Changement de monde

  • Des statistiques au scandale (II) : comment la France (n’) a (pas) géré l’épidémie de Covid

    Imprimer

     

    Ce texte constitue le second volet de l’article que m’a fait parvenir un statisticien, dont la première partie a été publiée hier sur ce blog sous le titre « Des statistiques au scandale : comment la France (n’) a (pas) soigné, prescrit ou combattu la Covid ».

    L’auteur continue de démontrer une remarquable maîtrise de son sujet en abordant ici la tragique réalité de l’inutilité des mesures de contrainte imposées depuis une année. Dont la désinformation à haute dose par les autorités et les médias est parvenue à occulter le fait qu’il s'agit de mesures qui n’ont jamais été préconisées dans aucun plan pandémie pour une bonne et simple raison : on savait parfaitement qu’elles sont à la fois inutiles et très lourdement destructrices.

    Si le but (il s’agit désormais de l’hypothèse forte) était d’asservir la population et de la mettre sous surveillance, alors tout a fonctionné à merveille !

    Si le but était de protéger nos populations d’une épidémie de gravité moyenne, alors c’est une tuerie.

    Le second pouvant accessoirement servir le premier…

    Je remercie à nouveau l’auteur pour ses analyses de grande qualité et vous souhaite bonne lecture !

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Changement de monde, Santé, Société 0 commentaire
  • La crise du Covid est-elle aussi une BONNE NOUVELLE ?!

    Imprimer

     

    Après le Dr Frédéric Badel, je suis heureux de partager ici le texte d’une autre médecin-psychiatre, la Dre Frédérique Giacomoni. J’ai souvent souligné combien cet ordre d’expertise avait manqué dans la gestion de cette crise. Les dérives de certains cercles (par exemple les comités d’experts) ont eu pour quiconque connaît tant soit peu le domaine une dimension psychodynamique et même franchement psychopathologique qu’il aurait été essentiel d’appréhender.

    Pareillement, l’impact de mesures sanitairement douteuses mais à l’évidence psychiquement et socialement délétères a été très mal évalué et apprécié par ces soi-disant savants.

    Nous devons donc ramener de toute urgence les dimensions psychique, socioéconomique et psychosociale à l’avant-plan de la gestion de cette syndémie / endémie pour sortir du réductionnisme scientiste et de l’imbécilité technique qui en est la conséquence – caractérisé par des mesures qui font bien plus de dégâts qu’elles n’apportent d’avantages.

    Le texte du jour (que je remercie chaleureusement son auteure de m’avoir autorisé à publier ici) donne un point de vue original mais ô combien important : nous avons bien sûr à ce stade toutes les raisons de nous lamenter de la médiocrité catastrophique des réponses politiques, des dérives éthiques et largement corrompues des milieux « scientifiques », des dégâts massifs produits sur tous les segments de la population et d’une hystérie collective qui restera dans l’histoire comme une bouffée délirante sans équivalents.

    Mais nous pouvons (et même devons) aussi y voir le passage obligé pour avancer vers une civilisation qui soit moins imbécile socialement, écologiquement et humainement. Pour avancer vers une reconnaissance avisée de la réalité de nos besoins et vulnérabilités en tant qu’êtres humains et en tant qu’espèce.

    Pour entreprendre in fine de créer enfin un monde qui soit digne de cette humanité (en nous et entre nous) qui reste à naître sous une forme viable et durable.

    La position de Frédérique Giacomoni est donc à la fois réconfortante et encourageante : oui, nous avons basculé dans des modes collectifs de pensées et d’affects régressifs, infantiles et superstitieux – le moins cocasse en l’espèce n’étant pas que les dérives les plus hallucinées de ce mouvement se soient présenté comme « scientifiques » et « responsables » alors qu’elles auront été la parfaite antithèse de l’un et de l’autre qualificatifs.

    Mais chaque crise (on connaît l’étymologie du mot) est un possible marchepied vers un futur désirable. En dépouillant la situation actuelle de son hystérie régressive mortifère (avec ses évidentes tentations totalitaires) nous pouvons porter les questionnements urgents au point d’incandescence qu’ils réclament.

    Pourquoi des cercles d’experts se trompent-ils avec autant de systématicité et de suffisance ?

    Pourquoi les corps intermédiaires et ceux qui les dirigent ont-ils basculé dans autant d’aberration et cette « banalité du mal » qui les conduit à infliger des souffrances aussi massives qu’inutiles aux populations fragilisées qu’ils sont censés protéger ?

    Pourquoi les citoyens sont-ils aussi soumis à l’autorité, au point de vivre collectivement une gigantesque expérience de Milgram ?

    Pourquoi des évidences comme l’inutilité du port du masque (équivalent à placer un filet avec des mailles de 3cm sur la carrosserie de votre voiture pour la protéger d’une tempête de sable !) et sa nocivité crasse, notamment sur les enfants, ne rencontrent-t-elle majoritairement que des esprits éteints ou abrutis ?

    Pourquoi une telle absence de réflexivité, un tel défaut d’intelligence, la résurgence de tant de bassesse parmi nos élites et gouvernants ?

    Voilà de bien belles et bonnes questions. La Dre Giacomoni débute son texte en rappelant le fameuse formule « nous sommes en guerre » du président (sociopathe) Emmanuel Macron. Elle déroule son propos plein de lumières à partir de là. Tout en la remerciant de sa si constructive contribution, je me résous pour ma part à accepter que si nous sommes bel et bien en guerre, ce n’est jamais in fine que contre la bêtise humaine qui donne à ce stade l’impression (j’espère me tromper) d’avoir encore de beaux jours devant elle…

    Lire la suite

  • Covid : est-il fascisme moins cinq ?!

    Imprimer

     

    Alain Berset vient à son tour d’annoncer que la Confédération renonçait à tout allégement dans sa gestion (selon un modèle irrationnel et sans précédents, imposé mondialement par la dictature chinoise) de la syndémie de Covid. Avec un argument consternant de plus : trois indicateurs sur quatre seraient négatifs, ose-t-il avancer.

    Le hic étant que le seul indicateur réel (le nombre d’hospitalisations dues au Covid) est quant à lui parfaitement stable. Les trois autres (ceux donc qui sont invoqués) étant de purs produits de la spéculation qui remplace désormais la science dans les « cercles d’experts » : « le taux de reproduction du virus , l’incidence et la positivité des tests » sont de la foutaise pour parler français puisque comme cela a été abondamment souligné sur ce blog ainsi que par les meilleurs experts et désormais par l’OMS, il s’agit de projections basées sur tout un « système » qui ne devrait même pas exister (tests PCR sur-gonflés hors diagnostic clinique, n’ayant aucune valeur nosologique ni épidémiologique) et induisant systématiquement tout le monde en erreur.

    On aurait tort bien sûr de voir là de l’imbécilité chronique. Nous sommes face à un véritable coup d’état généralisé à tous les pays d’Occident et Alain Berset n’est que la version locale d’un profil de fossoyeur de nos moyens d’existence et libertés tel qui se décline dans tous les pays occidentaux : Olivier Véran en France, différents zozos en Belgique, et de tristes sires comme Anthony Fauci (un des pontes de la corruption systémique en santé mondiale) aux États-Unis et ailleurs.

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Changement de monde, Société 0 commentaire
  • Osera-t-on dire la foi chrétienne d’Arnaud Beltrame ?

    Imprimer

    Honoré héros de la nation, ce lieutenant-colonel s'est sacrifié pour aller au bout de sa mission au service de son pays, c'est-à-dire des personnes qui le composent.  Cet événement nous émeut d’autant plus qu’il nous met face au plus admirable des comportements possibles : l'ultime don de soi. La France en est touchée, et au-delà des frontières nationales, les humanistes de tous bords s’inclinent en hommage à cet homme qui rendit au prix de sa vie un hommage sans limites à la dignité de l’Humain.

    ChristPâques.png

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Changement de monde, Société