La nouvelle étude Pfizer est (à nouveau) frauduleuse !

Imprimer

Les mois se suivent et se ressemblent : la collectivité prisonnière d’une formation de masse (ou psychose collective) n’arrive plus à se décoller d’une narration fallacieuse, mais qu’il faut reconnaître comme magistralement façonnée par ceux qui l’ont imposée à grands renforts de propagande.

Nous avions montré en janvier 2021, avec Alexandra Henrion Caude et un médecin-chercheur ayant publié dans les meilleures revues, les manipulations et falsifications de l’étude Pfizer initiale.

L’étude « à six mois », publiée dans une sorte d’indifférence générale il y a quelques semaines, reprend les mêmes grossières ficelles pour produire ce qui n’est rien d’autre qu’une nouvelle fraude.

Retrouvez l'ensemble de mes publications sur Anthropo-logiques.org

Or (et c’est bien là la caractéristique psychotique), cela ne change absolument rien à la donne : ces papiers explicitement frauduleux sont brandis comme valides et valables par la « communauté des scientifiques dépendant du financement des pharmas pour leurs carrières » et prises par argent comptant par nos gouvernants.

A l’heure où la mortalité générale explose dans toutes les couches de la population (sans autre cause identifiable que les campagnes d’injection génique expérimentale), nous avons publié la démonstration de cette fraude sur Covidhub.ch (site proposant un travail authentiquement journalistique sur « l’information manquante », censurée ou occultée par les médias subventionnés).

On peut raisonnablement douter que cela aura le moindre effet : le filtre de la censure et de la propagande médiatique maintient la population dans la confiance (ô combien erronée) que les « vaccins géniques sont sûrs et efficaces ». L’étude Pfizer à 6 mois montre quant à elle exactement l’inverse quand on prend la peine de se pencher sur les données qui y figurent et non la conclusion mensongère brandie par les auteurs.

Le temps du délire, le réel n’a plus d’importance et ne veut plus rien dire. Lorsqu’on en sortira et que la population ouvrira les yeux sur la réalité des mensonges et de la trahison des élites politico-médiatiques au service d’intérêts mafieux, les retours de manivelle risquent d’être cinglants. A nier l’évidence, occulter la réalité et maltraiter gravement la population, le karma des « élites » ne fait vraiment pas envie.

Nous republions ici le début de cet article avec l’aimable autorisation de Covidhub.ch, avec un renvoi sur leur site pour le détail de la démonstration.

 

*********

Pfizer contre Pfizer : la dernière étude est frauduleuse

La firme pharmaceutique sort une étude qui incrimine son propre vaccin anti-Covid. Pourtant, les données présentant une surmortalité des vaccinés sont dissimulées par un résumé aux conclusions élogieuses.

Les malaises et arrêts cardiaques se multiplient dans le monde, mais les injections sont toujours hors de cause.

Pourtant, la dernière étude de Pfizer sur six mois incrimine son propre vaccin.

Publiée le 28 juillet 2021, puis le 15 septembre dans sa version supposément « revue par les pairs » dans le New England Journal of Medicine, elle est passée complètement inaperçue (voir l’étude ici)

Le titre et le résumé (abstract) sont élogieux, alors que les données présentées montrent de manière indiscutable que les injections ne sont ni efficaces, ni sûres. Elles ne protègent pas contre le Sars-Cov 2 et causent une surmortalité.

Nous sommes donc en présence d’une gigantesque fraude scientifique.

C’est en tout cas la conclusion sans appel à laquelle est parvenue, après analyse méticuleuse des données de l’étude, un immunologiste dont nous savons de source sûre qu’il est l’un des meilleurs spécialistes du domaine. Pour des raisons hélas évidentes, il a préféré rester anonyme et ne pas s’exposer à visage découvert.

Initialement publiés sur la plate-forme Twitter, ses résultats et critiques ont (sans surprise) été rapidement censurés.

La fraude décortiquée

Selon l’analyste, la fraude repose sur trois piliers :

1. Données sensibles reléguées dans les appendices
Les conclusions avancées contredisent les données montrant une absence de protection et une surmortalité importante des vaccinés. Ces données sensibles sont reléguées dans des appendices à l’article, peu susceptibles d’être épluchées.

2. Viol des règles fondamentales à l’élaboration d’une étude fiable
L’étude a été conçue pour camoufler certains résultats prévisibles et potentiellement embarrassants. Exemple : une règle d’or est de préserver rigoureusement l’intégrité des deux groupes testés : celui des sujets recevant l’injection – dits « vaccinés» – et ceux figurant dans le groupe contrôle recevant un placebo – dits « non-vaccinés ».

Or cette disposition cardinale a été violée : le groupe contrôle a été liquidé en cours de route. Ceci rend définitivement impossible toute comparaison des taux d’effets indésirables dans les deux groupes.

Des « raisons éthiques » ont été invoquées. Or, sachant que le risque de mortalité générale en 2020 et 2021 n’a pas été modifié en-dessous de 80 ans, donc que les participants du groupe témoin ne risquaient rien à ne PAS être injectés, cela semble constituer une malfaçon dont on peine à imaginer qu’elle soit désintéressée.

3. Non rétractation de l’étude malgré ses malfaçons
Malgré ces procédés frauduleux, contraires à tous les standards, l’étude n’a pas été rétractée. Au lieu de cela, cet article a servi de prétexte à une expérimentation médicale rigoureusement prohibée par les conventions internationales, dont celle d’Oviedo en particulier, ou encore de la Déclaration d’Helsinki.

En conséquence, les campagnes de vaccination massives, imposées de manière directe ou indirecte, présentant des risques et des dommages flagrants, seraient basées sur une fraude scientifique.

En temps normal, avec de telles données, un produit n’aurait jamais été approuvé et/ou aurait été retiré immédiatement. Pourtant, on ne peut que constater que les chercheurs, universitaires, médecins et autorités de santé, restent silencieux – cautionnant ainsi de fait des pratiques inacceptables voire condamnables – ou répètent des contre-vérités favorables à la vaccination génique.

  • Lien vers le débunkage sur Covidhub.ch : cliquer ici.
Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.