2020, https://www.globaltimes.cn/content/1187265.shtml.

[135] @richardhorton1, Twitter, Jul. 7, 2020, https://twitter.com/richardhorton1/status/1280617079960371200.

[136] Richard Horton, This wave of anti-China feeling masks the west’s own Covid-19 failures, The Guardian, Aug. 3, 2020, https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/aug/03/covid-19-cold-war-china-western-governments-international-peace.

[137] Talha Burki, China’s successful control of COVID-19, The Lancet Vol. 20(11), Oct. 8, 2020, https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(20)30800-8/fulltext.

[138] @chenweihua, Twitter, Oct. 16, 2020, https://twitter.com/chenweihua/status/1317014216532963330.

[139] Shen Libing et al., The Early Cryptic Transmission and Evolution of SARS-CoV-2 in Human Hosts, SSRN, Nov. 16, 2020, https://europepmc.org/article/ppr/ppr241540.

[140] Charlie Moore, China claims coronavirus may have started in AUSTRALIA and travelled to Wuhan’s wet market via frozen steak exports — and attacks US alliance with insulting new cartoon, Daily Mail Australia, Dec. 6. 2020, https://www.dailymail.co.uk/news/article-9024311/China-claims-coronavirus-started-AUSTRALIA.html.

[141] William A. Haseltine, Herd immunity will not defeat COVID-19, China Daily, Oct. 12, 2020, https://global.chinadaily.com.cn/a/202010/12/WS5f8392dba31024ad0ba7df2a.html; Worldometer, COVID-19 Coronavirus Pandemic, http://web.archive.org/web/20201012071325/https://www.worldometers.info/coronavirus/.

[142] @WmHaseltine, Twitter, Mar. 25, 2020, https://twitter.com/WmHaseltine/status/1242870021422034944?s=20.

[143] @WmHaseltine, Twitter, Mar. 25, 2020, https://twitter.com/WmHaseltine/status/1242887061310443521?s=20.

[144] @WmHaseltine, Twitter, May 20, 2020, https://twitter.com/WmHaseltine/status/1263158816365064194?s=20.

[145] @WmHaseltine, Twitter, Jun. 4, 2020, https://twitter.com/WmHaseltine/status/1268578282573889539?s=20.

[146] @WmHaseltine, Twitter, Sep. 15, 2020, https://twitter.com/WmHaseltine/status/1305927462795214851?s=20.

[147] Xinhua, China, US eye cooperation in fighting global epidemic diseases, Global Times, May 13, 2015, https://www.globaltimes.cn/content/921533.shtml.

[148] Helen Branswell, WHO elects Ethiopia’s Tedros Adhanom Ghebreyesus as its new director general, Stat, May 23, 2017, https://www.statnews.com/2017/05/23/who-director-general-tedros/.

[149] Donald G. McNeil Jr., Candidate to Lead the W.H.O. Accused of Covering Up Epidemics, N.Y. Times, May 13, 2017, https://www.nytimes.com/2017/05/13/health/candidate-who-director-general-ethiopia-cholera-outbreaks.html.

[150] Jonathan Ames, Tedros Adhanom: WHO chief may face genocide charges, The Times of London, Dec. 14, 2020, https://www.thetimes.co.uk/article/who-chief-tedros-adhanom-ghebreyesus-may-face-genocide-charges-2fbfz7sff; Frank Report, The Ethiopian Terrorist in Charge of the World Health Organization — Dr. Tedros Adhanom, Apr. 14, 2020, https://frankreport.com/2020/04/14/the-ethiopian-terrorist-in-charge-of-the-world-health-organization-dr-tedros-adhanom/.

[151] @DrTomFrieden, Twitter, Nov. 7, 2018, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1060229543762554881?s=20; @DrTomFrieden, Twitter, Jun. 21, 2019, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1142073802723119109?s=20.

[152] Dr. Tom Frieden, Former CDC director: A coronavirus pandemic is inevitable. What now?, CNN, Feb. 25, 2020, https://www.cnn.com/2020/02/25/health/coronavirus-pandemic-frieden/index.html.

[153] @cgtnamerica, Twitter, Apr. 8, 2020, https://twitter.com/cgtnamerica/status/1248028432618999808.

[154] @DrTomFrieden, Twitter, Mar. 17, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1239988987604983808?s=20.

[155] @DrTomFrieden, Twitter, Apr. 1, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1245428638809575425?s=20; @DrTomFrieden, Twitter, Apr. 1, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1245428166413484033?s=20; @DrTomFrieden, Twitter, Apr. 1, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1245427587440148480?s=20.

[156] @DrTomFrieden, Twitter, Aug. 14, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1294339295747215362.

[157] @DrTomFrieden, Twitter, Aug. 15, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1294787213331398657?s=20.

[158] @DrTomFrieden, Twitter, Aug. 18, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1295773328523825158?s=20.

[159] @DrTomFrieden, Twitter, Aug. 18, 2020, https://twitter.com/DrTomFrieden/status/1295777614016262145?s=20.

[160] Jeffrey Mervis, Fifty-four scientists have lost their jobs as a result of NIH probe into foreign ties, Science, Jun. 12, 2020, https://www.sciencemag.org/news/2020/06/fifty-four-scientists-have-lost-their-jobs-result-nih-probe-foreign-ties.

[161] Office of Public Affairs, Harvard University Professor and Two Chinese Nationals Charged in Three Separate China Related Cases, U.S. Dep’t of Justice Press Release №20–99, Jan. 28, 2020, https://www.justice.gov/opa/pr/harvard-university-professor-and-two-chinese-nationals-charged-three-separate-china-related.

[162] Sam Cooper, Chinese vaccine company executives worked in program now targeted by Western intelligence agencies, Global News, Dec. 2, 2020, https://globalnews.ca/news/7483970/cansino-nrc-covid-vaccine/.

[163] Guillermo S. Hava, The Other Chan: Donation Sanitization at the School of Public Health, The Harvard Crimson, Oct. 19, 2020, https://www.thecrimson.com/column/for-sale/article/2020/10/19/hava-the-other-chan/.

[164] @DrEricDing, Twitter, Jan. 25, 2020, https://threader.app/thread/1220919589623803905.

[165] Tom Bartlett, This Harvard Epidemiologist Is Very Popular on Twitter. But Does He Know What He’s Talking About?, The Chronicle of Higher Educ., Apr. 17, 2020, https://www.chronicle.com/article/this-harvard-epidemiologist-is-very-popular-on-twitter-but-does-he-know-what-hes-talking-about/.

[166] Global Shapers Community, Taipei Hub, http://web.archive.org/web/20201024004411/https://www.globalshapers.org/hubs/taipei-hub.

[167] World Economic Forum, Global Shapers Community Annual Report 2019–2020, https://weforum.ent.box.com/v/gsc-report-2020.

[168] @mlipsitch, Twitter, Mar. 19, 2020, https://twitter.com/mlipsitch/status/1240846136589660165.

[169] @angie_rasmussen, Twitter, Apr. 14, 2020, https://twitter.com/angie_rasmussen/status/1250240307037233153.

[170] @DrEricDing, Twitter, Oct. 20, 2020, https://twitter.com/DrEricDing/status/1318693240309223424.

[171] Tomas Pueyo, Coronavirus: Why You Must Act Now, Medium, Mar. 10, 2020, https://tomaspueyo.medium.com/coronavirus-act-today-or-people-will-die-f4d3d9cd99ca.

[172] @sapinker, Twitter, Mar. 11, 2020, https://twitter.com/sapinker/status/1237761514989289472.

[173] @tomaspueyo, Twitter, Mar. 25, 2020, https://twitter.com/tomaspueyo/status/1242711009254506497?s=20.

[174] World Health Organization, Archived: WHO Timeline — COVID-19, Apr. 27, 2020, https://www.who.int/news/item/27-04-2020-who-timeline---covid-19.

[175] Tomas Pueyo, Coronavirus: The Hammer and the Dance, Medium, Mar. 19, 2020, https://tomaspueyo.medium.com/coronavirus-the-hammer-and-the-dance-be9337092b56.

[176] Parliamentwatch, Das interne Strategiepapier des Innenministeriums zur Corona-Pandemie, Apr. 7, 2020, https://www.abgeordnetenwatch.de/blog/informationsfreiheit/das-interne-strategiepapier-des-innenministeriums-zur-corona-pandemie.

[177] Federal Ministry of the Interior, Building and Community, Wie wir COVID-19 unter Kontrolle bekommen, Strategiepapier des Bundesinnenministeriums, FragDenStaat, Mar. 22, 2020, https://fragdenstaat.de/dokumente/4123-wie-wir-covid-19-unter-kontrolle-bekommen/.

[178] Google Trends, Hammer and Dance, https://web.archive.org/web/20201230074513if_/https://trends.google.com/trends/explore?date=all&q=%22hammer%20and%20dance%22; Google Trends, Hammer and the Dance, https://web.archive.org/web/20201230074618if_/https://trends.google.com/trends/explore?date=all&q=%22hammer%20and%20the%20dance%22.

[179] Federal Ministry of the Interior, Building and Community, Brief: Informationsfreiheitsgesetz Strategiepapier des Bundesinnenministeriums “Wie wir COVID-19 unter Kontrolle bekommen”, Jun. 9, 2020, https://clubderklarenworte.de/wp-content/uploads/2020/06/BMI-Dokument-incl.-Autoren.pdf.

[180] Université de Lausanne Faculté des lettres Section d’allemand, Kölbl Otto, https://web.archive.org/web/20201230040127/https://www.unil.ch/all/fr/home/menuinst/mitarbeitende-1/assoziierte-mitarbeitende/kolbl-otto.html.

[181] Otto Kölbl, Hong Kong — An extreme example of parasitic development, https://web.archive.org/web/20201230040346/http://rainbowbuilders.org/china-development/hong-kong-economy.

[182] Otto Kölbl, Have Tibetans benefited from recent economic development?, https://web.archive.org/web/20201230040016/http://rainbowbuilders.org/tibet-development/tibet-development-aid.

[183] Federal Ministry of the Interior, Building and Community, Brief: Informationsfreiheitsgesetz Strategiepapier des Bundesinnenministeriums “Wie wir COVID-19 unter Kontrolle bekommen”, Jun. 9, 2020, https://clubderklarenworte.de/wp-content/uploads/2020/06/BMI-Dokument-incl.-Autoren.pdf.

[184] Munich Center for Technology in Society Technical University of Munich, Dr. Maximilian Mayer, https://web.archive.org/web/20201230034459/https://www.mcts.tum.de/en/people/maximilian-mayer/.

[185] Id.

[186] Universität Bonn Institut für Politische Wissenschaft und Soziologie, Jun.-Prof. Dr. Maximilian Mayer, https://web.archive.org/web/20201230034212/https://www.politik-soziologie.uni-bonn.de/de/personal/jun.-prof.-maximilian-mayer.

[187] @yaneerbaryam, Twitter, Feb. 2, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1224050641443704838?s=20.

[188] @yaneerbaryam, Twitter, Feb. 28, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1233386860958887936?s=20.

[189] @yaneerbaryam, Twitter, Feb. 28, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1233388113512292354?s=20.

[190] @yaneerbaryam, Twitter, Apr. 26, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1254455465200816134?s=20.

[191] @yaneerbaryam, Twitter, Jul. 18, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1284585257761734656?s=20.

[192] @SophieHRW, Twitter, Jul. 18, 2020, https://twitter.com/SophieHRW/status/1284566661597671425?s=20.

[193] @yaneerbaryam, Twitter, Mar. 8, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1236803093561520131?s=20.

[194] @yaneerbaryam, Twitter, Mar. 14, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1238828417187012610?s=20.

[195] @yaneerbaryam, Twitter, Mar. 29, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1244115730129465345?s=20.

[196] @yaneerbaryam, Twitter, Aug. 3, 2020, https://twitter.com/yaneerbaryam/status/1290153813903577088?s=20.

[197] Joan Bryden, Nothing prepared Patty Hajdu for this, Canada’s Nat’l Observer, Apr. 6 2020, https://www.nationalobserver.com/2020/04/06/features/nothing-prepared-patty-hajdu.

[198] @PattyHajdu, Twitter, Jan. 20, 2014, https://twitter.com/PattyHajdu/status/425431767290376192?s=20.

[199] Christy Somos, China praises Canada, slams U.S. over coronavirus response, CTV News, Feb. 3, 2020, https://www.ctvnews.ca/world/china-praises-canada-slams-u-s-over-coronavirus-response-1.4795270.

[200] Graeme Wood, Questioning WHO and China virus data feeds conspiracy theories: Health Minister, Richmond News, Apr. 2, 2020, https://web.archive.org/web/20200409133450/https://www.richmond-news.com/questioning-who-and-china-virus-data-feeds-conspiracy-theories-health-minister-1.24111603.

[201] Id.

[202] Robyn Urback, Canadians have been gaslit on China, The Globe and Mail, Apr. 30, 2020, https://www.theglobeandmail.com/opinion/article-canadians-have-been-gaslit-on-china/.

[203] True North, Hajdu stands by praise for Chinese government and wanting to keep borders open, Apr. 30, 2020, https://tnc.news/2020/04/30/hajdu-stands-by-praise-for-chinese-government-and-wanting-to-keep-borders-open/.

[204] CGTN, Canada’s health minister praises China’s handling of COVID-19, Sep. 16, 2020, https://news.cgtn.com/news/2020-09-16/Canada-s-health-minister-praises-China-s-handling-of-COVID-19--TPrDfplKJq/index.html.

[205] @chenweihua, Twitter, Apr. 3, 2020, https://twitter.com/chenweihua/status/1245987548717035520?s=20.

[206] Ministry of Foreign Affairs of the People’s Republic of China, Foreign Ministry Spokesperson Wang Wenbin’s Regular Press Conference on September 18, 2020, Sep. 18, 2020, https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/xwfw_665399/s2510_665401/t1816244.shtml.

[207] Spencer Fernando, Propaganda Patty Defends Communist China Yet Again, Sept. 13, 2020, https://spencerfernando.com/2020/09/13/propaganda-patty-defends-communist-china-yet-again/.

[208] True North, Hajdu slanders journalist as “dangerous” and “fake news”, Nov. 26, 2020, https://tnc.news/2020/11/26/hajdu-slanders-journalist-as-dangerous-and-fake-news/.

[209] Denis Campbell, Who’s Matt Hancock? The health secretary’s only legacy will be how quickly he’s forgotten, The Guardian, Jul. 24, 2019, https://www.theguardian.com/society/commentisfree/2019/jul/24/matt-hancock-health-secretary-legacy-quickly-forgotten-nhs.

[210] @MattHancock, Twitter, Jan. 19, 2018, https://twitter.com/MattHancock/status/954405324814979073?s=20.

[211] David Lee, World Economic Forum Establishes “A.I. Council” Co-chaired by Chinese AI Expert Kai-Fu Lee, Pandaily, Jan. 24, 2019, https://pandaily.com/world-economic-forum-establishes-artificial-intelligence-council/.

[212] @MattHancock, Twitter, Sep. 19, 2018, https://twitter.com/MattHancock/status/1042404125022072832?s=20.

[213] @MattHancock, Twitter, Sep. 17, 2018, https://twitter.com/MattHancock/status/1041692833994993665?s=20.

[214] National Health Commission of the People’s Republic of China, NHC minister speaks on phone with UK health secretary, Apr. 23, 2020, http://en.nhc.gov.cn/2020-04/23/c_79551.htm?bsh_bid=5572099213.

[215] CGTN, Public health experts from China and UK move to develop greater cooperation, May 16, 2020, https://newseu.cgtn.com/news/2020-05-16/Public-health-experts-from-China-and-UK-move-to-strengthen-ties-QwmBNLjJp6/share_amp.html?__twitter_impression=true.

[216] Tim Loh, Germany Has Its Own Dr. Fauci — and Actually Follows His Advice, Bloomberg Businessweek, Sept. 28, 2020, https://www.bloomberg.com/news/features/2020-09-28/christian-drosten-germany-s-dr-fauci-worries-about-second-wave-of-covid.

[217] Damon Johnston, Daniel Andrews’s BRI broker praises China on virus, The Australian, Jun. 12, 2020, https://www.theaustralian.com.au/nation/politics/daniel-andrewss-bri-broker-praises-china-on-virus/news-story/eb8f6f79682e859331eb4393215ba31d.

[218] Rachel Baxendale, Daniel Andrews staffer Nancy Yang did Chinese Communist propaganda course, The Australian, Jun. 29, 2020, https://www.theaustralian.com.au/nation/politics/daniel-andrews-staffer-nancy-yang-did-chinese-communist-propaganda-course/news-story/eb49801365855bda4904c1a25a85650d; Alison Bevege, Labor staffer with Chinese Communist Party links pushes bizarre conspiracy theory coronavirus was created by the U.S. and spread around the globe by its army, Daily Mail Australia, Jun. 1, 2020, https://www.dailymail.co.uk/news/article-8376701/Labor-staffer-Chinese-Communist-Party-links-pushes-bizarre-coronavirus-conspiracy-theory.html.

[219] Advance Australia, How CCP Influence Runs Deep in Oz, Jun. 12, 2020, https://www.advanceaustralia.org.au/how_ccp_influence_runs_deep_in_oz.

[220] Tom Minear, ‘Community ambassadors’ linked to Chinese Community Party, Herald Sun, Dec. 1, 2020, https://www.heraldsun.com.au/news/victoria/community-ambassadors-linked-to-chinese-community-party/news-story/d5ce8fc1f27465f74a25e3ceaa3f4980.

[221] ABC News, Prime Minister Scott Morrison, Victorian Premier Daniel Andrews clash over China deal, Nov. 6, 2018, https://www.abc.net.au/news/2018-11-07/scott-morrison-daniel-andrews-clash-over-china-deal/10472026.

[222] Richard Baker, ‘China’s gateway’: Daniel Andrews’ Belt and Road pitch to Beijing, The Age, Oct. 3, 2020, https://www.theage.com.au/politics/victoria/china-s-gateway-daniel-andrews-belt-and-road-pitch-to-beijing-20201002-p561b9.html.

[223] Kaeli Conforti, Melbourne Begins Strict Stage 4 Lockdown This Week After Another Covid-19 Spike, Forbes, Aug. 3, 2020, https://www.forbes.com/sites/kaeliconforti/2020/08/03/melbourne-begins-strict-level-4-lockdown-this-week-after-another-covid-19-spike/?sh=4ae9aa3150f9; Victoria Department of Health and Human Services, Victoria’s restriction levels, https://web.archive.org/web/20200804100544/https://www.dhhs.vic.gov.au/victorias-restriction-levels-covid-19.

[224] Anjali Sundaram, Yelp data shows 60% of business closures due to the coronavirus pandemic are now permanent, CNBC, Sep. 16 2020, https://www.cnbc.com/2020/09/16/yelp-data-shows-60percent-of-business-closures-due-to-the-coronavirus-pandemic-are-now-permanent.html.

[225] Pedro Nicolaci da Costa, The Covid-19 Crisis Has Wiped Out Nearly Half Of Black Small Businesses, Forbes, Aug. 10, 2020, https://www.forbes.com/sites/pedrodacosta/2020/08/10/the-covid-19-crisis-has-wiped-out-nearly-half-of-black-small-businesses/#2fc8c8334310.

[226] Jack Healy, It’s ‘People, People, People’ as Lines Stretch Across America, N.Y. Times, Apr. 12, 2020, https://www.nytimes.com/2020/04/12/us/coronavirus-long-lines-america.html.

[227] Bethan Staton and Judith Evans, Three million go hungry in UK because of lockdown, Fin. Times, Apr. 10, 2020, https://www.ft.com/content/e5061be6-2978-4c0b-aa68-f372a2526826.

[228] Morganne Campbell, Canadians reporting higher levels of anxiety, depression amid the pandemic, Global News, Oct. 10, 2020, https://globalnews.ca/news/7391217/world-mental-health-day-canada/.

[229] American Medical Association, Issue brief: Reports of increases in opioid- and other drug-related overdose and other concerns during COVID pandemic, Dec. 9, 2020, https://www.ama-assn.org/system/files/2020-12/issue-brief-increases-in-opioid-related-overdose.pdf.

[230] Lauren M. Rossen, PhD et al., Excess Deaths Associated with COVID-19, by Age and Race and Ethnicity — United States, January 26–October 3, 2020, U.S. CDC MMWR Morb Mortal Wkly Rep Vol. 69(42), Oct. 23, 2020, https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/pdfs/mm6942e2-H.pdf.

[231] Cory Stieg, More than 7 in 10 Gen-Zers report symptoms of depression during pandemic, survey finds, CNBC, Oct. 21 2020, https://www.cnbc.com/2020/10/21/survey-more-than-7-in-10-gen-zers-report-depression-during-pandemic.html.

[232] Amanda Prestigiacomo, New CDC Numbers Show Lockdown’s Deadly Toll On Young People, The Daily Wire, Oct. 22, 2020, https://www.dailywire.com/news/new-cdc-numbers-show-lockdowns-deadly-toll-on-young-people.

[233] Id.

[234] Amy Hollyfield, Suicides on the rise amid stay-at-home order, Bay Area medical professionals say, ABC 7 News, May 21, 2020, https://abc7news.com/suicide-covid-19-coronavirus-rates-during-pandemic-death-by/6201962/.

[235] SBG San Antonio, HOSPITAL: 37 children attempted suicide in September, highest number in five years, CBS Austin, Oct. 27th 2020, https://cbsaustin.com/news/local/cook-childrens-hospital-admits-alarming-rate-of-suicide-attempts-in-children.

[236] Selina Wang et al., In Japan, more people died from suicide last month than from Covid in all of 2020. And women have been impacted most, CNN, Nov. 30, 2020, https://edition.cnn.com/2020/11/28/asia/japan-suicide-women-covid-dst-intl-hnk/index.html.

[237] Save the Children, ‘Children at risk of lasting psychological distress from coronavirus lockdown’: Save the Children, UN OCHA Reliefweb, May 8, 2020, https://reliefweb.int/report/world/children-risk-lasting-psychological-distress-coronavirus-lockdown-save-children.

[238] Save the Children, ‘Children at Risk of Lasting Psychological Distress from Coronavirus Lockdown’: Save the Children, May 8, 2020, https://www.savethechildren.net/news/%E2%80%98children-risk-lasting-psychological-distress-coronavirus-lockdown%E2%80%99-save-children.

[239] Sally Weale, Children regressing and struggling mentally in lockdown, says Ofsted, The Guardian, Nov. 9, 2020, https://www.theguardian.com/education/2020/nov/10/children-regressing-and-struggling-mentally-in-lockdown-says-ofsted.

[240] The Economist, Lockdowns could have long-term effects on children’s health, Jul. 19 2020, https://www.economist.com/international/2020/07/19/lockdowns-could-have-long-term-effects-on-childrens-health.

[241] Perry Stein, In D.C., achievement gap widens, early literacy progress declines during pandemic, data show, Wash. Post, Oct. 30, 2020, https://www.msn.com/en-us/news/us/data-indicate-worsening-early-literacy-progress-and-widening-achievement-gap-among-district-students/ar-BB1ay8vc.

[242] Rebecca T. Leeb, PhD et al., Mental Health–Related Emergency Department Visits Among Children Aged <18 Years During the COVID-19 Pandemic — United States, January 1–October 17, 2020, U.S. CDC MMWR Morb Mortal Wkly Rep Vol. 69(45), Nov. 13, 2020, https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6945a3.htm.

[243] Jai Sidpra et al., Rise in the incidence of abusive head trauma during the COVID-19 pandemic, Archives of Disease in Childhood, Jul. 2, 2020, http://dx.doi.org/10.1136/archdischild-2020-319872.

[244] The Economist, The pandemic has eroded democracy and respect for human rights, Oct. 17, 2020, https://www.economist.com/international/2020/10/17/the-pandemic-has-eroded-democracy-and-respect-for-human-rights.

[245] Rajesh Roy, India Tries to Stem Migrant Worker Exodus Amid Coronavirus Lockdown, Wall St. J., Mar. 29, 2020, https://www.wsj.com/articles/india-tries-to-stem-migrant-worker-exodus-amid-coronavirus-lockdown-11585499312.

[246] Reuters, Miles-long lines for food in South Africa, YouTube, Apr. 30, 2020, https://www.youtube.com/watch?v=pl-R7KeUm5o.

[247] Will Brown, Investigation: African migrants ‘left to die’ in Saudi Arabia’s hellish Covid detention centres, Daily Telegraph, Aug. 30, 2020, https://www.telegraph.co.uk/global-health/climate-and-people/investigation-african-migrants-left-die-saudi-arabias-hellish/.

[248] Fiona Harvey, Coronavirus pandemic ‘will cause famine of biblical proportions’, Guardian, Apr. 21, 2020, https://www.theguardian.com/global-development/2020/apr/21/coronavirus-pandemic-will-cause-famine-of-biblical-proportions.

[249] UNICEF, COVID pushes millions more children deeper into poverty, new study finds, UN News, Sep. 17, 2020, https://news.un.org/en/story/2020/09/1072602.

[250] John P A Ioannidis, Infection fatality rate of COVID-19 inferred from seroprevalence data, Bulletin of the World Health Organization, Oct. 14, 2020, https://www.who.int/bulletin/online_first/BLT.20.265892.pdf.

[251] CNBC, WHO says 10% of global population may have been infected with virus, Oct. 5, 2020, https://www.cnbc.com/2020/10/05/who-10percent-of-worlds-people-may-have-been-infected-with-virus-.html.

[252] International Monetary Fund, World Economic Outlook, October 2020: A Long and Difficult Ascent, Oct. 2020, https://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2020/09/30/world-economic-outlook-october-2020.

[253] International Commission of Jurists, Siracusa Principles on the Limitation and Derogation Provisions in the International Covenant on Civil and Political Rights, Jul 1, 1984, https://www.icj.org/siracusa-principles-on-the-limitation-and-derogation-provisions-in-the-international-covenant-on-civil-and-political-rights/.

[254] Francis Fukuyama, What Kind of Regime Does China Have?, The American Interest, May 18, 2020, https://www.the-american-interest.com/2020/05/18/what-kind-of-regime-does-china-have/; Robert C. O’Brien, The Chinese Communist Party’s Ideology and Global Ambitions, White House National Security Council, Jun. 26, 2020, https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/chinese-communist-partys-ideology-global-ambitions/.

[255] Adam Schiff, The U.S. Intelligence Community Is Not Prepared for the China Threat, Foreign Affairs, Sep. 30, 2020, https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2020-09-30/us-intelligence-community-not-prepared-china-threat.

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.