Anthropo-logiques - Page 3

  • Le paradigme du confinement est en plein effondrement

    Imprimer

     

    Le texte qui suit a été publié dans The American Institute for Economic Research par son directeur rédactionnel, Mr Jeffrey Tucker.

    Celui-ci m’ayant fort aimablement autorisé à re-publier son texte, je m’empresse de le faire en ayant pu m’appuyer sur une traduction de qualité réalisée par le site Anguille sous roche.

    Mr Tucker revient ici sur l’effondrement magistral en cours du dogme confiniste. J’ai inlassablement fait savoir à quel point cette mesure est  moyenâgeuse et absurde, faisant partie de celles que l’on savait très bien devoir éviter étant donné son inutilité à juguler une pandémie tout en multipliant les dégâts dans des proportions tragiques.

    Cette évidence s’étant vérifiée à nouveau au cours de l’année écoulée, nous arrivons à ce moment singulier où ce dogme prend l’eau de toutes parts et est en voie d’effondrement alors que les irresponsables (ou les criminels, le temps nous le dira) qui nous l’ont infligé s’enfoncent toujours plus loin dans le mensonge public et le négationnisme des éléments de réalité pertinents. Avec une presse qui ne sait plus penser, faire son boulot ni remplir son rôle…

    L’intérêt principal du texte qui suit n’est pas d’affirmer une fois de plus  cette évidence, ni même de le faire avec des arguments nouveaux. Mais que l’auteur y tisse des liens passionnants avec la philosophie des sciences, les processus politiques et le moment collectif. Avec une pointe très fine : tout ceci a évidemment l’apparence d’un complot, il existe une multitude de manipulations intéressées, mais l’idéologie confiniste est probablement suffisante comme hypothèse à expliquer bien des composantes du naufrage en cours.

    Tant le psychisme collectif a d’appétence pour les constructions idéologiques, même et peut-être surtout délirantes.

    Bonne lecture !

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Dernier rempart en France : La cécité du gouvernement portée devant le Conseil d'Etat

    Imprimer

     

    Le moins que l'on puisse dire au sujet du texte qui suit est qu'il ne fera pas chuter la qualité moyenne des articles publiés sur ce blog ! Il s'agit d'une nouvelle pépite, d'une limpidité et d'une pertinence remarquables.

    Cet article est issu du long travail réalisé par le mathématicien-chercheur Vincent Pavan avec le Dr Thibault Thomas ainsi que les avocats Me Clarisse Sand et Frédéric Niel à l'occasion du recours qu'ils ont déposé au Conseil d’État au début du mois de mars.

    Après l'avoir jugé recevable en référé, le conseil d’État a classé le recours sans audience ni enquête, au motif de... crise sanitaire ne permettant pas d'organiser l'audience. Sauf que les auteurs attaquaient précisément l'état d'urgence ! Ce qui nous place bel et bien juridiquement dans la définition d'une dictature.

    Les auteurs ont résumé l'essentiel de leurs arguments (de taille et de poids comme vous le verrez) dans l'article que je vous propose : en 5 pages tout est dit.

    En les remerciant de leur confiance et de l'autorisation qu'ils m'ont donnée de re-publier ici cet article d'intérêt public, je vous en souhaite bonne lecture !

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Une revue d'un médecin de Stanford confirme l’inutilité et la nocivité du port du masque…mais les gouvernements ne sont pas prêts de l’abandonner

    Imprimer

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Covid : vers un nouveau tribunal de Nuremberg ? Entretien avec l'avocat Rainer Fuellmich

    Imprimer

     

    Exceptionnellement, je publie cet article pour signaler aux lectrices et lecteurs intéressés qu'aura lieu cette nuit (à 2h du matin dans la nuit du 19 au 20 avril en France et en Suisse) un entretien exclusif avec l'avocat allemand Rainer Fuellmich proposé par la Fondation pour la Défense des Droits et Libertés du Peuple, une organisation qui a intenté une large action judiciaire contre le gouvernement québécois afin de contester la légalité et la constitutionnalité des mesures sanitaires. 

    Cet avocat respecté (il a un tableau de chasse incluant des mastodontes comme Volkswagen et la Deutsche Bank) coordonne une équipe internationale d’avocats avec pour finalité le dépôt d’une plainte pour crimes contre l’humanité à l’encontre des gouvernements occidentaux, du World Economic Forum, de l’OMS et d’organisations comme les fondations de Bill Gates.

    Le grand public (diligemment désinformé par les médias, eux-mêmes conditionnés par les grandes agences de presse qui dictent le contenu repris par les rédactions) est à des années-lumière de connaître et a fortiori comprendre les tenants et aboutissants de la tragique dérive en cours et leurs implications pénales.

    Les quelques nouvelles que je donne de temps à autre au sujet de l’avancement des démarches de ce collectif d’avocats suscite beaucoup d’intérêts, d’espoirs, mais aussi de doutes ou de critiques.

    Il y a en effet un tel fossé entre le narratif officiel (selon lequel nos braves et honnêtes gouvernements font tout ce qu’ils peuvent pour nous protéger d'un terrible virus) et le contenu de la plainte (étayée sur des centaines d’heures d’audition des meilleures experts) qu’on comprend que ceci soit à la limite du pensable.

    C’est pourquoi cet entretien revêt un intérêt exceptionnel.

    Les fidèles lecteurs de ce blog savent combien je suis acquis désormais à l’hypothèse que nous sommes bel et bien face à une entreprise criminelle de grande envergure : trop d’éléments pointent en ce sens pour que la thèse de la stupidité ou de la maladresse soit encore plausible.

    Entre les mesures absurdes et délétères, la manipulation systématique des données, la violation massive des droits constitutionnels, la propagande forcenée des médias et la censure d’articles scientifiques sur les réseaux sociaux, tout pointe lourdement dans le sens d’une dérive totalitaire.

    Pour en donner un simple exemple, l’entretien tout récemment accordé par le Pr Christophe de Brouwer, médecin, ancien président de l’École de santé publique de l’Université libre de Bruxelles au média indépendant belge Kairos a été supprimé de Youtube.

    Son thème n'était pourtant pas dépourvu d'intérêt : «  Les morts du Covid, un mensonge d’état ? » tout particulièrement à l’heure où même la presse suisse commence à être obligée de reconnaître que les données qui ont été brandies et ânonnées au sujet de la mortalité 2020 étaient fausses et donnaient une représentation fortement dramatisée de la situation.

    Or donc, un des meilleurs experts en santé publique d’Europe se fait censurer par Google parce que ses analyses vont à l’encontre de la manipulation en cours. Il n’y a guère que les socialistes, les gens de gauche et les Verts (misère !) pour ne pas comprendre à quel point cela pose problème.

    Je suis donc très heureux de donner le lien vers l’annonce de l'entretien de ce soir : cliquer ici.

    Pour faire bonne mesure, je reproduis infra la traduction d’un autre entretien accordé par Me Fuellmich en date du 20 mars dernier, au cours duquel il faisait un point de situation de ses démarches. 

    Celles et ceux qui comprennent l’anglais pourront aussi visionner avec profit cette récente interview diablement intéressante : cliquer ici.

    Je terminerai en ajoutant ceci : prisonniers d’une ignorance soigneusement imposée et entretenue (selon les principes de l’agnotologie, l’art de manipuler l’opinion publique en la maintenant dans l’ignorance), la plupart des gens pensent que des positions comme les miennes sont outrancières. On connaît l’adage un peu usé jusqu’à la corde (légèrement apocryphe) et pourtant si vrai  de Schopenauer :

    Toute vérité passe par trois étapes, d'abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence.

     

    Lorsque j’énonce que la case prison est la destination naturelle pour Alain Berset et les (ir)responsables de la Task Force qui le (dé)conseillent si nous vivons bel et bien dans un état de droit, il ne s’agit ni d’une outrance ni d’une absurdité. Mais d’une perspective bien plus probable que qui que ce soit aujourd’hui l’imagine. Même si, je le concède volontiers, il y a du chemin à parcourir.

    Alors, si vous êtes prêts à vous intéresser à cette question dont normalement (sauf à vous être renseignés par vous-mêmes) vous n’aurez jamais entendu parler, bienvenue à bord !

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Covid : nos gouvernements sont-ils au service d’intérêts mafieux ?

    Imprimer

     

    La plupart des gens n’arrivent pas à comprendre à quel point nous sommes face à une entreprise criminelle, avec un argument de bon sens : cela prendrait une coordination globale pour qu’une magouille de cette envergure soit possible.

    Ce qu’ils ignorent c’est que c’est bel et bien le cas et que cette réalité est même parfaitement connue et reconnue, avec toutefois une nuance de taille : elle est systémique et structurelle !

    Et comme nos politiciens participent activement à cette traîtrise et que les médias l’occultent, c’est banco.

    Et c’est bien sûr les populations qui trinquent !

    C’est ce que j’ai exposé (références évidemment à l’appui) dans le cadre du Conseil scientifique indépendant de la Coordination Santé Libre dont la vidéo figure en fin d'article.

     

    Si la question restait ouverte il y a encore six mois (selon l’adage de Michel Rocard selon lequel l’hypothèse de la stupidité suffit la plupart du temps sans qu’on ait besoin de penser à un complot), elle ne l’est plus guère aujourd’hui : la gestion sanitaire en cours contient à l'évidence une dimension criminelle d'envergure, orchestrée en ce qui nous concerne avec la participation active des autorités suisses, belges et françaises.

    D’où la question posée : le Conseil fédéral (pour la Suisse) est-il délibérément impliqué dans cette opération ? Cette question reste à ce jour ouverte et c’est si tout va bien le « tribunal de Nuremberg 2 » vers lequel nous nous dirigeons qui l’établira à travers ses enquêtes pénales.

    Pour la « Task Force » et le « Conseil scientifique » français, la réponse est plus évidente : ces instances n'ont même pas besoin de se mettre au service de la corruption institutionnelle puisqu'elles en sont l’émanation et même le bras armé !

    Ce qui s’est vu au besoin dans un déni de science systématique et une communication visant à terroriser la population au mépris des connaissances scientifiques actuelles et non à renseigner utilement sur l'épidémie et les mesures à prendre.

    A tel point que quand les autorités ne se soumettent pas purement et simplement aux recommandations délirantes de ces cercles, certains démissionnent bruyamment, ulcérés que l’imposition de leur projet de dictature sanitaire rencontre le moindre obstacle !

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire