COVID ET MENSONGES : La létalité réelle du Covid-19 ? Equivalente à celle de la grippe annuelle !

Imprimer

Illustration : un menteur patenté masqué (nom connu du rédacteur).

 

Voilà l’affirmation que je m’étais empressée de communiquer il y a une année dès que les premières évaluations du Pr John Ioannidis avaient été connues, dans une vidéo rapidement devenue virale et qui avait fait en quelques jours plus de 4 millions de vues sur le site Athle.ch

Ce qui m’avait valu des haines féroces et une campagne de dénigrement sans précédent de la miséreuse presse suisse, s’empressant de me décrire comme « peu crédible » ou de trouver mon expérience et mon CV « douteux » alors que jusque-là ils ne m’avaient guère valu que des éloges et d’être invité avec insistance tant par les universités que les médias, en Suisse comme dans d'autres pays…

Manifestement, cette révélation dérangeait et une année après, on ne peut que réaffirmer cet intéressant constat.

Avec une pointe : l’OMS avait évidemment validé en cours de route les estimations de Ioannidis. Puis, il y a quelques mois, celui-ci avait récidivé avec son équipe en montrant dans une étude comparative (jamais démentie) que les mesures de contrainte (confinements, fermetures, port du masque) ne produisaient aucun effet probant ni de ralentissement de l’épidémie ni de « tassage de la courbe » des hospitalisations comme on nous l’avait vendu au mois de mars 2020. Et comme les "experts" continuent de l'affirmer en dépit de toute évidence une année plus tard !

Nada. Que pouic. Des gesticulations, injustes, inutiles et lourdement destructrices dans leurs effets, mais sans aucune efficacité observable.

Et voici que le 26 mars dernier, le Pr Ioannidis a publié ses estimations révisées de la létalité réelle du Covis-19 (infection fatality rate). Résultat des courses ? 0,15%, soit exactement l’ordre de grandeur habituel de la grippe saisonnière.

Ces conclusions étant basées sur des études de sérologie (soit la détection d’anticorps spécifiques) et non pas les tests PCR qui déforment complètement les résultats du fait des innombrables faux positifs qu’ils signalent à tort. Si on devait établir le taux de létalité en fonction des tests PCR+, nous serions de fait très largement en-dessous de 0,15% !

Cette estimation mondiale (soit 3 millions de décès attribuées pour 2 milliards d'individus porteurs d'anticorps) se nuance selon les continents et les écosystèmes. En Europe, on est plutôt à 0,3-0,4% soit exactement les chiffres que j'avais mentionné en avril 2020. Cette différence tenant à trois grands facteurs :

1. La pyramide des âges : nos sociétés sont vieillissantes et donc le réservoir de victimes potentielles est proportionnellement plus fourni.

2. Le défaut de soins et de traitement précoce, qui aura prélevé un lourd tribut de mortalité. J'entends ici non seulement les médicaments qu'il aurait été utile bien sûr d'utiliser, mais aussi un simple monitoring de la saturation en oxygène sanguin permettant de prescrire au besoin une oxygénothérapie avant qu'il soit trop tard !

3. Le Covid-19 est fortement syndémique : l'infection est bénigne pour l'immense majorité de la population mais peut devenir sévère chez des personnes ayant des facteurs de risque spécifiques. Lesquels facteurs de risque (syndrome métabolique, état inflammatoire chronique de bas-grade, destructuration du microbiote) dépendent essentiellement du mode de vie. Or nos autorités sanitaires ont complètement négligé voire nié ce composant essentiel des formes graves, qui est réversible rapidement avec des interventions appropriées comme l'a rappelé fort opportunément le Dr Philippe de Toledo, auteur d'une pétition en ce sens.

 

On saisit dès lors l’étendue du problème : voici une année que les autorités sanitaires et politiques nous mentent, encore et encore, en dépeignant avec un acharnement pervers une situation qui ne correspond simplement pas à la réalité telle que la meilleure science peut l’établir.

Et pourtant, les « experts » de la Task Force, des hôpitaux, de l’OFSP et du Conseil fédéral n’ont cessé au long de cette de venir nous tenir des propos mensongers, décrivant des situations apocalyptiques là où il y avait une simple épidémie (bien sûr avec des malades et des décès chez les personnes très âgées), mais d’un ordre de grandeur parfaitement habituel.

Pendant que cette propagande à grande échelle était entretenue à hautes doses par un cortège d’experts (incompétents ou corrompus) et avec la complicité d’une presse unanime à ne rien répercuter d’autre que ce flot de mensonges, les mesures inutiles imposées produisaient un cortège de dévastation dans la société : cancers, infarctus, AVC et autres maladies graves non soignées (avec une forte surmortalité due à ces dénis de soins), faillites, dépressions et suicides, répression et abus d’autorité, censure, dogmatisme, stigmatisation des opposants (qui en l’occurrence disaient juste) et in fine la génération d’une véritable hystérie collective.

Je l’ai dit et le redis : tout, absolument tout dans la Covidinfo aura été faux. Du nombre de « cas » au nombre d’hospitalisés ou de personnes décédées, les statistiques sont bidouillées et déformées d’une manière qui viole les chartes régissant l’établissement des données.

Avec la complicité active des cercles politiques et pseudo-scientifiques établis.

La sur-occupation des hôpitaux ? Bien sûr qu’elle s’est produite de manière très brève et comme cela se produit chaque année !

Avec la différence que le Covid non-traité provoquant des complications chez certaines personnes à risque, l’interdiction de soigner et monitorer les patients avant une éventuelle hospitalisation aura créé cette abondance de cas graves dans une extraordinaire dérive iatrogène par défaut de soins ! Venir nous expliquer ensuite qu’on n’avait « jamais vu ça » alors qu’on a tout interdit ou empêché qui aurait pu « empêcher ça » n’est jamais qu’une forfaiture de plus.

 

Comme un avion sans ailes

Bref, il est grand temps d’atterrir : nous avons été manipulés et désinformés systématiquement depuis une année par des autorités en qui nous avons eu la faiblesse d’avoir confiance.

Toutes ces informations et données que je partage ici ne peuvent pas être inconnues des concernés : elles sont produites par les meilleurs scientifiques au monde. Ce n’est donc pas qu’ils les ignoraient mais qu’ils ont choisi de les occulter.

Je le redis avec la plus grande sincérité : je n’ai rien à titre personnel contre celles et ceux que je dénonce sur ma page depuis une année, les Martin Ackerman, Samia Hurst, Laurent Kaiser, Didier Pittet, Anne-Claire Siegrist, Alessandro Diana, Bertrand Kiefer ou Caroline Samer. Je n’ai rien à titre personnel contre Alain Berset, Mauro Poggia, Rebecca Ruiz ou les médecins cantonaux.

Mais voilà tout de même des gens qui mentent à la population et la manipulent depuis une année avec des paquets de bêtises et d’idées fausses, comme par exemple celle que l’épidémie d’octobre-novembre dernier était due au manque de discipline de la population. C’est à nouveau faux et archi-faux, mais nous avons vu ces cohortes de petits ayatollahs venir faire la morale sur les plateaux télé, accueillis sans contradiction par une RTS digne des médias soviétiques pour débiter leurs âneries sans la moindre contestation.

Maintenant que ces choses se savent et sont sues, va-t-on continuer longtemps avec la même mascarade putride ou bien va-t-on commencer (enfin !) à se ressaisir et demander des comptes à ces bataillons de privilégiés dangereux ?!

Les journalistes vont-ils enfin se souvenir qu’investiguer fait partie de leur mission ?

Pour ma part, il est bien sûr satisfaisant de constater a posteriori que mes analyses se sont avérées justes. Mais avec le pincement au cœur suivant : l’épidémiologie infectieuse n’étant pas mon domaine d’expertise, je me suis simplement tourné vers les meilleurs scientifiques et les meilleures études.

Ce qui veut dire que TOUS les « experts scientifique » « gouvernants » et « journalistes » auraient dû faire de même s’ils avaient eu une once de probité.

Et c’est là où le fait d’avoir entendu juste ne me console en rien : leur défaillance et leur trahison de l’intérêt collectif (par bêtise, par paresse ou par corruption) aura maltraité lourdement la population et saccagé notre société en pure perte.

Il est évident que nombreux parmi ces gens sont ceux qui sont simplement inféodés à des intérêts autres que l’intérêt collectif. Le Conseil fédéral a servi les intérêts de Klaus Schwab et de son Great Reset comme ceux de M. Gates sans que l’on sache qu’ils aient reçu de mandat du peuple en ce sens. Les « scientifiques » sont redevables aux pharmas autant qu’au même M. Gates qui les nourrissent d’une manière qui manifestement fait purement et simplement voler en éclats leur probité et leur éthique.

La population en fait les frais, mais voilà : de la population, ces gens-là se fichent apparemment comme d’une guigne.

Comment sortirons-nous de cette hallucination collective et de cette dérive littéralement criminelle ?

A l’heure où les nuages s’amoncellent sur la sécurité des « vaccins » (qui n’en sont pas) imposés à la hâte sans égards pour la santé de la population, les réponses ne devraient plus tellement tarder…

 

Communiqué du site Corona-transition (en allemand) :

 

John P.A. Ioannidis, professeur à Stanford, a publié une nouvelle étude le 26 mars 2021. Il y corrige à la baisse le taux de létalité de l'infection (IFR) pour Covid-19 trouvé dans sa propre étude antérieure. Ioannidis est l'un des scientifiques les plus cités dans le monde.

Six évaluations systématiques, comportant chacune 10 à 338 études de séroprévalence (détermination des anticorps) dans un maximum de 50 pays du monde, ont été évaluées. Le taux de létalité des infections dans le monde est d'environ 0,15 % - avec 1,5 à 2,0 milliards d'infections d'ici février 2021. "Le taux mondial de létalité des infections est d'environ 0,15 % avec 1,5 à 2,0 milliards d'infections en février 2021."

Cela signifie que, sur l'ensemble des personnes infectées dans le monde - tous âges et conditions préexistantes confondus - 99,85 % survivent en moyenne. Dans une étude antérieure, Ioannidis est encore arrivé à une valeur de 0,23% corrigée, soit une survie de 99,77%. 

Ici, les infections ont été réellement déterminées, car des anticorps spécifiques ont été détectés dans le sang, que le corps ne produit qu'en cas d'infection.

Les tests PCR permettent également de détecter des quantités infimes de certains fragments du virus sur la muqueuse. Cependant, on ne parle d'infection que lorsque des virus intacts pénètrent dans le corps et s'y multiplient. Seule une fraction des personnes dont le test est positif forme réellement des anticorps. Si l'on prenait comme base toutes les personnes ayant un test PCR positif, on obtiendrait un taux de survie encore meilleur que 99,85%.


Lien vers l’étude de Ioannidis : cliquer ici.

Lien vers mon précédent article « Covid : stop mensonges » : cliquer ici.

 

Et c'est avec gratitude que je partage en guise de cerise sur le gâteau le nouveau texte, fort et courageux, que la Dre Giacomoni nous a fait l’amitié de nous adresser  sur ce thème du mensonge sanitaire qui nous est infligé.

 

----------------------------------------

 

Covid et mensonges

 

Le « petit virus Covid » est très intelligent car :

Il sait compter puisqu’il n’attaque qu’à partir d’un certain nombre de personnes en famille.
Il sait faire la différence entre les réunions en famille, durant lesquelles il est particulièrement agressif et les réunions entre inconnus serrés dans les transports en commun pour aller travailler, durant lesquelles il reste sage. Il respecte le travail, lui!
Il sait lire l’heure et respecte les horaires de couvre-feu décrétés par Jupiter et son armée d’experts-en-tout. Il a accepté de se calmer et de ne devenir dangereux qu’après 19h. Il est passé à l’heure d’été lui aussi.

Il sait si vous êtes fortuné et si vous séjournez dans un hôtel. Dans ce cas, il vous laisse vivre, manger et vous détendre avec d’autres fortunés dans les restaurants ou terrasses de l’hôtel sans masque. Alors que si vous êtes juste à côté de la terrasse, donc pas assez fortuné, vous devez vivre seul, distancé et masqué car le virus risque fort de vous attaquer.

Il sait si vous êtes dans un parc en plein air avec des amis, là il vous fait courir un immense risque.
il sait si vous êtes en train de faire du sport en plein air et il risque alors d’attaquer durement.

Il sait si vous mangez dans un restaurant d’hôtel de luxe ou si vous prenez un plat à emporter dans un restaurant familial de quartier où il se révèle particulièrement agressif. Le petit covid n’aime pas les pauvres.

Il sait si vous entrez dans une grande surface sans limite de distance ni de nombre ou si vous entrez chez un petit commerçant qui limite l’accès de sa boutique.


Avez-vous le sentiment qu’on se moque de vous?
Avez-vous encore le sentiment d’être informés lorsque vous regardez vos médias préférés?
Je vous propose une petite suite logique :

pomme/poire - pomme/poire - pomme/poire - pomme/poire - pomme/poire - ?

et donc la suite sera …Pomme/poire
Facile n’est-ce pas ?!

Alors continuons :
Mensonge - mensonge - mensonge - mensonge - mensonge - ?
Et donc la suite sera .. Mensonge
Encore plus simple, n’est-ce pas ?!

Je détaille maintenant si vous me suivez toujours :

Mensonge sur le virus et  sa dangerosité puisque la mortalité n’excède pas  0,05%  voire 0,03% selon le Prof Ioannidis, le meilleur épidémiologiste au monde.

Mensonges sur les tests PCR dont les cycles d’amplification sont tellement élevés qu’on est certain de détecter tout et n’importe quoi…et surtout des morceaux de virus dont rien ne prouve qu’il soit encore actif.

Mensonges sur les traitements dont il est strictement interdit de dire qu’ils existent à tous les stades de la maladie sous peine d’excommunication….
Mensonges sur le confinement dont on a montré non seulement son inutilité sur l’épidémie mais ses nuisances sur tous les aspects de nos vies, de nos économies, de notre psychologie et de notre santé en général… Les dégâts psychologiques sont d’ores et déjà innombrables pour toutes les générations. Nos enfants grandissent dans une société malade de la peur qui la ravage et qui devient ainsi très maltraitante.

 

Alors comment peut-on imaginer autre chose à cette suite logique que : mensonges sur les vaccins ?
Avec une telle avalanche de mensonges, comment peut-on encore faire confiance à ceux qui répètent comme un mantra : le vaccin est sûr et efficace ? C’est ceux-là même qui ont menti sur tous les sujets depuis le début affirmant qu’aucun traitement n’existait et qu’aucun traitement ne serait efficace alors même que les preuves du contraire se sont rapidement accumulées.

Faites-vous confiance à ceux qui vous ont menti à plusieurs reprises ?

Cela fait des mois qu’on nous fait porter des masques, qu’on nous éloigne les uns des autres, qu’on se désinfecte les mains à tout bout de champ et pourtant y a-t-il un changement ? Alors pourquoi continuer ces mesures inutiles puisque « la 3ème vague arrive » malgré tous les efforts consentis librement ou sous la contrainte ?

Si l’épidémie continue à cause des réfractaires qui ne sont pas assez vigilants, alors pourquoi les pays qui ont le moins confiné et qui laissent leur population libre s’en sortent mieux en termes de mortalité ? Les chiffres sont disponibles sur euromomo.eu


Vous pensez que vous vaccinez vous rendra votre liberté ?

Alors pourquoi conseille-t-on aux vaccinés de continuer à porter des masques, à continuer à se distancer et de continuer à respecter les « mesures » ? Regardez cette vidéo qui vous explique les dernières nouvelles données par le ministre de la santé français :

https://emakrusi.com/videos/30-04-04-2021-le-diner-de-cons-des-vaccines/

 

Vous pensez retrouver votre vie d’avant en vous vaccinant ? Ainsi vous retrouverez votre liberté de mouvement, de sorties, de voyages…alors pourquoi le ministre de la santé français a-t-il récemment déclaré :

 

“Les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale…” (https://youtu.be/rD2BBBG3jDg)

 

Vous pensez que seul le vaccin nous sortira de cette « crise ». Alors pourquoi Israël, le Royaume-Uni, les Émirats Arabes Unis et le Portugal qui ont largement vacciné leur population voient leur courbe de mortalité monter en flèche ? (annexe).

Vous pensez que les vaccins sont sûrs et efficaces ? Alors pourquoi ne nous fait-on aucun décompte quotidien du nombre d’effets secondaires ni de décès liés aux vaccins ?

vacc.jpg

 

Finalement il reste deux questions essentielles à ce stade :

Vous sentez-vous réellement informés ? et

Faites-vous confiance à ceux qui vous mentent de manière itérative?

Dre Frédérique Giacomoni

 

Capture d’écran 2021-04-10 à 21.51.43.png

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.