- Page 6

  • Sur le traitement du Covid-19

    Imprimer

     

    L'instrumentalisation politico-lucrative de l'épidémie en cours est telle -et si violente- que d'innombrables médecins, chercheurs et professeurs des universités n'osent pas s'exprimer et donc s'exposer en partageant leur savoir et leurs convictions.

    L'information officielle et le filtre des médias en viennent à occulter de nombreux éléments de réalité d'une importance pourtant primordiale, individuelle et collective, à l'heure où un flot de patients aboutit à l'hôpital.

    On trouve heureusement quelques sites de référence sur lesquels des experts font l'effort de "ré-informer" en partageant des analyses et perspectives probantes.

    Vous trouverez infra la reproduction de la page "Sur le traitement du Covid" (prophylaxie, traitement précoce et prescription) telle qu'elle figure sur l'excellent site (helvétique) Swiss Policy Research. Je la re-publie ici avec bien sûr la mention de rigueur "Remarque: les patients sont invités à consulter un médecin."

    Autres sites hautement recommandables :

    Reinfocovid.fr pour une politique sanitaire juste et proportionnée.

    Et sur l'intérêt évident de l'hydroxychloroquine (dont l'interdiction constitue bien le "plus grand scandale sanitaire du siècle") : https://c19study.com/ et https://hcqtrial.com/

    A l'heure où une nouvelle étude publiée par l'IHU de Marseille rapporte (une fois de plus !) une division de la mortalité par deux en EHPAD, grâce au protocole hydroxychloroquine + azithromycine, il peut être utile de nous rappeler qu'en dépit du blocage insensé de nos autorités sanitaires, il existe des traitements permettant de soigner les gens en amont d'une hospitalisation aux urgences !

    Et que donc tout le psychodrame en cours pourrait simplement être évité.

    Mais bon, comme bien des gens commencent à le soupçonner, il y a bien d'autres intérêts en jeu que celui de soigner la population.

    Le compte-rendu infra est une bonne manière pour chacun(e) d'entre nous de comprendre les options disponibles, en discuter au besoin avec nos médecins-traitants... et peut-être finir par exiger des autorités qu'elles mettent fin à leur adhésion aveugle aux molécules inefficaces et toxiques imposées par l'industrie pharmaceutique au prix de milliers de morts.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bas les masques ?! Touchez pas à nos mômes et un scandale de plus...

    Imprimer

     

    Pour y voir clair sur l'utilité (ou non) du port du masque, une grande étude (portant sur 6'000 personnes) a été mise sur pied au Danemark, réalisée par une équipe de grande compétence scientifique. Voici la description de l'étude au moment de son démarrage :

    "Avec 6 000 participants, il s'agira de la plus grande étude au monde sur l'utilité du port du masque à l'extérieur de la maison pour réduire le risque de propagation d'un virus lors d'une épidémie.

    De plus, l'étude est rapide et les résultats préliminaires seront disponibles dans un mois.

    La recherche a été rendue possible grâce au don de 5 millions de couronnes danoises de la Fondation Salling (les propriétaires de Bilka, Føtex et Netto, entre autres), ainsi qu'à la volonté des employés et des clients des supermarchés du groupe Salling de participer à l'étude.

    Les participants ont pris part à un tirage au sort afin de déterminer dans quel groupe ils devaient se trouver. 3'000 personnes font partie du groupe et portent un masque facial lorsqu'elles quittent leur domicile, les 3'000 autres ne doivent pas en porter. Les participants doivent quitter leur domicile au moins trois heures par jour - raison pour laquelle les employés des supermarchés sont des participants importants.

    L'étude est réalisée en coopération avec quatre hôpitaux de la région de Copenhague."

    Quelques mois plus tard, nous attendons bien sûr impatiemment les résultats.

    Naïfs que nous sommes : il se pourrait que nous attendions encore longtemps. Lisez plutôt !

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • COVIDOSE à la GENEVOISE : LA HONTE !

    Imprimer

     

    "Perseverare diabolicum", que dire d'autre ?!

    Voici des mois que les autorités genevoises s'emballent dans une fuite en avant pour imposer des mesures de plus en plus coercitives et destructrices, dont l'inefficacité crève les yeux.

    Au lieu de se préparer à l'augmentation des cas qu'elles nous annoncent depuis des mois en évitant les mesures inutiles, voilà qu'elles partent en vrille dans le "toujours plus de la même chose quels qu'en soient le prix et l'(absence de) résultats" !

    Je l'ai écrit et décliné ici sous toutes ses formes : la science (la vraie, pas celle des lobbies et des corrompus) MONTRE que le confinement ne sert à rien et même qu'il ne fait qu'aggraver les choses.

    Comme nos pauvres autorités restent convaincues - à tort - que la décrue du mois d'avril était due à cette mesure, elles s'empressent de repartir dans cette direction malgré les analyses aussi probantes qu'il est possible en la matière -et la recommandation de l'OMS de l'éviter !

    Le port du masque n'a pas non plus d'effet protecteur avéré alors qu'il présente de nombreux effets toxiques. Son imposition n'a donc PAS DE BALANCE COÛTS / BÉNÉFICES PROBANTE en population générale et s'avère même maltraitant et toxique sur les enfants et les jeunes !

    Nous avons maintenant le recul pour comparer la situation entre les pays et voir notamment que l'Espagne et la France, qui ont durci les mesures tôt cet été "pour prévenir la résurgence de l'épidémie" sont en pleine panade, ce qui montre bien l'inutilité préventive de ces mesures alors que la Suède, qui n'a jamais masqué ni confiné, connaît une situation aujourd'hui exceptionnellement enviable.

    Le Pr Christophe de Brouwer le dit avec la sagacité qui manque à nos comités d'experts :

    "Et voilà, nos gouvernements ont pris des décisions qui, j'en ai la conviction, mèneront notre (nos) pays de catastrophe en catastrophe, pas seulement sur le plan socio-économique et individuel, mais aussi sur le plan sanitaire.
     
    À force de vouloir contrarier la marche naturelle d’une épidémie, on en a, en quelque sorte, créé une."
     

    Combien de temps allons-nous encore écouter des comités scientifiques corrompus puisque pétris de conflits d'intérêts ?!

    Des comités qui ont mis en échec (et continuent de la faire) le traitement hydroxychloroquine / azothromycine, flingué par une campagne de dénigrement criminelle, portée entre autres par des Universités suisses et les "plus grandes revues médicales au monde", avec la complicité active de nos hôpitaux et de nos autorités de santé.

    Des comités qui ont réussi à imposer un médicament inefficace et toxique, accrédité à la va-vite par Swissmedics, assurant à son producteur, le laboratoire Gilead, qui arrose l'ensemble du système de santé suisse et romand, des centaines de millions de dollars de bénéfices au prix de la santé et même de la vie de nombreux patients !

    Des comités qui verrouillent des mesures inefficaces et homicides en dictant leur conduite et leurs décisions à des politiciens ignares et paniqués !

    Jusqu'à quand subirons-nous passivement cette immense cacade, doublée d'une arnaque détestable, qui détruit nos enfants et nos anciens, massacre notre économie, commence à réduire à l'indigence des populations entières trahies par leurs gouvernants qui ne sont plus que de vagues pantins aux ordres des pharmas et des GAFAM ?!

     

    Nous appelons à une insurrection des consciences.

     

    Les mesures imposées sont délétères, abusives, brutales, absurdes, crapuleuses et folles.

    "Ah oui, et que feriez-vous à la place ?" me demande-ton souvent. Comment convient-il d'agir ? Mais c'est simple au possible !

    Ce que la plupart des gens ignorent (les médias et les autorités y veillent), c'est que les plans pandémie dont nous disposions n'ont simplement pas été appliqués depuis le mois de janvier. Alors qu'ils contiennent la description des bonnes mesures. Au lieu de s'y référer et de les appliquer, les irresponsables qui nous gouvernent (à l'échelon mondial, les autorités nationales et locales n'en sont ici que les relais serviles) ont sorti de leur chapeau des mesures invraisemblables, qui n'ont jamais été préconisées ni même envisagées comme le confinement de populations entières ou l'imposition du port du masque à des gens en bonne santé !

    Écoutons l'analyse de trois sociologues spécialistes des catastrophes au sujet du couvre-feu :

    « Cette annonce inspire un sentiment de déjà-vu. Elle ressemble, par bien des points, à l’annonce du confinement il y a sept mois.
     
    D’abord, aucune des deux ne faisait partie de l’arsenal des mesures prévues pour gérer une crise sanitaire. Aucune des deux ne constitue à proprement parler une mesure de santé publique.
    Ensuite, ce sont deux mesures sur lesquelles on ne dispose que de très peu de connaissances, qu’il s’agisse de leurs effets pour contrôler une épidémie, ou de leurs « effets secondaires », sanitaires, économiques ou sociaux. C’est d’autant plus surprenant que la science est mise en avant pour justifier ces décisions, sans qu’elles n’aient jamais été véritablement testées ou étudiées. »
     

    Je donne infra la marche à suivre, la seule qui convienne, celle qui doit être appliquée dans de pareils cas et à laquelle on a renoncé pour des raisons dont la vraie mise en lumière relèvera, ici et ailleurs, du droit pénal.

    Je cite encore trois commentaires d'observateurs avisés, décrivant avec la lucidité qui a déserté nos gouvernements, le véritable visage du problème !

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Délire Covid : réveillons-nous !

    Imprimer

     

    On dirait que nous sommes repartis pour un tour, ou deux ou trois ou quatre ou cinq puisque nos "autorités" annoncent d'ores et déjà une "troisième" puis "quatrième" vague !

    Bien sûr, la résurgence des hospitalisations est une mauvaise surprise. Qu'il faudrait (à nouveau !) être capable de mettre en perspectives.

    En rappelant que l'hôpital ayant évolué vers un fonctionnement à flux tendu -y compris des services de soins intensifs et réanimation- il s'engorge structurellement année après année.

    Que l'augmentation (très importante en effet) des admissions ne s'accompagne pas (dieu merci !) d'une augmentation comparable des réanimations et encore moins des décès.

    Que l'âge médian des décès est actuellement en Suisse de 86 ans !

    Que les autorités n'ont jamais communiqué sur les moyens simples et avérés de se protéger contre la Covid-19 (comme la supplémentation en vitamine D3 et en zinc, susceptibles d'après les meilleures études de réduire de manière importante le risque de développer une forme grave ou de décéder de la maladie).

    Que les chiffres avancés par le président Macron et les "conseils politico-lucratifs d'experts" sont à nouveau complètement bidon et constituent rien moins qu'une abjecte manipulation.

    Qu'on nous annonce -en France- 6'000 patients possibles en réanimation à la mi-novembre pour moins de 5'000 lits disponibles... sans tenir compte des 5'000 lits de réanimation disponibles en cliniques privées !

    Et que même dans le pire des cas de figure possible donc (avec 6'000 patients en soins intensifs pour une population de 67 millions d'habitants) cela représenterait 1 personne sur 10'000, avec un pronostic de survie grandement amélioré par rapport au printemps.

    Sérieux assurément, justifiant la panique répétée aucunement.

    Ce d'autant moins que le principal problème apparaît politique et constitutionnel : dans la violation répétée et injustifiée des droits fondamentaux et la destruction de notre vie sociale ainsi que des moyens d'existence de millions et millions de personne. Du fait de mesures hasardeuses, sans efficacité avérée et que l'OMS recommande d'éviter.

    C'est dire si au fond nous sommes piégés dans un vrai piège à cons. Où nous nous voyons imposer des mesures destructrices de notre santé et de notre immunité - soi-disant pour nous protéger !

    Un exemple parmi d'innombrables autres : au Brésil, l'isolement social (confinement) a empiré la pandémie en provoquant plus de morts ! Ceci alors qu'il s'agit d'une réalité connue depuis 10 ans en santé publique que la distanciation sociale et l’isolement font exploser le risque de mortalité toutes causes confondues - jusqu’à le doubler !

    Nous marchons désormais sur la tête sous les acclamations des imbéciles - s’imaginant que ce qui nous conduit à notre perte nous sauve.
     
    Je partage dans cet article l'analyse du Pr Christophe de Brouwer qui suggère fortement, données à l'appui, que les mesures absurdes qui sont prises en Belgique (et en France) ne font qu'aggraver les choses.
     
    Suivie par une prise de position de M. Alain Sachs, comédien, dramaturge et metteur en scène, qui revient sur l'hallucinante (et à vrai dire obscène) allocation d'Emmanuel Macron du 28 octobre.
     
    Suivie d'un très beau texte de cette médecin-psychiatre, qui s'est déjà exprimé sur cette page, nous invitant à nous réveiller de toute urgence. Ce qui, à voir le déni et la passivité collectifs, n'est pas gagné d'avance !
     
    Bonne lecture, mais aussi bon courage !
     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire