Santé

  • Mars 2020 : la date où l'industrie pharmaceutique aura définitivement supplanté la médecine...

    Imprimer

    Je suis heureux de partager ici une tribune parue lundi dans France Soir, quotidien en ligne qui fait depuis le début des tristes événements qui nous affligent un remarquable travail journalistique. Tribune dans laquelle je reviens sur l'abus de pouvoir et  la violation sans précédent des droits des médecins et des patients... qui, comme on l'imagine, doit bien avoir une cause autre qu'un moment -même durable- d'égarement de nos dirigeants.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • … Et l’humain dans tout ça?

    Imprimer

    Le texte que je vous propose aujourd'hui a été rédigé dans le courant du mois de mai par une médecin-psychiatre qui avait eu la générosité de me le transmettre. Elle s'y interroge à cœur et à psychisme ouverts quant à l'impact des événements sur sa profession, et l'évolution de celle-ci au cours des décennies écoulées.

    J'ai dans de précédents billets évoqué ce "blues des toubibs" et la maltraitance qu'il subissent, à l'intérieur et à l'extérieur de leur corporation, sous les coups de boutoir de l'instrumentalisation par des industries véreuses, de la mauvaise science (là où la vraie est bien sûr essentielle) et de toute cette bureaucratose orchestrée en tandem par les assurances et les autorités.

    Son auteure a préféré rester anonyme, ce qui se comprend par les temps qui courent. Outre la maltraitance subie, les médecins -j'ai partagé ce constat qui devrait au moins nous questionner- ont peur. Peur de dire et de faire savoir ce qu'ils pensent, par crainte des conséquences.

    Ce qui pose en retour une question poignante sur l'état de notre démocratie d'une part et sur la possibilité même d'un débat d'idées ouvert, respectueux et critique. Les réponses possibles à cette double question faisant elles aussi à ce stade un peu peur...

    Comme il n'est pas bon de refouler nos affects -atavisme quelque peu maladif dans notre beau pays-, c'est une joie pour moi que de partager avec vous ce texte magnifique, tout empli de sincérité, d'humilité et d'humanité, trois remèdes dont nous avons urgemment besoin comme antidote à la folie des temps et aux incohérences de nos dirigeants.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, Société 0 commentaire
  • Covid : Lettre ouverte du Dr Christian Zürcher aux parlementaires fédéraux

    Imprimer

    Cela faisait un moment que j'attendais une réaction de la société civile et en particulier de médecin(s) face à la dérive sanitaire dans laquelle nous nous enfonçons toujours plus. Si des initiatives salutaires de cet ordre ont déjà eu lieu en France (avec le collectif de médecins pour la liberté de prescrire) et en Allemagne (avec la commission d'enquête extra-parlementaire qui s'est auto-constituée, réunissant d'excellents experts), notre "si démocratique" Helvétie faisait grise mine entre un Parlement un peu sonné et une population amorphe.

    C'est donc peu dire que l'initiative du Dr Zürcher me paraît essentielle.

    Il y fait part de son point de vue de médecin et de citoyen, passant en revue les grandes scories de l'époque (comme les conflits d'intérêts au sein des comités d'experts, le rôle problématique de la presse ou la déformation des faits dans le discours des autorités). Bref, des interpellations aussi saines que possibles si l'on est (encore) capable d'un débat d'idées et inconditionnellement attaché aux processus de décision démocratique.

    Valeurs certes quelque peu mises à mal par la triade autorités/pouvoir médical/médias qui s'est substituée sans grands scrupules aux principes de bonne gouvernance devant prévaloir en la matière.

    Les médecins ayant été pris en otage d'une manière sans précédent dans cette dérive, il est plus qu'heureux qu'ils sonnent le signal d'une contestation et réclament l'inventaire intellectuel, scientifique et politique urgent des décision qui ont été imposées à la population en violation de nombre de ses droits fondamentaux et constitutionnels.

    Espérons que la démarche du Dr Zürcher trouvera des oreilles attentives auprès des parlementaires des deux chambres fédérales !

    (Traduction revue et améliorée le 26 juillet 2020 - jdm)

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, Société 0 commentaire
  • Les sciences (et la presse) à l’épreuve de la pandémie

    Imprimer

    Je suis heureux de partager ici un excellent article du Pr Wolf Linder, publié en français le 1er juillet par la revue Domaine Public (traduction d'un texte paru dans Infosperber le 26 juin).

    L'auteur est professeur émérite de sciences politiques à l'Université de Berne. Il a été membre du Conseil suisse de la science de 2012 à 2019.

    Il passe en revue les singularités du rôle joué par "les scientifiques" au cours de l'épidémie, ainsi que le relais que la presse en a donné.

    Une revue lucide, pertinente, mais aussi cinglante face à certaines dérives que nous avons tous pu observer. En particulier, le traitement d'une certaine presse (des rédactions romandes se reconnaîtront peut-être au passage) vaut le rappel de certaines vérités :

    « Que les médias dominants, au plus fort de la crise, aient tu ou minimisé les voix critiques s’avère problématique. Les comptes-rendus unilatéraux et la tentative de cataloguer ces voix comme des «théoriciens du complot» sont inexcusables. Ces pratiques violent les principes journalistiques de l'indépendance et de la présentation équilibrée des points de vue. »

    On ne saurait mieux dire. 

    Inconduites il y a eu de façon chronique tant dans certains médias que (nous y reviendrons) dans certains cercles scientifiques.

    Merci donc au Pr Linder pour ce précieux rappel intellectuel et éthique, ainsi qu'à Domaine Public, qui autorise la re-publication de ses articles avec mention du lien: Celui vers l'article en français figurant ici.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, Société 0 commentaire
  • Covid-19 et évolution du virus, ce qu'on peut dire fin juin 2020

    Imprimer

    J'accueille sur cette page l'essai passionnant que m'a transmis Mme Hélène Banoun, Pharmacien biologiste, ancien Chargé de Recherches INSERM, portant sur une question que j'avais soulevée dès la mi-mars dans mes articles.

    C'est en effet un phénomène connu que celui de l'atténuation virale, par lequel un nouveau virus voit sa virulence décroître quelques temps après avoir franchi une barrière inter-espèces, à la faveur d'une adaptation à ses nouveau hôtes.

    On sonne à nouveau le tocsin anxiogène à la faveur d'une prétendue augmentation de nouveaux cas, alors que simplement, avec des mois de retard, la capacité de dépistage est enfin correcte et que l'on identifie par conséquence plus de cas qu'auparavant...

    On passe conjointement sous silence le fait que l'augmentation prétendue de cas s'accompagne d'une décrue inchangée des cas graves et de la létalité due au Covid, comme le souligne le graphique supra montrant les statistiques de la Floride.

    L'expérience suédoise, si décriée sans qu'on ait pris le temps d'analyser les données (que l'on peut consulter dans cet article) montre une létalité réelle (mortalité par nombre de personnes infectées) encore plus basse que je l'avais évaluée puisqu'elle est actuellement estimée à bien moins de 0,09% dans les tranches d'âge inférieures à 70 ans et même de seulement 0,1% dans la tranche de 60 à 69 ans. Soit, enfin et sans contestation, du même ordre de l'influenza !

    En Italie aussi, un groupe d'experts s'oppose ouvertement au terrorisme catastrophiste, et soutient exactement le contraire : l'épidémie est en régression totale et constante, et ceux qui tombent aujourd'hui malades avec Covid-19 courent un très faible risque de devenir gravement malades et d'infecter d'autres personnes en raison de la charge virale considérablement plus faible. Il s'agit d'Alberto Zangrillo, Matteo Bassetti, Arnaldo Caruso, Massimo Clementi, Luciano Gattinoni, Donato Greco, Lucà Lorini, Giorgio Palù, Giuseppe Remuzzi et Roberto Rigoldi : virologues, immunologistes, anesthésistes et épidémiologistes, qui ont décidé de présenter un document signé par eux en contraste ouvert avec la faction de leurs collègues plus pessimistes.

    "Les preuves cliniques ne sont pas équivoques - disent les dix - depuis un certain temps déjà, on constate une nette diminution des cas de Covid-19 avec symptomatologie. Le recours à l'hospitalisation pour des symptômes attribuables à une infection virale est désormais rare et concerne les patients asymptomatiques ou paucisymptomatiques. Les preuves virologiques, en parallélisme total, ont montré une augmentation constante des cas avec une charge virale faible ou très faible ". Le document mentionne également des études en cours "utiles pour expliquer la raison" de cette baisse de virulence." En ce moment, la communauté scientifique internationale s'interroge sur la capacité réelle de ces sujets paucisymptomatiques et asymptomatiques à transmettre l'infection, ce qui confirmerait (si elle est infirmée) l'inutilité pure et simple du confinement.

    Faudra-t-il plus que tout cela pour dissuader autorités et médias de continuer de paniquer en boucle la population ?! C'est hélas probable tant la perte de repères et la génération de psychose est victime d'un emballement cybernétique depuis des mois et des mois. Causant des dégâts infiniment plus lourds et durables qu'une épidémie due à un coronavirus qui, malgré le désastre causé par des décisions sanitaires aberrantes, ne figure qu'en neuvième position (en termes de surmortalité saisonnière hivernale) chez nos voisins français depuis l'après-guerre.

    Viendra bien un jour où il faudra posément reprendre et analyser l'hallucination collective qui prévaut dans le gestion de cette épidémie comme nous en avons connues tant d'autres. Mais le temps de la raison n'a pas l'air de commencer à vouloir pointer le but de son nez... Voici en attendant l'article de Mme Banoun, que je remercie de m'avoir autorisé à reproduire ici :

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire